Catégories
Retraite

[retraites] « les femmes seront les grandes gagnantes »

Les femmes seront les grandes gagnantes » de la réforme, a assuré Philippe. Le nouveau système accor­dera notam­ment « des points supplé­men­taires pour chaque enfant, et ce dès le 1er enfant, et non à partir du 3ème comme aujourd’­hui

Le Premier ministre, via l’AFP

Je déteste ce qui m’ap­pa­rait comme de la mauvaise foi.

Aujourd’­hui

Il y a effec­ti­ve­ment une majo­ra­tion des points/pensions de 10%, unique­ment pour ceux qui ont eu trois enfants ou plus (plafonné à 1000 € côté complé­men­taire pour l’Agirc et pour l’Arrco).

Ne parler que de ça c’est pour­tant de mauvaise foi. La vraie mesure, aujourd’­hui, c’est qu’un enfant donne droit à 4 trimestres au moment de la nais­sance, plus 4 autres pour l’édu­ca­tion des premières années.

Si vous aviez déjà toutes vos annui­tés au moment de partir en retraite, chaque trimestre cotisé en plus vous offre une surcote de 1,25% le trimestre. Si vous n’aviez pas toutes vos annui­tés, ça vous évite une décote de 1,25% par trimestre.

8 × 1,25%, on parle donc de 10% de pension en plus, par enfant, dès le premier enfant.

Ce n’est pas tout ! Aujourd’­hui le système ne garde que les 25 meilleures années. Il est donc possible de passer à temps partiel pour quelques années et accom­pa­gner l’édu­ca­tion d’un enfant sans que ça ne se voit exagé­ré­ment au moment de liqui­der la retraite (ça se verra sur les points des retraites complé­men­taires, mais pas sur la pension du régime de base).

1 enfant+ 10 % + invi­si­bi­li­sa­tion des temps partiels tempo­raires
2 enfants+ 20 % + invi­si­bi­li­sa­tion des temps partiels tempo­raires
3 enfants+ 40 % + invi­si­bi­li­sa­tion des temps partiels tempo­raires
4 enfants+ 50 % + invi­si­bi­li­sa­tion des temps partiels tempo­raires

Le seul point où mon tableau est faux, c’est pour les femmes qui conti­nuent à travailler jusqu’à l’âge limite de départ à taux plein, 67 ans aujourd’­hui, sans avoir leurs annui­tés malgré les trimestres offerts. Là l’im­pact n’est pas le même.

Propo­si­tion de réforme

Qu’est-ce que prose donc la nouvelle réforme pour que « les femmes [soient] les grandes gagnantes » ?

Simple : Une majo­ra­tion de 5% des points au moment de la liqui­da­tion, par enfant, dès le premier enfant. On se posi­tionne sur un système propor­tion­nel, donc 5% de points c’est 5% de pension.

Un temps partiel, même tempo­raire, implique moins de points coti­sés et jouera propor­tion­nel­le­ment sur le montant de la pension au moment de sa liqui­da­tion.

1 enfant+ 5 %
2 enfants+ 10 %
3 enfants+ 15 %
4 enfants+ 20 %

Je vous laisse compa­rer les deux tableaux et savoir si on vous a pris pour des imbé­ciles.


Réfé­rences :

Évidem­ment, toute correc­tion est bien­ve­nue. Pour des raisons de simpli­fi­ca­tion, je ne donne­rai cepen­dant pas les détail de tel ou tel régime ou cas parti­cu­lier. Vous êtes libres de le faire chez vous et de mettre un lien en commen­taire.

Catégories
Emploi et travail

Dégres­si­vité

Je m’agace de cette dégres­si­vité des indem­ni­tés chômage pour les hauts reve­nus. Tout ça n’est que déma­go­gie, pour donner l’im­pres­sion de mettre aussi à contri­bu­tion les plus riches.

En réalité, si on vise bien les plus hauts reve­nus — pas les grands patrons hein… on parle des cadres clas­siques — on parle de mettre à contri­bu­tion ceux qui sont en rade, au chômage, pas ceux qui s’en sortent ou qui ont de l’ai­sance de patri­moine.

On parle d’un palier à 4 500 € bruts mensuels, soit 3 540 € nets. L’in­dem­ni­sa­tion chômage est à 57% soit 2 435 € bruts, 2 155 € nets. Si on applique une réduc­tion de 30 % on tombe à 1 500 €. Ce n’est pas rien mais on imagine assez aisé­ment des loyers fami­liaux à Paris qui sont de cet ordre de gran­deur, et donc des charges fixes plus impor­tantes que ça. Ça va poser problème, peut-être à des familles qui ne sont pas les plus pauvres mais ça va poser problème.

Bref, on va péna­li­ser ceux qui ont un acci­dent de vie pour favo­ri­ser le pouvoir d’achat de ceux qui n’en ont pas. On a beau parler des hauts reve­nus, cette logique me gêne toujours.

Si vrai­ment on veut faire de la redis­tri­bu­tion sociale — ce qui déjà est un chan­ge­ment de para­digme par rapport au prin­cipe de l’assu­rance chômage — on pouvait avoir une coti­sa­tion progres­sive avec les reve­nus. Ça aurait pris sur ceux qui le peuvent plutôt que sur ceux qui sont en carafe. Ça serait peut-être juste moins bien passé auprès de l’élec­to­rat de la majo­rité, taper sur les chômeurs est moins risqué.


La grande ques­tion c’est toujours pourquoi ?

Pour les inci­ter à reprendre un travail

C’est la justi­fi­ca­tion offi­cielle mais c’est de la fumis­te­rie. On peut imagi­ner que certains seraient tentés de souf­fler quelques mois après un licen­cie­ment mais la dégres­si­vité n’ap­pa­rait qu’a­près six mois. Ce n’est donc pas ça qui est visé.

Non seule­ment il y a moins de cadres au chômage mais, si on ne compte pas les séniors, ils le sont aussi moins long­temps que la moyenne.

Ceux que ça va toucher c’est ceux dans des situa­tions spéci­fiques : hors zone urbaine dans un dépar­te­ment qui ne recrute que peu, avec une quali­fi­ca­tion ou un rôle qui fait que les postes sont rares et qu’il faut attendre qu’un se libère, et ceux détruits par le licen­cie­ment qui ont besoin d’un peu de temps pour se recons­truire.

Si on parle de cadres en plein emploi, prendre un an de chômage volon­taire c’est tuer sa carrière. Je ne vois personne faire ça volon­tai­re­ment, indé­pen­dam­ment du finan­cier. Les études sur la dégres­si­vité montrent d’ailleurs que ça n’au­rait une influence qu’à la marge.

En fait la dernière chose qu’on veut socia­le­ment c’est que ces cadres prennent en urgence un emploi sous-quali­fié pour éviter la dégres­si­vité. Ils pren­draient cet emploi à une personne moins quali­fiée qui lui aura bien plus de mal à trou­ver du chômage. En paral­lèle le cadre aura plus de mal à prendre le temps de faire sa vraie recherche d’em­ploi par la suite, et l’en­tre­prise devra réem­bau­cher quelqu’un d’autre dès que le cadre aura trouvé un travail en adéqua­tion avec sa quali­fi­ca­tion. C’est perdant pour tout le monde, que ce soit humai­ne­ment ou écono­mique­ment.

Parce que c’est le plein emploi pour les cadres

C’est quoi le plein emploi ? Je vais faire concret : 4% de chômeurs c’est 1 personne sur 25. Sur une classe de collège de 35 élèves dont un quart est dans une famille mono­pa­ren­tale, ça fait 2 à 3 parents qui galèrent au chômage, et là on ne parle que des caté­go­ries A, pas de tous ceux qui cherchent un emploi ou sont en situa­tion diffi­cile

1 sur 25 au chômage, 3 parents par classe. Ça remet un peu en pers­pec­tive la notion de « plein emploi » qu’on y attache, non ?

Il se trouve qu’une société en plein emploi aura toujours un % de chômeur non nul, parce qu’il faut gérer les tran­si­tions. Main­te­nant ça ne veut pas dire qu’un % faible corres­pond à du plein emploi. Ça ne dit rien de la faci­lité de ce % à retrou­ver un emploi. Ça peut être facile (beau­coup de monde qui tourne vite) ou très diffi­cile (peu de monde qui ne tourne pas vite du tout).

Regar­der au travers des moyennes est toujours une arnaque. Ça dit qu’en moyenne, la caté­go­rie ciblée est à 4% de chômage mais ce n’est certai­ne­ment pas homo­gène. Il peut y avoir certaines caté­go­ries de postes ou d’em­plois qui sont à 2% et d’autres qui sont à 10% de chômage. On va appliquer la dégres­si­vité indis­tinc­te­ment.

Si l’ou­vrier spécia­lisé en auto­mo­bile qui voit son usine fermer aura du mal à retrou­ver un emploi parce qu’il n’y avait qu’une seule usine auto­mo­bile dans la région, ça sera pareil pour le cadre spécia­lisé en auto­mo­bile. Les deux devront cher­cher, se former. La rota­tion des postes pour le cadre sera proba­ble­ment d’au­tant plus faible.

Consi­dé­rer que parce que les plus hauts reve­nus n’ont que 4% de chômage, s’ils y restent c’est forcé­ment de leur faute, c’est juste une escroque­rie.

Parce que les hauts reve­nus coûtes cher au chômage, ça fera des écono­mies

En fait non, ou peu. Les cadres sont rentables. Vu qu’ils sont moins au chômage et moins long­temps, ils cotisent plus qu’ils ne coûtent. Ce sont eux qui financent le chômage des non-cadres. Sachant que le chômage est une assu­rance et pas une aide sociale redis­tri­bu­tive, c’est assez diffi­cile de consi­dé­rer qu’il faudrait bais­ser leurs pres­ta­tions à eux unique­ment.

On parle de 250 millions. C’est à la fois énorme en valeur abso­lue et peu signi­fi­ca­tif dans le contexte. On parle de 3,5 milliards d’éco­no­mie. 14 fois plus. L’enjeu d’éco­no­mie n’était pas là… sauf s’il s’agit d’ini­tier un mouve­ment pour ensuite appliquer la dégres­si­vité des allo­ca­tions plus large­ment.


Pourquoi alors ?

Pour dire qu’on s’at­taque aussi au plus riches, parce que sans ça les autres chan­ge­ments défa­vo­rables à tous les chômeurs et parti­cu­liè­re­ment aux plus précaires feraient l’ac­tua­lité.

Pour le faire sans pour autant rompre la logique de culpa­bi­li­sa­tion de ceux qui sont hors parcours, sans reti­rer la notion de « pouvoir d’achat de ceux qui réus­sissent », cette magni­fique idéo­lo­gique qui tue le modèle social de redis­tri­bu­tion.

Il ne s’agit pas de pleu­rer sur ceux qui gagnent le plus et de jouer Les misé­rables. Il s’agit juste de dire que si on peut faire les faire parti­ci­per à hauteur de leurs possi­bi­li­tés, si ce n’est pas un problème que ces coti­sa­tions financent majo­ri­tai­re­ment d’autres besoins que les leurs propres, ça implique quand même que dans le rare cas ou eux aussi ont un acci­dent de vie, ils aient les mêmes droits assu­ran­tiels que les autres.

Ensuite je fais des calculs, je parle à froid, ration­nel­le­ment. La réalité c’est qu’au chômage en situa­tion psycho­lo­gique diffi­cile, le ration­nel ne compte pas toujours. Cette dégres­si­vité sélec­tive peut être sacré­ment destruc­trice, parce que la psyché humaine ne dépend pas de la dernière fiche de salaire avant de passer au chômage, tout simple­ment.


Alors quoi ?

Alors on peut faire payer les entre­prises qui abusent trop du système. Il y a une amorce avec le bonus/malus des emplois précaires et je m’en réjouis.

On éven­tuel­le­ment au moins discu­ter de coti­sa­tions progres­sives avec les reve­nus, même si ça fait déjà sortir de la logique assu­ran­tielle.

On peut aussi imagi­ner un délai de carence dépen­dant des reve­nus. Je n’aime pas le prin­cipe mais il est clair que celui qui a des hauts reve­nus a moins rapi­de­ment besoin de soutien que celui qui a des bas reve­nus. Si la situa­tion dure, les indem­ni­tés pleines et entières seront par contre indis­pen­sables.

Ma dernière propo­si­tion est l’exact contraire de ce que fait le gouver­ne­ment en ce moment. Ce n’est pas un hasard, c’est savoir si on est dans l’idéo­lo­gie de culpa­bi­li­sa­tion (si tu es au chômage c’est de ta faute parce que tu ne cherches pas un emploi assez fort) ou dans l’aide (si ça devient critique, on sera là pour que tu ne coules pas plus bas). La droite appelle ça respon­sa­bi­li­sa­tion et assis­ta­nat. Ques­tion de voca­bu­laire mais je préfère ne pas oublier que le troi­sième terme de notre devise est frater­nité.

Catégories
Emploi et travail En Marche Fiscalité Politique française

100 € de plus par mois en 2019

Notre président annonce que les sala­riés au SMIC auront 100 € de plus par mois dès janvier 2019. Je prends la plume par ce que cette histoire me met hors de moi.

Alors déjà je conchie très forte­ment tous les édito­ria­listes et poli­tiques qui disent que 100 € par mois ce n’est rien. 100 € par mois pour quelqu’un au smic c’est juste énorme. Vu le niveau de dépenses contraintes, ça peut être la diffé­rence entre une fin de mois diffi­cile et une fin de mois où on épargne un peu. Ça peut aussi ne pas couper le chauf­fage ou pouvoir faire un cadeau sympa au gamin à Noël. Critiquer 100 € par mois montre une décon­nexion que même Emma­nuel Macron n’a jamais affi­ché.

Le problème est ailleurs. Atten­tion c’est long mais ça fait mal.

Mise à jour : Quand on se plante il faut le dire. C’est donc dit (et je me suis bien planté, d’au­tant en plus ça a beau­coup été diffusé rapi­de­ment sans que personne ne me corrige).
Il y a un joli effet d’an­nonce qui ne me plait pas de la part de l’Ély­sée mais ce n’est pas malhon­nête au point que j’ai initia­le­ment décrit. Pas plus que d’or­di­naire dans les commu­ni­ca­tions poli­tiques quoi (*) 

Il reste que très peu de gens vont voir cette augmen­ta­tion de 100 €. Entre autres :

  • 20 € concernent l’aug­men­ta­tion légale du SMIC pour rattra­per l’in­fla­tion, sans coup de pouce. Oui il y aura 20 € nets de plus sur la fiche de salaire de janvier 2019. Non ça ne repré­sente aucun pouvoir d’achat supplé­men­taire par rapport à janvier 2018 (en fait c’est le contraire, c’est tous les autres mois de 2018 où il y a eu une perte de pouvoir d’achat à cause de l’in­fla­tion).
  • 20 € concernent la baisse des coti­sa­tions sala­riales. Ce ne sera pas valable pour tout le monde (coucou mes amis du public ?)
  • Enfin 30 + 20 + 20 € viennent d’une anti­ci­pa­tion d’aug­men­ta­tion de la prime d’ac­ti­vité. C’est le montant maxi­mum de la hausse avant appli­ca­tion des coef­fi­cients pour les personnes à charge. Si vous gagnez plus que le SMIC ou si le conjoint a aussi des reve­nus, ça peut vite bais­ser ou passer à zéro. 
    L’aug­men­ta­tion était déjà actée et on ne fait que l’an­ti­ci­per. C’est surtout qu’elle était en échange d’un gel de l’ali­gne­ment sur l’in­fla­tion sur 3 ans. J’ai toujours consi­déré qu’an­non­cer un plan­ning de hausse de la main droite tout en gelant l’ali­gne­ment sur l’in­fla­tion de la main gauche était de la commu­ni­ca­tion malhon­nête, même si le solde est posi­tif. À une infla­tion de 2% par an vous pouvez consi­dé­rer que vous perdrez ensuite quelque chose comme 4 € par an à euros constants.

Annoncé
À € constant
Nouveau ?
SMIC + 1,8%
+ 20 €
0 €
non
baisse coti­sa­tions sociales
+ 20 €
+ 20 € pour le privé
non
hausse prime acti­vité
+ 70 €
+ 70 € gelés 3 ans
anti­cipé

On me signale toute­fois que la prime d’ac­ti­vité est prise en compte dans le calcul des APL donc que pour ceux qui béné­fi­cient d’APL (géné­ra­le­ment ce sont les mêmes) l’aug­men­ta­tion réelle pour­rait donc être en partie compen­sée par une dimi­nu­tion des APL.
À véri­fier, je veux bien une confir­ma­tion sour­cée de quelqu’un qui connait le sujet.

(*) L’er­reur de calcul était sur la prime d’ac­ti­vité (ceux qui ont exploré les modes de calcul de cette prime compren­dront). L’aug­men­ta­tion d’oc­tobre a été plus faible en ce qu’elle compre­nait en même temps un chan­ge­ment de taux. J’ai (bête­ment) repro­duit ce même calcul pour toutes les années alors que le taux ne change évidem­ment qu’une seule fois.


L’ef­fet kiss cool c’est toute­fois qu’on conti­nue dans l’idéo­lo­gie de la « valeur travail » : On ne cible que les gens avec un emploi. On préfère conti­nuer à croire que s’il y a du chômage c’est parce que les gens ne veulent pas travailler, et donc qu’il faut récom­pen­ser ceux qui ont trouvé un emploi.

On ne change rien à la répar­ti­tion travail/capi­tal vu que ce qu’on donne sera pris sur le budget public et donc les impôts (et pan les gilets jaunes qui mili­taient en grande partie contre la pres­sion fiscale et le trop de taxes), mais aucun effort parti­cu­lier n’est demandé aux entre­prises. On (nos impôts) est en train de spon­so­ri­ser les travailleurs bons marché auprès des entre­prises.

Catégories
Emploi et travail Uncategorized

Deux mondes du travail

Ils évoluent dans un monde où la souf­france au travail n’existe que dans les livres d’his­toire, et ils ne manquent pas de repro­cher systé­ma­tique­ment à leurs adver­saires de « faire du Zola » quand ils évoquent les horaires déca­lés des femmes de ménage, le burn out des soignants ou le taux de morta­lité des ouvriers. Infou­tus d’ad­mettre que leur posi­tion de domi­nants leur assure, du berceau à la tombe, un rapport enchanté au travail, les macro­nistes ne comprennent pas que si eux « ne comptent pas leurs heures », l’en­semble des sala­riés français ne le fassent pas aussi.

Leur « éman­ci­pa­tion » n’est pas la nôtre, Regards.fr

Ailleurs, mort au travail jugée en fin d’an­née dernière

Les condi­tions de travail sont parti­cu­liè­re­ment diffi­ciles, comme le décrit l’un de ses collègues, entendu par la police : «  Il fait très chaud, et il y a beau­coup de pous­sière. Par exemple, ce matin, j’ai mesuré la tempé­ra­ture sur le casque de mon collègue et j’ai relevé une mesure de 350 degrés, donc imagi­nez ce que nous subis­sons… Parfois, nous pouvons rester pendant trois heures expo­sés à la chaleur, puisque nous devons enchaî­ner les conver­tis­seurs les uns après les autres. »

[…]

« Notons que sur la majo­rité des sala­riés enten­dus, très peu savent que l’azote est utilisé pour le guni­tage et très peu en connaissent les proprié­tés dange­reuses ! » Et pour cause, dans le plan de préven­tion porté à la connais­sance des ouvriers, l’em­ployeur n’avait mentionné ni l’uti­li­sa­tion de l’azote, ni les risques encou­rus, ni les moyens de s’en proté­ger. […] La machine de commande dans laquelle était penché M. R. lors de son décès présente plus de 40 non-confor­mi­tés. Au vu de ces irré­gu­la­ri­tés, l’ins­pec­teur n’ex­clut pas qu’un échap­pe­ment exces­sif d’azote ait pu provoquer l’as­phyxie brutale de la victime.

[…]

Le 17 avril, au lende­main du décès, l’ins­pec­teur du travail alerte déjà, par mail, le parquet : « J’ai pu consta­ter que l’en­vi­ron­ne­ment du poste de travail de la victime et les tâches qu’elle exécu­tait dans la nuit de son décès présen­taient plusieurs facteurs de péni­bi­lité qui pour­raient être à l’ori­gine de son décès (…) toute­fois seule une autop­sie de la victime permet­trait de le déter­mi­ner. Je pense qu’il convien­drait de deman­der l’au­top­sie de la victime M. R. » La requête a été renou­ve­lée trois jours après et six mois plus tard. Toutes ces récla­ma­tions sont restées lettre morte.

La justice épargne Arce­lorMit­tal, Media­part

Même endroit, jugé il y a quelques jours

« C’était un gars très coura­geux qui n’ar­rê­tait jamais. C’est un garçon qui a été dans la galère du marché de l’em­ploi avant d’être là. Il m’a confié qu’il ne faisait que des petites missions d’in­té­rim en alter­nance avec le chômage. Je pense qu’il voulait montrer aux respon­sables qu’il avait envie de rester »

[…]

« Le haut-four­neau, comme nous l’ex­plique Alexandre, fondeur depuis plus de 15 ans, pour Arce­lorMit­tal, c’est comme une sorte de marmite géante de plus de 80 mètres de hauteur qui peut produire 270 000 tonnes de fonte par mois. Cette fonte est portée à une tempé­ra­ture de plus de 1 500 degrés. Des trous sont faits dans cette marmite pour lais­ser couler la fonte en fusion, qui passe par des rigoles et est ensuite récu­pé­rée pour être utili­sée. On travaille aux bords de cette rigole qui fait 1,6 mètre de large et de 1 à 1,5 mètre de profon­deur. Il y a des nuages de fumée, de pous­sière. Il faut aussi s’ha­bi­tuer au bruit. Il peut y avoir parfois de fortes déto­na­tions, semblables à des gros pétards, déclen­chées par certaines machines. Rajou­tée à cela, l’ex­trême chaleur. C’est l’un des métiers les plus pénibles et les plus dange­reux. Mais on s’y habi­tue. »

Le 13 juillet 2015, une déto­na­tion, plus forte qu’à l’ac­cou­tu­mée, sort de l’une des machines. Surpris, Jérôme est « d’un coup poussé en arrière, il n’avait plus d’équi­libre et il est tombé dans la rigole en arrière sur son côté gauche. Je me suis immé­dia­te­ment rendu sur place, mais il était trop tard. Il a tendu son bras vers moi, mais je ne pouvais pas l’at­teindre. (…) Il y avait des flammes d’au moins cinq mètres de haut. Je me suis écroulé (…) puis j’ai été pris en charge pour aller au centre médi­cal », raconte Laurent, témoin de l’ac­ci­dent. Trau­ma­tisé, Laurent a été en arrêt mala­die pendant deux ans et vient tout juste de reprendre en mi-temps théra­peu­tique.

Les premiers constats de l’ins­pec­tion du travail relèvent une infrac­tion flagrante de la part d’Ar­ce­lorMit­tal : aucune protec­tion n’a été instal­lée pour préve­nir le risque de chute. Les ouvriers travaillent ainsi à quelques centi­mètres d’un liquide qui coule à plus de 1 500 degrés sans qu’au­cun dispo­si­tif ne les protège de ce danger.

Acci­dent mortel dans une usine: la justice épargne encore Arce­lorMit­tal, Media­part

Mais « la justice épargne Arce­lorMit­tal », et la ministre du travail pavoise dans un gouver­ne­ment qui nous parle de valeur travail comme d’un accom­plis­se­ment et qui pour le valo­ri­ser ne propose que de réduire les contraintes des employeurs ou de réduire la qualité de vie de ceux qui n’ont pas d’em­ploi.

Catégories
Emploi et travail Inégalités

À 130 € du seuil de pauvreté

Seuil de pauvreté 1 015 €
SMIC 1.148,96 € net

J’en­tends qu’il n’est pas normal que les gens ne faisant rien touchent autant que les travailleurs.

Ce qui n’est pas normal c’est que travailler à plein temps soit à 130 € du seuil de pauvreté.

Propos repris et refor­mu­lés, trou­vés sur Frama­piaf

Le seuil de pauvreté c’est un niveau rela­tif au revenu médian (pas le salaire médian, le revenu médian du ménage divisé par les personnes compo­sant le ménage). Il permet de cher­cher qui a un niveau de vie signi­fi­ca­ti­ve­ment en dessous du gros du reste de la popu­la­tion locale, et s’en retrouve en consé­quence exclu de fait.

C’est un seuil arbi­traire. Savoir s’il y a 5%, 10% ou 15% de la popu­la­tion sous ce seuil a peu de sens : Ça dépend de quel seuil on prend. Tant qu’on ne prend pas un seuil déli­rant (le commu­né­ment admis est de 60% du revenu médian) ça permet toute­fois de regar­der l’évo­lu­tion dans le temps, de compa­rer des zones géogra­phiques, et de regar­der quel type de popu­la­tion se retrouve concer­née.


C’est le dernier point qui m’in­té­resse ici : Quel type de popu­la­tion est concerné.

Intui­ti­ve­ment on peut y imagi­ner ceux qui n’ont pas d’em­ploi (soit par choix soit par diffi­culté spéci­fique comme un handi­cap) et ceux qui ont des gens à charge.

Qu’une personne travaillant à temps plein et se gardant seul l’en­tiè­reté de ses reve­nus ne soit pas loin de se retrou­ver exclu sous ce seuil de pauvreté, ça doit faire réflé­chir et c’est un problème en soi.

Ça pose des ques­tions sur l’échelle des salaires, sur la répar­ti­tion préa­lable entre travail et capi­tal, sur la capa­cité des plus pauvres à se sortir de leur situa­tion par leurs propres moyens. Dans tous les cas : Ça craint.


Et donc, le sens de la cita­tion pour moi : On ne rendra pas la société plus juste en forçant les gens à travailler ou en abais­sant les aides à ceux qui ne travaillent pas. On ne rend pas la situa­tion de certains plus juste en écra­sant ceux qui se trouvent en dessous.

Le jour où travailler à temps plein permet­tra de s’en sortir, on en repar­lera. Entre temps le problème est ailleurs.

Catégories
Emploi et travail Politique et société Uncategorized Vie professionnelle

[Liens] Éthique et travail

I funda­men­tally believe that my time at Reddit made the world a worse place. That sucks. It sucks to have to say that about myself.

An Apology for the Inter­net, McCo­mas

I wonder which propor­tion of deve­lo­pers is sharing that feeling. Knowing to work for the (dark) grey guys out there, imple­men­ting addic­tive algo­rithms, dark patterns, profi­ling and so on. Whate­ver the reasons, that should be hard to live with. Is there some­thing exis­ting like ethi­cal burn out?

Worse Place, David

Il est possible de penser à l’éthique person­nelle versus l’éthique de l’en­tre­prise. Il est néces­saire d’ex­plo­rer ce que nous appe­lons profes­sio­na­lisme et ses consé­quences. Qu’est-ce que signi­fie « bien faire son travail » ?

Éthique, Karl

Merci Karl et David, je trouve toujours de l’écho chez moi dans vos liens et propos.

Catégories
Emploi et travail

86% des chômeurs

La presse se fait écho des statis­tiques de contrôle au Pôle Emploi et de la réponse de notre gouver­ne­ment. On saura que 14% des contrô­lés auront été pris en faute (proba­ble­ment une inca­pa­cité à prou­ver des recherches suffi­santes).

On est très loin du mythe du chômeur majo­ri­tai­re­ment frau­deur mais 14% ça n’est pas négli­geable non plus. Le gouver­ne­ment annonce vouloir inten­si­fier les contrôles, multi­plier par 5 les effec­tifs de contrô­leurs.

Certains jour­naux donnent plus de détails et, là, le ridi­cule se pointe.

* * *

Parlons d’abord chiffres. Sur les 14% de sanc­tion­nés, seuls 40% sont en réalité indem­ni­sés par l’Une­dic.

Oui, vous avez bien lu. Une part impor­tante des contrô­lés ne rece­vaient aucune indem­ni­sa­tion d’au­cune sorte.

Au final les sanc­tion­nés rece­vant une indem­ni­sa­tion indue repré­sentent seule­ment 5,6% des contrô­lés. D’un coup le chiffre devient bien moins signi­fi­ca­tif. Ne trou­vez-vous pas ?

Si en plus le ciblage a été fait sur des critères pas trop idiots, ça veut dire que le taux de frau­deurs indem­ni­sés doit commen­cer à être fran­che­ment réduit (surtout quand on a en tête le taux de non-recours aux pres­ta­tions sociales, un ordre de gran­deur supé­rieur)

* * *

Bref, pas de quoi justi­fier la multi­pli­ca­tion par cinq (!) des contrôles et des contrô­leurs qui a été annon­cée par le gouver­ne­ment.

Faites le calcul : L’in­dem­ni­sa­tion moyenne est de 1159 euros. La sanc­tion est une radia­tion de 15 jours, soit donc 580 euros.

Pour chaque personne indem­ni­sée sanc­tion­née on en contrôle manuel­le­ment 20, et on procède à 14 désins­crip­tions puis réins­crip­tions. Je ne connais pas le coût d’un contrôle ni celui des désins­crip­tions et réins­crip­tions, mais le gain finan­cier net ne doit pas être énorme.

Avec seule­ment 5% de réus­site utile, il est plutôt urgent de travailler à mieux cibler les contrôles plutôt que les augmen­ter. Là on aurait de la bonne gestion et pas une opéra­tion de commu­ni­ca­tion poli­tique.

* * *

D’au­tant que je ne sais pas vous, mais si j’étais inscrit sans indem­ni­tés et que l’État avait l’ou­tre­cui­dance de me deman­der des comptes, il n’est pas certain que je joue­rais le jeu long­temps.

Même pour ceux qui effec­ti­ve­ment n’avaient pas une recherche active suffi­sante, quel inté­rêt de les contrô­ler à part faire une opéra­tion de commu­ni­ca­tion sur les chiffres ?

Qu’on en arrive à cibler ces gens là pour un contrôle montre qu’il y a fort à faire au niveau de l’ef­fi­ca­cité du ciblage.

* * *

Ou alors…

Ou alors le but était juste­ment de faire une opéra­tion de commu­ni­ca­tion, de pouvoir présen­ter un chiffre de frau­deurs élevé et reje­ter socia­le­ment la faute sur les chômeurs. Ce serait vrai­ment malhon­nête, vrai­ment dégueu­lasse, vrai­ment…

Le problème c’est qu’à part l’in­com­pé­tence crasse de toute la chaîne opéra­tion­nelle cumu­lée à celle de toute la chaîne déci­sion­nelle jusqu’au ministre qui a validé la réponse poli­tique à la publi­ca­tion de ce chif­fre… je ne vois pas d’autre alter­na­tive.

Si j’étais cynique, la malhon­nê­teté et l’in­com­pé­tence ne sont pas des éven­tua­li­tés exclu­sives l’une de l’autre.

Catégories
Emmanuel Macron Emploi et travail En Marche Gérard Collomb Polémiques politiques Politique française Train Transport

[poli­tique] Ils préfèrent foutre le bordel (que de faire 7h de train par jour pour aller travailler)

Il y a tout un monde entre la théo­rie sur le papier et la réalité sur le terrain. Le problème c’est quand celui en charge se permet d’être hautain avec les gens sur le terrain.

Il suffit de quelques mots d’un concerné pour se rendre compte combien les mots d’hu­meur à l’ori­gine de la polé­mique sont ceux de quelqu’un décon­necté du terrain.

Mention spéciale à notre ministre Gérard Collomb dont les propos sont rappor­tés par Marianne. Lui n’a même plus de limites dans son statut de privi­lé­gié, ou alors il a conscience de ce qu’il dit et c’est encore pire :

« C’est pas le problème de 180 kilo­mètres », assure Gérard Collomb, qui estime que les deux points se relient en trois coups d’ac­cé­lé­ra­teur : « Si vous êtes relié par une auto­route ou une voie ferrée qui peut y aller… Je viens de Lyon, j’ai pas de problème pour venir chez vous. »

Ça permet d’ailleurs à Marianne de rappe­ler que ces 180 km prennent plus de temps qu’un Paris-Lyon, que ce soit en voiture ou en train – entre 5 et 7 heures aller-retour, rien que ça, pour du quoti­dien c’est un peu diffi­cile –, et de rappe­ler l’état de la poli­tique d’in­fra­struc­tures hors des liai­sons pour cadres qui vont sur Paris :

Comme semble l’igno­rer Gérard Collomb, la desserte des terri­toires ruraux est de fait en déliques­cence. La SNCF a récem­ment supprimé quatre arrêts à la gare de La Souter­raine, alors que le nombre de voya­geurs y a augmenté de 60% en sept ans. Et A Ussel, la situa­tion n’est guère meilleure. « Ussel est coin­cée », pointe Frédé­ric Cueille de la CGT des chemi­nots limou­sins, qui déplore dans La Montagne un « encla­ve­ment » des zones rurales : « L’objec­tif de la SNCF est de fermer vingt-deux des vingt-sept points de vente. Ussel et Égle­tons sont mena­cées… ».

Catégories
Emploi et travail Entreprise

On orga­nise le dumping social

Liberté des entre­prises d’un côté, chan­tage à l’em­ploi de l’autre. En réalité c’est plus perni­cieux que ça.

La conven­tion collec­tive c’était aussi s’as­su­rer que toutes les entre­prises d’un secteur jouent avec un même socle de règles et de contraintes.

Avec des accords d’en­tre­prise qui peuvent reve­nir sur ces accords de branche, on fait sauter ce verrou : L’en­tre­prise à côté est plus concur­ren­tielle parce qu’elle a entaillé certaines protec­tions sociales ? Il va falloir qu’on fasse pareil si on veut reprendre le marché, et même aller un peu plus loin, sinon c’est le plan social qui nous pend au nez à long terme.

C’est la course au moins disant. Pas le choix. Si l’autre le fait et que le climat écono­mique n’est pas encou­ra­geant, il faudra s’y mettre aussi.

Ça ne vous rappelle rien ? L’Ir­lande avec son impôt sur les socié­tés moitié plus faible que les voisins, le Luxem­bourg qui offre des condi­tions fiscales ridi­cules pour atti­rer les multi­na­tio­nales chez lui, les inci­ta­tions fiscales pour les plus riches « parce que sinon ils iront ailleurs »… On repro­duit ça, en interne, avec les condi­tions de travail des sala­riés.

En réalité on orga­nise le dumping social interne sur le marché français.
Rien de moins.

Et à ce jeu là il n’y a aucun gain pour l’em­ploi. Il s’agit unique­ment de savoir quelle entre­prise gagne la commande, pas d’en prendre de nouvelles.

Pendant ce temps, on perd les protec­tions sociales. Ça peut appor­ter un peu de concur­rence inter­na­tio­nale à court terme, mais pas au point de concur­ren­cer les pays à bas coût, et ça se fait au prix de la santé des sala­riés.

Catégories
Emploi et travail

On vient de tuer le CDD (expli­ca­tions)

Rien de moins. Ou est-ce le CDI qu’on a tué ? Je ne sais pas bien…

Petit calcul pour une entre­prise de plus de 11 sala­riés

Si vous prenez quelqu’un en CDI pour le licen­cier arbi­trai­re­ment quand vous voulez (illé­ga­le­ment donc) vous risquez de payer jusqu’à 1 mois de salaire par année d’an­cien­neté. Tout compris. En gros c’est une prime de 8,3% de salaire pour compen­ser l’abus de licen­cie­ment.

Si vous prenez quelqu’un en CDD et que le contrat va léga­le­ment jusqu’à sa fin, vous devez lui verser en fin de période une prime de préca­rité de 10% de son salaire sur la période.

À la place de l’em­ployeur vous feriez quoi ?

* * *

Oui, ce petit calcul n’est vrai que si on licen­cie au bout d’un an ou deux ans pile. Ça reste inté­res­sant dans les deux à trois mois avant la date anni­ver­saire, beau­coup moins sinon.

Main­te­nant, consi­dé­rant que les deux premiers mois (au moins) sont couverts par la période d’es­sai et son renou­vel­le­ment, et qu’en échange vous n’avez aucune contrainte de renou­vel­le­ment, de durée fixe, de moti­va­tion à donner pour employer en CDD… et que cette prime couvre tout ce qui peut se passer : Au pire vous licen­ciez plus tôt que prévu, sans être tenu à quoi que ce soit.

À l’op­posé, j’ai aussi pris le cas margi­nal. Tous les sala­riés n’ose­ront pas aller aux Prud’­hommes. Tous n’ob­tien­dront pas non plus le montant maxi­mum, surtout en travaillant un prétexte de licen­cie­ment quel­conque. La moyenne réelle sera certai­ne­ment bien en dessous de ce maxi­mum, qui reste­rait toute­fois inté­res­sant pour l’em­ployeur.

Sérieu­se­ment, sauf pour des contrats courts, autant prendre un CDI et licen­cier sans cause réelle ni sérieuse.

On vient de tuer le CDD… et le CDI par la même occa­sion.