[Voca­bu­laire] le mentor et le …

Comment nommer l’in­ter­lo­cu­teur du mentor ?

Je voulais éviter les termes élève ou appre­nant qui me semblaient trop scolaires. Le mentor n’est pas un forma­teur mais un accom­pa­gna­teur. J’aime l’idée qu’on est en appren­tis­sage perma­nent mais je sais aussi bien l’image que ces termes vont donner chez des gens qui n’ont pas ce recul.

Plus géné­ra­le­ment, je voulais éviter les termes qui laissent penser à un faible niveau de compé­tence pour la personne en face du mentor. Dans mon esprit un expert tech­nique reconnu inter­na­tio­na­le­ment peut tout à fait avoir un mentor (et pas forcé­ment un plus expert d’ailleurs). Les termes d’apprenti ou de stagiaire me gênent à ce niveau.

Je veux aussi abso­lu­ment éviter les termes qui induisent une rela­tion de subor­di­na­tion forte. Ce n’est pas ma vision de la chose. Le terme de disciple me fait immé­dia­te­ment penser à la bande dessi­née Léor­nard avec le génie et son disciple proche de l’es­clave. Acolyte n’est que légè­re­ment mieux. 
Protégé
est mieux mais on risque d’en­trer dans le pater­na­lisme qui n’est pas forcé­ment de bon aloi, avec le risque de carré­ment infan­ti­li­ser sans le vouloir.


Pour l’ins­tant il me reste pada­wan, qui doit être compris de tout le monde dans le métier mais j’avoue que j’au­rais aimé me sépa­rer des envi­ron­ne­ments de ninjas, rocks­tars et autres jedi. En être réduit à prendre un terme à partir d’une fiction de guerre des étoiles me semble hallu­ci­nant.

On me propose mentoré, un peu par défaut. Je me vois bien utili­ser ce terme dans une thèse ou un article scien­ti­fique, proba­ble­ment moins dans le langage de tous les jours, et pas quand la personne est proche. Quitte à utili­ser ce type de formu­la­tion, on me propose accom­pa­gné qui est peut-être plus joli car plus usuel.

Il y a aussi condis­ciple et compa­gnon. Même si on perd la notion de mento­rat, compa­gnon est encore ce que j’ai trouvé de mieux, sans que cela ne me convienne vrai­ment (et puis, ça se fémi­nise comment compa­gnon ?). Il y a une notion de commu­nauté, j’y colle (peut-être à tort) une image d’entre-aide et d’ap­pren­tis­sage perma­nent quand c’est dans un contexte profes­sion­nel arti­san.

Quitte à rester dans cette méta­phore, affi­lié pour­rait éven­tuel­le­ment conve­nir. Dans le compa­gno­nage c’est celui qui a fini son appren­tis­sage et qui est inté­gré à la commu­nauté mais toujours consi­déré comme en perfec­tion­ne­ment. On a une proxi­mité avec la notion de filia­tion profes­sion­nelle qui ne me déplait pas. Il reste que l’affi­lié n’est pas un compa­gnon à part entière, donc je garde­rai donc proba­ble­ment compa­gnon rien que pour ça.

Avez-vous d’autres propo­si­tions ? (je mettrai à jour le billet)

Rejoindre la conversation

11 commentaires

  1. Dans ce genre de recherche, j’ouvre régulièrement mon dictionnaire. Littré me dit :

    « 2° Par extension, gouverneur, guide, conseil de quelqu’un. Vous avez là un excellent mentor. Cet homme est le meilleur mentor qu’il pût donner à son fils.  » — https://www.littre.org/definition/mentor

    (J’ignorais d’ailleurs la première définition : « 1° Nom propre d’un noble habitant d’Ithaque, ami d’Ulysse, dont Minerve prit la figure, d’après Homère, pour accompagner Télémaque à Pylos et à Lacédémone (Odyss. II, 268, 401) ».)

    Et puis le dictionnaire des synonymes : http://crisco.unicaen.fr/des/synonymes/mentor

    Après recherche, je m’orienterais plutôt vers des termes neutres, tels : locuteur, interlocuteur, écoutant/teur, voire auditeur, audience.

    « L’interlocuteur du mentor » est sans doute mon favori.

    Dans un autre registre, le rapport entre les deux interlocuteurs me fait penser à Uke et Tori en Aïkido (et autres arts martiaux) : https://fr.wikipedia.org/wiki/Tori_et_uke

    Ce sont des rôles que chacun revêt alternativement sur un tatami.

    1. Interlocuteur me semble très générique, peut-être trop, mais ça mérite réflexion. Merci.

      Auditeur ça fait très « sens unique » voire passif, ça me plait moins.

  2. J’adore ces petits casse-têtes de la langue française ! « Disciple » était le premier terme qui m’est venu à l’esprit – un peu trop hiérarchique voire caricatural, comme tu le soulignes.

    En sortant du contexte de subordination et en me mettant à la place du « mentoré », je vois le mentor comme un guide, un être inspirant, une personne dont j’aspire à absorber certains traits. C’est le terme le plus proche de cette définition que je te propose : « aspirant ». Je le trouve toutefois assez peu élégant en tant que nom même si Google m’indique certains textes où il est employé de la sorte ; je l’utiliserais plus comme adjectif lié à un nom définissant la discipline de mentorat en question : « aspirant écrivain », « aspirant développeur », …

    Curieuse de lire la suite de cette quête lexicale !

    1. Je suis gêné par « aspirant », craignant que la plupart des gens considèrent qu’un aspirant écrivain n’est pas encore vraiment un écrivain, ou pas un compétent. En fait une bonne partie de ma recherche de terme vient de là : Ne surtout pas utiliser un vocabulaire qui diminue la personne avec moi, ou qui risque de la coincer dans une position subalterne dans le regard des autres. Dans l’idéal je cherchais même quelque chose de particulièrement valorisant, « la personne qui mérite qu’on l’accompagne » mais j’en demande peut-être beaucoup.

      (je ne crois pas t’avoir croisé auparavant, bienvenue)

      1. Je vois où ça coince, zut… La difficulté est que le terme « mentor » en lui-même crée déjà une idée de relation qui va dans un sens en particulier, difficile de rétablir l’équilibre.

        Dans ce contexte effectivement, le décalage humoristique de « padawan » contre-balance ce poids hiérarchique. Sur un ton plus sérieux, seul « mentoré » me semble suffisamment neutre, bien que très froid.

        Peut-être faut-il sortir de l’image du mentor pour une autre définition de la relation, plus basée sur l’échange ? Faute de trouver mieux, je donne ma langue au chat.

        (Ravie de découvrir cet espace ! Je crois que je suis tombée sur ton blog via celui de David Larlet, vagabondant de lien en lien à l’affût de nouveaux coins personnels du web)

  3. Apprenant, mentoré, disciple… sont les mots français qui me viennent à l’esprit. Le Padawan n’est jamais qu’un disciple… Si c’est le problème de la posture haute du mentor par rapport au mentoré qui te gêne, tu pourrais utiliser « condisciple » qui fait également du mentor un apprenant.
    La question est surtout celle de la posture que tu souhaites prendre. Pour ma part, avec mon mentoré, je n’ai pas de problèmes à adopter une posture haute… sur certains sujets. Sur d’autres, je le renvois vers d’autres personnes plus à-même de l’aider.

    1. Mon problème n’est pas vraiment ma posture mais la connotation que le terme peut prendre chez les tiers. Si on me présente quelqu’un comme « apprenant », je risque d’avoir un biais et de diminuer la valeur ou la compétence que je perçois chez la personne en question.

      1. Comme Boris, je trouve que le terme « apprenant » est celui que j’utiliserais le plus.
        J’ai envisagé « mentoré », mais je le trouve trop peu courant pour qu’il soit compris aussi simplement que « apprenant ».

        Concernant le biais négatif, je pense que le soucis vient du réflexe « si tu apprends, alors tu es inférieur ».
        Mais comme tu le dis dans ton article, apprendre n’est pas une faiblesse, donc le fait d’être qualifié d’apprenant ne devrait pas être perçu comme tel.

        Mais, à l’inverse, un mot ne pourra jamais complètement effacer ce réflexe.

  4. Intéressante problématique…
    Deux associations me viennent à l’esprit en lisant les commentaires : « parrain/marraine et filleul/nièce » et « coach / coaché·e ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos de ce site, du contenu, de l'auteur
Je poste parfois ici des humeurs ou des pensées. Parfois je change, parfois je me trompe, parfois j'apprends, et souvent le contexte lui-même évolue avec le temps. Les contenus ne sont représentatifs que de l'instant où ils ont été écrits. J'efface peu les contenus de ce site, merci de prendre du recul quand les textes sont anciens. Merci

À toutes fins utiles, ce site est hébergé par Scaleway, ONLINE SAS, joignable par téléphone au +33 (0)1 84 13 00 00 et joignable par courrier à l'adresse BP 438 - 75366 Paris Cedex 08.