Objets connectés… déconnectés

J’ai acheté ma TV il y a bien longtemps. À l’époque nous avons accepté d’y mettre plus pour avoir un système de replay intégré à la TV. À la sortie du carton le replay ne fonctionnait pas, « prochainement » qu’ils disaient. Ça a duré des mois puis on a eu M6, mais sans les séries et fictions phares. Quand elles ont été là nous avons eu des publicités avant lecture… alors que le site officiel n’en avait pas (ou pas autant, je ne sais plus). Au bout d’un moment le service a été fermé. Voilà pour ma TV. Sony je pense à toi, je n’ai plus rien racheté chez toi depuis.

En avril c’est le hub Nest qui est arrêté, à peine deux ans après sa commercialisation. On ne parle pas d’une fonction annexe de perdue mais d’un appareil de 300 $ qui ne sert plus que de presse-papier.

Il y a quelques jours j’ai vu passer l’annonce d’arrêt d’une carte SD wifi. Oui, une simple carte SD qui fait wifi. Le constructeur peut décider de ne simplement plus les faire fonctionner, à peine un an après sa fin de commercialisation.

Et si demain Adobe, Amazon ou Kobo décident d’arrêter le support de leur DRM de livre numérique ? Vos livres risquent de ne devenir que des suites de 0 et de 1 totalement illisibles.

Nous avons de plus en plus d’objets connectés, de contenus numériques contrôlés par des tiers, sans que jamais nous n’ayons un quelconque engagement de pérennité.

Pour du logiciel sur abonnement c’est une chose, pour du matériel qu’on achète et qui n’a aucune raison de s’arrêter de fonctionner, c’est encore plus difficile à concevoir.

Internet of things qu’ils disaient. Nous ne contrôlons plus rien, nous ne détenons plus rien. Une société privée peut à tout moment décider que notre matériel, chez nous, arrêtera de fonctionner, simplement parce que ce n’est plus rentable pour elle. Peut-être même simplement pour promouvoir ou se concentrer sur une nouvelle version en vente.

À l’heure où on parle d’obsolescence programmée, de garantie de disponibilité de pièces détachées, il serait temps d’imposer par la loi une pérennité minimum, ou au moins que le vendeur affiche très explicitement le temps de fonctionnement garanti.