Retour de vélo et tente


Quelques retours de la petite rando en vélo de deux jours une nuit avec la tente sur le porte-bagage :

Sur le projet

  • Si le fils va vite en petite balade, sur la distance on est plutôt entre 10 et 15 km/h seule­ment. Du coup on est allé plus lente­ment que je ne l’ima­gi­nais, 6h30 de trajet pauses incluses.
  • 10 ans, il tient mal sa droite et j’ai passé beau­coup de temps à lui dire de rester à droite. Il semble mal contrô­ler encore et je ne comprends pas pourquoi.
  • On a fait 55 km plutôt que 40 mais les 10 de la fin pour atteindre le camping étaient de trop. Il commençait à fati­guer et à faire des fautes et se décou­ra­ger forte­ment.
  • Il a du se faire mal en tombant vers la fin de l’al­ler à cause de la fatigue et il avait mal le lende­main. On a écourté au milieu du retour (option « appel d’une voiture pour le rame­ner »). 80 km quand même en deux jours et il aurait tenu les 110 s’il avait vrai­ment fallu 💪.
  • Les déni­ve­lés étaient faibles, 350 mètres sur 50 km, mais les montées restent diffi­ciles, à la fois pour moi (j’étais sur ma plus faible vitesse vélo chargé) et pour lui. Il a poussé plusieurs fois plutôt que monter à vélo et l’a vécu néga­ti­ve­ment. On n’est clai­re­ment pas prêts pour autre chose que la descente d’un fleuve ou d’un canal.
  • Malgré tout ça, il est à fond pour recom­men­cer. On fera proba­ble­ment plusieurs étapes mais plus courtes.
  • Le prix des camping a bien évolué depuis ma jeunesse. 30 € pour une nuit avec une tente et deux vélos sans accès élec­trique dans un petit camping sans trop de préten­tions, j’ai trouvé ça assez salé. Pour 15 € de plus on a le prix d’un hôtel Formule 1 ou équi­valent en zone de campagne.

Sur l’iti­né­raire :

  • On est parti vers l’est sur la via rhona. Le trajet au nord semblait plus sympa mais je n’avais de retour au delà de 30 km. La via rhona me sécu­ri­sait un peu là dessus à l’est. Le sud commençait par de la dépar­te­men­tale jusqu’à Givors donc était exclu avec le petit de 10 ans qui tient mal la droite.
  • Geovelo m’a tracé un itiné­raire qui passe par beau­coup de route. J’ai fait confiance au GPS au début plutôt qu’aux panneaux via rhona. J’ai changé de stra­té­gie à la fin et j’ai bien fait. Je ne comprends pas qu’une trace aussi connue ne soit pas privi­lé­giée au moins quand on demande « itiné­raire touris­tique ».
  • Locus map m’a tracé un itiné­raire nette­ment meilleur au retour, plus proche de la via rhona, mais qui s’en éloigne quand même plusieurs fois. La via rhona fait beau­coup de détours, parfois en passant par des villages avec montée et descente là où Locus map avait un itiné­raire plus court et sans déni­velé.
  • Au final au retour on a suivi la via rhona et c’est quand même très bien fléché. Clai­re­ment, aucune appli d’iti­né­raire, même dédiée vélo (j’en ai testé plein le soir au camping), ne m’a convaincu. Après il semble aussi que le fléchage sur place bouge suivant les années. Parfois il semble y avoir des choses inco­hé­rentes ou des panneaux de voies qui se rami­fient. La carte ou le gps restent indis­pen­sable en complé­ment du fléchage.

Sur l’équi­pe­ment

  • Les pneus mara­thon supreme en 42–622 passe beau­coup mieux sur les chemins que je ne le crai­gnais, rien à redire. Ils sont par contre clai­re­ment inadap­tés pour les pentes en gros cailloux. Le manque de cram­pons sur les côtés se fait sentir. Ça glisse et ça rend l’exer­cice périlleux.
  • La petite selle dure de VTT pour les trajets long n’était proba­ble­ment pas l’idéal pour le petit. Ça doit jouer sur son mal au derrière le second jour. Rétros­pec­ti­ve­ment c’est évident, d’au­tant que la mienne n’était pas forcé­ment beau­coup plus adap­tée.
  • La tente haut de gamme stockée 17 ans à la cave avait perdu son étan­chéité. Oui, ça parait évident là aussi après coup. On avait une bonne partie de la rosée sur la tente inté­rieure. Les coutures/collages de la toile exté­rieure commençaient à se désa­gré­ger quand on l’a faite sécher. Il va falloir rache­ter.
  • Les mate­las de sol auto-gonflants stockés roulés pendant 17 ans ont un peu mieux vécu mais ils ne tiennent plus la nuit sans perdre signi­fi­ca­ti­ve­ment eux non plus. Là aussi, il va falloir rache­ter.
  • Il fait 145cm, j’ai l’im­pres­sion que son VTT de 24″ était limite. Il faudra certai­ne­ment passer en 26″ l’an­née prochaine. Peut-être que la rando le fera réflé­chir sur savoir si c’est vrai­ment un VTT dont il a besoin.
  • La prochaine fois je lui trouve un porte bagage. Il sera content d’avoir des sacoches, quitte à lui mettre les duvets et mate­las de sol, donc volu­mi­neux mais pas lourd. Moi ça me permet­tra d’être un peu plus fin dans mon propre char­ge­ment.

Sur les conseils vis-a-vis de mon char­ge­ment :

  • La batte­rie pour char­ger le télé­phone m’a bien été utile. J’uti­li­sais le GPS sur le télé­phone ; l’écran allumé en plein soleil a cramé 50% en une heure sur mon télé­phone haute auto­no­mie. J’ai changé de logi­ciel au retour, écran éteint sauf quand j’en avais besoin, et ça passait beau­coup beau­coup mieux. Pouvoir char­ger le soir sans prendre le forfait élec­trique me semble quand même rester une bonne idée.
  • Je n’ai pas utilisé ma bouteille de secours de 1.5L mais les gourdes étaient vides quand on est arri­vés au camping. Nous aurions été un peu plus loin que nous aurions entamé cette bouteille de secours. Il y aurait proba­ble­ment eu possi­bi­lité de remplir les gourdes en chemin en faisant atten­tion mais je garde­rai la bouteille de secours le prochain trajet aussi.
  • Il me manquait la crème solaire. C’était nuageux mais… j’ai cramé, genre vanille-fraise sur les bras et les mollets. Ça ne pardonne pas.
  • J’ai l’ha­bi­tude de ne pas mettre de gants vélos en été mais j’ai appré­cié de les avoir sur la durée. Je pense que ça a beau­coup aidé à ne pas avoir mal aux mains.
  • Le « au cas où sur le trajet de nuit » avec gilets fluo et lumière était clai­re­ment inutile. J’en ferais l’éco­no­mie la prochaine fois, même si ça ne pèse rien.
  • Les tongs était indis­pen­sables une fois arri­vés au camping et aérer les pieds. Il nous a manqué le maillot de bain pour la piscine.
  • Je n’en ai pas eu besoin mais vous avez bien fait de me dire d’em­me­ner de quoi chan­ger une chambre à air. Ça sera sur ma liste la prochaine fois.
  • Même chose, je n’en ai pas eu besoin non plus mais vous avez bien fait de me dire d’ajou­ter un anti­sep­tique et une trousse de premiers secours. Ça sera sur ma liste aussi.
  • Ne pas penser au déjeu­ner du retour alors qu’on le fait un dimanche ce n’était pas malin. On a croisé un Vival juste 10 minutes avant sa ferme­ture mais sinon on aurait été marrons.

5 réponses à “Retour de vélo et tente”

  1. Tiens, j’avais loupé ton premier article : c’est marrant, le même weekend, de mon côté, j’ai fait 3 jours avec mon fils de 6 ans. On a plutôt privilégié la Voie Bleue (le long de la Saone, jusque Trévoux).

    Côté logistique, personnellement, je n’avais pas de matériel de camping compact sous la main, donc on a fait nuit en dur pour une première.

    Je n’ai pas tracké aussi finement que toi notre vitesse mais rha parfois, ça rendait folle. Globalement, les 3 premières heures, on faisait moins de 10 km, et on s’arrêtait littéralement toutes les 3 minutes. J’ai joué le jeu car c’était le but : voyager « à la cool », et s’arrêter au gré des envies (et le long d’un fleuve, on peut en faire des trucs). Mais parfois quand même, j’avais envie de hurler 😅. L’aprem, j’arrivais à l’activer un peu plus, et on pouvait rouler 1 h de suite sans s’arrêter, youhou ! Ceci dit, c’est assez cohérent avec sa manière d’être dans la vie : lent au démarrage le matin, mais au taquet ensuite 😅.
    Côté rythme, j’avais prévu 30 km par jour. Le premier jour, il les a fait, au taquet. Le lendemain en revanche, on a réduit la boucle que j’avais prévu : il en a fait une petite dizaine le matin, et une petite dizaine le soir.
    Le 3ème jour sur le retour, il en a fait une 15aine en autonomie, et je l’ai tracté pour le reste.
    Bref, la leçon 15-20km par jour semble plus raisonnable, surtout si l’option « écourter la boucle » n’est pas faisable pour le trajet.

    Par contre, côté personnalité, mon fiston ne le prenait pas personnellement les fois où il devait pousser le vélo (il faut dire que moi même je n’hésitais pas si besoin 😅).

    Lui avait des gants de vélo, pas moi et je pense que j’aurais apprécié. À la fin des 100km et quelques, je n’avais pas trop mal mais je commençais à ressentir de l’inconfort. Je me le note pour la prochaine fois !

    Comme vous, on aurait pu mieux gérer la nourriture du dimanche (heureusement, on avait un stock de bonbons et à 6 ans, c’est un petit déjeuner tout à fait acceptable) (complété par une glace aux bonbons haribos à une guinguette, c’est les vacances, tout est permis !)

    Très contente de mon chargeur de batterie aussi, je n’aurais jamais tenu la journée sinon.

    On avait bien des maillots de bain ouf ! Moi, j’ai passé mon tour, mais mon fils n’a résisté ni à la Saône (on trouvait des petites plages sympa) ni aux fontaines dans les villages (et c’était la fête pour lui de s’y baigner en maillot 😅).

    De mon côté, je ne regrette pas d’avoir pris nos gilets de nuits. Chaque soir, on s’est reballadé (aller chercher une pizza par exemple). Et même de jour, mon fils est petit (1 m) et c’était sa première fois sur les routes (à Lyon, à 6 ans, je le fais rouler sur le trottoir mais à la campagne, souvent… il n’y en a pas !) donc ça me rassurait qu’il le porte. Je m’étais achetée aussi un rétro pour le voyage et c’était rassurant aussi pour voir s’il était bien (il roule bien collé à droite, ouf).

    Côté matos inutilisé : comme vous trousse de secours, trousse à outils. Mais tant mieux 😅.

    Si tu as les traces GPX à recommander, ça m’intéresse, je cherche déjà notre prochain voyage. J’hésite encore entre :
    – côté est comme vous. Mais nous on habite côté ouest, donc il faut traverser Lyon et pff, la flemme avec l’enfant.
    – côté sud, pour tester le combo train+vélo (et partir directement de Vienne)
    – aller directement plus loin (genre la Dolce Via, à 1h30 de route de chez nous en voiture) (mais je n’ai pas encore de porte vélo pour voiture) (ou bien passer par la via Rhona)

    • Génial à 6 ans. Ça a l’air top sur les photos Twitter !

      On a failli se croiser. On a choisi entre Trevoux et la via Rhona le matin même.

      Je te sortirai les traces GPS mais au final je pense qu’il vaut mieux suivre les panneaux. Pour mon 10 ans ça le fait mais on reste sur route une majorité des trajets (petites routes mais routes quand même).

      +1 pour le rétro mais perso c’est plus pour voir venir les voitures. Je le fais rouler devant moi plutôt que derrière. Ça me faisait stresser au début de ne pas « ouvrir » pour les dangers mais lors d’une balade de 2 km il était une fois tombé au milieu d’un passage clouté, le temps de latence pour m’en rendre compte et réagir m’a fait peur. Là je le vois, il m’entend pour les instructions, et je ne repasse devant que lors des ronds points (parce que les voitures sont capables de le renverser pour sortir du rond point, et là c’est moi qui maîtrise mieux s’il faut avancer ou pas)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.