Réca­pi­tu­la­tif tirage au sort

Oui notre système élec­tif démo­cra­tique actuel est fran­che­ment mauvais. Le fait de passer par une élec­tion contri­bue au problème, ce d’au­tant plus que nous utili­sons rare­ment la propor­tion­nelle, mais ce n’est qu’un élément du problème, et même pas forcé­ment le prin­ci­pal.

Oui le tirage au sort est un outil inté­res­sant, qui peut avoir du sens dans un contexte spéci­fique, et pourquoi pas au sein d’un système démo­cra­tique complet. Ça a été le cas chez les grecs pour certaines nomi­na­tions (pas toutes). C’est aussi le cas dans certaines propo­si­tions alter­na­tives pour la France. Dans les deux cas c’est toute­fois une simple compo­sante d’un système démo­cra­tique complet, avec équi­libres et contre-pouvoirs, adapté au contexte (on ne fait pas la même chose entre nobles d’une petite cité et entre 50 millions d’in­con­nus).

Mais, s’il vous plait, n’at­ten­dez pas le messie et ne rempla­cez pas simple­ment nos élec­tions par du tirage au sort. Vous obtien­driez encore pire que ce qu’on a déjà.

En plus de la caté­go­rie Démo­cra­tie et Insti­tu­tions, quelques points de détail spéci­fiques au tirage au sort – qui sont ne sont en fait pas du tout du détail :

Non, le tirage au sort n’est pas, en soi, démo­cra­tique.

Démo­cra­tie, litté­ra­le­ment « le peuple au pouvoir ». […]

Lors d’un tirage au sort le peuple dans son ensemble, ne décide de rien, n’in­flue sur rien, ne choi­sit même rien. Il n’a aucun pouvoir, ni avant, ni pendant, ni après le mandat.

La procé­dure du tirage au sort est équi­table dans le sens que tout le monde a la même chance d’être nommé, mais elle n’est en rien démo­cra­tique

Non, le tirage au sort n’est pas repré­sen­ta­tif

On nomme X personnes d’une popu­la­tion donnée par tirage au sort. Ces personnes votent et tombent d’ac­cord à 55% contre 45%. Peut-on consi­dé­rer qu’ils repré­sentent la popu­la­tion d’ori­gine ?

Tout ça sont des mathé­ma­tiques bien connues…

Sur les adultes français, pour une marge d’er­reur de ± 2 points avec un indice de confiance de 99 %, il faudrait une assem­blée de plus de 4 000 personnes tirées au sort. Même avec ce nombre, tout vote qui donne un résul­tat entre 48 et 52% doit être consi­déré comme non-fiable.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *