À 130 € du seuil de pauvreté


Seuil de pauvreté 1 015 €
SMIC 1.148,96 € net

J’en­tends qu’il n’est pas normal que les gens ne faisant rien touchent autant que les travailleurs.

Ce qui n’est pas normal c’est que travailler à plein temps soit à 130 € du seuil de pauvreté.

Propos repris et refor­mu­lés, trou­vés sur Frama­piaf

Le seuil de pauvreté c’est un niveau rela­tif au revenu médian (pas le salaire médian, le revenu médian du ménage divisé par les personnes compo­sant le ménage). Il permet de cher­cher qui a un niveau de vie signi­fi­ca­ti­ve­ment en dessous du gros du reste de la popu­la­tion locale, et s’en retrouve en consé­quence exclu de fait.

C’est un seuil arbi­traire. Savoir s’il y a 5%, 10% ou 15% de la popu­la­tion sous ce seuil a peu de sens : Ça dépend de quel seuil on prend. Tant qu’on ne prend pas un seuil déli­rant (le commu­né­ment admis est de 60% du revenu médian) ça permet toute­fois de regar­der l’évo­lu­tion dans le temps, de compa­rer des zones géogra­phiques, et de regar­der quel type de popu­la­tion se retrouve concer­née.


C’est le dernier point qui m’in­té­resse ici : Quel type de popu­la­tion est concerné.

Intui­ti­ve­ment on peut y imagi­ner ceux qui n’ont pas d’em­ploi (soit par choix soit par diffi­culté spéci­fique comme un handi­cap) et ceux qui ont des gens à charge.

Qu’une personne travaillant à temps plein et se gardant seul l’en­tiè­reté de ses reve­nus ne soit pas loin de se retrou­ver exclu sous ce seuil de pauvreté, ça doit faire réflé­chir et c’est un problème en soi.

Ça pose des ques­tions sur l’échelle des salaires, sur la répar­ti­tion préa­lable entre travail et capi­tal, sur la capa­cité des plus pauvres à se sortir de leur situa­tion par leurs propres moyens. Dans tous les cas : Ça craint.


Et donc, le sens de la cita­tion pour moi : On ne rendra pas la société plus juste en forçant les gens à travailler ou en abais­sant les aides à ceux qui ne travaillent pas. On ne rend pas la situa­tion de certains plus juste en écra­sant ceux qui se trouvent en dessous.

Le jour où travailler à temps plein permet­tra de s’en sortir, on en repar­lera. Entre temps le problème est ailleurs.

,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.