[Lecture] How to Be a Great Lead


Extrait de The Mana­ger’s Path

Your produc­ti­vity is now less impor­tant than the produc­ti­vity of the whole team.

Passé 5 à 10 ans d’ex­pé­rience, si vous n’avez toujours pas compris ça et que ce n’est pas inté­gré dans vos actions, vous plafon­ne­rez assez vite dans votre impact (et donc dans votre carrière).

If one univer­sal talent sepa­rates success­ful leaders from the pack, it’s commu­ni­ca­tion skills.

It doesn’t matter whether you choose to dive deep into tech­no­logy, or become a mana­ger — if you can’t commu­ni­cate and listen to what other people are saying, your career growth from this point on will suffer.

Le livre parle de mana­ge­ment mais cette section s’adresse aux leads. Pour moi ça va plus loin. On s’adresse à tous ceux qui veulent progres­ser au delà du stade de déve­lop­peur senior à 5 – 10 ans d’ex­pé­rience.

Vous devez déve­lop­per la commu­ni­ca­tion et en faire un levier. Ce n’est pas obli­ga­toire dans l’ab­solu, vous pouvez juste déve­lop­per votre exper­tise et votre travail mais vous ne progres­se­rez proba­ble­ment plus, ou pas faci­le­ment / rapi­de­ment. C’est vrai à cause de la première cita­tion de ce billet : L’im­por­tant c’est l’équipe et plus vous seul.

L’op­posé est vrai aussi. Il n’y a pas besoin d’être le meilleur tech­ni­cien pour avan­cer vite dans la carrière, même si on préfère la branche tech­nique à la branche mana­ge­ment. Une fois acquis les compé­tences de base, celui qui déve­loppe la commu­ni­ca­tion va très vite surpas­ser celui qui ne regarde que l’ex­per­tise tech­nique.

It’s almost impos­sible to lead projects well when you don’t unders­tand the archi­tec­ture you’re chan­ging.

Plus que parler de compé­tence de base et d’ex­per­tise tech­nique, l’au­teure trouve la bonne formu­la­tion. Il faut comprendre la vue d’en­semble, savoir comment tout s’agence. Le détail de chaque ligne importe beau­coup moins si on veut dépas­ser l’ex­per­tise tech­nique.

If you’re doing all of the inter­es­ting work your­self, stop. Look at the tricky, boring, or annoying areas of tech­ni­cal need and see if you can unstick those areas.

Si vous allez dans la branche mana­ge­ment ou lead, trou­vez des tâches qui ne sont pas sur le chemin critique. Ce sont celles qui vont rendre la vie facile ou faire avan­cer la barque mais qui ne sont pas indis­pen­sable.

Si vous avez d’autres prio­ri­tés, personne ne vous atten­dra. Si vous réus­sis­sez vous appor­te­rez quelque chose que l’équipe n’au­rait pas eu le temps ou l’op­por­tu­nité de faire.

If you’re only doing the most boring work, stop that, too.

L’al­ter­na­tive c’est faire des tâches d’exé­cu­tion. Pas les pires, parce qu’il ne faut pas qu’on compte sur vous pour ça. Juste celles qu’on ne voit pas, qu’on ne compte pas. Le travail invi­sible.

Il faut donc alter­ner entre les tâches visibles qui rendent la vie facile (et là dessus travailler sur tout ce qui est « expé­rience de déve­lop­peur » à auto­ma­ti­ser les proces­sus ou régler les erreurs anciennes sont des cibles faciles) et les tâches d’exé­cu­tion invi­sibles.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.