Catégories
Fournisseurs d'accès Internet Geek

Ne fais pas atten­tion au débit de ta fibre

Ami, tu viens d’être éligible à la fibre ou de démé­na­ger là où la fibre est présente. Tu cherches un opéra­teur.

Ne fais pas atten­tion au débit. Si tu viens de l’ADSL ça va être le jour et la nuit quoi que tu choi­sisses comme offre fibre. Tu auras des offres allant de 200 Mb/s à 10 Gb/s, à compa­rer à ton ADSL qui se situe quelque part entre 8 et 20 Mb/s en descen­dant et au mieux 1 Mb/s en montant.

En réalité tu ne verras pas de diffé­rence signi­fi­ca­tive au jour le jour entre les offres à 300 Mb/s et les offres à 1 Gb/s. Tu n’at­tein­dras de toutes façons que rare­ment de tels débits de toutes façons. Ne parlons même pas du 10 Gb/s, là on est dans du marke­ting.

Regarde tout le reste : la qualité de la box, regarde le prix initial mais aussi si ce n’est pas une offre promo­tion­nelle pour les 12 premiers mois qui va doubler au bout d’un an, regarde les frais d’ins­tal­la­tion ou de rési­lia­tion, regarde s’il y a une offre TV qui te corres­pond, regarde les délais habi­tuel de l’opé­ra­teur pour les instal­la­tions, regarde la qualité de leur support client, etc. Tout ça a bien plus d’im­por­tance que le débit des offres fibre, et te touchera de façon bien plus forte.


La réalité est plus complexe que le dépliant du four­nis­seur d’ac­cès

On a tous envie de se dire qu’entre 10 Gb/s (10 000 Mb/s) et 300 Mb/s, ça se voit un peu quand même. La réalité est plus complexe. Ce chiffre ne reflète que le débit théo­rique entre la box et le four­nis­seur d’ac­cès.

Déjà chez toi : Si tu es sur WIFI, tu peux oublier l’idée d’al­ler à plus de 500 Mb/s en pratique même en t’as­seyant juste à côté de ta box. Pour aller plus loin il faudrait un câble ether­net. Ils sont déjà loin les 10 Gb/s. En réalité sur un appar­te­ment un peu bruité, avec un peu de distance, c’est déjà très bien si on arrive à faire du 300 Mb/s en pratique. Ne parlons même pas d’avoir un mur entre le poste infor­ma­tique et la box. Si c’est pour travailler à partir d’une carte SD tu n’ap­pro­che­ras de toutes façons même pas les 100 Mb/s.

Ensuite en face : Non le serveur d’en face ne te permet­tra géné­ra­le­ment pas d’échan­ger en Gb/s de toutes façons. Même 300 Mb/s tu ne le trou­ve­ras pas si souvent. On en est au point où régu­liè­re­ment il y a des bisbilles avec Youtube, Netflix et les autres parce que les échanges entre eux et les four­nis­seurs d’ac­cès ne dépassent pas la dizaine de Mb/s aux heures de pointe.

Et de toutes façons sur l’usage : Les hauts débits se trouvent quand tu télé­charges un gros contenu de façon soutenu. Tu envoies des fichiers de quelques Mo ou moins ? le temps sera plus dépen­dant du nombre de fichiers que de la bande passante dispo­nible. Tu fais de la navi­ga­tion web ? à ces vitesses le temps d’af­fi­chage dépend bien plus du déve­lop­peur du site que de la capa­cité de ta ligne.

Et fais atten­tion à SFR : Si tu démé­nages dans un appar­te­ment exis­tant et que ni Orange ni Free ne proposent pas d’offre fibre pour ton appar­te­ment, il est probable que ton immeuble soit câblé et non fibré (oui, même si SFR conti­nuera à te dire que c’est de la fibre). Tu peux le véri­fier faci­le­ment : Si ça ressemble à une prise d’an­tenne TV, que ça a un diamètre plus proche d’un câble d’an­tenne TV que d’un petit cable USB, c’est du câble coaxial et pas de la fibre.

Là (coaxial SFR) toutes les instal­la­tions ne sont pas équi­va­lentes. Certaines montent effec­ti­ve­ment jusqu’à 1 Gb/s, d’autres non. Tu auras souvent toutes les peines du monde à obte­nir le vrai chiffre de la part de leur service commer­cial qui te servira du « jusqu’à 1 Gb/s » ad libi­tum . Bref, ache­ter une offre plus chère afin d’avoir un plus haut débit théo­rique et remarquer que c’est fina­le­ment bridé par l’ins­tal­la­tion en place, ça serait dommage.


Je ne dis pas que tu ne dépas­se­ras jamais les 300 Mb/s mais ça ne repré­sen­tera pas ton quoti­dien. Même s’il t’ar­rive de télé­char­ger des conte­nus vidéos ou des grosses archives à partir d’un ordi­na­teur bran­ché par câble, la diffé­rence entre 300 Mb/s et 1 Gb/s, c’est télé­char­ger un DVD complet en envi­ron 100 secondes au lieu de 30. Je doute que l’at­tente supplé­men­taire soit de nature à influen­cer sur le choix de l’offre Inter­net.

Si vrai­ment tu veux regar­der le débit, regarde le débit montant

Le débit descen­dant c’est celui que tu utilises pour télé­char­ger quelque chose en prove­nance d’In­ter­net. C’est celui qui est géné­ra­le­ment mis en avant parce que le plus gros des deux.

Celui qui peut t’in­té­res­ser c’est le second, qui sert à envoyer des conte­nus vers Inter­net. Il doit t’in­té­res­ser parce qu’il est géné­ra­le­ment bien plus petit.

Ce n’était pas impor­tant sur ADSL parce que le débit ne te permet­tait pas grand chose d’autre que du descen­dant. Avec la fibre tu vas proba­ble­ment bran­cher un Google Drive, un Drop­box, peut-être un logi­ciel de sauve­garde. Tu vas vouloir envoyer d’énormes photos voire des vidéos ou de mons­trueux docu­ments bureau­tiques pas opti­mi­sés. Bref, l’usage va chan­ger et ce serait dommage d’avoir un débit trop ridi­cule en montant.

Entre le 200 (descen­dant) / 50 (montant) de SFR et le 300 (descen­dant) / 300 (montant) de Sosh, tu as beau­coup plus de chances de ressen­tir la diffé­rence de débit montant que la diffé­rence de débit descen­dant (même si 50 Mb/s en montant ça reste 50 fois mieux que ce que tu avais en ADSL, et pas ridi­cule du tout, donc pas forcé­ment le critère).

Catégories
Free Geek

Chez Free c’est tout compris – ou pas

Oh ? moi ça me rappelle au contraire *exac­te­ment* une offre de Free.fr

C’est bien de se moquer mais pour ça il faudrait nettoyer un peu devant sa propre porte. Faire payer une option obli­ga­toire pour l’ac­cès à la boucle locale dédiée (c’est à dire les mètres de câble/fibre dans le trot­toir entre la box de l’abonné et le réseau interne de Free) c’est large­ment aussi ridi­cule que de faire payer les aiguilles d’une montre ou les clefs d’une voiture.

Ok, c’est moins mis en avant aujourd’­hui qu’à l’époque. Ça permet au dépar­te­ment marke­ting de se moquer des autres en cachant tout sous le tapis, mais la fiche d’in­for­ma­tions stan­dar­di­sée montre que c’est en réalité toujours ainsi aujourd’­hui.

Moi je serais eux, j’ar­rê­te­rais de la rame­ner.

* * *

Faire payer la loca­tion de la boucle locale n’a bien entendu aucun sens. Free fait comme les autres opéra­teurs : Il fait payer la loca­tion de sa box.

C’est d’au­tant plus évident en compa­rant avec l’offre mini 4K, qui ne diffère quasi­ment que par la box dispo­nible mais qui n’a pas cette option à 5,99 € par mois alors qu’elle utilise évidem­ment tout autant la boucle locale dédiée (on voit mal comment elle ferait autre­ment).

Bref, non seule­ment Free fait louer sa box en option obli­ga­toire comme les autres, mais il le fait plus cher, et en le maquillant sous couvert d’une option tech­nique. Pas de quoi pavoi­ser.

* * *

On ne peut même pas argu­men­ter qu’il s’agit de rembour­ser la loca­tion que fait Free de la boucle cuivre de l’opé­ra­teur histo­rique, puisque l’op­tion est aussi obli­ga­toire s’il s’agit d’un accès Fibre sur une infra­struc­ture Free de A à Z, hori­zon­tal et verti­cal.

Catégories
Fournisseurs d'accès Internet Kazakhstan Sécurité informatique Surveillance TLS/SSL Vie privée

Kaza­kh­te­le­com JSC noti­fies on intro­duc­tion of Natio­nal secu­rity certi­fi­cate from 1 January 2016

By words of Nurlan Meir­ma­nov, Mana­ging direc­tor on inno­va­tions of Kaza­kh­te­le­com JSC, Inter­net users shall install natio­nal secu­rity certi­fi­cate, which will be avai­lable through Kaza­kh­te­le­com JSC inter­net resources. « User shall enter the site www.tele­com.kz and install this certi­fi­cate follo­wing step by step instal­la­tion instruc­tions”- under­li­ned N.Meir­ma­nov.

— Tele­com.kz (dépu­blié, voir la version en cache)

Première réac­tion : Oh la dicta­ture !

Seconde réac­tion : Chez nous c’est déjà le cas. Notre gouver­ne­ment contrôle une auto­rité de confiance instal­lée dans tous les gros navi­ga­teurs du marché. Pire : Ils l’ont déjà utili­sée pour faire du man in the middle.

On peut se récon­for­ter en se disant que l’in­ten­tion n’a jamais été délic­tueuse, mais au final la capa­cité est là. Il y a déjà eu déra­page et vu le climat actuel, il n’y a pas vrai­ment lieu d’avoir beau­coup plus confiance que dans le Kaza­khs­tan sur ce point là. Plus récem­ment, l’État français demande aussi accès aux codes sources et archi­tec­tures des héber­geurs et des four­nis­seurs d’ac­cès. On pour­rait ajou­ter que nous sommes déjà un des leaders mondiaux sur les solu­tions commer­ciales de surveillance à l’échelle de pays.

Plutôt que de se moquer, nous devrions avoir honte de montrer l’exemple. Le Kaza­khs­tan est juste en retard sur nous.

Catégories
Fournisseurs d'accès Internet

Petit récap fibre

Après lecture des petites lignes, voici ma grille pour les offres fibre et câble sur Paris, si ça inté­resse quelqu’un.

Tout d’abord…

Vous ne trou­ve­rez plus de Nume­ri­cable, c’est SFR qui a repris les acti­vi­tés câble. Ils ne mettent d’ailleurs plus que ça sur leur site. Ils en ont repris le débit montant ridi­cule plafonné à 5% du débit descen­dant (et il n’est plus possible de le doubler, contrai­re­ment à feu Nume­ri­cable). Pour moi c’est un répul­sif et un gros gâchis

Tous ont 50 € de frais de rési­lia­tion (le montant, comme tous les suivants, est arrondi pour éviter les 99 centimes de partout), vous n’y coupe­rez pas. SFR, encore lui, y ajoute 60 € de frais d’ac­ti­va­tion alors que c’est ouvert chez tous les autres.

Si la fibre n’est pas tirée jusqu’à votre loge­ment mais unique­ment dispo­nible sur le palier, ça peut mettre long­temps, très long­temps. C’est là l’énorme avan­tage de SFR vu que les loge­ments sont déjà tous câblés. Si vous jetez un oeil chez les autres, on m’a nette­ment conseillé de privi­lé­gier l’opé­ra­teur d’im­meuble pour dimi­nuer le risque.

Si vous avez un usage TV assez basique, toutes les offres se valent. L’offre Live­box Zen d’Orange a bien lui aussi un enre­gis­treur avec disque dur même s’il n’est pas mis en avant pour lais­ser de la place à l’offre Play un peu plus chère. Mieux : Si vous avez une prise ex-Numé­ri­cable, vous trou­ve­rez dessus un bouquet TV gratuit même sans vous abon­ner.

Plus préci­sé­ment…

Les offres RED de SFR sont les moins chères malgré le surcoût de 60 € à l’ac­ti­va­tion, avec 12 € par mois (10 € sans la TV mais ça occu­pera aussi votre prise antenne dans ça sera vrai­ment sans TV). C’est sans enga­ge­ment. C’est un débit 5 fois meilleur que l’ADSL en émis­sion comme en récep­tion, une latence plus faible et globa­le­ment une meilleure qualité TV. Aucune raison d’al­ler ailleurs si vos besoins sont modestes. Atten­tion, ces offres ne sont pas sur le site de SFR mais sur le site de RED, distinct.

Ensuite il y a l’offre Live­box Zen d’Orange. On monte à 50 Mb/s en émis­sion, soit 10x plus que l’offre RED. Les présen­ta­tions commer­ciales d’Orange sont plus que trom­peuses donc voilà mes décou­vertes de petites lignes :

  • Il y aurait proba­ble­ment un disque de 80 Go pour les enre­gis­tre­ments TV dès l’offre Zen même si ce n’est mis en avant que pour les offres Play afin de leur donner un avan­tage. Je lis des choses diver­gentes à ce sujet mais comme ça permet de stop­per le direct c’est que à prio­ri…
  • Le prix affi­ché sur le site inclut d’of­fice des promo­tions qui sont tempo­raires et valables unique­ment la première année, dont aujourd’­hui 5 € / mois en cas de chan­ge­ment d’opé­ra­teur qui ne s’ap­plique­ront pas forcé­ment à votre cas.
  • Il y a en ce moment une offre de parrai­nage qui permet de se faire rembour­ser un mois de facture à concur­rence de 50 € (et non 50 € forfai­taires comme le laisse entendre la présen­ta­tion commer­ciale). Il est facile de trou­ver un parrain sur Inter­net, ça n’en­gage à rien à part gagner tous les deux quelques dizaines d’eu­ros.

L’offre Live­box Play ajoute 100 Mb/s en récep­tion (mais rien en émis­sion) et 80 Go de disque dur pour 4 € par mois. Le vrai palier est sur l’offre Live­box Jet avec un débit déscen­dant de 500 Mb/s et un début montant de 200 Mb/s.

Les offres Free sont en fait assez simi­laires à des prix pas très diffé­rents avec les offres promo­tion­nelles. Ici aussi il faut lire les petites lignes : On parle d’un débit descen­dant de 1 Gb/s mais c’est unique­ment dans un mode qui vous prive de tous les avan­tages de la box (NAS, WIFI, routeur…). Comp­tez donc quelque chose de simi­laire à la Live­box Jet : descen­dant à 600 Mb/s et montant à 200 Mb/s.

Atten­tion, on voit de nombreuses plaintes sur les délais de livrai­son de la box 4k si c’est celle que vous choi­sis­sez. La pein­ture n’a pas l’air fraiche et les gens sont unanimes pour la décon­seiller en tant que box prin­ci­pale. La Revo­lu­tion, plus chère, semble s’im­po­ser.

Reste SFR, mais ça revient à plus cher pour un débit montant désas­treux, avec en plus des frais et un enga­ge­ment d’un an. Le seul avan­tage est dans l’offre TV. Bouygues sous-loue à SFR, avec le même réseau et les mêmes débits 100 / 5 mais avec le prix des offres haut de gamme Free et Orange. Aucun inté­rêt à mon avis.

Catégories
Fournisseurs d'accès Internet Réseaux et Internet

Taxe sur la bande passante

Et l’idée d’une taxe sur la bande passante revient sur le tapis. L’idée de base c’est de trou­ver un moyen de faire payer les grosses multi­na­tio­nales du web. Sauf qu’à mettre trop de choses sur le tapis, on finit par se prendre les pieds dedans.

Donc on fait payer une taxe aux services qui consomment « beau­coup » de bande passante. Youtube, Spoti­fy… vous êtes dans le colli­ma­teur.

Oups

Ah, mais ça va concer­ner aussi Orange avec Deezer et Daily­mo­tion. Oups… Pour corri­ger ça on va faire un crédit d’im­pôt équi­valent. Si tu payes des impôts ici, en gros on te rembourse ta taxe, sinon tu en es pour ta poche.

Géniale inven­tion… sauf que ça ne fonc­tionne pas. Même Google paye des impôts en France. Peu, proba­ble­ment pas assez, mais ils en payent. Quelques millions. Donc sauf si la taxe dépasse quelques millions, ça ne chan­gera rien. Si la taxe dépasse ce montant, il leur suffira de lais­ser un peu plus de reve­nus sur l’en­tité fiscale française pour que ça s’équi­libre et voilà. Croire qu’a­vec tout leur montage fiscal c’est ça qui va leur faire peur, c’est être plus que naïf.

Oups (bis)…

Ah, mais dans l’his­toire il n’y a pas que Youtube et Daily­mo­tion qui payent de la bande passante. Il y a aussi les content deli­very network et les héber­geurs. En gros tout ce qui est hébergé via un pres­ta­taire qui prend la bande passante à son nom. Eux seront « gros », mais vont refac­tu­rer ça à tous les petits ensuite, juste­ment ceux que personne ne souhaite faire payer pour ne pas frei­ner le numé­rique. Ça va des star­tups inter­net aux sites e-commerce en passant par les PME. Oups…

Oups (ter)…

Et puis tout ça c’est oublier que le four­nis­seur d’ac­cès (FAI) aussi il consomme de la bande passante, et pas qu’un peu. Tiens, on va taxer le four­nis­seur d’ac­cès aussi du coup ? Tous ceux qui font du P2P, qui envoient leurs photos de vacances sur un service en ligne, qui font du backup Crash­plan ou du partage Drop­box…

Bref, ça va coûter et si la taxe sert vrai­ment à taxer, ça va être refac­turé aux abon­nés. Ou alors nos four­nis­seurs y trou­ve­ront une façon propo­ser leurs services internes au mépris de la concur­rence non faus­sée (Orange, je te regarde).

Aie… j’ai mal à mon numé­rique

Aujourd’­hui si le trafic est asymé­trique, c’est aussi en grosse partie la volonté des four­nis­seurs d’ac­cès qui imposent géné­ra­le­ment un ratio de 1/20 à 1/3 à leurs abon­nés. Vous croyez que ça va les inci­ter à ouvrir les vannes ou à les restreindre ? Dans ce modèle de taxe plus le trafic est asymé­trique, plus c’est à leur avan­tage.

Par contre ça va pile dans la stra­té­gie des four­nis­seurs d’ac­cès qui veulent rari­fier arti­fi­ciel­le­ment la ressource réseau pour pouvoir la faire payer plus cher, renfor­cer leurs services payants internes et faire de la segmen­ta­tion dans leur offre (prio­rité de trafic, abon­ne­ment en fonc­tion de la bande passante dispo­nible, exten­sion de quota, etc.).

En voilà autant pour le déve­lop­pe­ment du numé­rique en France.

Tout ça parce que…

Tout ça parce que nos FAI ne veulent pas faire face aux inves­tis­se­ments néces­saires à l’ex­plo­sion des usages et des conte­nus deman­dés par leurs propres abon­nés. Oui, on peut dire que les tarifs actuels ne couvrent pas les coûts. Ça n’a pas l’air de se véri­fier en réalité mais je laisse à d’autres le débat sur cette ques­tion. Si réel­le­ment nos FAI sous-facturent l’abonné, qu’ils fassent évoluer leur modèle de factu­ra­tion vis à vis de l’abonné au lieu de cher­cher des rentes à côté en main­te­nant un service à perte de l’autre.

Tout ça aussi parce que nos FAI ont déjà conquis le marché (il n’y a plus énor­mé­ment de non-abon­nés Inter­net à conqué­rir) et qu’ils cherchent des solu­tions pour étendre leurs reve­nus. Ça passe par des options supplé­men­taires: Il y a l’op­tion de la segmen­ta­tion de trafic et des options réseau, qui demandent toutes deux de faire arti­fi­ciel­le­ment du réseau une ressource rare alors qu’elle est abon­dante aujourd’­hui. Il y a aussi le déve­lop­pe­ment de services internes concur­rents aux services dispo­nibles sur le web, et là il faut trou­ver un moyen de désa­van­ta­ger et rendre plus chers les concur­rents, d’où la taxe (entre autres).

Tout ça aussi parce que notre État n’a pas le courage d’at­taquer de front le problème fiscal des géants du web et cherche 150 moyens détour­nés de les faire payer, quitte à ce que ça arrive dans les caisses d’in­té­rêts privés (par exemple le fond Google pour la presse) plutôt qu’au trésor public. Ça sera toujours ça qui arri­vera dans l’éco­no­mie française.

Donc on enchaîne les idées bancales et pas assez réflé­chies qui font plus de mal que de bien.

Rien de neuf…

S’il y en a un des deux…

Le pire c’est bien ce qui ressort de ce dernier lien : Ne pas oublier que Youtube ne pousse aucun contenu vers le FAI. Youtube (et les autres) répondent aux demandes venant du réseau du FAI (qui ont l’abonné pour source).

S’il y en a bien un des deux qui est respon­sable du trafic échangé c’est juste­ment le réseau du FAI (via l’abonné) et non le four­nis­seur de service. En réflé­chis­sant un peu, c’est le FAI qu’on devrait taxer au profit du four­nis­seur de service. C’est d’au­tant plus vrai que les acti­vi­tés d’édi­tion de contenu (que ce soit du Youtube ou de la presse) sont rare­ment rentable, contrai­re­ment à nos four­nis­seurs d’ac­cès Inter­net, et que ce sont elles qui apportent le plus de valeur ajou­tée à la société

Je sais qu’une vidéo de chat ce n’est pas du grand cinéma d’au­teur, mais un tuyau de plas­tique ou un câble de cuivre sans rien dedans c’est encore moins sexy côté cultu­rel.

Catégories
Fournisseurs d'accès Internet Sécurité informatique

Les FAI devront livrer à l’Etat toutes les infos sur leurs réseaux

Dans le cadre de ce contrôle, qui pourra avoir lieu une fois par an (ou plus souvent en cas de défaillances), les FAI et héber­geurs concer­nés devront four­nir à l’ANSSI ou au pres­ta­taire privé agréé « notam­ment la docu­men­ta­tion tech­nique des équi­pe­ments et des logi­ciels utili­sés dans ses systèmes ainsi que les codes sources de ces logi­ciels« 

En clair : En plus des boites noires et des accès directs, il est demandé tous les moyens pour que l’État puisse s’in­tro­duire de force dans les systèmes, en dehors des accès prévus pour ça. Sous couvert d’en véri­fier la sécu­rité, mais même la marmotte ne croit plus à l’em­bal­lage arti­sa­nal du choco­lat dans le papier d’alu. Ayez confian­ce…

— via Nume­rama

Catégories
Fournisseurs d'accès Internet Publicité

AT&T To Match Google Fiber In Kansas City, Charge More If You Want Privacy

The company plans to charge $70/month for giga­bit service, but that’s a subsi­di­zed price. Subsi­di­zed by what, you ask? Your privacy. AT&T says if you want to opt out of letting them track your brow­sing history, you’ll have to pay $29 more per month. They say your infor­ma­tion is used to serve targe­ted adver­ti­sing, and includes any links you follow and search terms you enter.

L’in­for­ma­tion n’est pas surpre­nante par son contenu mais par ses chiffres. Vos infor­ma­tions person­nelles valent 30€/mois d’après AT&T, unique­ment pour mieux cibler les publi­ci­tés (ça laisse donc entre­voir le gain des publi­ci­tés elles-mêmes, forcé­ment supé­rieur)

— via Slash­dot

Catégories
Fournisseurs d'accès Internet

Termi­nai­son d’ap­pel et débit asymé­trique

Je ne sais pas où ça a commencé mais il y en a un qui mérite des baffes. Fiction.

Hier le rapport de force a pris un tour­nant inat­tendu. Youtube a coupé l’ac­cès aux abon­nés SFR, ou plutôt a telle­ment ralenti les débits qu’il est impos­sible de regar­der une vidéo.

Le distri­bu­teur de vidéo se plaint d’un nombre gran­dis­sant de requêtes venant de SFR, nombre qui dépas­se­rait le raison­nable. La tension est montée à un niveau insou­te­nable il y a plusieurs mois, date à laquelle les abon­nés fibre SFR ont pu télé­char­ger à 1 Gb/s.

Décryp­tage : Quand vous regar­dez une vidéo sur Youtube, SFR demande la vidéo à Google et la trans­met direc­te­ment à l’abonné – actuel­le­ment sans rien payer pour l’ac­cès à la vidéo.

Non seule­ment le nombre de requêtes augmente mais en plus avec la fibre ce sont des vidéos très haute qualité qui sont deman­dées, très goinfres en bande passante. Le cas des mobiles avec une connexion inter­mit­tente et de faible qualité pose aussi problème.

Youtube rappelle qu’il gère un service gratuit, déjà défi­ci­taire, avec « un réseau que SFR conti­nue à surchar­ger sans y contri­buer finan­ciè­re­ment ».

L’abon­ne­ment inter­net SFR clas­sique coûte 29,90 € par mois et monte jusqu’à 45 € par an. Aucun rever­se­ment n’est fait aux diffé­rents four­nis­seurs de services et conte­nus qui enri­chissent la plate­forme, lais­sant ces derniers finan­cer seuls rede­vables des coûts d’in­fra­struc­ture et de bande passante néces­saires.

Rien que pour Youtube – prin­ci­pal appor­teur de contenu des FAI – on a estimé le coût de bande passante à 400 millions en 2010. Ce coût a augmenté expo­nen­tiel­le­ment depuis.

Faut-il impo­ser aux FAI une contri­bu­tion aux gros four­nis­seurs de services pour payer la bande passante et les conte­nus ? Le modèle de la contri­bu­tion des chaînes de télé­vi­sion aux studios de cinéma a déjà été évoqué.

Les FAI qui veulent faire payer les gros four­nis­seurs de contenu à cause du trafic injecté dans leur réseau se tirent une balle dans le pied. Ils oublient que le rapport de force n’est pas forcé­ment à leur avan­tage sur le long terme, et que la situa­tion peut tout à fait s’in­ver­ser à l’ave­nir.

En fait ça commence déjà : Les ayants-droits cherchent déjà à impo­ser une contri­bu­tion obli­ga­toire aux FAI pour « parti­ci­per à la créa­tion des conte­nus qui enri­chissent leurs offres »

Ne pas oublier que quand Youtube « injecte » du trafic dans le réseau du FAI, c’est en fait qu’il répond à une requête du réseau du FAI. S’il y en a un des deux de respon­sa­ble…

Photo d’en­tête sous licence CC BY-NC-SA par Hendrik Terbeck

Catégories
Fournisseurs d'accès Internet Free

Comment renta­bi­li­ser la mauvaise qualité

Que faire quand le réseau sature et qu’on livre un service de mauvaise qualité ? Les geeks irres­pon­sables diront qu’il faut inves­tir dans l’in­fra­struc­ture réseau. Les commer­ciaux de nos four­nis­seurs d’ac­cès sont bien plus astu­cieux : Il suffit de faire payer un accès prio­ri­taire à quelques heureux élus.

La solu­tion est mira­cu­leuse : Au lieu de dépen­ser on gagne des sous. Pire, on peut affir­mer à ceux qui subissent la mauvaise qualité, que c’est fina­le­ment de leur faute – ils ne payent pas l’op­tion – et pas celle du four­nis­seur.

C’est encore Free qui fait parler de lui en imagi­nant faire payer un accès prio­ri­taire au catch-up TV. Pour­tant il est clair que sur ce chapitre seul Free est respon­sable des éven­tuels ralen­tis­se­ments. Ce n’est pas une nouveauté, les diri­geants de Free ont très bien compris la stra­té­gie du pour­ris­se­ment et l’idée qu’une mauvaise qualité c’est une source de revenu. La seule diffé­rence avec l’his­toire de Youtube c’est qu’elle concer­nait l’autre côté du réseau (les four­nis­seurs et non les clients).

Il serait peut être temps que nos régu­la­teurs mettent leur grain de sel pour défi­nir ce qui est le niveau de qualité attendu (ou au moins impo­ser une mesure de qualité publique pour que chacun fasse son choix en connais­sance de cause).