[Commentaire] Des chercheurs ont vu […] la DGSI, qui ont embarqué leurs ordinateurs

Afin de protéger les chercheur.e.s qui seraient amené.e.s à consulter ces sites [faisant l’apologie du terrorisme] pour mener à bien leurs recherches, je vous demande de bien vouloir nous transmettre [les] noms et coordonnées [des chercheurs] qui travaillent ou envisagent de travailler en consultant ces sites.

[…] Cette information est hélas nécessaire afin de pouvoir prouver qu’un programme de recherche était bien en cours sur ces questions dans votre unité. Il s’agit d’une mesure préventive qui nous permettrait, le cas échéant, de défendre les collègues

Certains ont cru que l’information était là. C’est le symptôme d’une crainte, mais la vraie information elle suit dans l’article :

Des chercheurs ont vu débarquer chez eux ou dans leurs laboratoires les services de la DGSI, qui ont embarqué leurs ordinateurs, justement dans ce domaine.

— Patrice Bourdelais, directeur de l’INSHS, Franceinfo

Mesure préventive ? vraiment ? peut-être pas tant que ça, et là ce n’est plus une crainte mais un vrai problème.

Je n’ose imaginer un système tellement défaillant que les services de renseignements ignorent qu’ils s’adressent à des chercheurs spécialisés sur le sujet. Ils savent, et donc ce qui les intéresse ce sont les données, les recherches, pas le risque de terrorisme de la part du chercheur.

C’est un problème pour les chercheurs aujourd’hui, mais aussi pour le futur. Je souhaite bien du courage aux chercheurs pour ne pas se faire fermer toutes les portes si leurs données peuvent à tout moment être saisies.

On peut se dire qu’ils méritent la même protection que les journalistes mais c’est se tromper de combat.

Le problème est en amont. Tout le monde mérite d’avoir le droit de s’informer ou d’informer les autres, sans forcément avoir une étiquette ou un métier particulier.

Ce sont nos libertés fondamentales qu’on remet en cause. Laisser faire est d’une négligence grave. Le traiter comme un problème particulier de chercheurs ou de journalistes, c’est une erreur grave qu’on risque de regretter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos de ce site, du contenu, de l'auteur
Je poste parfois ici des humeurs ou des pensées. Parfois je change, parfois je me trompe, parfois j'apprends, et souvent le contexte lui-même évolue avec le temps. Les contenus ne sont représentatifs que de l'instant où ils ont été écrits. J'efface peu les contenus de ce site, merci de prendre du recul quand les textes sont anciens. Merci

À toutes fins utiles, ce site est hébergé par OVH SAS, joignable par téléphone au +33 (0)9 72 10 10 07 et dont le siège social est au 2 rue Kellermann, 59100 Roubaix, France.