[Lecture] Key Takea­ways for the Mentor


Extraits de The Mana­­­­­­­ger’s Path

Senior engi­neers can deve­lop bad habits, and one of the worst is the tendency to lecture and debate with anyone who does not unders­tand them or who disa­grees with what they are saying. To work success­fully with a newco­mer or a more junior team­mate, you must be able to listen and commu­ni­cate in a way that person can unders­tand, even if you have to try seve­ral times to get it right. Soft­ware deve­lop­ment is a team sport in most compa­nies, and teams have to commu­ni­cate effec­ti­vely to get anything done.

Nous nous préva­lons de culture scien­ti­fique et de favo­ri­ser le débat. En réalité j’ai beau­coup vu de culture d’af­fron­te­ment et de conflit dans notre métier. Le débat est vu comme une oppo­si­tion, avec un gagnant et un perdant, et l’idée que l’objec­tif est de déter­mi­ner qui a raison.

Je pense qu’on a fait fausse route quelque part et ce para­graphe le met en lumière. Nous devrions mettre en avant l’écoute et la compré­hen­sion plutôt que l’ar­gu­men­ta­tion et l’op­po­si­tion.

Ce n’est pas qu’une idéo­lo­gique de Bisou­nours. C’est l’idée que la colla­bo­ra­tion prime sur le reste. Avoir raison ne suffit pas. Il faut aussi commu­niquer entre nous, et créer une équipe qui colla­bore effi­ca­ce­ment.

Souvent il n’y a pas qu’une solu­tion, pas qu’une vérité. Toutes les alter­na­tives ne sont pas fonda­men­ta­le­ment erro­nées. Notre objec­tif ne devrait pas être de prendre le meilleur choix comme s’il était unique, mais de prendre un des bons choix ensemble en favo­ri­sant l’unité et la colla­bo­ra­tion. Est-ce le meilleur ? Peut-être, peut-être pas, mais cette ques­tion est d’une impor­tance telle­ment moindre que les enjeux humains…

Your career ulti­ma­tely succeeds or fails on the strength of your network. Mento­ring is a great way to build this network. You never know — the person you mentor could provide the intro­duc­tion to your next job, or even come work for you in the future.

J’ai l’im­pres­sion d’avoir créé la surprise il y a deux mois en ajou­tant « créer un réseau de pairs hors de la société » dans la grille d’at­tentes et de progres­sion de carrière pour mes leads.

C’est utile pour l’en­tre­prise, parce que ça permet de voir ce qui se fait ailleurs, de progres­ser en se confron­tant aux autres idées, de prendre des bonnes idées et les repro­duire ou au contraire éviter de repro­duire les mauvaises.

C’est surtout utile pour la progres­sion indi­vi­duelles. J’ai beau­coup souf­fert par le passé de l’iso­le­ment que je me construi­sais moi-même. Je suis mauvais pour prendre l’ini­tia­tive des inter­ac­tions sociales et je n’osais pas poser des ques­tions sur des évidences. Et puis… à qui ?

Faites-vous votre réseau. Inves­tis­sez du temps pour ça. Faites en sorte de pouvoir poser des ques­tions à des personnes qui travaillent diffé­rem­ment, et à d’autres qui ont déjà parcouru le chemin que vous tentez.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.