Catégories
Vote et élection

Para­doxe de Simp­son

Rien de plus louche qu’un redé­cou­page élec­to­ral fait en sous-marin, surtout quand il s’ac­com­pagne d’un chan­ge­ment de fonc­tion­ne­ment du scru­tin.

Vous pouvez être certains qu’il y a une exploi­ta­tion inten­sive du para­doxe de Simp­son.

Le para­doxe de Simp­son c’est profi­ter d’un décou­page des échan­tillons pour détour­ner le résul­tat d’un vote.

Un petit exemple graphique vaut mille discours. On part donc d’un terri­toire avec 37 votants, 16 bleus et 19 rouges, répar­tis sans dispro­por­tion exces­sive.

Forcé­ment, sur une élec­tion on se dit que les rouges vont gagner, non ?

Avec une élec­tion pure­ment propor­tion­nelle sur tout le terri­toire, ce serait le cas. Imagi­nons qu’on veuille dési­gner une assem­blée de plusieurs élus. Pour qu’elle repré­sente à la fois les élec­teurs et les régions des élec­teurs, on choi­sit de décou­per le terri­toire en 3 régions et d’élire un repré­sen­tant par région.

Imagi­nez que c’est un parti­san des bleus qui fasse le décou­page. Que croyez-vous qu’il puisse arri­ver ?

Oui, 2 régions aux bleus, une région aux rouge.

Si l’as­sem­blée fonc­tionne elle-même à la propor­tion­nelle, les bleus ont le pouvoir de tout déci­der seuls alors qu’ils sont théo­rique­ment mino­ri­taire.

Déran­geant n’est-ce pas ? Et pour­tant, ce mode d’élec­tion ne vous rappelle-t-il rien ?

Un autre arran­ge­ment aurait pu attri­buer la tota­lité des repré­sen­tants aux rouges, lais­sant les bleus sans aucun repré­sen­tant.

La seule diffé­rence tient à qui fait le décou­page.

Ne croyez pas que les exemples soient gros­siers et tirés par les cheveux. Nos circons­crip­tions élec­to­rales sont bien plus tordues que mes simples lignes droites, et leur compo­si­tion bien moins homo­gène que mon exemple.

Un système à deux tours ouvre encore plus de possi­bi­li­tés de mani­pu­la­tion. Si ça vous amuse vous pouvez mettre des rouges clairs et rouges foncés, des bleus clairs et bleus foncés pour repré­sen­ter les divi­sions au sein de chaque couleur. Clairs et foncés vote­ront chacun pour eux au premier tour mais se rassem­ble­ront au second tour.

Au final c’est juste un jeu savant à base d’énormes grilles de chiffres mais qui peut se biai­ser bien plus forte­ment que mon simple exemple ne le laisse croire.

Évidem­ment chaque redé­cou­page sera publique­ment motivé par des ques­tions démo­gra­phiques, des ques­tions de repré­sen­ta­tion de terri­toire, des équi­libre ville/campagne, etc. En réalité les critères, leur pondé­ra­tion et la façon dont on les prend en compte reste­ront guidé par nos tableaux de chiffres et le para­doxe de Simp­son.

Au mieux on peut avoir des accords entre les plus grandes forces en présence en fonc­tion de leur propre poids dans le bras de fer du moment et de leurs espoirs pour le futur.


TL;DR: Le décou­page élec­to­ral ne fait que révé­ler le choix de celui qui découpe. Le système majo­ri­taire à deux tours ne fait que lui faci­li­ter le travail.

Catégories
Démocratie et institutions

Une dicta­ture ?

Dans la suite je ne réduis pas ce terme à un modèle de type Corée du nord. Pour réflé­chir je reviens à la source, et aux défi­ni­tions de diction­naire :

Régime poli­tique dans lequel le pouvoir est entre les mains d’un seul homme ou d’un groupe restreint qui en use de manière discré­tion­naire

TLFi, via le CNRTL

La France sépare ses pouvoirs. En cela personne ne détient le pouvoir au sens de pouvoir absolu.

Pour autant, nous n’en sommes pas si loin à cause de délé­ga­tion à plusieurs niveaux.

Niveau 1 : Au sein de chaque circons­crip­tion, le candi­dat gagnant a en géné­ral 30 à 40% des votes au premier tour. Ces 40% de votants sont ceux qui auront le pouvoir, à eux seuls.

Niveau 2 : Ces dépu­tés votent à la majo­rité au sein de l’As­sem­blée natio­nale. La majo­rité ne tient pas forcé­ment à grand chose. Mettons qu’elle repré­sente 60% de l’as­sem­blée, le pouvoir est donc au main de 60% des 40% des votants.

Niveau 3 : Tous les dépu­tés ne votent pas à chaque fois. L’as­sem­blée est rare­ment remplie. Nous avons en réalité une mino­rité des 60% des 40% des votants qui décide réel­le­ment.

Ce sont des accords tacites en amont mais ça fonc­tionne aussi parce qu’il y a des votes par groupes. La disci­pline y est forte. Mettons le cas idéal où le groupe fonc­tionne lui-même à la majo­rité, la déci­sion revient à la majo­rité de 60% de 40% des votants.

Niveau 4 : La réalité est plus complexe. Le groupe est en réalité très dirigé par le parti et le gouver­ne­ment. Avec la coor­di­na­tion des élec­tions prési­den­tielles et légis­la­tives, le président est faci­le­ment celui qui contrôle l’exé­cu­tif, le parti, et plus ou moins indi­rec­te­ment qui décide de ce que doit voter le groupe majo­ri­taire.

Dès lors, une personne ou un groupe restreint de personnes dirige la majo­rité de 60% de 40% des votants. Ce même groupe dirige aussi tout l’exé­cu­tif.


On ne contrôle pas le judi­ciaire, mais peut-on dire tout de même que le pouvoir est entre les mains d’un groupe restreint ?

Reste le qui en use de manière discré­tion­naire. Nous avons une consti­tu­tion. Ce n’est pas rien, je ne l’ou­blie pas, mais ça laisse encore une marge de manœuvre très très large.

Est-ce que ça corres­pond assez pour parler de dicta­ture ? (*)

Je ne sais pas, mais on s’en approche proba­ble­ment assez pour éviter de trop faire les malins et se conten­ter de dire « nous ne sommes pas la Corée du nord » (ce qui est vrai)

Catégories
Fiscalité

Il y a des choix poli­tiques dont il faudra repar­ler

Catégories
Politique et société

La véra­cité du récit

Quand vous écri­vez à propos d’un fait vécu, il y a le contexte tel que vous l’avez vécu, l’in­ten­tion que vous aviez dans ce contexte, le contexte perçu par votre inter­lo­cu­teur, l’in­ten­tion perçue par votre inter­lo­cu­teur dans ce contexte, comment votre inter­lo­cu­teur l’in­ter­prète, sa propre inten­tion, ce qu’il veut en dire, ce qu’il en dit, ce que vous enten­dez, ce que vous en compre­nez, comment vous l’in­ter­pré­tez, comment vous vous en souve­nez, ce que vous voulez en dire et pourquoi, comment vous le retrans­cri­vez, ce que les lecteurs en compren­dront, ce qu’ils inter­pré­te­ront, etc.

Il y a non seule­ment de la perte à chaque étape — vous avez déjà joué au jeu du télé­phone à plusieurs quand vous étiez enfant ? essayez quand en plus vous êtes sous le coup d’une forte émotion — mais aussi de l’hu­main.

Parfois quelqu’un en rajoute pour appuyer son propos, parfois incons­ciem­ment, parfois sans forcé­ment avoir l’in­ten­tion de trom­per pour autant.

Ces erreurs ne démentent pas forcé­ment le propos et le message qu’il porte. Pour ne rien gâcher, il y a l’angle de vue, et des histoires tota­le­ment diffé­rentes peuvent être aussi vraies en même temps.

Catégories
Politique et société

Ce soir je porte le deuil

Non, personne n’est mort, ou plutôt si mais pas dans mes proches.

En bon privi­lé­gié, j’ai le loisir de me préoc­cu­per de choses qui semblent plus imma­té­rielles. Cela dit ça risque de ne pas être imma­té­riel si long­temps. Les consé­quences de tout ça sont tout ce qu’il y a de plus concret.

Aujourd’­hui la Hongrie vient de démis­sion­ner de la démo­cra­tie.

Ce soir la France vient d’aban­don­ner l’idée même de poli­tique publique budgé­taire et y préfé­rer l’ar­bi­traire indi­vi­duel de la charité.

Je crois que si nous ne profi­tons pas de tout ça pour recons­truire « autre chose » nous-même, on court au désastre. La direc­tion n’était pas déjà bonne, mais là on vient en plus de se mettre en courir en se bandant les yeux.

Catégories
Police

Verba­lisé (parce que)

Préam­bule : J’in­clus dans cet inven­taire des PV arbi­traires ou abusifs, mora­le­ment ou léga­le­ment. Au delà de la subjec­ti­vité dans l’ap­pré­cia­tion, ce n’est qu’une collec­tion de liens publics, qui ne se veut même pas exhaus­tive. Je me contente d’évi­ter ce qui me parait contes­table ou liti­gieux. Mes critères de base sont soit une cita­tion dans la presse de métier, soit un message en ligne public par un témoin direct en son nom propre et via une iden­tité établie (donc pas de propos rappor­tés, pas de comptes de réseaux sociaux créés il y a deux semaines ou sans inter­ac­tions person­nelles solides).

Pour autant, cela ne consti­tue pas un travail de jour­na­liste et ne doit pas être consi­déré comme tel. Entre autres, je ne contacte pas les personnes concer­nées ou les auto­ri­tés, et ne recherche pas d’éven­tuels témoins. Vous êtes donc invi­tés à garder votre esprit critique et faire vous-même les véri­fi­ca­tions si vous les jugez impor­tantes.

Vous êtes plus que les bien­ve­nus à m’ai­der en me propo­sant d’autres liens à inclure (nouveaux témoi­gnages publics, confir­ma­tions ou correc­tifs par des jour­na­listes, etc.).

Comme je vois des gens qui me citent avec un message poli­tique que je ne soutiens pas forcé­ment : J’ai forcé­ment des opinions sur tout ça, je m’au­to­rise des commen­taires d’hu­meur, mais ne me prêtez aucune inten­tion ni aucun message poli­tique que je n’au­rais moi-même expli­ci­te­ment exprimé. En parti­cu­lier, cet inven­taire n’est *pas* un appel à mettre fin au confi­ne­ment, à lutter contre la police, à braver les règles, ou à quoi que ce soit d’autre (ni tout ça ni l’op­posé de tout ça).


Le droit de faire les courses, mais pas d’y inclure des paquets de gâteaux

Même si votre dépla­ce­ment est motivé, on risque de fouiller vos courses pour déter­mi­ner ce qui semble perti­nent ou pas comme achat de nour­ri­tu­re…

Préci­sions :

Le coca-cola non plus

Non, le chariot ne contient pas que du coca-cola.

Les serviettes hygié­niques non plus

Je n’ai pas l’in­for­ma­tion, mais on parie combien que le poli­cier était un homme qui aurait consi­déré le savon ou le gel hydro­al­coo­lique comme de néces­sité ?

La baguette ok, mais unique­ment par deux

A Sanary-sur-Mer, comme le racon­tait notre corres­pon­dante dans le Var, c’est deux baguettes sinon… un PV. Le maire a en effet pris un arrêté obli­geant ses conci­toyens à restreindre leurs dépla­ce­ments chez le boulan­ger. «  Toute personne sortant d’une boulan­ge­rie avec une seule baguette sera verba­li­sée », préve­nait [le maire] Ferdi­nand Bern­hard.

Le Pari­sien « Confi­ne­ment : ces PV contes­tés par les Français », 24 mars 2020

Bon, en fait non, pas la boulan­ge­rie

Elle est ouverte, mais il ne faut pas y aller

A Parmain (Val-d’Oise), un habi­tant pour­tant muni de son attes­ta­tion a juste­ment pris une amende alors qu’il se rendait à la boulan­ge­rie, comme il le rappor­tait au Pari­sien. « J’avais coché la deuxième case du formu­laire : dépla­ce­ment pour effec­tuer des achats », préci­sait Jean-François, auquel un gendarme aurait rétorqué qu’il ne s’agis­sait pas d’un motif d’ur­gence, dres­sant un PV que Jean-François entend bien contes­ter.

Le Pari­sien « Confi­ne­ment : ces PV contes­tés par les Français », 24 mars 2020 ; aussi raconté le 22 mars dans « Confi­ne­ment : un habi­tant du Val-d’Oise verba­lisé après être allé ache­ter une baguette de pain »

Et gardez bien le ticket de caisse

Parce qu’é­vi­dem­ment si on revient sur le trajet du super­mar­ché le coffre plein de courses et une auto-attes­ta­tion qui dit « je suis parti faire les courses », ça ne prouve rien.

A Fresnes-sur-Marne (Seine-et-Marne), Pierre a été verba­lisé vendredi en rentrant de Lidl, où il venait de faire ses courses. C’est sa mère qui raconte pour lui. Pierre est handi­capé mental. « Asper­ger, précise Michelle, sa maman. Il a des capa­ci­tés pour certaines choses, pas pour d’autres. Excu­sez-moi de le dire, mais ça se voit… » Les gendarmes de la brigade locale ne l’au­raient pas vu. « En poste sur un rond-point, ils lui ont demandé son motif de dépla­ce­ment. Cons­ta­tant les provi­sions dans le coffre, ils ont alors exigé le ticket de caisse, que dans l’af­fo­le­ment mon fils n’a pas été capable de produi­re… » Là encore : 135 € pour Pierre ainsi que pour son amie.

Le Pari­sien « Confi­ne­ment : ces PV contes­tés par les Français », 24 mars 2020

Et pas dans la ville à côté

Le drive, c’est trois jours d’at­tente pour la commande et il y a beau­coup de produits manquants. Et je ne voulais pas non plus m’en­gouf­frer au Leclerc, que je savais encore bondé. J’ai donc estimé plus prudent de me rendre à l’In­ter­mar­ché de Kerfi­chant, à Lorient, que je sais plus calme et où j’ai égale­ment mes habi­tudes […]

Ses courses termi­nées, Cyrille Le Meur a repris la voiture en direc­tion de son domi­cile. Au niveau de la gare, il tombe sur un contrôle de police. « À la vue de ma domi­ci­lia­tion, les poli­ciers lorien­tais m’ont dressé une contra­ven­tion de 135 €

Le télé­gramme, « Une amende de 135 € pour avoir fait ses courses à Lorient plutôt qu’à Lanes­ter », 26 mars 2020

À ceux qui se demandent, la distance entre les deux super­mar­chés est de moins de 5 km d’après Google Maps ; la gare est à la moitié du chemin, donc 2,5 km. C’est litté­ra­le­ment « de l’autre côté du pont ». Visi­ble­ment à Lorient c’est « pas d’étran­gers chez nous ».

Pas plus d’un kilo­mètre en fait

J’ha­bite à Plou­gas­tel Daou­las, je mets exac­te­ment 4 min en voiture pour aller à Picard de chez moi (4km). Je ne croise personne. Je tombe sur un contrôle de police à la sortie du pont de Plou­gas­tel. Je ne m’inquiète pas. Je suis en règle.

Et là … je prends une contra­ven­tion ! Mais pourquoi ?

Le poli­cier me dit que je ne suis pas à 1 km de chez moi. Mais j’avais lu que cela concer­nait que les prome­neurs de chien et les joggeurs ! Pas les courses. Je n’ai rien à 1km de chez moi à part la boulan­ge­rie et le tabac et j’ima­gine que nous sommes beau­coup dans cette situa­tion d’ailleurs.
Et j’ai véri­fié partout sur le net et je n’ai vu nulle part que cette nouvelle règle concer­nait les courses. Puis bon je n’ai pas fait 20 bornes non plus quoi.

« Attes­ta­tion de dépla­ce­ment déro­ga­toire et abus de pouvoir….l’in­hu­ma­nité pointe son nez », 25 mars 2020

J’ai véri­fié. Le premier commerce alimen­taire de proxi­mité est à pile 950 mètres de chez moi. Je l’ai échappé belle… (et non, les décrets ne précisent de distance que pour l’exer­cice physique).

Et pas à vélo s’il vous plait

C’est vrai quoi, on ne va pas lais­ser ces trucs d’écolo-gauchistes s’ins­tal­ler.

Défi­ni­ti­ve­ment, pas de vélo, même utili­taire

Le vélo c’est mal, la voiture c’est telle­ment moins risqué… ou pas. On a une logique pro-voiture dans notre société que j’ai toujours du mal à comprendre. Ce n’est perti­nent ni écolo­gique­ment, ni écono­mique­ment, ni même d’un point de vue sani­tai­re…

Et atten­tion à l’heure

Il y a d’ailleurs un vrai sujet entre les injonc­tions données dans les discours, celles écrites sur le site du minis­tère de l’in­té­rieur, et ce qu’il y a dans les décrets. Problème : Les poli­ciers vont se baser sur ce qu’ils entendent et inter­prètent, pas sur les décrets.

Et lais­sez les bébés dans la voiture

Je reste sans voix…

Puisqu’on vous dit de lais­ser les enfants seuls !

« À chaque fois que je veux faire un drive, l’ap­pli­ca­tion ne fonc­tionne pas, le site est saturé […] ça faisait quatre jours que j’es­sayais sans succès, je n’avais pas d’autre choix que de me dépla­cer » […]

Pour cette sortie, sa fille âgée de quatre ans et demi l’ac­com­pagne, « je n’ai aucun moyen de la faire garder pendant le confi­ne­ment », affirme la mère céli­ba­taire. Lundi 23 mars au matin, munie de son papier, obli­ga­toire pour chaque sortie, la jeune maman se rend donc dans l’hy­per­mar­ché le plus proche de chez elle, soit le Leclerc de Jonchery-sur-Vesle.

[…] À son retour, le vigile confirme : « il n’y a pas le droit aux enfants. Le direc­teur accepte excep­tion­nel­le­ment juste pour aujourd’­hui de vous lais­ser passer, mais ça ne sert à rien de reve­nir, car c’est la seule et unique fois », cite Mathilde. « Le vigile m’a dit la prochaine fois ce sera non »,  raconte-t-elle d’un ton las. 

France 3 régions, « En allant faire des courses accom­pa­gnée de sa fille de 4 ans, une mère céli­ba­taire a été infor­mée qu’elle ne pour­rait plus reve­nir dans l’hy­per­mar­ché de sa commune. La raison : les mesures prises par le maga­sin dans le cadre de la crise du covid-19, limi­tant l’ac­cès à une personne maxi­mum. », 24 mars 2020

L’ap­pel de la rédac­tion de France 3 a permis à la direc­tion du maga­sin d’as­sou­plir sa poli­tique.


On a dit pas d’hy­giène

C’est telle­ment surfait quand on parle de lutter contre la mala­die. Le fait que la lave­rie soit un des cas expli­ci­te­ment auto­ri­sés par le site du minis­tère de l’in­té­rieur n’y change rien.

Un tren­te­naire de Pontivy (Morbi­han) s’est fait verba­li­ser devant une lave­rie, malgré son attes­ta­tion de dépla­ce­ment. Il n’a pas de lave-linge chez lui et laver ses vête­ments est une néces­sité profes­sion­nelle : il est agent d’en­tre­tien. Il a inter­pellé la préfec­ture du Morbi­han et le gouver­ne­ment.

[…] J’avais une attes­ta­tion de sortie sur moi. Je l’ai montrée aux gendarmes, je leur ai expliqué ma situa­tion : je n’ai pas de machine à laver chez moi, je vis dans un petit loge­ment de 20 m2. Comment font les gens qui ont ni les moyens d’avoir un lave-linge ni la place chez eux pour en avoir un ?

[…] Je travaille dans le nettoyage, je dois donc laver mes vête­ments très régu­liè­re­ment. Mon métier exige une bonne hygiène person­nelle, encore plus avec le coro­na­vi­rus : je nettoie des bureaux occu­pés par des personnes qui évidem­ment ne souhaitent pas être en contact avec le virus inuti­le­ment. Vu le contexte actuel, la bonne hygiène semble vrai­ment essen­tielle. Je ne comprends pas que l’on puisse me donner une contra­ven­tion…

« Sans machine à laver chez lui, il est verba­lisé en allant à la lave­rie à Pontivy », 25 mars 2020

Le test de gros­sesse ce n’est pas essen­tiel

À ranger dans la même case « moi je n’en ai pas besoin donc ça doit être inutile »…

Les cour­riers admi­nis­tra­tifs urgents peuvent attendre

Même si on fait pour­tant venir les postiers pour ça

Le coup de colère du jour nous vient des bords du lac d’An­necy, d’un habi­tant de Veyrier-du-Lac verba­lisé par la gendar­me­rie, samedi 21 mars au matin, sur le retour du bureau de poste où il était allé dépo­ser des cour­riers urgents, attes­ta­tion en poche.

[…] « J’ai été contrôlé devant la mairie par un jeune gendarme qui ne connais­sait pas Veyrier, j’ai présenté mon attes­ta­tion et je lui ai dit que j’ha­bi­tais à 700 mètres mais il n’a pas voulu me croire […] Il m’a dit que j’étais à plus de 500 mètres

« Je vais produire les copies des cour­riers que j’ai envoyés pour le compte de deux familles, adres­sées à la Caisse d’al­lo­ca­tions fami­liales (CAF), des lettres urgentes décou­lant d’une erreur commise par l’or­ga­nisme. Je n’ai pas grand espoir mais je veux prou­ver ma bonne foi et qui sait… »

Le Dauphiné, « Haute-Savoie : verba­lisé à 700 mètres de chez lui après avoir posté des cour­riers urgents », le 24 mars 2020

Pas deux dans la même voiture

Ce matin, je me rends en courses au super­mar­ché à côté de chez moi. J’ai mon attes­ta­tion dûment remplie et signée, mes papiers d’iden­tité.
Ma femme m’ac­com­pagne parce qu’elle doit faire les courses pour ses parents de 88 ans. Elle a son attes­ta­tion et ses papiers, comme moi.
La règle dans le super­mar­ché : 1 personne = 1 caddie. Normal. Donc nous allons faire nos courses à 2.

Contrôle de gendar­me­rie : je me suis fait sanc­tion­ner parce que je ne respec­te­rais pas les consignes de confi­ne­ment !
Eh oui, le gendarme a décidé que nous devions être seuls chacun dans une voitu­re… ou alors il a entendu trop de fake news.

Patrice V, Face­book, 26 mars 2020

Le site offi­ciel du gouver­ne­ment indique pour­tant expli­ci­te­ment l’au­to­ri­sa­tion de prendre la voiture à plusieurs, et même de faire du co-voitu­rage.

Le droit à l’exer­cice physique mais unique­ment si on court

Parce que ça change tout (ou pas) à la conta­gion, au fait de se dégour­dir les jambes quand on habite dans un petit studio. Les mauvaises langues diront que la même chose dans les beaux quar­tiers plutôt qu’à Ménil­mon­tant aurait proba­ble­ment mené à une autre issue.

Et on ne court pas en jean !

Repris par David Dufresne dans son signa­le­ment 904.

Et pas de pause hein…

Parce que même à 78 ans, l’exer­cice, pour­tant indis­pen­sable, doit se faire d’une traite. On ne sait jamais.

La presse ? celle qui suit les manifs ? ah non ! (foutu crayon de papier)

Ce matin, le télé­phone sonne. Ô joie ! Une commande pour un maga­zine. Ce genre d’ap­pel est devenu, à l’ins­tar du pango­lin, une espèce en voie de dispa­ri­tion… J’en­fourche mon vélo et rejoins les abords de l’hô­pi­tal Saint-Antoine à Paris pour photo­gra­phier une char­mante épidé­mio­lo­giste.

[…]

Moi : Oui, mais la carte de presse suffit vous savez….

Lui : J’m’en fous, je veux l’at­tes­ta­tion et votre pièce d’iden­tité

Moi, en bon petit soldat (et oui, on est en guerre qu’il a dit le chef) j’ai prévu l’at­tes­ta­tion déro­ga­toire ET une lettre de mission du jour­nal.

Moi : Voici l’at­tes­ta­tion.

[…]

Lui : Ah les jour­na­lis­tes… Vous faites quoi là d’ailleurs ?

Je lui explique et ajoute, avec toute ma compas­sion, que c’est compliqué pour tous ceux qui doivent conti­nuer à faire leur travail dans ces condi­tions.

Lui : Ouais, comme quand vous venez faire des photos en manif, hein, ça vous savez faire, surtout pour faire des photos des poli­ciers.

[…]

Lui : Je vais vous verba­li­ser
Moi : Pardon ? Et pour quel motif ?
Lui : La date, sur votre attes­ta­tion déro­ga­toire est écrite au crayon de papier
Moi : Monsieur, la carte de presse suffit à justi­fier mon dépla­ce­ment comme je vous l’ai déjà indiqué, l’at­tes­ta­tion est simple­ment acces­soire, je l’ai impri­mée car on me l’a déjà deman­dée lors de contrôle et que cela accé­lère le proces­sus.

Seb Lelan, Face­book, 30 mars 2020

Aller, sur demande des pompiers, récu­pé­rer quelqu’un ayant eu un acci­dent n’est pas un motif valable

Qu’elle rentre à pied après son acci­dent ! (et en courant, parce que sinon ils alignent aussi, mais moins de 1 km parce que sinon…)

Ce jeudi encore, il était aux alen­tours de 14 heures lorsque, circu­lant sur l’au­to­route A86 à hauteur d’Al­fort­ville (Val-de-Marne), Lena, 19 ans, percute un autre véhi­cule. Le sien est réduit à l’état d’épave. Elle n’est que légè­re­ment bles­sée. « Les pompiers m’ont dit d’ap­pe­ler un proche pour qu’il vienne me cher­cher, raconte la jeune femme. J’ai télé­phoné à mon copain, qui est venu avec son frère. »
Les deux jeunes prennent soin de se munir au préa­lable de leur attes­ta­tion. Pas suffi­sant aux yeux des poli­ciers, qui sont arri­vés entre-temps sur le lieu de l’ac­ci­dent. « Les CRS leur ont demandé ce qu’ils faisaient là. Leurs expli­ca­tions n’ont pas suffi. Ils ont écopé chacun de 135 € », soupire Lena, dépi­tée. Elle-même rentrait de son travail. Léna est hôtesse de caisse dans un super­mar­ché Leclerc.

Le Pari­sien « Confi­ne­ment : ces PV contes­tés par les Français », 24 mars 2020

Gérer les animaux, mais pas donner à boire aux chevaux

Au Pouli­guen (Côtes-d’Ar­mor), une adoles­cente de 16 ans a été verba­li­sée jeudi alors qu’elle trans­por­tait, selon sa mère, plusieurs bidons d’eau pour abreu­ver ses chevaux, situés à 500 m de chez elle. « Les fonc­tion­naires, dans une voiture bleue, lui ont expliqué que ce n’était pas vital », a dénoncé la maman dans Ouest-France, avant que les poli­ciers de La Baule démentent ce mardi soir toute verba­li­sa­tion. « Qui, alors, l’a verba­lisé ? » inter­ro­geait en retour le quoti­dien.

Le Pari­sien « Confi­ne­ment : ces PV contes­tés par les Français », 24 mars 2020

Au pire on vous donnera un motif d’al­ler à l’hô­pi­tal

il est dans les envi­rons de 16 h lorsqu’elle sort faire des courses près de son domi­cile à Auber­vil­liers (Seine-Saint-Denis). […] Sur le chemin du retour, alors qu’elle ne se trouve plus qu’à quelques mètres de chez elle, une patrouille de police décide de contrô­ler son attes­ta­tion de déro­ga­tion de sortie, dans le cadre du confi­ne­ment lié à la propa­ga­tion du coro­na­vi­rus Covid-19.

A la suite de ce contrôle musclé, la jeune femme se voit pres­crire cinq jours d’in­ca­pa­cité tempo­raire totale (ITT).

« Coro­na­vi­rus en Seine-Saint-Denis. Elle est tasée et frap­pée pour ne pas avoir montré son attes­ta­tion », 24 mars 2020

Reve­nir avec les courses c’est sortir pour un bon motif. Tout ce qu’on peut repro­cher c’est un défaut de papier. Même s’il y avait alter­ca­tion, cinq jours d’ITT est-ce bien raison­nable comme propor­tion pour une sortie moti­vée mais poten­tiel­le­ment un défaut admi­nis­tra­tif ?

Oh, c’est la Seine Saint Denis, elle est noire et voilée. Oui je le précise parce que c’est loin d’être neutre dans les expli­ca­tions possibles.

Non, on ne rigole pas

Même durée mais il ne s’agit pas du même cas qu’au-dessus. Je n’ai mis que ces deux là car les autres vidéos soit ne sont pas datables faci­le­ment soit on ne sait pas si ça parle d’at­tes­ta­tion de sortie, mais il y a d’autres cas qui tournent

Vrai­ment… c’est dange­reux

L’his­toire est aussi racon­tée illus­trée. Je ne reco­pie pas tout ici et je vous laisse suivre le lien :

Ne cour­rez pas (enfin si, mais pas ici)

Besoin d’en parler : je viens d’être témoin de ma première violence poli­cière (gendar­mière en fait) et ça fait vrai­ment bizar­re… 🥺

Un groupe de gendarmes contrô­laient les gens qui marchaient dans ma rue sous mon balcon, tout se passait « norma­le­ment ».

Plus grand monde dans la rue, ils repartent dans le four­gon, font 50 m et sortent le méga­phone pour crier à un type qui marchait dans l’autre sens sur le trot­toir opposé : « gendar­me­rie natio­nale, arré­tez-vous, présen­tez votre attes­ta­tion ».

Le gars hésite un instant, hausse les épaules et se mets à marcher plus vite. 5 gendarmes sortent du four­gon en courant, il se mets alors à courir, mais pas très vite.

L’un deux arrive vite à son niveau et le projette très violem­ment contre la vitre d’un restau­rant, à tel point que la vitre se casse. Le gars est par terre, ne bouge pas, ne se débat pas, ils se jettent sur lui à 4 avec une grande violence pour le mettre face contre terre. (Objec­ti­ve­ment, je crois que c’est cette partie qui m’a le plus choqué car certains gestes me parais­saient vrai­ment gratuits, pire qu’au cinéma et le gars avait vrai­ment l’air « normal » et ne protes­tait pas, ne se débat­tait pas.)

Il ne bouge plus, il est blessé, il leur dit dit qu’il n’avait juste pas d’at­tes­ta­tion et pas envie de payer 135€. Ils s’éloignent de lui, appelent le samu qui après l’avoir examiné sors le bran­card, lui mets une minerve, lui déchire le jean pour lui mettre bandages et immo­bi­li­sa­tion aux jambes.

Et en route pour l’hô­pi­tal sur un bran­card. Voilà.

Au-delà de la dispro­por­tion de la violence de l’ar­res­ta­tion qui m’a enfin fait voir ce qu’on a entendu dans les mani­fes­ta­tions de ces deux dernières années, je suis choqué de voir qu’une ambu­lance et des services hospi­ta­liers soient mobi­li­sés pour ça en ce moment…
Et la vitre du restau­rant va coûter plus que 135€.

Cyril R., message Face­book du 22 mars 2020

Toujours les mêmes ciblés

On y voit Rama­tou­laye, 19 ans, entou­rée de six poli­ciers, avec un chariot de courses pas loin. Elle raconte qu’elle allait “faire les courses pour [son] enfant de 7 mois, accom­pa­gnée de [son] petit frère ». « Je marquais un arrêt parce que mon caddie était lourd »,

[…]

On y entend Rama­tou­laye crier, dans un mouve­ment de recul, provoqué selon elle par « un coup de taser ». Elle est ensuite mise à terre.

La vidéo cesse sans que l’on puisse consta­ter ce qu’il s’est produit par la suite. Elle raconte avoir été “jetée dans le four­gon”. À partir de là, “ça a été encore pire”, soupire Rama­tou­laye. « En pleurs », elle aurait été « giflée plusieurs fois » et un poli­cier aurait tenu des propos racistes.

[…]

Sur le certi­fi­cat d’in­ca­pa­cité émis par les services d’ur­gences médico-chirur­gi­cales qui nous a été trans­mis, cinq jours d’in­ter­rup­tion de travail

[…]

une plainte pour « violences volon­taires ayant entraîné une ITT infé­rieure à dix jours, en réunion, avec arme, par personnes dépo­si­taires de l’au­to­rité publique, et violence en présence d’un mineur de moins de 15 ans ».

France Inter, « Confi­ne­ment : plusieurs personnes affirment avoir été bruta­li­sées et insul­tées lors de contrôles de police », 5 avril 2020

L’im­por­tant c’est le papier

Parce qu’on n’est pas la France pour rien. Que le motif soit bon, s’il n’y a qu’un seul papier le prou­vant sans ambi­guité et pas en plus une auto-attes­ta­tion, mieux vaut mettre 2x 135€. D’au­tant plus aux soignants qui se déplacent vu les condi­tions d’exer­cice en ce moment…

En colère, Chris­tophe Blon­del, secré­taire du syndi­cat CGT au sein du centre hospi­ta­lier Béthune-Beuvry : «  Deux collègues ont été verba­li­sés ce matin. Une patrouille de police les a contrô­lés. Ils avaient leur justi­fi­ca­tif de dépla­ce­ment profes­sion­nel, mais avaient oublié de remplir l’at­tes­ta­tion de dépla­ce­ment déro­ga­toire ! C’est ridi­cule ! Ils avaient leur justi­fi­ca­tif d’em­ployeur pour la santé ! » L’in­fir­mière et le person­nel soignant ont donc reçu une amende de 135 euros.

L’ave­nir de l’Ar­tois, « Béthune : deux person­nels soignants verba­li­sés pour leur attes­ta­tion de dépla­ce­ment », 19 mars 2020

Vrai­ment… il faut ce papier

Et ce n’est pas une excep­tion, il y a d’autres témoi­gnages simi­laires.

Et imprimé s’il vous plaît

Et l’at­tes­ta­tion pour aller au taxi­phone alors ? On ne me reti­rera pas faci­le­ment de l’es­prit que cette situa­tion n’au­rait jamais eu lieu dans un beau quar­tier (d’au­tant que les taxi­phones n’y sont pas légion).

Faut dire qu’à la main il ne faut rien oublier

Ce qui est non seule­ment idiot, inutile, mais aussi contraire aux instruc­tions offi­cielles qui disent qu’on peut se conten­ter de la ligne utile.

Reco­piez tout on vous dit !

Pas même la date de nais­sance

L’his­toire qui suit est relayée par un jour­na­liste profes­sion­nel qui dit avoir fait les véri­fi­ca­tions néces­saires.

H. travaille pour Santé Publique France dans le 94. En mission #COVID19, il peut être appelé à n’im­porte quelle heure. Un lais­sez-passer lui a été déli­vré par employeur pour rejoindre le centre à n’im­porte quelle heure. Jeudi soir, H. est appelé en urgence dans la nuit.

Au moment de quit­ter son domi­cile en voiture, une patrouille le klaxonne. Contrôle. « Rien ne te dérange ? Tu fous quoi dehors ? » lui lance un poli­cier avant de lui deman­der son attes­ta­tion. H. lui présente donc son attes­ta­tion et le lais­sez-passer de son employeur

Le poli­cier regarde le lais­sez-passer avant de lui jeter à travers la fenêtre. Dans l’ur­gence, H. a oublié de mettre son année de nais­sance sur l’at­tes­ta­tion mais celle-ci était inscrite sur l’autre doc. Le poli­cier lui lance : « t’es con, t’as pas mis ton année de nais­sance »

« Il l’a même pas regardé mon lais­sez-passer » me dira H, hier soir au télé­phone, encore sous le choc.

Il était alors à peine plus de minuit, bascu­lant donc à vendredi. Le poli­cier pour­suit : « ton attes­ta­tion est pas bonne, elle date d’hier ». Il décide de le verba­li­ser. La voiture de police bloque la voiture de H. sur sa place de parking.

Le poli­cier devient alors viru­lent : « main­te­nant bouge, casse toi ! ». H. lui indique que la voiture bloque la sienne et fait preuve, de son propre aveu, de mauvaise foi. 15 mn plus tard, le poli­cier revient vers lui.

« Tu n’as plus que 5 pts sur ton permis ». H. en a pour­tant 12. Le poli­cier lui dit : « non tu en as 5. Tu viens d’en perdre 7 pour usage du télé­phone au volant » et relève deux autres « infrac­tions ». H. était garé sur son parking, à l’ar­rêt.

H. conteste. Réponse : « ça sera ta parole contre la notre ». Sentant les choses mal tour­ner, le jeune homme sort son télé­phone pour tenter de filmer ou enre­gis­trer ce qu’il peut, sur snap­chat. Un autre véhi­cule est contrôlé à quelques mètres.

Le troi­sième poli­cier s’ap­proche de la fenêtre de H. « Il surveillait ce que je faisais avec mon télé­phone. J’ai eu peur que ça tourne mal donc j’ai lâché mon télé­phone » me raconte ce jeune habi­tant d’Aul­nay.

« Oh sale arabe, main­te­nant tu dégages ou je t’em­barque ». Les insultes racistes fusent. H. s’exé­cute. « Ils pouvaient faire ce qu’ils voulaient de moi. J’étais leur pute » pour­suit H. Arrivé sur son lieu de travail, il en fait part à Santé Publique France.

L’Agence natio­nale contes­tera l’amende de 135€. H. a déposé une pré plainte en ligne et va saisir l’IGPN.

« Je me suis dis… ça existe encore ça en France ? » conclura H au télé­phone. Et oui, malheu­reu­se­ment ça existe encore. Et c’est drama­tique.

Relayé par Brice Ivano­vic, le 28 mars 2020

La victime a depuis témoi­gné en vidéo :

Et aussi retracé sur le Bondy­blog le 2 avril 2020.

Et ne grou­pez pas les motifs

En venant consul­ter sa psychiatre, un patient au RSA écope d’une amende de 135 euros pour avoir « mal rempli » son attes­ta­tion de sortie. Témoi­gnage circons­tan­cié du méde­cin qui dénonce une police auto­ri­taire.

[…] Je me présente à l’agent, lui expliquant que je suis le méde­cin avec qui le jeune homme verba­lisé avait rendez-vous, souhai­tant ainsi attes­ter de sa bonne foi. Elle me répond : « Non mais vous avez vu comment elle est remplie son attes­ta­tion ? » Elle est manus­crite, et mon patient, par égare­ment, avait coché deux cases, la raison de santé et l’exer­cice physique. Je recon­nais tout cela et c’est le motif de ma présence, clari­fier et justi­fier le dépla­ce­ment, c’est-à-dire l’objet de l’at­tes­ta­tion. L’agent n’en a cure : « Si tout le monde commence à faire comme ça ! C’est bon, il suffit de cocher une case. » J’avais prévenu mon patient (« nous ferons profil bas de toute façon ») et j’ex­plique à l’agent qu’il s’agit d’un patient qui vient consul­ter un psychiatre, il est donc dans un moment de fragi­lité et il lui a été compliqué de remplir l’at­tes­ta­tion. Elle me rétorque : « Vous êtes en train de dire que les gens comme ça, qui vont voir un psychiatre, ne sont pas capables de remplir cette feuille ! »

Libé­ra­tion, « La poli­cière, l’at­tes­ta­tion, et « les gens comme ça »  », 30 mars 2020

Bon, ça dépend évidem­ment de qui vous êtes

On le voyait déjà venir les premiers jours. Quand les mêmes jour­naux montraient des quais de Seine intra-muros en prome­nade tranquille mais annonçaient en même temps fière­ment que 10% des amendes venaient de Seine Saint Denis, on voyait bien que la réac­tion des forces de l’ordre n’était pas la même partout.

Plus il y a d’ar­bi­traire, plus les biais habi­tuels tendent à ressor­tir.

Le thème du racisme et du focus sur des « jeunes de banlieue » ressort d’ailleurs bien sur certains témoi­gnages, surtout les plus violents.


Les SDF aussi

L’his­toire des SDF est plus complexe. Je préfère que vous lisiez l’enquête de CheckNews au complet plutôt que de faire des cita­tions diffi­ciles à comprendre.

Dans les faits, ont été verba­li­sés :

  • Des familles « ne parlent pas forcé­ment la langue » trim­ba­lées d’hô­tels sociaux en hôtels sociaux tous les trois à quatre jours par le SAMU social, verba­li­sées en se déplaçant d’un lieu à l’autre.
  • Six personnes dans diffé­rents arron­dis­se­ments de la métro­pôle lyon­naise, qui se sont décla­rées SDF sur le PV mais dont la police pense qu’ils ne le sont pas. « Nous connais­sons les SDF de nos arron­dis­se­ments »
  • Au moins 1 SDF à Bayonne et 3 SDF atten­dant de se doucher devant l’ac­cueil de jour, tous quatre recon­nus comme tels mais verba­li­sés sous prétexte d’at­ti­tude viru­lente en réac­tion au contrôle d’at­tes­ta­tion.

Je ne sais pas vous mais moi une famille que le SAMU social change deux fois d’hé­ber­ge­ment d’ur­gence, j’ap­pelle bien ça des sans domi­cile fixe. Et au moins mora­le­ment, les verba­li­ser quand ils se déplacent pour joindre leur loge­ment suivant…

Quand aux autres SDF, si je prends au mot les décla­ra­tions offi­cielles de la police, ils connaissent parfai­te­ment les SDF de leurs loca­lité mais… en contrôlent quand même les attes­ta­tion (puisque c’est lors des contrôles qu’il y a eu atti­tude agres­sive).

Au mieux (ou au pire, suivant), nos forces de l’ordre détournent arbi­trai­re­ment l’amende pour défaut d’at­tes­ta­tion pour sanc­tion­ner une atti­tude viru­lente. On est bel et bien en plein dans les « PV arbi­traires ou abusifs, mora­le­ment ou léga­le­ment » que je liste ici.


Des faux ? Pas impos­sible, mais n’en faisons pas un présup­posé

Il n’est pas impos­sible qu’une partie des témoi­gnages soient montés de toute pièce. J’écarte toute­fois déjà les on-dit et les comptes qui semblent trop frais ou trop anonymes, et pour certain on a même des vidéos.

Il n’est pas non plus impos­sible qu’une partie de ces gens aient été de vraies victimes d’ar­naques par de faux poli­ciers ou faux gendarmes. Pour certains on voit toute­fois des uniformes ou des voitures de fonc­tion dans la vidéo, pour d’autres ça trans­pa­raît dans le témoi­gnage. Atten­tion donc à ne pas y voir une expli­ca­tion trop facile.

Dans tous les cas, ne payez rien sur place et atten­dez l’amende offi­cielle par cour­rier, à payer par des biais offi­ciels (ou à contes­ter le cas échéant).


D’un point de vue légal

Sur propo­si­tion de Me Fran­cis­cot, je relaie aussi l’ap­pel de Me Eolas qui cherche copie des PV reçus.


Hors péri­mètre mais qui mérite d’être mentionné quand même :

Au Royaume Uni aussi

Dozens of people, inclu­ding those consi­de­red vulne­rable by the Govern­ment guide­lines, accu­sed the police of being over­zea­lous with their approach.

[… ] « Serious breaches should attract fines, but news reports of over-enfor­ce­ment by police and public are deter­ring the timid from exer­ci­sing even the limi­ted free­doms they have. »

[…] « This is over­zea­lous enfor­ce­ment and a misrea­ding of the rules. »

[…] Mr Lowman added: « In the cases where offi­cers have chal­len­ged retai­lers and shop­pers in this way, it’s brought confu­sion, distrac­ted retai­lers in the busiest weeks of their lives, and increa­sed the inter­ac­tions between people at a time when the Govern­ment is trying to mini­mise them. »

An ACS spokes­man said about four conve­nience stores repor­ted that they had been « wron­gly » told by coun­cil envi­ron­men­tal health offi­cers to stop selling certain items which they deemed as non-essen­tial.

The Tele­graph, « ‘Over­zea­lous’ police use coro­na­vi­rus powers to charge shop­pers for buying ‘non-essen­tial items’ », 30 mars 2020

La sortie d’hé­li­co­ptère

Déci­dé­ment le délire sécu­ri­taire nantais ne s’ar­range pas. À l’heure où les hôpi­taux font des appels à dons publics, ils ont fait venir un héli­co­ptère de Rennes pour traquer les sortes sans attes­ta­tion. Le coût probable est de plusieurs milliers d’eu­ros.

À la clef, trois personnes verba­li­sées pour une sortie en voiture, avec un scéna­rio qui ressemble à un mauvais film.

Nantes Révol­tée le 20 mars 2020, relayé par David Dufresne, le tout recoupé avec Ouest France.

L’ap­pel à dons

Et puisqu’on parle des appels à dons…

Je suis furieux. Ces gens sont juste­ment char­gés d’or­ga­ni­ser la redis­tri­bu­tion et l’ef­fort collec­tif, de tous en fonc­tion des moyens. En orga­ni­sant un appel aux dons pour un besoin primaire, en tant que ministre de l’ac­tion et des comptes public, il vient juste de démis­sion­ner de sa fonc­tion de base.

Désor­mais l’idée est que les finances viennent de ceux qui se sentent concer­nés plutôt que de ceux qui en ont les moyens. La charité plutôt que l’im­pôt. La fin de la poli­tique publique choi­sie collec­ti­ve­ment par les citoyens et le règne de l’in­di­vi­duel.

Surveillance numé­rique

Le défen­seur des droits se dit, dans un entre­tien à « L’Obs », inquiet de l’uti­li­sa­tion de la géolo­ca­li­sa­tion pour lutter contre la pandé­mie de Covid-19, sans débat parle­men­taire.

Le Monde, « Surveillance numé­rique contre le coro­na­vi­rus : Jacques Toubon s’inquiète de possibles dérives », 30 mars 2020, qui relaie l’Obs, « Jacques Toubon : « Géolo­ca­li­sa­tion, je dis : atten­tion ! »  » du 30 mars 2020 aussi.

La dérive hongroise

Je ne sais pas encore où on va, mais ça n’a pas l’air très tentant.


À propos de l’es­pace de commen­taires qui suit : N’hé­si­tez pas à me donner des liens publics pour que je les intègre. Mes critères sont expli­ci­tés en préam­bule et je ne publie­rai donc pas les témoi­gnages rédi­gés direc­te­ment en commen­taire ici. Si vous jugez votre témoi­gnage essen­tiel au débat public, publiez les quelque part pour m’en donner le lien ou contac­tez un jour­na­liste profes­sion­nel qui saura respec­ter votre anony­mat.

De même, cette page a été citée par David Dufresne et, forcé­ment, les trolls viennent. J’ai le privi­lège d’un espace person­nel. Comme d’ha­bi­tude ici, je ne publie donc que les commen­taires qui me semblent avoir un inté­rêt pour mes lecteurs. Si je ne publie pas vos opinions ou remarques, vous avez la liberté de les publier ailleurs.

Catégories
Économie Finance Fiscalité Inégalités

117 milliards d’eu­ros

— La fortune de Bernard Arnault est esti­mée à 117 milliards. Vous vous rendez compte de combien ça fait ? Ça permet de redis­tri­buer […] euros à […] pendant […] ans !

— Ça n’est pas compa­rable ! Ça ne permet pas de manger. On ne mange pas des actions !

Diable ! Bien sûr que ça se compare. C’est même tout le prin­cipe de la monnaie.

Non on ne mange pas les actions, pas plus qu’on ne mange les billets et les pièces (enfin pas moi). On est juste en train de défi­nir une valeur d’échange commune qui permet­tra ensuite d’ob­te­nir de la bouffe (ou autre chose).

C’est un peu comme la fameuse compa­rai­son de 1 kg de plomb à 1 kg de plumes. Certes ça fait beau­coup de plumes, mais on peut bien compa­rer les deux et c’est pèse bien autant.

Ici c’est la même chose. La monnaie c’est la mesure pivot. Si on a pour 117 milliards d’eu­ros d’ac­tions, ça « vaut » par défi­ni­tion autant que 117 milliards d’eu­ros de petits pois ou 117 milliards d’eu­ros en rési­dences secon­daires.

Tant qu’il y a à la fois des gens qui veulent vos actions et des gens qui veulent se sépa­rer de bouffe, réfri­gé­ra­teurs, machines à laver & co, l’éco­no­mie permet d’échan­ger tout ça.

— Ce sont des titres, pas des espèces ! Ça n’a rien à voir !

Je crois que c’est la réponse la plus WTF qu’on m’ait faite.

Nous payons avec des titres tous les jours, pour ache­ter le pain à la boulan­ge­rie ou nos légumes au marché.

Ça fait long­temps que la mani­pu­la­tion d’es­pèces n’est plus le seul moyen de paie­ment. Aujourd’­hui on utilise massi­ve­ment des CB, encore un peu des chèques, mais aussi des tickets restau­rants, des bons d’achat, des cartes prépayées, etc.

Tout ça est lié à des comptes en banques, qui eux même ne sont pas des gros coffres avec la même valeur en billets et en pièces.

Et d’ailleurs, même quand on paye avec des billets et des pièces, ce n’est plus la valeur du papier ou du métal qui compte, mais ce qu’il y a écrit dessus. Oui, on a bien un titre, qui peut être échangé ailleurs contre autre chose.

Refu­ser de consi­dé­rer la valeur des titres dans notre société moderne, c’est vrai­ment un argu­ment insensé. On peut éven­tuel­le­ment appliquer une décote liée l’ab­sence de liqui­dité mais on parle là unique­ment d’un coef­fi­cient sur la valeur qu’on attri­bue au patri­moine, ça ne remet nulle­ment en ques­tion le prin­cipe.

— On ne peut pas ache­ter du pain et du fromage avec !

Non, on ne peut pas, ou pas faci­le­ment. L’époque du troc est termi­née depuis long­temps.

Par contre on peut vendre une action à quelqu’un qui veut l’ache­ter, et ache­ter du pain et du fromage avec ce qu’on a eu en échange. La monnaie et l’éco­no­mie moderne c’est exac­te­ment ça.

Est-ce qu’on peut vendre 117 milliards d’eu­ros d’ac­tions ? Le volume d’échange trimes­triel est bien au-delà de 30 000 milliards d’eu­ros. Ça passe inaperçu.

Est-ce qu’on peut vendre les 117 milliards d’eu­ros d’ac­tions LVMH de Bernard Arnault ? En consi­dé­rant que tout est en actions LVMH, ce qui est proba­ble­ment faux, ça repré­sente la 50% de la société. En une fois ça parait impos­sible.

Il s’échange toute­fois 60 milliards d’eu­ros d’ac­tions LVHM chaque année. Mettons qu’on peut augmen­ter les échanges de 5% sans provoquer une panique, on peut tout solder en 40 ans. Évidem­ment on peut aller plus vite si on accepte d’avoir une influence notable sur les cours (certai­ne­ment à la baisse).

Main­te­nant, si on veut s’ache­ter du pain et du fromage, on peut aussi se conten­ter des divi­dendes. De 2012 à 2018 LVMH a distri­bué des divi­dendes chaque année, pour une somme repré­sen­tant quelque chose comme 3,5% de la valeur moyenne de l’ac­tion sur l’an­née (je n’ai pas le chiffre exact, j’ai un ordre de gran­deur moyen calculé au jugé à partir de courbes).

Sur 117 milliards ça fait 4 milliards par an, en espèces sonnantes et trébu­chantes cette fois ci. Un sacré plateau de fromages.

— Mais c’est vola­tile, ça peut ne rien valoir demain !

Les inves­tis­seurs n’étant pas fous, ils tiennent compte de ça dans la valo­ri­sa­tion qui fonde leurs inten­tions d’achat et vente, donc dans le cours de bourse. Bref, c’est déjà inté­gré dans le calcul (en même temps que les espoirs de gains, parce qu’en ce moment LVMH semble plutôt au contraire croitre vite).

Mais, surtout, allez dire ça aux fonc­tion­naires qui voient leur point d’in­dice gelé. Ils vous explique­ront que même les euros n’ont pas une valeur si constante que ça en vue d’une conver­sion en pains et fromages.

Allez aussi voir les Espa­gnols, qui vous explique­ront la varia­tion de la valeur de leur maison. Allez voir les Chypriotes, qui ont vu une ponc­tion massive sur tous leurs comptes en banque pour éviter la faillite de ces dernières. Tiens, parlez aussi aux grecs (d’un peu tout).

Bref, oui, les valeurs asso­ciées aux choses changent avec le temps. La bourse est plus vola­tile que certains autres biens ou services mais ce n’est pas comme si le reste était stable. Les proba­bi­li­tés sont diffé­rentes mais les espoirs aussi. Comme nous disions, la valo­ri­sa­tion tient déjà compte de tout cela.

Et bon, on parle de vendre, donc les risques futurs concernent surtout les ache­teurs, pas le vendeur. Si vrai­ment ça ne valait rien, je suppose que de toutes façons Bernard Arnault n’au­rait pas de quoi se plaindre si on l’en spoliait ;-)


Note : Bien entendu qu’on ne propose concrè­te­ment pas de spolier Bernard Arnaud et liqui­der arbi­trai­re­ment son patri­moine de 117 milliards d’eu­ros là comme ça de but en blanc. La cita­tion géné­rique d’ori­gine permet de prendre conscience de ce que repré­sentent les nombres, puis discu­ter de répar­ti­tion et accu­mu­la­tion des richesses, de mérite indi­vi­duel, et du modèle de société que nous voulons.

Catégories
Vie privée

Usage des données person­­­nelles par France Info et France Télé­vi­sion

En pour­sui­vant votre navi­ga­tion sur ce site, vous accep­tez l’uti­li­sa­tion de cookies pour vous permettre de parta­ger du contenu via les boutons de partage de réseaux sociaux, pour vous propo­ser des publi­ci­tés ciblées adap­tées à vos centres d’in­té­rêts et pour nous permettre de mesu­rer l’au­dience.

Bandeau en haut de page sur meta-media.fr

Pardon ? Ai-je bien lu ?

Alors j’ai fouillé et ce n’est pas beau à voir. Chaque point est à ma connais­sance une viola­tion du RGPD.

Les fautes sont graves et massives. Elles néces­sitent proba­ble­ment au moins de suppri­mer toutes les données dont on ne peut pas prou­ver qu’elles ont été obte­nues sans vice de consen­te­ment. Il est aussi possible que consi­dé­rant l’am­pleur des données concer­nées, un signa­le­ment offi­ciel de l’ano­ma­lie à la CNIL soit néces­saire de la part du respon­sable de trai­te­ment.

Ce qui suit concerne France Info et France Tele­vi­sion, et proba­ble­ment une majo­rité des sites du même groupe.

1/ Manque de consen­te­ment préa­lable

Lors de l’ac­cès à la page d’ac­cueil de France Info, sans réali­ser aucune inter­ac­tion clavier ni aucune inter­ac­tion souris (pas de clic, pas de dépla­ce­ment de souris au dessus d’élé­ments, pas de défi­le­ment de la page), le site fait des appels à xiti, chart­beat, urba­nair, et face­book avec des iden­ti­fiants uniques.

Cela veut dire qu’ils opèrent au mini­mum des collectes et trai­te­ments de mesures d’au­dience (et proba­ble­ment des collectes en vue de person­na­li­sa­tion futures) avant d’avoir un quel­conque consen­te­ment, qu’il soit impli­cite ou expli­cite.

Depuis mai 2018, le RGPD impose pour­tant un consen­te­ment préa­lable avant tout trai­te­ment de données person­nelles, hors certains cas légi­times qui ne peuvent pas inclure la mesure d’au­dience ou la person­na­li­sa­tion de conte­nus, ni la parti­ci­pa­tion à du pistage par des tiers (Face­book).

Je ne prends pas en compte ici les appels aux régies de publi­cité et autres bases de données de rela­tion client. Il est possible (voire probable) que ces services fassent du pistage et/ou de la person­na­li­sa­tion mais je ne peux pas m’en assu­rer.

2/ Manque de consen­te­ment expli­cite

Un bandeau appa­rait à la première visite avec l’in­for­ma­tion suivante :

« En pour­sui­vant votre navi­ga­tion sur ce site de France Télé­vi­sions, vous accep­tez l’uti­li­sa­tion de cookies et traceurs servant à mesu­rer l’au­dience, à person­na­li­ser votre expé­rience et vous consen­tez à rece­voir de la publi­cité et des offres adap­tées à votre profil. »

Sur meta-media.fr j’ai un message simi­laire :

« En pour­sui­vant votre navi­ga­tion sur ce site, vous accep­tez l’uti­li­sa­tion de cookies pour vous permettre de parta­ger du contenu via les boutons de partage de réseaux sociaux, pour vous propo­ser des publi­ci­tés ciblées adap­tées à vos centres d’in­té­rêts et pour nous permettre de mesu­rer l’au­dience. »

Tout ou partie des usages décrits néces­sitent un consen­te­ment expli­cite et éclairé de la part des personnes concer­nées depuis la mise en place du RGPD en mai 2018.

La pour­suite de navi­ga­tion ne peut être consi­dé­rée comme un consen­te­ment expli­cite et éclairé suivant les termes du RGPD. Les collectes corres­pon­dantes sont donc viciées.

3/ Impos­si­bi­lité de refus de consen­te­ment

Quand on souhaite confi­gu­rer ses consen­te­ments, l’ou­til proposé n’offre pas de refus possible pour la caté­go­rie « réseaux sociaux », quand bien même ils sont « suscep­tibles d’iden­ti­fier les données de connexion et de navi­ga­tion de l’in­ter­naute ».

Cette infor­ma­tion a été confir­mée par les conseillers gérant le compte twit­ter :

Cette impos­si­bi­lité de refu­ser des trai­te­ments annexes les met là aussi très certai­ne­ment en viola­tion du RGPD mais ce n’est pas tout :

4/ Faux à l’en­re­gis­tre­ment des consen­te­ments

Si l’uti­li­sa­teur ne se voit pas propo­ser d’op­tion pour refu­ser le consen­te­ment, cette option est bien présente. Elle est juste cachée.

Comme elle est acti­vée par défaut, la vali­da­tion de la page de consen­te­ment, même pour ceux qui ont conscien­cieu­se­ment tout désac­tivé, enverra un consen­te­ment posi­tif expli­cite au registre des consen­te­ment.

Plus qu’une absence de choix expli­cite, France Tele­vi­sion produit un faux consen­te­ment posi­tif. On dépasse à mon sens les erreurs d’im­plé­men­ta­tions. Il y a là trom­pe­rie et produc­tion de faux.

5/ Absence d’in­for­ma­tion

Vous ne pouvez pas vous oppo­ser au trai­te­ment des réseaux sociaux dans l’ou­til, il enre­gis­trera tout de même un consen­te­ment posi­tif expli­cite alors que vous ne l’avez pas donné, mais il y a une infor­ma­tion qu’on pour­rait s’op­po­ser à certains de ces cookies sur la page « poli­tique de gestion des cookies et sdk ».

Sur cette longue page, on voit effec­ti­ve­ment en défi­lant qu’il existe un « sdk » pour Twit­ter. Aucun lien ou procé­dure n’est toute­fois donné pour s’y oppo­ser.

Ce défaut d’in­for­ma­tion est d’au­tant plus gênant que les équipes connaissent ces liens et savent les donner quand une personne sait que c’est un problème et le signale :

6/ Collecte et trai­te­ment malgré refus de consen­te­ment

Après avoir refusé expli­ci­te­ment tous les consen­te­ments sur les inter­faces, France Info et France Tele­vi­sion conti­nuent pour­tant la collecte et le trai­te­ment des données.

Ainsi, bien que les mesures d’au­dience soient expli­ci­te­ment refu­sées, des appels partent encore à Xiti, New Relic (la partie audience et mesures), Global Stats coun­ter, Outbrain et Google Tag.

Ici encore, je ne prétends pas faire une liste exhaus­tive et je ne prends pas en compte plusieurs pres­ta­taires du domaine publi­ci­taire dont il m’est impos­sible de confir­mer s’ils font ou pas du pistage par iden­ti­fiant unique et/ou de la person­na­li­sa­tion (même si c’est probable).


Le DPO de France Tele­vi­sion a été informé par email.

Mouais… Pauvre Benoît Pelle­tier… Il y a un peu de diffé­rence entre l’au­to­pro­mo­tion et la réalité.

Réponse de France Tele­vi­sion

J’ai eu une réponse le 14 février. Je ne vais pas dire que c’est rapide, mais j’ai telle­ment de réponses qui prennent parfois 2 mois quand je parle données person­nelles, que j’en viens presque à trou­ver ça posi­tif.

La réponse l’est moins. Extrait :

Les déca­lages obser­vés dans la gestion des cookies et autres traceurs sur les sites visés (meta-media.frfran­cet­vinfo.frfran­ce­te­le­vi­sions.fr) par rapport aux nouvelles lignes direc­trices de la CNIL en la matière ont bien été iden­ti­fiés, et les correc­tions néces­saires inté­grées à notre plan de mise en confor­mité dans les délais requis par la CNIL.

Lors de la présen­ta­tion de son plan d’ac­tion sur le ciblage publi­ci­taire pour l’an­née 2019–2020, la CNIL a en effet indiqué que son ancienne recom­man­da­tion du 5 décembre 2013 rela­tive aux cookies et autres traceurs était deve­nue obso­lète suite à l’en­trée en appli­ca­tion du RGPD, en ce qu’elle permet­tait le recueil du consen­te­ment de l’uti­li­sa­teur via la simple pour­suite de sa navi­ga­tion. Sa déli­bé­ra­tion du 4 juillet 2019 prévoit ainsi la fin de la pour­suite de la navi­ga­tion comme moyen d’ex­pres­sion du consen­te­ment. Afin toute­fois de lais­ser aux éditeurs de sites le temps néces­saire à l’adap­ta­tion tech­nique de leurs sites, la CNIL prévoit une période de mise en confor­mité à ses nouvelles règles, qui pren­dra fin à l’ex­pi­ra­tion d’un délai de six mois suivant l’adop­tion défi­ni­tive de sa recom­man­da­tion sur les moda­li­tés pratiques de recueil du consen­te­ment, dont le projet est actuel­le­ment soumis à consul­ta­tion publique jusqu’au 25 février 2020.

Cette posi­tion de la CNIL est un vrai problème. Elle n’a aucun pouvoir ni légis­la­tif ni judi­ciaire et son pouvoir admi­nis­tra­tif ne l’au­to­rise en rien à donner un sauf-conduit sur l’ap­pli­ca­tion de la loi française ou euro­péenne (et donc du RGPD qui est appli­cable depuis mai 2018 au niveau euro­péen et enté­riné dans la loi française en juin 2018).

Ce qui est en viola­tion du RGPD reste illé­gal et punis­sable auprès des tribu­naux, quand bien même la CNIL renon­ce­rait à faire dili­gence sur sa propre mission admi­nis­tra­tive.

Malheu­reu­se­ment les éditeurs se servent des lenteurs de la CNIL et d’un texte de 2013, pré-RGPD, comme paravent pour s’exo­né­rer de leurs obli­ga­tions. Ces fumis­te­ries doivent prendre fin très rapi­de­ment !

Je ne compte même pas la mauvaise foi :

Dans cet inter­valle, nous conti­nuons à travailler sur l’amé­lio­ra­tion de la gestion des traceurs utili­sés sur nos sites. Celle-ci se heurte à certaines contraintes tech­niques impo­sées par des tiers comme Face­book, dont les cookies font l’objet d’une infor­ma­tion des utili­sa­teurs sur les moyens de s’op­po­ser à leur utili­sa­tion via les liens présents dans notre poli­tique de gestion des cookies, et non direc­te­ment dans notre gestion­naire de cookies.

Je tiens aussi à vous infor­mer que pour remé­dier à certaines de ces diffi­cul­tés, et proté­ger davan­tage les données person­nelles de nos utili­sa­teurs, nous avons pris la déci­sion de mettre un terme à l’usage du « social login » (le dispo­si­tif permet­tant de créer un compte utili­sa­teur via son compte de réseau social) avec Face­book et Google sur les sites fran­cet­vinfo.fr et france.tv.

Il y a peu de chances que le retrait des créa­tion de compte via un four­nis­seur d’iden­tité tiers (Face­book, Google) ait été motivé pour limi­ter la collecte de données person­nelles. En tout cas reti­rer une fonc­tion­na­lité qui ne peut être que ponc­tuelle, volon­taire et expli­cite de la part du visi­teur et en paral­lèle lais­ser les traceurs invi­sibles de la même source sans donner de moyen simple de s’y oppo­ser… j’ap­pelle ça être hypo­crite.

Catégories
Geek Vie privée

Vie privée : Chif­fre­ment des disques

On parle tant des mots de passe qu’on en oublie l’es­sen­tiel.

Quiconque a accès à votre disque dur a accès à toute votre vie numé­rique, vos logi­ciels et vos docu­ments.

Il peut relire votre l’at­tes­ta­tion de sécu télé­char­gée le mois dernier, votre feuille de calcul avec votre compta, vos photos de vacances mais aussi celles que vous gardez privées, la lettre à mamie, le testa­ment de grand père, votre carnet d’adresse complet.

Il a accès aussi à votre histo­rique de navi­ga­tion inter­net des 30 ou 90 derniers jours, votre compte face­book, votre compte email avec l’in­té­gra­lité de vos échanges passés.

Si vous êtes enre­gis­tré sous Google et que vous avez un Android, il y a toutes les chances qu’il puisse accé­dez à tout l’his­to­rique de géolo­ca­li­sa­tion et retra­cer dans le détail tous vos dépla­ce­ments depuis plusieurs mois.

Via le navi­ga­teur il a aussi accès à tous les sites sur lesquels vous êtes enre­gis­tré, ceux pour lesquels vous avez enre­gis­tré le mot de passe. Vu qu’il a accès à vos emails, il pourra de toutes façons réini­tia­li­ser les mots de passe qu’il lui manque.

Si on parle de votre télé­phone, ça inclut aussi tous vos SMS, votre histo­rique d’ap­pel, vos conver­sa­tions snap­chat, what­sapp et autres outils de commu­ni­ca­tion.

Ça fait peur, non ?

Ça arri­vera si quelqu’un de malveillant vous en veut person­nel­le­ment, mais aussi vous êtes la cible aléa­toire d’un cambrio­lage, que ce soit par le cambrio­leur ou par la personne chez qui se retrouve avec votre disque une fois remis en circu­la­tion.

Non, il n’y a pas besoin de votre mot de passe de session windows ou mac pour cela. Il suffit d’ac­cé­der au disque direc­te­ment. Tout est dessus, en clair.

Ok, comment on chiffre le disque alors ?

Sous Windows ça s’ap­pelle BitLo­cker. Sous Mac ça s’ap­pelle FileVault. Sous Android ça s’ap­pelle simple­ment « Chif­frer l’ap­pa­reil » ou « Chif­frez vos données » quand ce n’est pas activé par défaut, et vous avez en plus un « Cryp­tage de la carte SD » pour la carte SD si vous en avez ajouté une.

Vous trou­ve­rez ça à chaque fois dans la section « sécu­rité » des préfé­rences de votre système.

La procé­dure est norma­le­ment assez simple (windows, mac). Assu­rez-vous simple­ment de ne pas oublier votre mot de passe.

Voilà, c’est fait. Toutes vos données sont chif­frées, illi­sibles par un tiers.

Bien entendu ça ne fonc­tionne que si vous avez aussi activé un déver­rouillage manuel obli­ga­toire au réveil de votre PC et de votre télé­phone, et que vous n’avez pas laissé le mot de passe sur un post-it juste à côté. Il ne sert à rien d’avoir une porte qui ferme à clef si vous lais­sez la clef sous le paillas­son ou si vous la lais­sez toujours ouverte.

C’est quoi le piège ?

Désor­mais votre cambrio­leur ne peut pas accé­der à vos données sans le mot de passe. Votre voisin ne peut pas accé­der à vos données sans le mot de passe.

Vous non plus… Le piège est là. Sans le mot de passe vos données sont perdues, même pour vous.

Apple vous propose de rete­nir une clef chez lui et de la sécu­ri­ser avec votre compte Apple. Je crois que Micro­soft fait pareil. Sur Android à ma connais­sance il n’y a rien de tout cela.

En réalité ça n’est qu’un (mauvais) filet de sécu­rité.

1/ N’ou­bliez pas le mot de passe.

2/ Faites de sauve­gardes (même si vous avez le mot de passe, le disque lui-même peut casser, et au pire vous pour­rez récu­pé­rer vos données sur la sauve­garde)

3/ Donnez un moyen à vos proches d’ac­cé­der aux données qui les concernent (photos de famille par exemple) si jamais il vous arrive quelque chose.

Catégories
Retraite

[retraites] « les femmes seront les grandes gagnantes »

Les femmes seront les grandes gagnantes » de la réforme, a assuré Philippe. Le nouveau système accor­dera notam­ment « des points supplé­men­taires pour chaque enfant, et ce dès le 1er enfant, et non à partir du 3ème comme aujourd’­hui

Le Premier ministre, via l’AFP

Je déteste ce qui m’ap­pa­rait comme de la mauvaise foi.

Aujourd’­hui

Il y a effec­ti­ve­ment une majo­ra­tion des points/pensions de 10%, unique­ment pour ceux qui ont eu trois enfants ou plus (plafonné à 1000 € côté complé­men­taire pour l’Agirc et pour l’Arrco).

Ne parler que de ça c’est pour­tant de mauvaise foi. La vraie mesure, aujourd’­hui, c’est qu’un enfant donne droit à 4 trimestres au moment de la nais­sance, plus 4 autres pour l’édu­ca­tion des premières années.

Si vous aviez déjà toutes vos annui­tés au moment de partir en retraite, chaque trimestre cotisé en plus vous offre une surcote de 1,25% le trimestre. Si vous n’aviez pas toutes vos annui­tés, ça vous évite une décote de 1,25% par trimestre.

8 × 1,25%, on parle donc de 10% de pension en plus, par enfant, dès le premier enfant.

Ce n’est pas tout ! Aujourd’­hui le système ne garde que les 25 meilleures années. Il est donc possible de passer à temps partiel pour quelques années et accom­pa­gner l’édu­ca­tion d’un enfant sans que ça ne se voit exagé­ré­ment au moment de liqui­der la retraite (ça se verra sur les points des retraites complé­men­taires, mais pas sur la pension du régime de base).

1 enfant+ 10 % + invi­si­bi­li­sa­tion des temps partiels tempo­raires
2 enfants+ 20 % + invi­si­bi­li­sa­tion des temps partiels tempo­raires
3 enfants+ 40 % + invi­si­bi­li­sa­tion des temps partiels tempo­raires
4 enfants+ 50 % + invi­si­bi­li­sa­tion des temps partiels tempo­raires

Le seul point où mon tableau est faux, c’est pour les femmes qui conti­nuent à travailler jusqu’à l’âge limite de départ à taux plein, 67 ans aujourd’­hui, sans avoir leurs annui­tés malgré les trimestres offerts. Là l’im­pact n’est pas le même.

Propo­si­tion de réforme

Qu’est-ce que prose donc la nouvelle réforme pour que « les femmes [soient] les grandes gagnantes » ?

Simple : Une majo­ra­tion de 5% des points au moment de la liqui­da­tion, par enfant, dès le premier enfant. On se posi­tionne sur un système propor­tion­nel, donc 5% de points c’est 5% de pension.

Un temps partiel, même tempo­raire, implique moins de points coti­sés et jouera propor­tion­nel­le­ment sur le montant de la pension au moment de sa liqui­da­tion.

1 enfant+ 5 %
2 enfants+ 10 %
3 enfants+ 15 %
4 enfants+ 20 %

Je vous laisse compa­rer les deux tableaux et savoir si on vous a pris pour des imbé­ciles.


Réfé­rences :

Évidem­ment, toute correc­tion est bien­ve­nue. Pour des raisons de simpli­fi­ca­tion, je ne donne­rai cepen­dant pas les détail de tel ou tel régime ou cas parti­cu­lier. Vous êtes libres de le faire chez vous et de mettre un lien en commen­taire.