Catégories
Guerre et Paix Terrorisme USA

[Lecture] Inside the CIA’s black site torture room

Oui ça ne date pas d’aujourd’­hui mais on aurait tort de lais­ser l’in­for­ma­tion sous le tapis à cause de cela. Les faits ne sont connus qu’a­près quelques années, les enquêtes en mettent encore plusieurs autres. La tran­sac­tion judi­ciaire liée à ce passé vient juste d’être soldée.

À l’heure où on est sur le point d’em­pi­ler encore une loi renforçant l’exé­cu­tif, les pouvoirs de police police et le rensei­gne­ment en France, il n’est pas inutile de rappe­ler de quoi nos démo­cra­ties sont capables. Il est illu­soire de croire que ça n’au­rait pas pu arri­ver en France. Je n’irai même pas jusqu’à affir­mer que nous n’avons rien eu du même style.

Le repor­tage est long mais bien fait, détaillé, factuel, expli­ca­tif : Inside de CIA’s black site torture room, The Guar­dian. Aujourd’­hui les vrais respon­sables, poli­tiques et donneurs d’ordre, sont toujours chez eux.

In his pre-trial depo­si­tion, Jessen insis­ted that the inter­ro­ga­tion methods he and Mitchell first propo­sed to defeat this resis­tance inclu­ded no physi­cal pres­sures and were consistent with the Geneva Conven­tions. But by April, Jessen was craf­ting an “Exploi­ta­tion Draft Plan” that inclu­ded holding captives in sound­proof cells in secret faci­li­ties that were beyond the reach of the Red Cross, the press, and US and foreign obser­vers. A few months later, “Jim and I went into a cubicle,” as Jessen recal­led during his depo­si­tion. “He sat down at a type­wri­ter, and toge­ther we wrote out a list” that became the CIA’s enhan­ced inter­ro­ga­tion tech­niques.

[…]

 

Novem­ber 2002:  Rahman wearing only socks and diaper; super­vi­sor has concern regar­ding hypo­ther­mia

Rahman subjec­ted to 48 hours of sleep depri­va­tion, rough treat­ment, cold shower and other measures but remai­ned noncom­pliant.

Subjec­ted to cold condi­tions and mini­mum food and sleep… confu­sed due to dehy­dra­tion and fatigue.

Cable recom­mends future use of conti­nued envi­ron­men­tal depri­va­tions with inter­ro­ga­tions 18 out of 24 hours daily

Linguist asks ques­tions about the tempe­ra­ture at which hypo­ther­mia occurs […]

Novem­ber 20,
04:00 hrs guard check – Rahman is alive.
08:00 hrs guard check – Rahman is alive.
10:00 hrs guard check – Rahman is dead.

 

 

 

 

Catégories
Droit Politique française Surveillance Terrorisme

On instaure litté­ra­le­ment un crime de pensée

« Aux seules fin de préve­nir la commis­sion d’actes de terro­risme, toute personne à l’égard de laquelle il existe des raisons sérieuses de penser que son compor­te­ment consti­tue une menace d’une parti­cu­lière gravité pour la sécu­rité et l’ordre publics et qui soit entre en rela­tion de manière habi­tuelle avec des personnes ou des orga­ni­sa­tions inci­tant, faci­li­tant ou parti­ci­pant à des actes de terro­risme, soit soutient, diffuse ou adhère à des thèses inci­tant à la commis­sion d’actes de terro­risme ou faisant l’apo­lo­gie de tels actes peut se voir pres­crire par le ministre de l’in­té­rieur les obli­ga­tions prévues au présent chapitre. »

La phrase est pleine d’al­ter­na­tives alors je vais clari­fier : Il suffit d’adhé­rer à des thèses parlant posi­ti­ve­ment d’actes de terro­risme. Adhé­rer à des thèses. Pas besoin d’actes ni d’in­ten­tion future, pas même d’apo­lo­gie publique.

On instaure litté­ra­le­ment un crime de pensée.

Je ne sais pas si tout le monde se rend compte qu’on est en train de fran­chir grave­ment la ligne jaune.

Les petits malins diront qu’il faut en plus qu’il existe des raisons sérieuses de penser que le compor­te­ment consti­tue une menace d’une parti­cu­lière gravité. Cela dit on a vu avec les assi­gna­tions à rési­dence passées que les juges étaient assez ouvert à l’ar­bi­traire total de la formule « des raisons sérieuses de penser ». D’au­tant que quelqu’un qui adhère à des thèses qui peuvent inci­ter à la commis­sion d’actes de terro­risme, ça laisse forcé­ment des raisons sérieuses de penser, vous ne trou­vez pas ? C’est même la raison d’être de cet article.

À force de vouloir arrê­ter le crime avant qu’il ne devienne réalité, on crimi­na­lise le risque, l’opi­nion et la proxi­mité rela­tion­nelle. Tout ça me fait peur, parce qu’une fois cette ligne fran­chie, je ne vois pas où on va s’ar­rê­ter.

Catégories
Libertés Recherche Terrorisme

[Commen­taire] Des cher­cheurs ont vu […] la DGSI, qui ont embarqué leurs ordi­na­teurs

Afin de proté­ger les cher­cheur.e.s qui seraient amené.e.s à consul­ter ces sites [faisant l’apo­lo­gie du terro­risme] pour mener à bien leurs recherches, je vous demande de bien vouloir nous trans­mettre [les] noms et coor­don­nées [des cher­cheurs] qui travaillent ou envi­sagent de travailler en consul­tant ces sites.

[…] Cette infor­ma­tion est hélas néces­saire afin de pouvoir prou­ver qu’un programme de recherche était bien en cours sur ces ques­tions dans votre unité. Il s’agit d’une mesure préven­tive qui nous permet­trait, le cas échéant, de défendre les collègues

Certains ont cru que l’in­for­ma­tion était là. C’est le symp­tôme d’une crainte, mais la vraie infor­ma­tion elle suit dans l’ar­ticle :

Des cher­cheurs ont vu débarquer chez eux ou dans leurs labo­ra­toires les services de la DGSI, qui ont embarqué leurs ordi­na­teurs, juste­ment dans ce domaine.

— Patrice Bour­de­lais, direc­teur de l’INSHS, Fran­ceinfo

Mesure préven­tive ? vrai­ment ? peut-être pas tant que ça, et là ce n’est plus une crainte mais un vrai problème.

Je n’ose imagi­ner un système telle­ment défaillant que les services de rensei­gne­ments ignorent qu’ils s’adressent à des cher­cheurs spécia­li­sés sur le sujet. Ils savent, et donc ce qui les inté­resse ce sont les données, les recherches, pas le risque de terro­risme de la part du cher­cheur.

C’est un problème pour les cher­cheurs aujourd’­hui, mais aussi pour le futur. Je souhaite bien du courage aux cher­cheurs pour ne pas se faire fermer toutes les portes si leurs données peuvent à tout moment être saisies.

On peut se dire qu’ils méritent la même protec­tion que les jour­na­listes mais c’est se trom­per de combat.

Le problème est en amont. Tout le monde mérite d’avoir le droit de s’in­for­mer ou d’in­for­mer les autres, sans forcé­ment avoir une étiquette ou un métier parti­cu­lier.

Ce sont nos liber­tés fonda­men­tales qu’on remet en cause. Lais­ser faire est d’une négli­gence grave. Le trai­ter comme un problème parti­cu­lier de cher­cheurs ou de jour­na­listes, c’est une erreur grave qu’on risque de regret­ter.

Catégories
Libertés Politique et société Terrorisme

Choi­sir notre monde

Je vois les poli­tiques gesti­cu­ler dans une esca­lade à celui qui reniera le plus les valeurs qu’il prétend défendre, et la popu­la­tion qui cherche à qui la faute.

J’ai mal, parce qu’a­voir arrêté un camion qui se lance sur la foule en tout juste deux minutes, c’est une sacré réus­site, un exploit même. Pas dit que le lance roquette de Henri Guaino aurait fait mieux.

Oui, c’est une réus­site de nos services de police, malgré le lourd bilan.


Bon, c’est aussi un énorme coup de chance mais quand l’au­teur prépare ça sur quelques jours sans histo­rique ni connexion avec le milieu terro­riste, il est illu­soire de penser faire mieux.

Dès que quelqu’un est prêt à mourir, il pourra toujours faci­le­ment tuer des gens au hasard dans la rue, poten­tiel­le­ment beau­coup, quoi qu’on fasse.

Nous pouvons mettre des check­points tous les deux kilo­mètres, des blocs de béton en zigzag sur tous les axes, des patrouilles mili­taires lour­de­ment armées en surnombre à tous les carre­fours, une surveillance totale sur toutes les commu­ni­ca­tions, des fouilles systé­ma­tiques à chaque bâti­ment, un empri­son­ne­ment préven­tif et sans procès, des recon­duites à la fron­tières en masse, un contrôle de la reli­gion et une inter­dic­tion de tout prosé­ly­tisme d’une opinion non caution­née par le pouvoir en place…

Nous pouvons, mais ça ne chan­ge­rait rien. Si nous pouvions combattre le terro­risme ainsi, à voir les moyens déployés en ce sens du Moyen-Orient à l’Afrique du Nord, la paix aurait été obte­nue depuis long­temps. Au lieu de cela, nos morts sont presque anec­do­tiques face aux leurs.


Ne rien faire n’est pas une solu­tion non plus, mais il y a un équi­libre à trou­ver. Aujourd’­hui j’ai l’im­pres­sion que nous l’avons large­ment dépassé.

Il y a bien des causes en France qui provoquent plus de 300 drames par an et pour lesquelles on ne déploie même pas le dixième des moyens actuels. Des causes pour lesquelles nous n’au­rions même pas besoin de renier nos valeurs. Des causes pour aider et permettre plutôt que pour empê­cher et humi­lier.

De quels moyens aurions-nous besoin pour accom­pa­gner ses parents isolés qui viennent de perdre leur conjoint et qui ne savent comment faire face aux besoins de la famille ? De quels moyens aurions-nous besoin pour éviter que 500 SDF meurent dans nos rues chaque année ? De quels moyens aurions-nous besoin pour accom­pa­gner quelques milliers de syriens qui fuient la guerre que nous menons chez eux plutôt que de les lais­ser se noyer ou mourir en chemin ? Certai­ne­ment beau­coup moins, autant au niveau finan­cier qu’au niveau symbo­lique.

On me dira que ça n’a rien à voir. Je ne suis pas d’ac­cord. C’est un choix. À part que les gens qui prennent les déci­sions ne sont ni dans le besoin ni SDF ni syriens, il y a-t-il vrai­ment une bonne raison de plutôt conti­nuer d’in­ves­tir dans l’écra­se­ment inutile de nos valeurs et de nos liber­tés ?


Mon fils a commencé à toucher au maté­riel élec­tro­nique à l’âge de deux ans. J’ai tenté de proté­ger en mettant des choses devant mais ça n’a été qu’une complexité à résoudre, rien qui n’a changé l’is­sue. J’ai surveillé le maté­riel en sa présence, évité qu’il n’ap­proche. Je me suis épuisé mais lui a conti­nué à profi­ter de chaque inat­ten­tion, et surtout il y a trouvé plein d’autres trucs que je ne voulais pas qu’il touche. Évidem­ment j’ai inter­dit mais à cet âge ça lui passe au-dessus. Quoique… au moins il savait quoi faire quand il avait envie de faire une bêtise. J’ai eu une période diffi­cile, avec oppo­si­tion systé­ma­tique. Je ne suis pas fier, j’ai même du crier trop fort ou punir quand je n’en pouvais plus.

Il y avait d’autres solu­tions. Il y avait lui accor­der plus de temps, jouer avec lui plutôt que travailler à côté sur l’or­di­na­teur, lui donner à manger quand il a faim mais avant qu’il ne le demande lui-même, lui faire faire la sieste quand il a sommeil plutôt que de le lais­ser vaquer, lui ensei­gner des choses, éveiller son esprit, lui permettre et lui propo­ser de faire d’autres choses plutôt que de lui inter­dire de faire des bêtises, l’ac­com­pa­gner plutôt que de le sanc­tion­ner. La réus­site était d’au­tant plus écla­tante.

Si vous avez eu un enfant, vous savez proba­ble­ment de quoi je parle. C’est évident pour tout le monde mais aussi telle­ment facile de se lais­ser entrai­ner dans la mauvaise boucle si on n’y prête pas garde. Parfois un peu de fatigue suffit.


Non, ça n’a rien à voir.

Ça n’a rien à voir mais je ne peux m’em­pê­cher de voir que toute une classe poli­tique inves­tit dans la réponse puni­tive, dans les mesures de protec­tion, de police et de contrôle.

On s’étonne de géné­rer nos propres oppo­sants mais nous faisons tout pour éviter qu’ils aspirent à vivre ici et s’y sentent épau­lés.

La défiance de la popu­la­tion envers la police est au plus haut depuis quelques mois. La défiance de l’ad­mi­nis­tra­tion envers les admi­nis­trés a atteint un point de non-sens total. La défiance des poli­tiques envers tout le monde et de tout le monde envers les poli­tiques ne date pas d’hier. Vu les décla­ra­tions de ces derniers après l’at­ten­tat de Nice, de l’aban­don assumé de l’État de droit à l’em­pri­son­ne­ment arbi­traire 24h/24 sans procès en passant par l’his­toire du lance-roquette, j’ai du mal à ne pas parti­ci­per moi-même à cette défiance géné­ra­li­sée.

Certains diront que je vis chez les bisou­nours. Moi j’ai peur qu’ils veuillent faire ressem­bler notre monde à leurs peurs et leurs cauche­mars.


AMENDEMENT N°17

présenté par Mme Attard

———-

ARTICLE PREMIER

Suppri­mer cet article.

EXPOSÉ SOMMAIRE

Les chiffres du minis­tère de l’In­té­rieur et les rapports parle­men­taires ont démon­tré que l’état d’ur­gence n’a plus d’in­té­rêt au-delà des 15 jours initiaux déci­dés par le Président de la Répu­blique. De nombreuses audi­tions l’ont confirmé. Comme son nom l’in­dique, l’état d’ur­gence doit être réservé aux situa­tions d’ur­gence. C’est pourquoi il est néces­saire de suppri­mer cet article, afin de lutter effi­ca­ce­ment contre le terro­risme. Cette lutte doit passer par un accrois­se­ment des moyens finan­ciers et humains consa­crés à l’enquête de proxi­mité, à l’édu­ca­tion et à la justice. La suren­chère sécu­ri­taire et l’agi­ta­tion média­tique ne consti­tuent pas une poli­tique effi­cace.

Merci. Merci d’es­sayer de faire vivre notre société, de la faire progres­ser, de penser au futur plutôt qu’au jeu média­tique.

Catégories
Guerre et Paix Syrie Terrorisme

[Commen­taire] Ils ont besoin de notre aide

Pour que ce soit plus clair :

Les popu­la­tions terro­ri­sées quoti­dien­ne­ment par l’EI n’ont pas besoin de notre vengeance, elles ont besoin de notre aide.

Et nous de conti­nuer à rendre diffi­cile l’ac­cueil des syriens qui fuient nos bombar­de­ments.

Catégories
Pauvreté Terrorisme

[Lecture] Hommage aux 497 sans-abri morts l’an passé

En France, 497 SDF dûment iden­ti­fiés, dont 190 en région pari­sienne, -inhu­més pour la plupart au carré des indi­gents à Thiais (Val-de-Marne)- sont décé­dés en 2015. « Mais les statis­tiques évaluent à 2 800 le nombre de sans-abri qui meurent chaque année », précise Nico­las Clément, président du collec­tif qui tord le cou à une idée reçue selon laquelle les SDF mour­raient surtout l’hi­ver

Le Pari­sien

Je vois l’in­ves­tis­se­ment lié au terro­risme en France avec vigi­pi­rate, du coût des mili­taire en vigie jusqu’à l’im­pact écono­mique et tout l’ar­se­nal.

Quelle part serait néces­saire pour simple­ment quasi­ment éradiquer les risques graves pour les SDF (voire loger les SDF) ? proba­ble­ment seule­ment une partie.

Les prio­ri­tés nous les choi­sis­sons. Nous préfé­rons rogner nos liber­tés, voir les mili­taires dans nos rues et dépen­ser des milliards pour faire semblant d’évi­ter des drames ponc­tuels plutôt que d’agir concrè­te­ment pour bien plus de morts à nos portes, qui sont là chaque année. J’ai mal au cœur, et ce n’est pas nouveau.

Catégories
Libertés Terrorisme

Lettres de cachet dans Mino­rity report

Nous sommes telle­ment habi­tués au pire que plus rien ne choque.

L’État dit juste qu’il inter­pelle dans l’ar­bi­traire le plus total des gens contre qui il n’a aucune charge (préven­tif) et pour lesquels on évite la publi­cité (vue la faci­lité avec laquelle on monte une opéra­tion de commu­ni­ca­tion sur chaque mini-victoire, on peut consi­dé­rer que celles-ci sont volon­tai­re­ment cachées).

On ne parle pas d’une personne parti­cu­lière pour un risque précis, mais *des* inter­pel­la­tions préven­tives *tous les jours*. Rien que ça.

Et ça ne choque personne. Je me rappelle du concept de lettre de cachet. Nous n’en sommes pas loin.

Moi ça me fait peur. Si vous croyez que ça ne touche que des terro­ristes, vous avez quand même extrê­me­ment confiance dans nos gouver­ne­ments. Même ainsi, j’es­père que personne n’ose­rait croire que ça ne peut pas déra­per, que ça ne sera jamais détourné à l’ave­nir, que ça ne pose pas un problème immense pour l’état de droit.

Catégories
Politique et société Terrorisme

[Lecture] Appli­ca­tion SAIP – Le minis­tère de l’In­té­rieur lance un nouveau système d’alerte

Nommée SAIP, pour système d’alerte et d’in­for­ma­tion des popu­la­tions, l’ap­pli­ca­tion vous permet­tra d’être alerté lors d’évé­ne­ments excep­tion­nels (alertes nucléaire, produits dange­reux, rupture d’ou­vrage hydrau­lique, etc.) suscep­tibles de résul­ter d’un atten­tat, surve­nant dans une zone géogra­phique précise, sous réserve que la géolo­ca­li­sa­tion soit acti­vée et que l’ap­pli­ca­tion soit active.

via Android France

Bras­sage de vent.

Il faut que les gens aient installé l’app. Pas besoin d’être grand sorcier pour penser que ça va concer­ner une poignée de personnes, même à grand renfort de pub.

Il faudra ensuite que les gens ne l’aient pas désins­tal­lée. Parce que oui, l’app demande un canal data tous les quart d’heure pour télé­char­ger les alertes du moment, plus poten­tiel­le­ment une loca­li­sa­tion (j’es­père qu’ils ne font pas de géolo­ca­li­sa­tion en l’ab­sence d’alerte mais je n’y mettrais pas ma main au feu). Réduire signi­fi­ca­ti­ve­ment l’au­to­no­mie de l’ou­til de tous les jours pour aucun béné­fice direct visible, ça va être diffi­cile à faire accep­ter.

Il faudra ensuite que la noti­fi­ca­tion serve. La véri­fi­ca­tion de nouvelle alerte se fait toutes les 15 minutes. C’est peu mais ça reste énorme. L’alerte concer­nera un événe­ment vieux d’un quart d’heure. Comme il faut le temps que la chaîne hiérar­chique décide d’en­voyer l’alerte, mettons plutôt un événe­ment vieux d’il y a trente minutes. Ensuite il faudra que la personne ouvre ses noti­fi­ca­tions.

* * *

Facile de critiquer mais le bon outil existe : le SMS.

  • On peut envoyer l’in­for­ma­tion unique­ment aux personnes dans le rayon d’ac­tion de l’an­tenne radio concer­née. Pas besoin de géolo­ca­li­sa­tion sur le télé­phone.
  • On peut toucher tout le monde, y compris les étran­gers de passage, sans besoin d’avoir installé une appli­ca­tion spéci­fique aupa­ra­vant.
  • On peut le faire en temps quasi réel, sans la latence de 15 minutes néces­saire pour le télé­char­ge­ment régu­lier de l’app android.
  • On peut le faire sans toucher à l’au­to­no­mie du télé­phone. La veille GSM clas­sique suffit. Il n’est même pas utile d’avoir un canal de donnée activé.

Mieux, il existe un type de SMS parti­cu­lier dit « flash SMS », prévu spéci­fique­ment pour ce type d’usages, qui s’af­fiche d’of­fice sur le télé­phone, en prio­ri­taire.

Le défaut ? Il faudrait une loi pour obli­ger les opéra­teurs à relayer ces messages d’alertes (ou au moins une conven­tion, parce que j’ima­gine qu’il serait diffi­cile pour eux de refu­ser publique­ment d’y sous­crire) et… il faudrait payer les envois de SMS. D’après un autre article c’est surtout ce dernier point qui pose problème au gouver­ne­ment.

C’est sur que c’est moins cher de bras­ser du vent (quoique… l’app a bien du coûter 50k€, plus la licence de la tech­no­lo­gie d’alerte utili­sée et louée par un pres­ta­taire).

* * *

Et sinon, pour les vrais qui s’en rappellent, on a juste­ment un SAIP depuis la guerre : un système d’alerte et d’in­for­ma­tion aux popu­la­tions, qu’on teste le midi tous les premiers mercredi du mois via des alarmes bien sonores.

Sauf qu’on ne prend même pas la peine d’in­for­mer les gens de ce que c’est – de mon expé­rience une partie de mes connais­sances ne le savait même pas – et encore moins les codes pour diffé­ren­cier un test d’une vraie alerte.

Ce SIAP était prévu pour survivre aux catas­trophes. Aujourd’­hui il est laissé à l’aban­don. On le teste, on inven­to­rie (en théo­rie), mais plus personne n’est en charge de corri­ger les problèmes et assu­rer la main­te­nance (ne parlons même pas de l’étendre aux nouvelles zones d’ha­bi­ta­tion). France Tele­com consi­dère que ce n’est plus son rôle depuis que la société a migré du public au privé. Ni les collec­ti­vi­tés ni l’État ne veulent mettre la main à la poche.

Le problème est connu depuis long­temps, mais ça ne permet pas de faire des commu­niqués de presse aussi sympa qu’un gadget de smart­phone.

Catégories
Terrorisme

Terro­risme.

Prendre du recul, sortir de ce qu’on croit évident et de nos préju­gés, reve­nir aux défi­ni­tions.

Terro­risme :
A. – Histo­rique.
Poli­tique de terreur pratiquée pendant la Révo­lu­tion.
Par exten­sion : emploi systé­ma­tique par un pouvoir ou par un gouver­ne­ment de mesures d’ex­cep­tion et/ou de la violence pour atteindre un but poli­tique.

Par cette défi­ni­tion les États-Unis quali­fient tota­le­ment au prin­cipe de l’État terro­riste.

Poli­tique exté­rieure armée, lois d’ex­cep­tions, empri­son­ne­ment de « combat­tants enne­mis » hors conven­tion de Genève, poli­tique d’exé­cu­tion arbi­traire de mili­taires et civils par des bombes venant de drones… Tout y est, le systé­ma­tisme, le pouvoir en place, les mesures d’ex­cep­tions, la violence et le but poli­tique.

Même si les mesures d’ex­cep­tion Vigi­pi­rate sont anciennes, les liber­tés du niveau de l’état d’ur­gence sont encore fraiches. La France n’en est pas au systé­ma­tisme et on peut encore discu­ter du but poli­tique. Atten­tion toute­fois : quand on annonce vouloir garder ces mesures d’ex­cep­tion tant que le terro­risme existe, qu’on en fait un outil poli­tique, on glisse juste­ment vers un État terro­riste nous-même. Le souhai­tons-nous ?

B. −
Ensemble des actes de violence qu’une orga­ni­sa­tion poli­tique exécute dans le but de désor­ga­ni­ser la société exis­tante et de créer un climat d’in­sé­cu­rité tel que la prise du pouvoir soit possible.
Par analo­gie : Atti­tude d’in­to­lé­rance, d’in­ti­mi­da­tion dans le domaine cultu­rel, intel­lec­tuel et/ou spiri­tuel.

Là aussi, la poli­tique exté­rieure des États-Unis quali­fie tota­le­ment à la défi­ni­tion racine.

La France est moins inter­ven­tion­niste, ou pas. Peut-être avons-nous simple­ment moins de recul sur la moti­va­tion de nos inter­ven­tions mili­taires exté­rieures. Diffi­cile de ne pas croire qu’au moins en partie notre moti­va­tion n’est pas d’ins­tau­rer un nouveau gouver­ne­ment qui nous convient mieux, c’est à dire réali­ser ou permettre une prise de pouvoir.

On pour­raient même dire que l’état d’ur­gence aujourd’­hui est en partie une façon de créer ou entre­te­nir un senti­ment d’in­sé­cu­rité et casser les barrières exis­tantes pour des motifs élec­to­raux. Je n’irai pas jusqu’à dire que ça valide l’es­prit de la défi­ni­tion de terro­risme, mais au moins nous nous devons de faire atten­tion.

Sur la défi­ni­tion par analo­gie, la France comme les États-Unis quali­fient là aussi très faci­le­ment. Quand on voit nos poli­tiques prin­ci­paux s’en­fon­cer dans un racisme ouvert, voir parfois une guerre de reli­gion, vouloir contrô­ler l’ap­pa­ri­tion de telle ou telle reli­gion en public ou vouloir la modé­rer telle que la voudrait l’État, parler de droit de l’hom­miste, faire peur pour mino­rer les opinions diver­gen­tes…

Après tout est une ques­tion de propor­tion, nous ne sommes pas en Chine, mais faut-il forcé­ment être dans le pire pour s’au­to­ri­ser à prendre du recul et consi­dé­rer qu’on est sur le mauvais chemin ?


 

Par exten­sion : emploi systé­ma­tique par un pouvoir ou par un gouver­ne­ment […]

Le diction­naire a ses défi­ni­tions, l’usage en a d’autres.

À l’ori­gine le terro­risme quali­fie l’État ou le pouvoir en place. Il est inté­res­sant que ces derniers aient réussi à renver­ser la défi­ni­tion pour l’ap­pliquer à ceux qui les contestent. Inté­res­sant et effrayant.

Cela dit, même dans la défi­ni­tion popu­laire du terro­risme, c’est à dire « qui commet des actes de violence sur des civils pour des motifs reli­gieux ou poli­tiques », n’ou­blions pas que nos pays quali­fient tout autant.

Les attaques de drones états-uniens se font pour partie sur des civils. Nos opéra­tions exté­rieures sont plus discrètes et plus anec­do­tiques mais les croire diffé­rentes serait une gros­sière erreur.


 

Je n’ai pas parlé d’Is­raël. En partie parce que ça déclenche des polé­miques à n’en plus finir, mais aussi malheu­reu­se­ment parce qu’il n’y a pas vrai­ment place au débat. On peut trou­ver ça justi­fié mais factuel­le­ment on valide chaque défi­ni­tion, formelle ou popu­laire, sans même l’ombre d’une hési­ta­tion.

Ça amène le dernier point, fina­le­ment évident, le terro­riste c’est celui qui utilise de la violence illé­gi­time. L’illé­gi­time c’est l’autre, peu importe dans quel camp on est. Quand il n’en reste plus qu’un, l’illé­gi­time c’est le perdant, le moins fort.

Aujourd’­hui je suis occi­den­tal, et nous appa­rais­sons comme les plus forts. Est-ce une justi­fi­ca­tion pour nous auto­ri­ser tout cela ?

Catégories
Terrorisme

[Cita­tion] 5 fois moins de procé­dures judi­ciaire pour terro­risme

Ça se passe de commen­taires.