Catégories
Entreprise

[Commen­taire] The moment the CFO becomes CEO—it’s done. Game over.

The moment the CFO becomes CEO—it’s done. Game over.

La cita­tion, attri­buée à Elon Musk, iden­ti­fie très bien ce que j’ap­pelle le mana­ge­ment à la française, où la direc­tion de la société est géné­ra­le­ment pilo­tée par le commer­cial ou le finan­cier.

Vécu plusieurs fois, souf­fert plusieurs fois. On rabote, on exploite, on essouffle, on court derrière le court terme, asser­vis. Parfois ça fonc­tionne un temps – finan­ciè­re­ment, pas humai­ne­ment. Au premier pépin, qu’il soit tech­nique, commer­cial ou stra­té­gique, c’est la traver­sée du désert.

Il y a tant d’autres modèles. Quand je regarde ailleurs les socié­tés modernes qui m’at­tirent, je vois plutôt des entre­prises pilo­tées par la vision ou la mission qu’elles se donnent, parfois d’autres pilo­tées par le service (à l’)utili­sa­teur.

Diffé­rence de culture, d’in­ves­tis­se­ment, de vision.

Catégories
Entreprise Finance

[Lecture] Ghosn, Tavares : les raisons de l’ex­plo­sion des rému­né­ra­tions des grands patrons

[S]i le niveau absolu de cet écart peut légi­ti­me­ment choquer, c’est bien son évolu­tion au cours des dernières décen­nies qui consti­tue le phéno­mène le plus surpre­nant.

En effet, cet écart n’était que de 1 à 20 aux États-Unis en 1965. C’était d’ailleurs l’écart maxi­mal de rému­né­ra­tion que recom­man­dait au début du XXe siècle le célèbre banquier J.P. Morgan, peu réputé pour son mili­tan­tisme égali­taire. L’écart est ensuite monté à 1 à 30 en 1978, à 1 à 60 en 1990, à 1 à 300 en 2000 et donc à 1 à 373 en 2015.

Le bon entre 1990 et 2000 est impres­sion­nant : x5 en 10 ans. On peut se réjouir en se disant que l’écart augmente moins vite depuis mais nous avons eu deux crises gigan­tesques entre temps. Que l’écart augmente encore de 25% pendant cette période reste juste indé­cent.

C’est l’ex­pli­ca­tion de l’ar­ticle qui est inté­res­sante : la publi­cité des salaires des diri­geants incite les action­naires à parti­ci­per à l’in­fla­tion.

Payer moins cher son président que la société voisine ? Ce serait dire qu’on est plus petit, ou qu’on prend un président moins bon, ou qu’on a moins confiance dans l’ave­nir. Ce serait faire bais­ser le cours de l’ac­tion.

Ne pas donner un bonus ou dimi­nuer la rému­né­ra­tion ? Ce serait dire que la société va mal et qu’on a peu confiance dans le président pour avoir de bons retours à court terme mais qu’on le garde quand même. Là aussi, bonjour la baisse à la bourse.

Paraitre est plus impor­tant que tout pour la bourse, bluff et fumi­gènes en face d’un trou­peau de moutons. Entre temps on entre­tient un modèle idiot et contre-produc­tif.

Catégories
Entreprise Fiscalité

[Réac­tion] J’ai mangé la moitié de son goûter

Parlante ? elle est sacré­ment trom­peuse.

Grâce aux impôts, taxes et coti­sa­tions, il a un goûter. Rien que ça.

C’est à dire que son père a béné­fi­cié de l’école qui lui a permis d’avoir un travail quali­fié et de payer un goûter à son fils. Que la même école a formé aussi son boulan­ger et l’a instruit pour lui permettre de savoir comment poser la ques­tion.

C’est à dire qu’il y a une police pour éviter que le voisin prenne tout son goûter, vole les matières premières ou la produc­tion du boulan­ger.

C’est à dire qu’il y a des règles et une justice pour les faire appliquer afin que le père ne soit pas exploité 15h par jour et qu’il puisse répondre à son fils, et pour que le boulan­ger soit astreint à des règles sani­taires qui permettent de manger le goûter sans partir à l’hô­pi­tal.

C’est à dire juste­ment qu’il y a un hôpi­tal, dans lequel statis­tique­ment il a déjà fait un tour et qui lui permet d’être en bonne condi­tion pour manger son goûter, ou même simple­ment encore vivant grâce aux vaccins.

C’est à dire qu’il y a une armée pour éviter d’être à la merci du premier voisin hostile venu, parce que les réfu­giés des pays en guerre n’ont pas tous un goûter non plus.

C’est à dire qu’il a peut-être aussi une famille qui béné­fi­cie de l’aide au loge­ment, de l’al­lo­ca­tion fami­liale, du revenu de soli­da­rité active, de l’aide handi­capé ou d’une aide quel­conque.

C’est à dire qu’il a des routes et des infra­struc­tures pour qu’un idiot puisse poster cette image débile sur Inter­net.

Non l’image n’est pas parlante, elle est sacré­ment trom­peuse et malsaine.

Que ce soit un maga­zine entre­pre­neu­riat qui colporte ces imbé­ci­li­tés n’a rien d’ex­tra­or­di­naire.

J’en ai ma claque de ces entre­pre­neurs qui râlent contre les impôts, les taxes et les coti­sa­tions comme si la collec­ti­vité n’avait que pour seul but de leur prendre les fruits de leur labeur.

Ils oublient un peu vite que s’ils étaient en Soma­lie ils n’au­raient certai­ne­ment pas entre­pris. S’ils en ont été capable c’est que eux, leurs employés et leurs clients ont l’édu­ca­tion, l’in­fra­struc­ture, l’en­vi­ron­ne­ment et les aides qui vont bien pour ça, et que tout ça est juste­ment payé avec les impôts. Le pire c’est que la plupart d’entre eux n’en payent juste­ment pas ou peu des impôts. Ne parlons même pas de ceux qui râlent contre les coti­sa­tions sociales et qui s’en font exoné­rer la majo­rité à l’aide des JEI, CIR et autres CII, ou qui se font subven­tion­ner et accom­pa­gner direc­te­ment par la BPI ou d’autres dispo­si­tifs

Entre­pre­neurs, redes­cen­dez sur terre : si jamais vous réus­sis­sez, ça sera grâce aux impôts ; si vous avez été capables d’en­tre­prendre, c’est aussi grâce aux impôts.

Alors votre histoire de 50% du pain au choco­lat…

Catégories
Startup

Clôture de TEDxPa­ris 2015

Un bon moment de rigo­lade à ne pas louper pour ceux qui trainent dans l’in­no­va­tion et les milieux entre­pre­neurs.

Catégories
Emploi et travail Entreprise

L’ap­pel des patrons « pour un plan d’ur­gence auda­cieux pour l’em­ploi »

Nous deman­dons […] :

1. […] un plafon­ne­ment des indem­ni­tés prud’­ho­males lié à l’an­cien­neté du sala­rié, et des motifs de rupture liés à […] la réali­sa­tion d’un projet.

2. Une exoné­ra­tion totale de ­coti­sa­tions sociales patro­nales durant deux ans pour toute nouvelle embauche dans les petites entre­prises.

3. Une exoné­ra­tion sociale totale pour tout recours à un alter­nant (apprenti ou contrat de profes­sion­na­li­sa­tion).

4. Des dispo­si­tions faci­li­tant l’em­bauche de chômeurs de longue durée […] combi­nant forma­tion et abon­de­ment par des aides sociales pour allé­ger le coût pour l’en­tre­prise.

5. Une faci­li­ta­tion des nouvelles formes d’ac­ti­vité indé­pen­dante.

— sur Le JDD

Pour faire court :

Et si ça arrive ils ne font tout de même aucune promesse mais veulent bien appa­raitre en sauveurs de la France. Au pire, si ça ne fonc­tionne pas et que ça vient juste alimen­ter la rému­né­ra­tion des diri­geants et action­naires, comme sur les dizaines de milliards du pacte de soli­da­rité, c’est qu’on ne sera pas allés assez loin.

Catégories
Entreprise PHP Vie professionnelle

Le baro­mètre des salaires 2015 dévoile ses résul­tats

Rien de très éton­nant ni nouveau mais tout de même inté­res­sant :

  • une année d’ex­pé­rience corres­pond en moyenne à 3 à 5% de salaire en plus
  • la rému­né­ra­tion variable conti­nue d’être assez rare dans nos métiers
  • on recrute hommes et femmes globa­le­ment au même salaire mais les augmen­ta­tions ne suivent pas le même rythme, pour arri­ver à 20% de diffé­rence dans la dernière tranche d’ex­pé­rience
  • les rému­né­ra­tions en Île de France sont 20% plus hautes que dans le reste de la France.

Je comprends tout à fait l’ori­gine de cette dernière donnée mais sa perti­nence m’in­ter­roge.

Pourquoi l’en­tre­prise dépen­se­rait plus pour des infor­ma­ti­ciens sur Paris plutôt qu’en région alors qu’ils vont produire la même chose ? Ou vu de l’autre côté, pourquoi paie­rait-on moins un infor­ma­ti­cien hors Île de France alors qu’en plus les locaux et l’en­ca­dre­ment y coûtent moins cher  pour l’en­tre­prise ?

Si on consi­dère que c’est unique­ment l’en­tre­prise qui est légi­time à payer le moins possible, pourquoi donc est-ce qu’on conti­nue à tout concen­trer sur Paris ? Je ne vois pas la logique dans tout cela.

Des entre­prises qui viennent de Paris et qui décident de migrer en région sans en chan­ger les salaires risquent d’avoir un avan­tage compé­ti­tif signi­fi­ca­tif tout en descen­dant leurs coûts (pas sur le salaire, mais sur les locaux, les négo­cia­tions annuelles, les coûts de recru­te­ments…)

Atten­tion quand vous faites des filtres assez sélec­tifs, la base de réponses reste assez limi­tée.

Catégories
Entreprise Startup Vie professionnelle

Your Best Employees Will Quit. Here’s What To Do About It.

And you’re willing to make a lot of sacri­fices in the pursuit of that goal.

Do you realize how insane it is to expect that of lite­rally anyone else who isn’t a co-foun­der?

— Groove

Le reste de l’ar­ticle ne m’a pas paru trans­cen­dant mais cette phrase a beau­coup d’écho chez moi.

L’im­pli­ca­tion

Le serveur tombe en plein week-end ? l’ac­ti­vité néces­site un petit déve­lop­pe­ment imprévu dans la jour­née de manière vrai­ment impé­rieuse ? Je sais que ce n’est pas un du, mais j’ap­pré­cie de travailler avec des gens et des équipes suffi­sam­ment impliquées pour savoir parti­ci­per dans ces moments.

Je pour­rais dire que c’est compensé sur les condi­tions de travail souples que nous avons dans notre métier, entre les horaires non fixes, la capa­cité de télé­tra­vail et la possi­bi­lité d’avoir un effi­ca­cité très variable sans contre­maitre pour faire la police de ce qui est produit.

En réalité tout ça est complexe, je ne sais pas si l’un compense l’autre, ou même si compa­rer les deux a un sens et si c’est une bonne chose de le penser ainsi. Je sais juste que parfois il y a des impré­vus ou des besoins non struc­tu­rels, ponc­tuels et limi­tés, et que je ne saurais pas travailler avec des gens qui s’en détournent.

Et l’ex­ploi­ta­tion

Si la phrase fait écho c’est pour l’autre partie : quand la demande de sacri­fice ou le coup de bourre est long, struc­tu­rel, lié à l’ac­ti­vité de la société, au cycle commer­cial, voire à la survie de la boite.

Et là, pour un non-action­naire, celui à qui on demande le sacri­fice n’est pas celui qui en béné­fi­ciera, ou alors indi­rec­te­ment et sans garan­tie. Le « sacri­fie-toi pour que je puisse garder ou augmen­ter le capi­tal qu’est la société » sonne faux.

On peut argu­men­ter que tout le monde est dans le même bateau, que ça sauve­garde des emplois, que ça permet­tra des jours meilleurs, ou que ça se reflè­tera sur l’in­té­res­se­ment d’en­tre­prise ou sur les BSPCE. Pour autant, même quand on y croit – il n’y a aucun enga­ge­ment – c’est un mélange des rôles.

Au final il s’agit d’évi­ter à l’ac­tion­naire de réin­ves­tir finan­ciè­re­ment dans la société pour payer du travail en plus – celui des sala­riés exis­tants sous forme de primes ou heures supplé­men­taires, de pres­ta­taires exté­rieurs ou de nouvelles embauches – ou d’évi­ter de donner une part de son capi­tal en échange de l’in­ves­tis­se­ment d’un tiers – inves­tis­se­ment en monnaie pour des finan­ciers ou en travail pour des employés.

Présenté sous cet angle c’est déjà bien moins accep­table. S’il n’y a pas de finance pour des primes, le mini­mum est alors de donner une part (supplé­men­taire) du capi­tal que les employés vont contri­buer à sauve­gar­der ou faire fruc­ti­fier par du travail supplé­men­taire. Pas de promesses, des chiffres couchés sur contrat.

Il ne s’agit pas de tout monnayer, il s’agit juste d’être clair sur les rôles de chacun, action­naire et sala­rié, et que le retour soit à la hauteur de l’in­ves­tis­se­ment respec­tif.

Catégories
Démocratie et institutions Entreprise

L’im­pact réel des hommes poli­tiques sur la vie écono­mique d’un pays est de plus en plus limité. Heureu­se­ment.

Les entre­prises, surtout inter­na­tio­nales, ont des moyens de plus en plus vastes et elles ont acquis, en Europe, la capa­cité de jouer la concur­rence entre les États. (…) L’im­pact réel des hommes poli­tiques sur la vie écono­mique d’un pays est de plus en plus limité.
Heureu­se­ment.
attri­bué à Bernard Arnault, dans son livre La passion créa­tive

Je crois que tout ça résume au mieux comment est vécue la démo­cra­tie par les grands chefs d’en­tre­prise, et pourquoi il est urgent de stop­per tout ce qui peut permettre aux entre­prises d’avoir une force plus grande que celle des États, le TTIP/TAFTA en tête.

Parce que ne nous leur­rons pas, la ques­tion n’est pas celle de l’im­pact d’une mino­rité hommes poli­tiques sur l’éco­no­mie, mais que c’est du coup une autre mino­rité qui est au contrôle ; cette dernière travaillant très offi­ciel­le­ment unique­ment dans son seul inté­rêt.

Catégories
Emploi et travail Entreprise

Pourquoi je ne crois pas à l’en­tre­prise libé­rée | Sylvain Pierre | TEDxVau­gi­rardRoad

J’ai plein de choses à dire sur la mode des entre­prises libé­rées : combien c’est impor­tant, mais aussi combien ça peut être une arnaque ou malsain si c’est pour simple­ment rendre le sala­rié respon­sable de ses propres turpi­tudes, ou combien le mana­ger reste quelque chose d’utile et même souhai­table – tout est ques­tion du rôle du dit mana­ger. Ça sera proba­ble­ment pour un autre billet ou pour les commen­taires de celui-ci.

Je me retrouve quand même dans quelques histoires de cette vidéo :

J’ai manqué mon réveil

Je l’ai vécu à Yahoo! J’y ai vu la possi­bi­lité de dire expli­ci­te­ment « hier je n’ai pas été vrai­ment produc­tif, je n’ai pas vrai­ment avancé, mais je suis sur le chan­tier aujourd’­hui ». Parce que ça arrive, à tous. Par le passé je lissais mes pics et creux d’ac­ti­vité, je cachais pour paraitre fiable et présen­table.

Par la suite j’ai assumé d’avoir des jours où je n’ar­rive pas à avan­cer sur le travail à faire et où ma tête passe plus de temps à penser à de nouvelles choses, voire simple­ment à entrer dans des impasses.

Parce que fina­le­ment ce qui importe c’est la valeur appor­tée sur le mois ou sur l’an­née, et ça ne se mesure certai­ne­ment pas à ce que j’ai fait hier ou ce que je ferai demain. À Yahoo! j’ai commencé à être honnête avec moi-même, et avec les autres.

Dès que je suis entré de nouveau dans un mode où je ne pouvais plus avoir cette honnê­teté, ça a fini par mal se passer. Quand l’at­tente est celle d’un proprié­taire par rapport à son robot de produc­tion et plus celle d’un humain par rapport à un humain qui colla­borent ensemble, le fossé est bien trop grand. C’est peut-être ce qui rendra diffi­cile désor­mais pour moi de travailler de nouveau dans une SSII.

Quelqu’un dans l’équipe a levé la main

Plus que toutes les ques­tions de présence ou absence de mana­ger, c’est _ça_ qui pour moi est la révo­lu­tion des nouveaux fonc­tion­ne­ments d’en­tre­prise.

Il s’agit de redon­ner la respon­sa­bi­lité et l’au­to­no­mie aux équipes, de faire confiance. Et si ce n’est plus le rôle du mana­ger que de tout vali­der et tout dicter, c’est alors le rôle de l’équipe entière que d’in­ter­ve­nir.

La vidéo parle de salaires mais ça se fait même au niveau de l’opé­ra­tion­nel de tous les jours. C’est à l’équipe de véri­fier ce qu’elle livre, et donc de vali­der elle-même le travail collec­tif, d’ai­der les collègues qui ne livrent pas ce qu’il faut, de prendre les déci­sions sur les choses à amélio­rer.

Ça demande une direc­tion prête à jouer le jeu, au moins sur un péri­mètre donné : on peut ne pas délé­guer les salaires ou la stra­té­gie, mais le strict mini­mum est de délé­guer aux employés leur métier lui-même, ne pas prétendre déci­der à leur place comment le faire, tant que l’équipe s’en charge effec­ti­ve­ment.

Le mana­ger est là comme filet de sécu­rité, comme faci­li­ta­teur au service de l’équipe, comme coach, ou éven­tuel­le­ment pour prendre les déci­sions lourdes que l’équipe ne souhaite pas porter (souvent les problèmes de personnes).Si personne ne lève la main en cas de problème, je n’ai pas une équipe, j’ai un groupe d’in­di­vi­dus qui colla­borent entre eux. La diffé­rence est fonda­men­tale.

Petit point diver­geant par rapport à la vidéo : Ce modèle n’est pas adapté à tout le monde. Certains ne souhaitent prendre aucune respon­sa­bi­lité active, juste donner leur temps à exécu­ter, correc­te­ment et avec sérieux, mais juste exécu­ter. C’est respec­table, et vouloir leur impo­ser une prise de respon­sa­bi­lité serait tout aussi véné­neux que de vouloir reti­rer la respon­sa­bi­lité à ceux qui veulent se libé­rer.

Catégories
Startup

Si nous avons choisi de rester en France, c’est avant tout par prag­ma­tisme écono­mique

Passons à notre fameux code du travail. Que n’en­tend-on pas dessus. Est-il réel­le­ment la cause de tous nos maux ? Il est vrai qu’en France les licen­cie­ments néces­sitent une procé­dure formelle pas toujours adap­tée au contexte social des start-up. Et souvent coûtent nette­ment plus cher qu’aux États-Unis. Les charges sociales sont aussi sensi­ble­ment plus impor­tantes. Mais, d’une certaine manière, ces éléments sont inté­grés par le marché. Au final, dans la tech­no­lo­gie, pour des niveaux de compé­tence équi­va­lents, les coûts sala­riaux sont sensi­ble­ment moins impor­tants à Paris que dans la Sili­con Valley ou à New York.
[…] on m’a souvent demandé pourquoi nous n’avions pas relo­ca­lisé aux États-Unis notre siège, et en parti­cu­lier les secteurs de recherche et déve­lop­pe­ment. La réponse est simple. Si nous avons choisi de rester en France, c’est avant tout par prag­ma­tisme écono­mique. Autre­ment dit, cela nous coûte moins cher, et nous permet d’être beau­coup plus compé­ti­tifs que nos concur­rents qui doivent payer au prix fort les salaires parfois exor­bi­tants des infor­ma­ti­ciens de la Sili­con Valley.

Ça fait du bien parce que la parole des entre­pre­neurs français commence à se libé­rer. Ce n’est pas le premier à sortir du moule, j’es­père pas le dernier.

Il ne s’agit pas de dire que tout est parfait ici et qu’il n’y a rien à chan­ger, mais il faudrait peut-être aussi arrê­ter l’idéo­lo­gie et se rendre compte du faible coût qu’on a en France par rapport aux pays qui semblent faire l’ado­ra­tion du milieu star­tup.