Catégories
Vie personnelle

Ce que j’ai appris hier

J’ai des amis, bien que je ne les vois qu’une ou deux fois par an et que nous ne discu­tions que peu de temps à ce moments là, qui sont prêts à aider quand j’en ai besoin.

Merci, juste merci.

Catégories
Fiscalité Hôpital Inégalités Politique et société Santé Solidarité Vie personnelle

Tous mes impôts

Parfois le sort s’acharne. Sur une période assez courte j’ai vu trois cancers lourds dans mon entou­rage plus ou moins proche. Ce sont des choses qui brassent.

Je peux vous dire qu’à ce moment là, savoir que deux sur les trois aient dû lancer des cagnottes en ligne pour payer leurs soins, pour juste conti­nuer à vivre, ça fait réflé­chir.

Ce n’était pas le cas du troi­sième : Savoir que mes proches avec un cancer n’ont pas besoin de lancer un appel à dons pour payer leurs soins, ça justi­fie toutes mes coti­sa­tions sociales, tous mes impôts.

J’irai plus loin : l’hô­pi­tal gratuit, l’école gratuite, les secours gratuits, les soins courants acces­sibles, le RSA et le mini­mum vieillesse, malgré toutes les critiques qu’on peut en faire, tout ça vaut vrai­ment large­ment tous mes impôts et toutes mes coti­sa­tions sociales.

C’est vital. Litté­ra­le­ment.

Avoir dans ses proches quelques personnes qui n’ont pas ces chances, qui en souffrent et dont la vie bascule, ça remet vite les pendules à l’heure. Ensuite on n’ou­blie pas. J’en pleure presque en écri­vant.

Catégories
Presse et médias Vie personnelle

Quelques titres de presse dans un bateau

Je ne suis plus abonné à rien. J’ai juste l’email hebdo­ma­daire de lundi.matin (qui ironique­ment arrive rare­ment le lundi matin mais que j’aime bien quand même).

Régu­liè­re­ment, j’ai­me­rais quand même accé­der à du contenu de fond, longs, sérieux, avec des analyses pous­sées. Je trouve tout à fait légi­time de payer pour accé­der à ce type de conte­nus. L’enjeu c’est plutôt de savoir si je lirai derrière. J’ai tenté de m’abon­ner briè­ve­ment à Les Jours, et j’avais fini par rési­lier faute de réel­le­ment aller lire des choses dessus. Les séries TV ont pris la place. Arri­ve­rai-je à reve­nir à de la lecture ?

  • Les Jours
  • Le Monde Diplo­ma­tique
  • Le Monde

Régu­liè­re­ment j’ai­me­rais avoir un contenu un peu moins dans l’émo­tion que Twit­ter pour me main­te­nir au courant de ce qu’il se passe dans le monde. J’ai lundi.matin. J’avais envi­sagé brief.me qui était pas mal aussi mais, même si le prin­cipe de payer ne me gêne pas quand il y a un peu plus que des reco­pies de dépêches, le prix m’a fait hési­ter et recu­ler. Le Cour­rier inter­na­tio­nal m’at­tire parce qu’on est vrai­ment centré ailleurs que sur la France.

  • Brief.me
  • Cour­rier inter­na­tio­nal
  • Lundi Matin
  • Le Monde

Régu­liè­re­ment j’ai­me­rais aussi pouvoir accé­der aux conte­nus dont je trouve les liens sur les réseaux sociaux. J’avais Media­part et Arrêt sur Images un moment mais c’est quand même très anxio­gène. L’es­sen­tiel des liens mènent vers des scan­dales, des dénon­cia­tions, de l’émo­tion, et il faut faire double­ment atten­tion à véri­fier ce qui y est dit, à tout prendre avec de l’ana­lyse critique. C’est parti­cu­liè­re­ment vrai pour Media­part à cause de leur ligne édito­riale, mais c’est plus géné­ral : Seuls les liens polé­miques percent, et ce sont du coup ceux-ci que je veux ouvrir. N’est-ce pas fina­le­ment une bonne chose de ne pas y avoir accès ?

  • Media­part
  • Le Monde
  • Next Inpact
  • Arrêt sur Images

Bref, je vais peut-être réac­ti­ver quelques abon­ne­ments. Le Monde entre dans les trois caté­go­ries, c’est un bon candi­dat, mais il ne m’ap­pa­rait le plus inté­res­sant dans aucune caté­go­rie. « Moyen partout » n’est pas forcé­ment idéal.

Si je prends l’en­semble je m’en sors à plus de 50 € mensuels. On va essayer d’être plus raison­nable.

Je peux déjà proba­ble­ment rayer Arrêt sur Images et Next Inpact sur lequels j’ai trop peu de liens sur des sujets non couverts par le reste. Peut-être qu’il vaut mieux écar­ter Media­part pour l’ins­tant quitte à être frus­tré de ne pas pouvoir suivre quelques liens. Ça me permet­tra de moins entrer dans le climat de scan­dale perma­nent.

Ça en laisse beau­coup et il serait proba­ble­ment une bonne idée de n’en rete­nir que deux ou trois parmi Le Monde, Les jours, Cour­rier inter­na­tio­nal et le Monde Diplo­ma­tique. Mettons que je m’au­to­rise dans les 15 à 20 € mensuel. C’est déjà pas mal en atten­dant de voir.

Vous avez des sugges­tions ? À quoi êtes-vous abon­nés et pourquoi ?

MensuelAnnuel
Les Jours8,50 € (*)60 €
Monde Diplo­ma­tique5,50 €65 €
Le Monde10 €100 €
Cour­rier inter­na­tio­nal5 €60 €
Media­part11 €110 €
Lundi matindon libredon libre
Brief.me7 €60 €
Next Inpact5 € (*)50 €
Arrêt sur Images4 € (*)45 €
52,5 € / mois
550 € / an
46 € / mois

Les prix sont arron­dis pour plus de clarté et pour éviter de trom­per le lecteur à coup de 90 centimes.
(*) Ces prix peuvent bais­ser en cas d’abon­ne­ment multiple via La Presse Libre.

Oui, c’est marqué à gauche. J’as­sume.

Catégories
Vie personnelle

Ce qui vous parait évident

Petit rappel que même ce qui vous semble évident socia­le­ment ne l’est pas forcé­ment pour d’autres (moi inclus).

L’im­pli­cite et l’ex­pli­cite, les conven­tions sociales, la façon d’être, les inter­ac­tions, c’est parfois bien plus complexe qu’il n’y parait.

https://twit­ter.com/edasfr/status/1150074744202510337

Je suis inca­pable de comprendre l’im­pli­cite et l’usage. Je n’ai pas honte de parler de handi­cap à ce niveau.

Le « mais Éric, on en a parlé pendant dix minutes ! » n’a aucun sens pour moi. Je sais, ça le fait à tout le monde mais moi c’est tout le temps, sur tout. Oui on a dit qu’on allait à la gare, mais on a aussi dit le contraire. Tout le monde a compris dans la discus­sion que fina­le­ment on allait à la gare. Moi pas.

Il me suffit de deman­der allez-vous me dire, mais c’est plus complexe que ça. Est-ce qu’on va à la gare ? Comment ? Avec qui est-ce que je pars en voiture ? Et les bagages on mutua­lise ou c’est chacun dans son coffre ? Et quelle taille de bagages d’ailleurs pour ce type de trajet ? Faut-il que j’y mette une serviette ? De toutes façons je ne sais pas avec qui je pars, est-ce qu’il faut que je demande qui veut de moi ? Sauf que celui qui a prévu de m’em­barquer va le prendre mal si je cherche quelqu’un d’autre, et puis je vais être ridi­cule parce que si ça se trouve on ne part pas.

Vous n’ima­gi­nez pas un seul instant.

Sur les rela­tions sociales c’est encore pire. J’en­vie les enfants en mater­nelle qui osent dire « est-ce que tu es mon ami ? ».

Je ne sais pas me posi­tion­ner. Je ne sais pas comment réagir. Je ne sais pas ce qui est accep­table ou non, et je fais une faute une fois gros­sière sur deux, voire plus. Oui ça le fait à tout le monde mais moi c’est tout le temps, sur tout, même avec des amis vieux de dix ans.

Ou pas d’ailleurs : Je ne sais pas si eux me consi­dèrent comme un ami et j’ai toujours l’im­pres­sion d’être à côté. Dois-je donner des nouvelles ou est-ce que cela sera inop­por­tun ? et pour y dire quoi ? ça fait égocen­trique quand même, mais ils commencent proba­ble­ment à en avoir marre que je ne demande que si ça va, sans savoir quoi dire d’autre, autant ne rien dire, non ? mais si je ne dis rien je vais passer pour un rustre, ou simple­ment m’éloi­gner pas à pas, mais en même temps tout ça se base sur l’idée que j’ai une rela­tion d’ami­tié forte alors que ce n’est pas forcé­ment partagé.

Vous m’avez déjà entendu dire « s’il te plait, dit ce que tu penses, expli­ci­te­ment, fran­che­ment sans peur de bles­ser ou d’être nunuche, parce que je ne serai pas capable de les perce­voir autre­ment ».

Sérieu­se­ment, faites-le.

Faites-le. Ça m’aide sur le moment, beau­coup, mais ça ne résout pas tout.

Si vous êtes expli­cite une fois est-ce que ce que vous ne dites pas n’est pas vrai ? Mais vous ne m’avez pas remer­cié forte­ment et expli­ci­te­ment alors peut-être que vous ne voulez pas venir boire un verre fina­le­ment, vous n’ac­cep­tez peut-être que par obli­ga­tion ; pour­tant vous n’avez pas non plus dit expli­ci­te­ment que vous ne souhai­tez pas venir. Me voilà coincé et c’est toujours, tout le temps, parce que même en cher­chant à être expli­cite vous lais­sez 99% dans l’im­pli­cite, parce que c’est évident pour vous via le contexte ou l’usage social.

Sauf que moi je le sais, alors je tente d’in­ter­pré­ter, de surin­ter­pré­ter, de cher­cher des signaux ou de les provoquer. Vous les voyez les « ça va ? », « es-tu sûr·e ? » ? Oui il y a des tics mais c’est plus que ça, bien plus que ça.

Je n’ai pas l’usage, je ne connais pas la limite sociale. Je suis capable d’être enfermé et de ne rien oser, terri­fié à l’idée de gêner et de passer une limite qui m’est tota­le­ment invi­sible. Et en même temps parfois c’est le contraire, faute de savoir, et parce que parfois rester en retrait serait aussi une faute sociale. Je tente de lire, d’in­ter­pré­ter, et souvent je me trompe.

N’y voyez pas d’ai­sance, c’est tout le contraire.

Ma malé­dic­tion c’est d’ailleurs parfois de sembler avoir des faci­lité. Oui je parle en public. Oui je sais parfois m’im­po­ser, débattre, parfois trop d’ailleurs. Oui j’adore l’hu­mour à tiroir, le second degré et le sarcasme. Je suis juste inca­pable de le détec­ter chez les autres.

Parfois je donne l’im­pres­sion d’une grande aisance mais ça me demande en réalité un effort impor­tant en interne. Je m’épuise d’une simple conver­sa­tion de machine à café. Vous jugez le résul­tat d’un travail de 15 ans sur moi-même. Vous jugez un expert à être quelqu’un d’autre, quelqu’un d’autre, celui qu’on oublie et qu’on ne voit pas.

Parfois c’est effec­ti­ve­ment rela­ti­ve­ment simple pour moi mais n’en tirez pas de conclu­sion. Chacun a ses propres diffi­cul­tés et les miennes ne viennent pas forcé­ment dans le même ordre que les vôtres. J’ai bien plus de diffi­cul­tés dans une conver­sa­tion amicale qu’à soute­nir un débat public complexe avec plusieurs centaines de personnes. L’enjeu n’est pas le même, c’est moins person­nel, plus objec­tif, j’ai moins besoin de lire les autres et les conven­tions à respec­tées sont beau­coup plus formelles.

Je n’ai pas la solu­tion à tout ça.

Je ne peux pas repor­ter mes diffi­cul­tés sur vous. Quand bien même vous le voudriez, je ne saurais pas quoi vous deman­der.

Je n’ai que deux choses :

  1. Ne jugez pas les inten­tions et réac­tions des autres au regard de ce qui vous semble évident, impli­cite ou expli­cite.
  2. Ne jugez pas ces inten­tions et réac­tions au regard de ce qui vous semble diffi­cile ou facile à vous.

Excu­sez les autres, expliquez, soyez patients, gardez votre empa­thie, deman­dez, même quand votre inter­lo­cu­teur semble faire une faute grave et évidente à vos yeux. Peut-être peine-t-il plus que vous ne l’ima­gi­nez, malgré toutes les bonnes inten­tions du monde. Ne jugez pas sans connaitre la personne et… soyez expli­cites.

Catégories
Vie personnelle

Qui suis-je ?

J’ai l’ha­bi­tude de dire que je suis discret, réservé à l’ex­trême, gêné en perma­nence.

C’était vrai, à un point que beau­coup n’ima­ginent pas. Par le passé je n’osais pas dire bonjour, que devoir prendre contact avec quelqu’un pouvait me mettre dans un stress malsain pendant des jours.

J’ai évolué, forcé­ment. C’est surtout vrai profes­sion­nel­le­ment où j’ai appris à me mettre en avant, à dépas­ser la timi­dité et à m’im­po­ser. Ce n’est pour autant toujours pas natu­rel, ou du moins je ne le vois pas comme natu­rel. Je sais le faire, mais comme un costume qu’on utilise consciem­ment dans des situa­tions précises, et je doute de faire illu­sion long­temps pour ceux qui me connaissent vrai­ment.


C’est un peu ma nature, ou du moins je le croyais. Suis-je en train de m’aveu­gler ?

En quelques semaines, deux personnes m’ont dit que je savais me mettre en avant, deux autres se sont partiel­le­ment éner­vées pour me dire que non c’est non et que je les gênait par mon insis­tance.

Une était une rela­tion profes­sion­nelle et me mettre en avant était tout à fait légi­time mais ce n’était pas conscient. Les autres fois c’était person­nel et jamais je ne me serais permis, jamais je n’avais pour inten­tion autre chose que de respec­ter au plus strict la personne en face de moi.

Bref, ça met une bonne claque.


Ai-je tant changé ? Qui suis-je désor­mais ? Celui qui provoque ces retours n’est pas qui je veux être.

Ce que je croyais être ma nature, ma façon d’être, j’y tiens malgré toutes diffi­cul­tés et les ques­tions perma­nentes que ça me pose au jour le jour. C’est presque une ques­tion de valeurs pour moi. Je ne veux pas être de ceux passent par dessus les autres. Vrai­ment, l’idée que je puisse deve­nir ainsi me fait déjà mal au ventre. Si je suis devenu celui-ci, ou si je suis en train de le deve­nir, il m’est impor­tant chan­ger au plus vite avant de ne plus me recon­naitre.

Pour l’ins­tant ce n’est qu’une réflexion en cours suite à des retours récents mais si vous me connais­sez bien, je suis preneur de vos retours et de votre aide sur le sujet.

Catégories
Vie personnelle

Pinpon pinpon pinpon

J’ai déjà eu un ami dont la vie est partie dans un incen­die. Je vois aujourd’­hui un inci­dent qui aurait pu sacré­ment mal tour­ner dans ma time­line Twit­ter.

Il faudrait que je véri­fie l’alarme anti-incen­die mais j’avoue craindre que si ça sonne dans l’en­trée c’est que l’in­cen­die est déjà au point de non-retour dans une autre pièce.

Extinc­teur à poudre, 2 Kg

Ikea vendait par le passé des petits extinc­teurs à poudre pour vrai­ment pas cher. J’en ai un dans l’en­trée (oui, c’est le bordel dans le placard), un dans le garage.

Ça ne servira proba­ble­ment jamais mais si ça a même une chance sur un million de sauver une catas­trophe, ça vaut le coup.

J’ai fait il y a plusieurs années une forma­tion « équi­pier incen­die ». Ça change défi­ni­ti­ve­ment la façon de voir les feux. Deux minutes et tout ce qu’il y a de censé à faire, c’est courir et crier pour aler­ter tous les voisins.

Catégories
Geek Humeur Hygiène numérique Inclassable Marketing Vie personnelle Vie privée

Luttons contre les moulins

J’aime bien les combats impos­sibles.

Alors en ce moment je prends choi­sis chaque jour un SPAM reçu, si possible un d’une société connue et sérieuse, et je demande accès aux infor­ma­tions qu’ils ont sur moi, à l’ori­gine de ces infor­ma­tions, et la preuve du consen­te­ment pour m’en­voyer leur cour­rier.

Je prends donc l’email de SPAM et je réponds dessus. Ça me donne l’adresse de retour mais en géné­ral elle ne mène à rien ou ne sera pas lue. J’ajoute l’adresse de contact sur je trouve sur le site web, et s’il y en a une l’adresse de contact pour les demandes sur les données person­nelles. S’il m’en manque une, j’ajoute aussi contact@ qui existe très souvent

En géné­ral ça passe par des pres­ta­taires. Dans le meilleur des cas le fichier est le leur et c’est un tiers qui fait l’en­voi et le routage, et qui a donc accès aux données. Si c’est du SPAM c’est que juste­ment je n’ai jamais donné mon accord, et souvent ils utilisent un fichier d’un tiers. Parfois c’est même un tiers qui fait la pros­pec­tion à leur place et est réméré à l’ap­port de clien­tèle donc ils ne savent même pas ce que ça se passe ainsi.

Si j’ar­rive à voir mention du pres­ta­taire ou de loueur de fichier, je fais les mêmes opéra­tions : L’adresse de contact ou service client, celle du RGPD s’il y en a une, et contact@. On y fait parfois mention en bas de l’email, ou on en voit les domaine dans les URLs des liens avant redi­rec­tion. Parfois il faut cher­cher un peu, d’au­tant que souvent les domaines direc­te­ment visibles ne sont que des façades vides et il faut trou­ver la vraie société derrière le nom commer­cial.

Enfin, quand j’ai ces diffé­rentes adresses, en géné­ral cinq ou six, je change le sujet. Si je garde le sujet de la news­let­ter, j’ai toutes les chances que le mail ne soit pas lu ou pas pris avec sérieux. J’ai choisi « Infor­ma­tions RGPD » pour allu­mer quelques lumières chez les gens, mais ça pour­rait être autre chose.

Enfin l’email :

Bonjour,

En appli­ca­tion de l’ar­ticle 15 du Règle­ment géné­ral sur la protec­tion des données (RGPD) je souhai­te­rai avoir copie de l’en­semble des données (*) me concer­nant dans vos fichiers, les fichiers de vos pres­ta­taires.

Pour cela vous pouvez opérer une recherche à partir de l’adresse email que vous avez utilisé: [email xxxxxx@xxxxx]

Si vous ne déte­nez pas direc­te­ment ces données mais êtes passés par un pres­ta­taire qui opère un fichier en propre, merci de lui trans­mettre cette requête au titre du RGPD.

Par la même occa­sion, je vous demande d’y joindre l’ori­gine de la collecte de ces infor­ma­tions ainsi que la source de mon consen­te­ment pour la récep­tion de ces cour­riers publi­ci­taires par email. En cas de diffi­cul­tés, je vous deman­de­rai de me mettre en contact avec votre délé­gué à la protec­tion des données (DPO).

Enfin, je vous deman­de­rai de faire suivre cette demande d’in­for­ma­tion à tout pres­ta­taire, parte­naire ou client avec lesquels vous auriez pu parta­ger les données mention­nées au premier para­graphe.

Je vous remer­cie de me faire parve­nir votre réponse dans les meilleurs délais et au plus tard dans un délai d’un mois à comp­ter de la récep­tion de ma demande (article 12.3 du RGPD).


Cordia­le­ment,
— 
[Prénom Nom]

Je laisse le SPAM initial en cita­tion en dessous histoire d’avoir une réfé­rence et qu’on ne puisse pas me dire « ce n’est pas nous » ou « on n’a rien ».

Autre astuce : Ne *pas* deman­der la suppres­sion des données. Pas à cette étape, sinon les petits malins ou ceux qui liront trop vite suppri­me­ront les données ou l’abon­ne­ment à la liste de diffu­sion et pour­ront ensuite dire « ah ben on ne peut pas vous donner plus d’in­for­ma­tions, c’est supprimé désor­mais ».

Note : On me signale aussi la version d’Ae­ris, plus formelle.

Catégories
Droit d'auteur Livre PHP Vie personnelle

« PHP 5 avancé » en chiffres

Je vois les auteurs racon­ter leur histoire, leurs rému­né­ra­tions. Je n’ai pas trop envie de m’y mélan­ger vu que je n’ai jamais été auteur profes­sion­nel ni n’ai jamais cher­ché à l’être. Mes enjeux d’au­teur du dimanche sont bien diffé­rents. Ajou­tez y que j’ai écrit dans à propos de tech­nique infor­ma­tique, très loin des auteurs de romans et de bande dessi­née.

Pour autant, c’est aussi l’oc­ca­sion parce que je ne crois pas avoir déjà fait un tel bilan. Peut-être que ça inté­res­sera certain d’entre vous. Dites-moi s’il y a des ques­tions auxquelles je ne réponds pas.

Atten­tion, ce n’est repré­sen­ta­tif de rien d’autre que de mon cas person­nel. J’ai même tendance à penser que mon histoire entre dans l’ex­cep­tion à plus d’un titre. Le fait qu’il y ait des gros chiffres dans la suite ne doit certai­ne­ment pas vous amener à penser que les auteurs roulent habi­tuel­le­ment sur l’or.

Six éditions et quatre colla­bo­ra­teurs

Travail à quatre mains avec Cyril Pierre de Geyer. Le premier chapitre a été fait en février 2003 pour une publi­ca­tion de 700 pages en juin 2004.

PHP a pas mal évolué et le livre serait rapi­de­ment devenu obso­lète. Nous avons du mettre à jour le livre régu­liè­re­ment. Il y a eu une édition par an jusqu’en 2008 puis une sixième de 870 pages en 2012.

La troi­sième édition a été reti­rée sur un format « best-of » en 2007, en paral­lèle de la vente de la quatrième dans son format d’ori­gine. J’avoue que ça me semble toujours étrange, d’au­tant que si nous en avons fait une quatrième édition plutôt qu’un reti­rage c’est que l’évo­lu­tion de PHP rendait l’an­cienne version moins perti­nente.

Nous avons été épaulé par Hugo Hamon pour les relec­tures et l’in­dexa­tion de la cinquième édition. La sixième édition a été parta­gée avec un troi­sième auteur, Frédé­ric Hardy. Il est en petit sur la couver­ture, je le regrette aujourd’­hui.

Les tirages et les ventes

Le premier tirage était prévu à 3000 exem­plaires. Vus les chiffres de vente je suppose qu’il en a plutôt été tiré 3200 (ou alors on a vendu des livres qui n’exis­taient pas). Les chiffres des éditions suivantes ne tombant même pas proches de multiples de 250, j’ima­gine qu’on en imprime toujours un peu plus au cas où et que le chiffre final n’est pas tota­le­ment maitri­sable.

La seconde édition a été tirée à envi­ron 3700 exem­plaires, la troi­sième et la quatrième ont toutes les deux fait entre 3200 et 3300 exem­plaires, plus envi­ron 4000 exem­plaires pour la best-off. La cinquième a béné­fi­cié de deux tirages, proba­ble­ment respec­ti­ve­ment 3400 et 2000 exem­plaires. La dernière a été tirée à quelque chose comme 3800 exem­plaires, proba­ble­ment en deux fois.

Au total j’ai quelque chose comme 26 500 ventes sur les 12 ans de vie du livre.

Le travail d’écri­ture

Diffi­cile d’es­ti­mer le temps passé en écri­ture tant il était très frac­tionné, d’au­tant que ce n’était pas mon acti­vité prin­ci­pale. Sur les 16 mois de travail de l’édi­tion initiale, j’ai quand même du y passer une bonne majo­rité des soirs et week-end, et quelques mois quasi­ment à temps plein. À cela il faut bien entendu ajou­ter le travail de mon co-éditeur.

Chose éton­nante pour moi, nous n’avons pas utilisé de logi­ciel ou de format de fichier spéci­fique à l’édi­tion, juste du Micro­soft Word avec une feuille de styles interne : un fichier par version et par chapitre nommé d’après l’au­teur a avoir créé la version, le tout dans un FTP.

Les autres éditions ont été un effort variable, plus fort pour les premières que pour les dernières. On parle quand même géné­ra­le­ment de plusieurs mois pendant des soirs et des week-ends.

Je n’ai aucune idée du travail total en équi­valent temps plein 35h sala­rié. Si je devais donner un chiffre je dirais proba­ble­ment un an équi­valent temps plein sala­rié, mais en réalité ça peut faci­le­ment être la moitié moins ou moitié plus.

Malgré la moti­va­tion des premiers temps, faire ça en paral­lèle d’un job très prenant n’est pas aisé, surtout au moment des relec­tures. La colla­bo­ra­tion entre auteurs n’a pas toujours été évidente non plus. Ça parait évident après coup mais écrire à deux quand on ne se connait pas vrai­ment et qu’on ne se voit jamais en face à face, c’est forcé­ment un peu diffi­cile.

La rému­né­ra­tion

La rému­né­ra­tion est de 10% du hors taxe pour les ventes françaises grand format (4% sur les ventes à l’étran­ger, 5% sur le format poche — l’édi­teur a souhaité en sortir un une année, nous avons refusé), à parta­ger entre les auteurs initiaux, sans aucune avance, sur des livres qui ont varié de 35 à 45 € pour la collec­tion prin­ci­pale, 25 € pour le best-of.

Même en allant cher­cher dans les archives, je suis encore aujourd’­hui inca­pable de dire combien j’ai gagné que ce soit en net ou en brut. J’ai des comptes de vente, des détails de coti­sa­tions, des avis de paie­ment et des résu­més de sommes à décla­rer au fisc. Rien ne se recoupe vrai­ment, quand je n’ai pas deux docu­ments d’un même type tota­le­ment diffé­rents pour une même année.

Disons que la somme encais­sée avant impôts sur le revenu doit être entre 40 et 47 000 euros nets depuis le premier verse­ment en 2005. Précis hein ?

Ramené à un an de travail c’est effec­ti­ve­ment très bien payé, surtout par rapport à ce que je lis à propos de auteurs en litté­ra­ture, en jeunesse ou en bande dessi­née. Même dans la four­chette haute, en comp­tant deux ans de travail en équi­valent temps plein, ça reste bien au dessus du SMIC. Cela dit il était loin d’être dit que ça rému­nè­re­rait autant, et ce que ça m’a apporté a large­ment dépassé le finan­cier. Je ne pensais pas à l’argent. Je ne m’étais en fait même pas fait de prévi­sion quand j’ai dit oui, et je n’au­rais pas su dire si je m’at­ten­dais à 1 000 ou 10 000 euros.

Cette somme est après paie­ment de la TVA, de la CSG et CRDS, ainsi que d’une coti­sa­tion de 1% à l’Agessa. Tout ça est prelevé pour moi en amont par l’édi­teur. Pas de retraite, pas de prévoyance, et avec dans les 4000€ par an en moyenne je n’au­rais proba­ble­ment eu aucune couver­ture sociale si je n’avais pas eu un emploi sala­rié en paral­lèle.

Pour l’im­pôt sur le revenu je déclare ce que l’édi­teur me dit en trai­te­ments et salaires. C’est peut-être idiot ou anor­mal, je n’ai jamais su (on m’a donné des réponses diffé­rentes à chaque fois que je deman­dais ce que devait faire un auteur de loisir) mais du coup c’est imposé sur le barème progres­sif.

Autant Hugo (en relec­teur) que Frédé­ric (en co-auteur sur la dernière mise à jour) ont été rému­né­rés sur une base fixe, payée par l’édi­teur en plus de nos droits d’au­teur.

L’édi­teur

J’en­tends beau­coup de choses sur les éditeurs. Person­nel­le­ment moi j’ai plutôt eu une très bonne expé­rience d’Ey­rolles. Muriel, tu as été vrai­ment super, Karine aussi, et j’ou­blie certai­ne­ment des gens. Je n’ai eu à me plaindre de personne, au contraire.

Si je devais repro­cher quelque chose, c’est le refus total de consi­dé­rer une durée limi­tée pour la version numé­rique du livre. Je crains cepen­dant qu’il en soit de même pour l’es­sen­tiel des éditeurs et mon co-auteur a de toutes façons refusé toute vente numé­rique par peur du pira­tage (qui a tout de même eu lieu, visi­ble­ment par des fuites des PDF internes desti­nés à l’im­pri­meur, avec les marques de découpe). Oh si, si je devais pinailler, il y a briè­ve­ment eu une mise en vente de la quatrième édition sous forme numé­rique malgré le refus expli­cite au contrat, mais ils y ont mis un terme quand on l’a fait remarquer.

Je ne m’éten­drai pas sur ce point mais on a même eu une diffi­culté de répar­ti­tion des droits entre co-auteurs à un moment. Non seule­ment l’édi­teur a aidé à sa réso­lu­tion mais il a aussi pris le diffé­ren­tiel à sa charge pour solder le passé. Ok, vu les ventes ils pouvaient se le permettre, mais rien ne les y obli­geait non plus.

PHP 7 avancé

Aujoud’­hui PHP 5 avancé n’existe plus. Il y a eu réécri­ture partielle pour construire PHP 7 avancé mais consi­dé­rant les diffi­cul­tés de colla­bo­ra­tion, on a décidé de ne pas forcé­ment le refaire ensemble. Je suis toujours sur la couver­ture en grisé mais j’ai passé la main aux excel­lents Pascal Martin et Julien Pauli, au moins pour les deux premières éditions (la seconde arrive parait-il sous peu).

Catégories
Hygiène numérique Vie personnelle

Lais­ser les clefs en partant

J’ai déjà parlé de testa­ment numé­rique une ou deux fois ici. J’ai déjà vue une amie devoir appe­ler à l’aide pour se récu­pé­rer pas à pas une maigre partie de la vie numé­rique à la dispa­ri­tion de son mari.

On trouve toujours une solu­tion à tout ce qui est admi­nis­tra­tif mais ça peut être une diffi­culté supplé­men­taire à un moment qui n’est déjà pas le plus simple.

À la maison c’est tout le reste qui risque de poser problème. On parle de toute la pape­rasse numé­ri­sée ou de tout l’his­to­rique de 15 ans de photos. J’uti­lise des mots de passe complexes, diffé­rents à chaque fois, et je chiffre tous mes disques. Autant dire que si je pars tout devien­dra assez rapi­de­ment illi­sible malgré les meilleurs efforts de mes amis.

Je ne vois pas d’autres solu­tions que de lais­ser le double de mes clefs au crochet avant de partir.


La solu­tion elle est connue depuis long­temps, j’avais déjà parlé du prin­cipe du secret de Shamir il y a quelques années mais j’ai procras­tiné. Ce n’est jamais le bon moment pour penser à la mort.

J’ai pris mon courage à deux mains, je vous propose ce qui est en cours, en espé­rant l’en­ri­chir par vos commen­taires ou aider quelques autres personnes à faire leur propre chemin.


Le secret de shamir

Le prin­cipe est assez simple. C’est un calcul mathé­ma­tique qui permet de divi­ser un secret en plusieurs parties. Chaque partie est illi­sible indé­pen­dam­ment mais permet de recons­ti­tuer le secret initial si on en met un certain nombre ensemble.

Je peux par exemple dire « je divise ce secret en cinq parties qui seront chacune déte­nue par des personnes diffé­rentes, pour recons­ti­tuer le secret initial il faudra la colla­bo­ra­tion d’au moins trois personnes sur les cinq ».

Il y a plusieurs logi­ciels pour cela. La vraie contrainte est d’en trou­ver un qui sera utili­sable dans 5 ou 10 ans. Je suis parti sur ssss de B. Poet­te­ring : Le logi­ciel a déjà 12 ans, open source, présent sur les diffé­rentes distri­bu­tions Linux, et a quelques fork visibles. La dura­bi­lité semble acquise. J’avais hésité avec libgf­share qui partage à peu près les mêmes carac­té­ris­tiques de vie.

Les desti­na­taires

Les nombres de trois et cinq dans mon exemple précé­dent sont des choix arbi­traires. Trois c’est permettre d’avoir assez de résis­tance pour que le secret ne fuite pas trop faci­le­ment, que ce soit par malveillance, par la trom­pe­rie d’un tiers, ou simple­ment par négli­gence. Cinq c’est le mini­mum pour permettre d’avoir au moins deux personnes injoi­gnables le jour où on en a besoin.

Plus de cinq n’est pas si simple : Il faut des gens en qui j’ai totale confiance au point de leur lais­ser les clefs de ma vie numé­rique, qui ne vont pas en faire mauvais usage, qui ne vont pas lais­ser d’autres en faire mauvais usage, qui ne vont pas lais­ser trai­ner leur secret par négli­gence mais qui vont en assu­rer la péren­nité sur poten­tiel­le­ment des années. Au delà, il faut idéa­le­ment des gens que connait bien ma femme pour que prendre contact ne soit pas une diffi­culté supplé­men­taire au mauvais moment, et qu’ils soient suffi­sam­ment au fait des ques­tions tech­no­lo­giques pour que leur aide ne se limite pas à « tiens, j’ai un papier à te donner » mais soit plus proche de « prends soin de toi, on s’oc­cupe de tout ». Et puis j’ai­me­rais éviter de faire porter ce poids à cinquante amis.

En ce moment je les contacte pour leur deman­der leur accord. C’est quand je vois les réponses posi­tives que je me rends compte que j’ai choisi les bons.

Le secret

Impos­sible de lister les centaines de mots de passe et comptes que je peux avoir partout. Même en limi­tant à ce qui est impor­tant, je crains que les mots de passe ne changent d’ici à ce que ça serve, ou qu’il y en ait de nouveaux.

Je vais lais­ser le mot de passe de ma boite email, de mon poste de travail, du serveur NAS avec toutes les photos, de mon espace de sauve­garde et quelques autres trucs du genre mais c’est plus pour avoir cein­ture et bretelles.

L’idée c’est surtout que je partage le mot de passe et les iden­ti­fiants de connexion de mon gestion­naire de mots de passe. Norma­le­ment tout est faisable à partir de là. Aujourd’­hui c’est du Bitwar­den. Je ne sais pas si la société est vrai­ment pérenne mais le code est open source et il y a déjà des clones, donc j’ai bon espoir de ne pas avoir à renvoyer un nouveau secret vers un autre système dans six mois.

C’est aussi dans Bitwar­den que je peux lais­ser une note avec tout ce que je veux dedans comme infor­ma­tions et procé­dures, et la mettre à jour quand je veux sans savoir à géné­rer et envoyer un nouveau secret à tout le monde.

Le docu­ment

Le secret lui même est donc très court, juste quelques mots de passe. Il n’est de toutes façons pas possible d’al­ler au delà de 1024 carac­tères ASCII avec ssss.

Je compte mettre ça dans un beau docu­ment PDF A4 que mes desti­na­taires peuvent à la fois garder dans leurs archives numé­riques et impri­mer pour leurs archives papier plus durables (même les geeks foirent leurs sauve­gardes numé­riques).

Dans ma tête je me dis qu’il faudra joindre les amis formel­le­ment une fois par an pour leur deman­der de véri­fier qu’ils n’ont pas perdu leur propre partie du secret et voir s’ils ont changé de coor­don­nées. En pratique je ne sais pas si je ferais ça aussi sérieu­se­ment qu’il le faudrait, donc je consi­dère que le docu­ment doit tout conte­nir.

Au delà de leur partie du secret, ce docu­ment réca­pi­tule un peu tout ça : À quoi ça sert, quels sont les autres desti­na­taires à joindre et à quelles coor­don­nées (email, télé­phone, adresse postale, éven­tuel­le­ment adresses élec­tro­niques), mais aussi comment recons­ti­tuer le secret origi­nal (nom et adresse du logi­ciel, procé­dure) et ce que j’at­tends d’eux.


Un peu d’aide

Ce billet est déjà trop long. Je vous propo­se­rai peut-être une suite avec le texte exact du docu­ment en ques­tion, pour aider les suivants à faire le leur.

Entre temps je veux bien vos commen­taires pour avan­cer, ou quelques détails sur ce que vous avez mis en place de votre côté.

Catégories
Vie personnelle

Je ne sais pas encore

J’ai des hauts et des bas. Ça n’al­lait pas, ras le bol assez global.

J’ai fini par désac­ti­ver le compte Twit­ter public. Trop pénible, plus de frus­tra­tions et de tensions que de posi­tif, ça m’ap­porte peut-être plus de mal que de bien.

Il parait que j’ai un mois pour déci­der ce que j’en fais avant qu’il ne soit supprimé. Je ne sais pas encore. Proba­ble­ment fini­rai-je par le rouvrir, parce que j’ai aussi besoin de lâcher quelque part ce que j’ai en tête, d’in­te­ra­gir avec des gens.

Peut-être pas. Peut-être que le compte privé suffira. Quelques amis m’y ont rejoint. Je regrette de ne pas pouvoir répondre aux autres, de ne pouvoir parler qu’a­vec ceux qui ont préa­la­ble­ment choisi de s’abon­ner, qui ont su qu’il fallait le faire.

Bref. Oui, le compte Twit­ter public n’est plus, pour l’ins­tant. Non ce n’est les modé­ra­teurs Twit­ter qui ont eu la main lourde. Si besoin vous savez toujours où me joindre.