Contradictions internes… vote blanc et abstention

Il n’y ici aucune injonction à quoi que ce soit. Mon choix est déjà fait. J’espère forcément que vous ferez le même mais ce n’est pas de ça dont on parlera ici. 


France insoumise a organisé ces derniers jours une consultation à propos du second tour de l’élection présidentielle. […] cette consultation a permis l’expression de 243128 insoumis.es et donne à voir des avis partagés :
– 87818 insoumis.es, soit 36,12%, pour un vote blanc ou nul;
– 84682 insoumis.es, soit 34,83%, pour un vote Emmanuel Macron;
– 70628 insoumis.es, soit 29,05%, en faveur d’une abstention.

D’après les réponses qu’on m’a faites, c’était une consultation en ligne ouverte uniquement aux adhérents et avec uniquement ces trois options.

Je trouve quand même très ironique qu’un partimouvement qui a à son programme la reconnaissance du vote blanc dans les suffrages exprimés… ne permette pas le vote banc dans sa propre consultation interne.

Rien de grave mais je m’autorise à trouver ça amusant, ironique même.

Fixer le droit de vote à 16 ans, instaurer le vote obligatoire et la reconnaissance du vote blanc comme suffrage exprimé et généraliser la représentation proportionnelle

Plus loin dans l’ironie, au programme de la France Insoumise on trouve « instaurer le vote obligatoire » au chapitre de l’Urgence démocratique.

Bref, je trouve aussi amusant de voir qu’on peut vouloir instaurer le vote obligatoire aux élections mais soi-même souhaiter s’y abstenir. Ils sont quand même 29% à ne pas y voir de contradiction. Ce n’est pas une anecdote.

On pourrait d’ailleurs penser que les militants actifs qui promeuvent le vote obligatoire seront plus volontaires que la moyenne pour participer aux consultations internes de leur propre mouvement. La participation est en réalité de seulement 55%, ce qui est plutôt très bas. Ironie quand tu nous tiens…

* * *

Les mauvaises langues diront que permettre le vote blanc à la consultation aurait risqué de mettre en valeur le choix qui n’était pas proposé, celui de Marine Le Pen.

Il faut dire que 20% des votants de Jean-Luc Mélenchon prévoient de voter pour elle au second tour. Je sais que tous les votants ne sont pas des adhérents mais on peut supposer que le chiffre n’aurait pas été nul. 20% de votes blanc à une consultation où le seul choix manquant était de voter FN, ça aurait été assez dérangeant.

J’avoue que l’absence de ce vote blanc est du coup une esquive un peu facile.

Étant donné l’attachement profond de la France insoumise aux principes d’égalité, de liberté et de fraternité, le vote Front National ne constituait pas une option de la consultation.

Invoquer les valeurs du mouvement aurait pu être pertinent… s’il n’y avait pas eu exactement la même contradiction en proposant l’abstention au second tour. Là il y a une différence de traitement difficile à expliquer.

Et puis… proposer le choix de Marine Le Pen et montrer qu’il était non significatif aurait justement eu une sacré classe qui aurait coupé la chique à tous ceux qui reprochent au mouvement de participer à l’élection du FN.

6 réponses sur “Contradictions internes… vote blanc et abstention”

  1. J’ouvre les commentaires mais je n’aurai aucun mal à exclure tout commentaire qui ne serait pas de nature à participer à une discussion calme, polie et argumentée.

  2. On me répond que le vote blanc n’a pas de sens pour une consultation : On participe ou on ne participe pas.

    On pourrait en dire autant de toute élection, ou de référendums. France Insoumise souhaite-t-elle retirer le décompte des votes blancs aux référendums nationaux et consultations locales ?

    Les raisons de voter blanc à ce type de consultation interne sont bien les mêmes que pour un vote national :

    * Montrer qu’on se sent concerné mais sans avoir d’avis
    * Montrer qu’on se sent concerné mais toujours hésiter entre les différentes options
    * Montrer qu’on se sent concerné mais qu’on n’adhère à aucun des choix proposés (possibilité d’autant plus importante qu’il manque justement un choix important dans les propositions)
    * Montrer sa désapprobation de la consultation elle-même, de son organisation ou des gens qui la pilotent

    Je suis certain que j’en oublie mais du coup j’ai du mal à voir comment on peut à la fois promouvoir le vote blanc et ne pas voir l’utilité à le proposer ici.

  3. Je ne vois pas d’absence de logique : le programme propose la reconnaissance du vote blanc en contrepartie de l’obligation du vote.

    Ici, point d’obligation, point de vote blanc. D’une point de vue logique, ça se tient.

    Tu me diras : pourquoi ne pas rendre la consultation obligatoire ? Et je te répondrai : comment ?

    1. Je peux argumenter mais ça reste des choix du mouvement. Je ne suis pas dans le mouvement, je n’y adhère pas, je n’ai donc pas prétention à leur dire « il faudrait faire comme ça ». Libre à eux de faire comme ils veulent. Moi je me contente de trouver certains résultats amusants.

      Maintenant, si je dois donner un avis :

      * Ce qu’ils proposent avec le vote blanc va au delà de simplement donner une option à ceux qui sont forcés à voter mais ne le souhaitent pas. Le vote blanc qui permettrait ça, il existe déjà. Eux veulent donner un sens au vote blanc, avec des pouvoirs associés, en faire une expression démocratique. Bref, ça me semble plutôt logique de l’ouvrir aussi en interne, même si la participation n’y est pas obligatoire.

      En fait, en poussant la logique, même si la participation n’y est pas obligatoire dans les faits, des gens motivés au point de proposer cette obligations, je trouverai logique qu’une grosse partie souhaite tout de même participer quitte à voter blanc, et donc logique qu’on leur ouvre cette possibilité. C’est aussi une question de cohérence.

      * Rien n’empêcherait de rendre la consultation obligatoire, même si c’est juste dans le texte sans sanction à la clef. Ça n’a pas été le cas. Il faut dire que la consultation ici n’a aucun rôle, pas même de guider le mouvement, donc ça ne me choque pas qu’elle ne l’ait pas été. Je serai curieux toutefois de savoir si les décisions plus importantes (genre la validation du programme) ont bénéficié d’une demande de « participation obligatoire ».

      Après, si vraiment ils veulent, rien ne les empêche de rendre les consultations obligatoires et de révoquer le statut d’adhérent/membre à ceux qui ne participent pas. Même pour ceux du mouvement qui ne sont pas personnellement pour le vote obligatoire (on n’adhère pas forcément à tous les détails), on peut imaginer que respecter l’application du programme commun est quand même une base pour militer, et donc qu’on accepte de participer à tous les votes. Sinon on est sympathisant, mais pas membre.

      Bon, je tente d’imaginer. Je suis quand même mal placé parce que personnellement pas pour cette obligation de vote.

  4. Il n’y a aucune différence entre sympathisants et membres, si ce n’est avoir créé un compte sur le site. Il ne s’agit pas d’un « parti » mais d’un « mouvement », et il n’a pas de véritable organisation interne donc tout ce que tu proposes, qui s’apparente plutôt aux règle de fonctionnement des partis (notamment avec des possibilités d’exclusion) aurait du mal à sortir du théorique.

    Je soupçonne que cela soit fait exprès (comme chez Macron) pour ne pas avoir à s’encombrer d’un appareil électoral lourd à motiver, comme côté LR ou PS.

  5. Tututu. On me l’a sortie plusieurs fois mais non : La différence entre parti et mouvement tient ici de la communication marketing.

    https://n.survol.fr/n/sisi-cest-bien-un-parti

    Bref, c’est un parti. Maintenant oui, visiblement on ne propose à personne d’être membre, juste d’avoir un compte sur la plateforme web (peut-être que les statuts prévoient que tout membre de la plateforme est membre de plein droit de l’association, mais j’en doute si ce n’est annoncé nulle part). Entre temps, pour ce qui nous préoccupe ici, ça ne change rien et c’est un détail purement administratif.
    C’est même encore plus facile parce que sans avoir à respecter de statut et règlement intérieur, il est possible d’exclure qui ont veut comme on veut. Peut-être que ce n’est pas l’esprit, probable même. Mais bon, ce n’était pas mon sujet de départ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J'utilise encore les commentaires mais je ne garantis pas qu'ils seront en ligne de façon permanente.

Vous êtes incités à lier et commenter ce billet depuis votre propre espace. Si votre outil gère les Web mentions votre publication sera automatiquement référencée ici au bout d'un moment. À défaut, vous pouvez poser le lien ci-dessous.