Catégories
Finance Politique et société Sexisme et féminisme

La fille et le taureau

 

J’adore cette histoire parce qu’elle démontre merveilleu­se­ment qu’on peut voir tout et son contraire suivant le niveau d’in­for­ma­tion dont on dispose.

Il faut dire que la statue est superbe.

Elle s’ap­pelle « Fille sans peur » et est sous-titrée d’une plaque qui dit « Know the power of women in leader­ship. SHE makes a diffe­rence. »

Clai­re­ment, quand un artiste ajoute une statue d’un petit chien en train d’uri­ner dessus, on y voit faci­le­ment un problème de sexisme. C’est encore plus vrai quand on sait qu’elle est placée devant une statue de taureau en charge, faci­le­ment symbole de force et de mascu­lin.

Anti-fémi­nisme.
C’est le premier niveau de lecture.

Ajou­tez que l’au­teur du chien qui urine est aussi celui du taureau initial. La fillette y fait face. On y voit donc plutôt une vengeance ou une jalou­sie, et peut-être plutôt une histoire d’égo qu’une histoire de sexisme, même si l’un n’em­pêche pas l’autre.

Bataille d’égo.
Deuxième niveau de lecture.

Le taureau est une statue pirate. Elle été reti­rée avant d’être auto­ri­sée par la mairie devant la pres­sion popu­laire, d’abord tempo­rai­re­ment avant de deve­nir un vrai symbole de la ville.

La fillette vient d’un concours privé très offi­ciel… porté juste­ment par les multi­na­tio­nales à l’ori­gine du retrait initial du taureau.

On entre là réel­le­ment dans l’op­po­si­tion de deux mondes, dans la guérilla urbaine. D’un coup on entre dans l’acte poli­tique plutôt que dans les réac­tions person­nelles néga­tives.

Guérilla urbaine et acte poli­tique.
Troi­sième niveau de lecture

 

En réalité le taureau a été mis en place suite à un crash bour­sier. Il repré­sente la force du peuple face au finan­cier, et a été posi­tion­née dans le quar­tier des finances pour cela. C’est d’ailleurs le New York Stock Exchange qui l’a fait reti­rer à l’époque.

La statue de la fillette a été comman­dée… par une corpo­ra­tion dans le cadre d’une opéra­tion de commu­ni­ca­tion autour de l’an­ni­ver­saire d’un index bour­sier.

D’un coup la provo­ca­tion a changé de camp et le chien qui urine ressemble plus à un acte de résis­tance, voire de sauve­garde de l’es­prit initial.

Le peuple contre les marchés finan­ciers.
Quatrième niveau de lecture

 

Vous vous souve­nez du « Know the power of women in leader­ship. SHE makes a diffé­rence » ? Le « SHE » en majus­cules n’est pas anodin. C’est le trigramme qui repré­sente l’in­dex bour­sier en ques­tion dans les cota­tions NASDAQ.

La statue de départ qui repré­sente la force du peuple améri­cain est un pied de nez au milieu bour­sier suite à un crash des marchés. Désor­mais la fillette c’est la bourse qui se met avec une atti­tude de défi face au peuple améri­cain.

Là ça frise l’in­sulte face à un symbole de la ville. Le chien est presque potache à côté.

Détour­ne­ment de l’œuvre commune au profit des milieux bour­siers.
Cinquième niveau de lecture

 

L’in­dex bour­sier est lié à la diver­sité des genres. Le fait qu’on peut y lire un soutien du fémi­nisme ou la prise de contrôle d’un index bour­sier est certai­ne­ment voulu. L’en­tre­prise publi­ci­taire joue avec les codes, c’est son busi­ness. C’est l’objet même de la statue de la fillette.

Les plus mauvaises langues pour­ront même dire qu’il y a volonté de mélan­ger les deux dans la statue pour que la bourse prenne sa revanche en se drapant de blanc. On peut même penser que ça consti­tue une insulte encore plus grande à ce dernier niveau de lecture.

On peut inver­se­ment dire qu’un index bour­sier qui défend la diver­sité des genres est un symbole double­ment fémi­niste et que c’est ça qu’on attaque, que la reprise des anciens symboles mascu­lins fait partie du combat, ou qu’un sujet non lié au fémi­nisme aurait peut être été attaqué autre­ment.

Tout ça n’est pas disso­ciable, et c’est bien pour ça que c’est complexe. Choi­sis­sez votre camp. Ou pas. Les deux versions ne sont d’ailleurs pas exclu­sives les unes des autres.

Ce que je trouve inté­res­sant c’est comment la plupart des gens réagissent suite à un seul niveau d’in­for­ma­tion, comme si la ques­tion était simple et méri­tait une indi­gna­tion sans nuances. J’ai peur qu’il en soit autre­ment.

(discours honteu­se­ment inspiré de l’ana­lyse de greg­fal­lis.com)

Catégories
Sexisme et féminisme

Vous m’em­mer­dez (et pas que moi)

Vous m’em­mer­dez à écar­ter les jambes comme si les sièges à gauche et à droite n’étaient que des repose-genoux.

Vous emmer­dez tout le monde en fait.

Vous emmer­dez tout le monde et vous me faites honte à prétex­ter que c’est justi­fié par votre sexe et votre anato­mie. Vous croyez que les autres hommes font comment ? oui, celui à votre gauche par exemple. Il est fait comme vous, comme moi. Non seule­ment il n’em­piète pas sur votre fauteuil mais en plus, à cause de vos excès, il ne tient que sur une partie du sien. S’il y arrive, vous le pouvez aussi.

La seule diffé­rence entre vous et les autres c’est votre sans-gêne, la croyance que vous avez un droit plus fort que les autres. Vous, vous vous servez juste de votre sexe comme un prétexte pour emmer­der les autres, comme si avoir un sexe mascu­lin vous donnait ce droit. Bref rappel : ce n’est pas le cas.

Écar­tez les jambes si ça vous amuse, mais respec­tez l’es­pace des gens à côté. Et si la femme à côté de vous serre ou croise ses jambes ce n’est nulle­ment une accep­ta­tion à vous voir poser votre genoux en face de son siège… quand ce n’est pas vous même qui lui impo­sez cette posture.

Catégories
Criminalité Presse et médias Sexisme et féminisme

Évidem­ment, ce n’est pas la voiture qui s’est vengée

Lot : après une dispute, une femme meurt écra­sée par la voiture de son mari
Le Pari­sien

Forcé­ment ça ironise. On se moque du titre avec la voiture possé­dée qui écrase seule la femme, par pure coïn­ci­dence après une dispute de couple.

En réalité je trouve cette ironie assez moche.

Évidem­ment, intui­ti­ve­ment on y lit qu’il y a eu une dispute et que la femme a ensuite été volon­tai­re­ment écra­sée par son mari.

C’est intui­tif, probable, mais on n’en sait rien, pas à la simple lecture de l’ar­ticle.

La police enquête et véri­fie. C’est son boulot de juste­ment ne pas se conten­ter de dire « c’est évident » sans savoir. Pas de fausse naïveté non plus puisqu’il est clai­re­ment dit que le mari est en garde à vue depuis hier. On peut se douter que la police a les mêmes présomp­tions intui­tives que chacun de nous.

Entre temps, nous on ne sait rien, mais alors rien du tout. On n’a aucun témoi­gnage, aucun récit de l’évé­ne­ment. On ne sait pas comment la femme a été écra­sée. On ne sait même pas si le mari était au volant. En fait on ne sait même pas si quelqu’un était au volant ou si la voiture a été lâchée en roue libre sur une côte. C’est quand même peu pour prétendre l’évi­dence.

Sauter aux conclu­sions c’est faire justice sur des stéréo­types ou les proba­bi­li­tés, et ça n’est à l’hon­neur de personne.

* * *

Pour une fois l’ar­ticle est au contraire très bien fait. On ne sait pas grand chose mais le jour­na­liste expose les faits sans détour. C’est à peu près tout ce qu’il peut faire en l’état.

Aurait-il fallu qu’il titre « Il tue sa femme en l’écra­sant à cause d’une dispute » alors qu’il n’a aucun élément pour ça à part l’évi­dente suspi­cion que tout le monde verra de toutes façons ?

Personne ne prétend que la voiture, possé­dée par je ne sais quel esprit, a sauté seule sur la victime. Le jour­na­liste pousse l’idée d’une culpa­bi­lité de l’homme dès la première phrase de l’ar­ticle, en hauteur double :

Un homme d’une soixan­taine d’an­nées est en garde à vue depuis jeudi et la mort de sa femme à Prays­sac (Lot).

 

Diffi­cile d’être plus expli­cite sur les faits sans confondre les proba­bi­li­tés avec la réalité. Pour une fois qu’un jour­na­liste présente un article comme il faut sans biais ni sur-inter­pré­ta­tion, n’al­lons pas lui repro­cher.

* * *

Il y a un vrai problème où la presse écarte trop souvent la respon­sa­bi­lité des atteintes aux femmes ou aux mino­ri­tés. Je fais toute­fois la diffé­rence entre celui qui excuse et celui qui ne sait pas.

Je n’ai – malheu­reu­se­ment – pas la solu­tion au problème géné­ral mais je ne crois pas qu’ajou­ter des injus­tices en compense d’autres. Ce n’est que mon opinion, mais j’ai plutôt tendance à croire que les maux s’ajoutent entre eux.

Catégories
Discriminations Police

Contrôle au faciès

Quand on parle de contrôle au faciès, il y a toujours quelqu’un pour dire que tout ça n’est pas très factuel, que les récits sont partiaux et que je suis surtout l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’ours.

Sauf que non, pas tout à fait.

La réalité c’est que je n’ai pas souve­nir d’avoir vécu un seul contrôle d’iden­tité. Pas un seul. C’est peut-être déjà arrivé, mais dans ce cas ça a été suffi­sam­ment rapide, poli et basique pour ne lais­ser aucune trace. On ne m’a jamais fait de palpa­tion de sécu­rité, de fouille, jamais emmené au commis­sa­riat, etc.

J’ai même passé une fron­tière France -> Suisse avec une décla­ra­tion « j’ai oublié ma carte d’iden­tité chez moi », oui (mais j’ima­gine que ça ne passe­rait plus aujourd’­hui). C’est dire…

Les seuls contrôles dont j’ai souve­nir ce sont les contrôles aux fron­tières (à l’aé­ro­port ou les équipes de douane proches de Genève), trois contrôles routiers (deux où ils arrê­taient tout le monde sans excep­tion et un où j’ai visi­ble­ment grillé un feu rouge sans m’en rendre compte et où on m’a juste dit « atten­tion, ce n’est pas bien »), ou les contrôles de billets lors des trans­ports en commun (je les compte parce qu’ils sont parfois accom­pa­gnés par les forces de l’ordre mais ces derniers ne m’ont jamais demandé quoi que ce soit à cette occa­sion).

Le seul contrôle poussé et un peu agres­sif (arrêté, déplacé dans une pièce, voiture et personne fouillés, démonté mon télé­phone), à la fron­tière de Genève, était dans un groupe d’amis moins blancs que moi.

Aucun contrôle d’iden­tité. Cette même histoire est assez fréquente chez mes amis en situa­tion simi­laire: j’ai 37 ans, homme, cis-genre, blanc, centre ville aux heures de début et fin de jour­née de travail, CSP+ style plutôt « vête­ments de bureau » que sport­wear.

À l’in­verse, tous les amis s’ha­billant plus sport ou ayant une peau moins blanche que moi et à qui j’ai posé la ques­tion se sont fait contrô­lés dans l’an­née passée. Je n’ai pas demandé à tout le monde, mais je n’ai eu aucune excep­tion. Aucune.

* * *

Statis­tique­ment l’échan­tillon ne vaut peut-être rien, mais j’ai­me­rai quand même qu’on m’ex­plique.

Qu’on m’ex­plique pourquoi lors des contrôles on me dit « pas vous » alors que les autres sont stop­pés parfois agres­si­ve­ment, parfois palpa­tion et vidage de poche main contre le mur comme dans les séries améri­caines. La seule diffé­rence quasi systé­ma­tique est la couleur de peau ou la présence d’un swea­ter à capuche.

Qu’on m’ex­plique pourquoi j’ai vu des amis chan­ger de chemin par lassi­tude d’être contrô­lés en voyant une patrouille, alors que ça ne me serait même jamais venu à l’es­prit. La seule diffé­rence notable que j’y ai vu est qu’ils sont basa­nés.

Qu’on m’ex­plique pourquoi quand je demande des infor­ma­tions à un poli­cier en opéra­tions j’ai une réponse polie alors que la même personne derrière moi se fait parfois refou­ler à la limite de l’in­sulte. Là aussi, même si ce n’est que du ressenti, je n’y vois qu’une diffé­rence de faciès.

Tout ça je l’ai vécu. On ne parle pas de on-dits.

* * *

Je ne vois que ce qu’il se passe autour de moi, en centre ville bien propre aux heures de tran­sit des employés de bureau. Les récits tiers sont bien moins super­fi­ciels que ce que j’ai vu de mes yeux.

Je trouve ça un peu facile de parler de partia­lité, que tous ces jeunes et non-blancs n’ont en fait rien à repro­cher, qu’ils se font des idées voire sont de mauvaise foi. C’est rassu­rant, tranquilli­sant, mais quand même diffi­cile à croire. D’au­tant plus diffi­cile que quand les polices anglaises et espa­gnoles ont réel­le­ment travaillé la ques­tion, elles ont vu qu’elles avaient effec­ti­ve­ment des pratiques illé­gi­times.

Il faut croire que nous avons la police parfaite mais juste beau­coup de para­noïaques et d’hy­po­con­driaques du contrôle dans la popu­la­tion.

Même en suppo­sant cette police parfaite, je ne vois pas ce que ça change. Que la popu­la­tion ait un ressenti de contrôle au faciès est un problème en soi, peu importe que les faits soient avérés ou pas. La réalité des faits est presque une ques­tion secon­daire : Le problème suffi­sant pour mettre en place tous les outils de contrôle et d’as­su­rance néces­saires, suffi­sant pour faire comme si. Au pire ça permet­tra de faire taire ces fausses victimes et d’éli­mi­ner le mauvais ressenti.

Bon, bien évidem­ment on risque aussi de se rendre compte que le problème est réel. Visi­ble­ment nos poli­tiques ne sont pas prêts à prendre ce risque.

Il faut dire qu’on parle de récé­pissé pour les contrôles d’iden­ti­tés alors qu’on n’est même pas capables de faire respec­ter l’obli­ga­tion d’af­fi­chage du numéro RIO sur les poli­ciers en uniforme. Ça n’aide pas à crédi­bi­li­ser ceux qui luttent contre le récé­pissé.

* * *

Le récé­pissé en cas de contrôle d’iden­tité ce n’est pas la mesure parfaite, et je crains que certains poli­ciers refusent la déli­vrance du papier de la même façon qu’ils refusent de donner leur RIO.

Pour autant c’est une mesure rela­ti­ve­ment simple, appli­cable, qui renverse la confiance et permet de redon­ner quelque chose dans les mains de ceux qui se disent et qui se sentent victimes. Mieux, c’est une mesure qui a fait ses preuves ailleurs.

Et si on arrê­tait de se regar­der le nombril ?

Catégories
Discriminations Sport

[Cita­tions] Du racisme dans le foot? Et puis quoi encore!

On se moque de celui qui crie au racisme à cause de sa non-sélec­tion au foot mais ce serait mettre un peu des œillères.

Indé­pen­dam­ment du cas spéci­fique, quelques morceaux choi­sis, cita­tions extraites d’un article plus complet chez Media­part :

Tout le monde vous dira que les blacks, certains blacks, sont doués tech­nique­ment, très forts physique­ment, parfois un peu décon­trac­tés, un peu indo­lents, et que ça peut être préju­di­ciable en terme de concen­tra­tion.

Pierre Ferracci, président de club, dans un excellent préjugé raciste.

L’avan­tage du joueur typique afri­cain, c’est qu’il n’est pas cher quand on le prend, c’est un joueur qui est prêt au combat, qui est quali­fié de puis­sant sur un terrain… Mais le foot ce n’est pas que ça, c’est aussi de la tech­nique, de l’in­tel­li­gence, c’est de la disci­pline, donc il faut de tout

Willy Sagnol, soutenu ensuite par le secré­taire d’État au sport et par son club. Je vous laisse le plai­sir de goûter l’op­po­si­tion entre l’afri­cain (comprendre : homme à la peau noire) et l’in­tel­li­gence.

Quand on a une compo­si­tion d’équipe avec seule­ment des joueurs afri­cains, en termes de mobi­li­sa­tion, d’es­prit de révolte, ce n’est pas toujours facile à animer. Ils ont un carac­tère qui engendre un certain laxisme. […Il désire alors réduire le nombre de joueurs noirs de son effec­tif…] À chaque fois qu’on a été mené au score, on n’est jamais revenu, on ne l’a jamais emporté. C’est la race, pas la race, je n’en sais rien.

Guy Cotret, président de club, aujourd’­hui à Auxerre

Si vous avez 60 %, voire 80 %, de joueurs d’ori­gine d’afri­caine dans un club, ce n’est pas un mal en soi, mais cela signi­fie mettre à l’écart des gens qui ne sont pas de leur culture. La vie sociale du club n’est plus la même. (…) Il y a par exemple des joueurs qui viennent de tribus domi­nantes et, du coup, ce sont toujours eux qui décident et pas les autres.

Jean-Pierre Louvel, à l’époque président du syndi­cat des clubs profes­sion­nels, pas mieux. Sachant que dans le contexte on parle d’ailleurs plutôt d’ori­gine dans le sens couleur de peau que dans le sens cultu­rel.

[ …] le nombre de joueurs musul­mans est désor­mais limité à Rennes […] à Saint-Étienne, le coach a passé consigne. Il ne veut plus de joueurs afri­cains

On parle là aussi de couleur de peau, bien entendu.

Dès 2004, l’an­cien joueur noir Jean Tigana racon­tait que son échec dans la course au poste de sélec­tion­neur de l’équipe de France était lié à sa couleur de peau. Il confiait qu’un très haut diri­geant avait estimé qu’ « il y avait déjà assez de joueurs noirs sur le terrain, on n’al­lait pas en mettre un en plus sur le banc ».

Que X ou Y soit lui écarté à cause de son origine ou pas me parait presque anec­do­tique à côté du sujet qui vient d’être levée et du contexte qui semble exis­ter.

 

 

 

 

Catégories
Sexisme et féminisme

Pourquoi être un « cis het blanc » semble être une insulte ?

Alors: être un (mec) « cis(genre) hétéro et blanc », ce n’est pas une insulte. C’est une liste de privi­lèges

[…]

Ce n’est pas toujours facile/agréable de s’en­tendre dire (ou de lire) qu’on est privi­lé­gié(e) et notre premier réflexe est bien souvent de dire/penser « hey mais moi aussi j’ai des problèmes ». Personne ne le nie, mais je te renvoie aux para­graphes ci-dessus. c’est impor­tant d’y réflé­chir.

— Sexy SouciS

Encore une fois, et pas spécia­le­ment sur le fémi­nisme, combattre ceux qui prennent comme une insulte le reflet de leur statut de privi­lé­gié est assez usant. Il n’y a rien de coupable et aucun reproche à faire partie des privi­lé­giés (nous sommes tous privi­lé­giés sur un critère ou un autre, tout du moins ceux qui me lisent). La ques­tion est celle de la prise de conscience et de nos actions ensuite.

Catégories
Sexisme et féminisme

De la diffi­culté d’évoquer le fémi­nisme

Je ne comprends la logique à l’œuvre quand on affirme (ou qu’on sous-entend) que certaines causes ne peuvent pas être défen­dues par une personne à cause de son sexe, de son appa­rence ou d‘un quel­conque attri­but qui la classe ipso facto dans le clan des oppres­seurs.

— De la diffi­culté d’évoquer le fémi­nis­me…

Sujet récur­rent auquel je n’ai toujours pas trouvé de réponse correcte.

Je comprends que la parole sur le sujet ne puisse être portée majo­ri­tai­re­ment par les hommes, sauf à juste­ment repro­duire le problème. Je comprends que certains événe­ments qui discutent le sujet puissent être entre femmes, pour plein de raisons.

Je comprends aussi que, non victime, je ne compren­drais pas forcé­ment tout, et que de toutes façons je n’ai pas, moi, à tout comprendre pour le recon­naître comme légi­time. C’est même en partie la base du sujet.
Accep­ter de ne pas tout comprendre ou tout maîtri­ser n’est – parti­cu­liè­re­ment pour moi – pas une mince affaire, quel que soit le sujet.

Par contre je n’adhère pas à la vue du « seule les victimes peuvent en parler et ont un avis légi­time », pas plus là que sur d’autres sujets. En fait c’est même tout le contraire. Par prin­cipe tous les impliqués dans une ques­tion ont une vue biai­sée, la victime autant que l’op­pres­seur. C’est bien pour ça qu’en justice on impose un juge neutre au milieu.

Le problème c’est qu’ici il n’y a personne de neutre.

Tout le monde est biaisé à des degrés divers, conscient à des degrés divers. Tout le monde est concerné, ou est légi­time à se sentir concerné par le problème, avec son propre biais : les femmes comme les hommes.
Oui, les hommes aussi, sauf à nier que l’homme joue un rôle dans la société patriar­cale et à penser qu’ils sont hors du problème.

Je sais que je ne dois pas prendre le débat. Je sais que je ne dois pas impo­ser mes vues. Je sais que je dois juste­ment lais­ser de la place et lais­ser l’es­pace mili­tant se construire sans moi. Je sais que j’ai beau­coup à apprendre et toujours à écou­ter.

Pour autant je crois aussi que mon avis est aussi légi­time qu’un autre, ni plus ni moins, et que c’est ensemble que nous pour­rons agir. Je respecte que d’autres n’aient pas cet avis, qu’ils me le disent. J’es­père juste qu’ils pour­ront respec­ter le mien et que nous pour­ront conti­nuer à agir en désac­cord.


 

Oui, mon texte n’est pas clair mais je le publie tout de même. Il ne le sera peut-être jamais. Les débats sont souvent violents sur ce sujets et j’ai l’im­pres­sion de devoir mettre 50 précau­tions oratoires avant de dire quoi que ce soit, que ce soit à l’at­ten­tion des uns ou des autres.

Je crains autant les critiques violentes de mili­tant·e·s que les partages de personnes qui en profi­te­ront pour cracher sur le mouve­ment. Je doute que cela ne faci­lite grand chose. Le message final s’en trouve brouillé.

L’échange sera proba­ble­ment plus simple en privé. Vous y êtes les bien­ve­nus, y compris – et surtout – si c’est pour m’ex­pliquer quelque chose que je n’ai pas compris.

Catégories
Discriminations Terrorisme

Il prie à l’hô­pi­tal et se fait inter­dire l’en­trée : instant de vie d’un musul­man ordi­naire

[S]a maman, âgée de 74 ans, fait en octobre de cette année-là une rupture d’ané­vrisme.

Dans le coma, elle est prise en charge au centre hospi­ta­lier Sainte-Anne. Depuis le premier jour, Momo Roots force mon admi­ra­tion. Il ne quitte jamais sa mère. Il dort dans sa voiture garée sur le parking de l’hô­pi­tal et passe toutes ses jour­nées auprès d’elle. Des membres du person­nel sont touchés par son compor­te­ment exem­plaire. Mais Momo Roots agace aussi. Il s’inquiète pour la santé de sa maman, inter­roge beau­coup, inter­pelle parfois sur les trai­te­ments admi­nis­trés ou des prises en charge théra­peu­tique qui, à ses yeux, semblent tarder à se mettre en place.

Assez vite, il a le senti­ment que la psal­mo­die du Coran à mi-voix qu’il dispense à sa maman la soulage. À l’is­sue de deux mois de coma, elle reprend connais­sance.

Une histoire heureuse, racon­tée par le Nouvel Obs, mais dans l’em­bal­le­ment actuel un musul­man qui prie c’est forcé­ment grave. Email interne à l’hô­pi­tal :

« Je pense qu’il faut inter­ve­nir de façon urgente et inter­dire l’ac­cès à l’hô­pi­tal à cet indi­vidu. D’ailleurs, je l’ai vu dimanche soir prier à haute voix dans la chambre de sa mère à 21 h !!!!! Pas de lais­ser aller avec les terro­ristes qui qu’ils soient ! Courage pour l’équipe. »

Simple racisme et assi­mi­la­tion, mais il n’en faut pas plus :

Quelques jours avant Noël 2015, la sanc­tion tombe : il n’est plus le bien­venu dans l’éta­blis­se­ment. Ses visites sont limi­tées à deux heures par jour.

Catégories
Discriminations

Optus

Can I ask why Optus is adver­ti­sing at casual mall in middle eastern language and not english?? This is an outrage, this is Austra­lia not Syria. You are hypo­crites, saying sorry for Paris etc etc but adver­ti­sing for only Muslim to read.

— Age of aqua­rium

C’est une seule grande image retraçant les réac­tions face à un panneau en arabe en Austra­lie, les inter­pel­la­tions des gens et les réponses des rela­tions publiques d’Op­tus.

C’est magni­fique, et je trouve le commu­nity mana­ger juste parfait. Je vous laisse décou­vrir au fur et à mesure des échanges de quoi on parle vrai­ment… et à quel point le racisme est désor­mais plei­ne­ment assumé et juste une atti­tude normale quand on est face à la langue arabe, aux pays arabes, ou à l’Is­lam. Toutes les digues ont sautées.

Malheu­reu­se­ment ce sont des captures d’écran, sans version texte. Si quelqu’un a le courage de faire une trans­crip­tion pour ceux qui ont besoin du texte…

Catégories
Discriminations Religion

L’is­la­mo­pho­bie est soute­nue par l’État (Raphaël Liogier)

Manuel Valls a rappelé, lundi, à l’Ob­ser­va­toire de la laïcité qu’il ne pouvait pas « déna­tu­rer la réalité de cette laïcité ».  La critique visait Jean-Louis Bianco son président, mais aussi son bras-droit Nico­las Cadène, rappor­teur géné­ral de l’ob­ser­va­toire, qui avait regretté dans un tweet la décla­ra­tion d’Eli­sa­beth Badin­ter le 6 janvier sur France Inter, « Il ne faut pas avoir peur de se faire trai­ter d’is­la­mo­phobe« .

[…]

le message que Manuel Valls est en train d’en­voyer c’est « on n’a pas le droit de dire qu’on est anti­sé­mite par contre, on peut légi­ti­me­ment dire qu’on est isla­mo­phobe. »

— via France Info

Et je ne peux que rejoindre la conclu­sion. Il n’en faudrait pas expri­mer le dixième sur une autre reli­gion pour être d’un coup inquiété par la justice et rejeté par l’opi­nion. Nous avons avalisé et légi­timé l’is­la­mo­pho­bie. Bien triste réalité de ce qu’est notre vie poli­tique.


Raphaël Liogier : « Il ne faut pas que Manuel… par Fran­ceInfo