Le prix du livre numé­rique : 1 – Le format poche


Dis tonton, pourquoi je trouve mon livre numé­rique à plus de 15 € alors que j’ai le même livre papier à 8 € en librai­rie ? Ça n’a aucun sens !

Une telle diffé­rence c’est la faute du livre de poche.

En papier il y a le grand format et le poche. Les nouveau­tés sortent en grand format – à prendre au sens litté­ral, le livre est de plus grande taille – avec du bon papier bien blanc et bien épais, et un prix aujourd’­hui supé­rieur à 20 €.

Quand les ventes en grand format s’épuisent, on donne alors une seconde vie au texte en sortant une édition poche : petite taille avec un papier de moindre qualité mais un prix dans les 8 €.

Ce qu’il faut rete­nir c’est que ces deux éditions sont au mieux gérées par des collec­tions ou des filiales rela­ti­ve­ment indé­pen­dantes dans la maison d’édi­tion. Pour les éditeurs c’est vrai­ment un second livre, distinct, pas juste une baisse de prix. Souvent il s’agit même d’un éditeur diffé­rent qui rachète spéci­fique­ment le droit d’édi­ter en version poche.

parlons de numé­rique

L’édi­teur du grand format vend son livre numé­rique à un prix initia­le­ment élevé, en rapport avec le prix de sa version papier. Quand l’édi­tion poche arri­ve…

… parfois il n’a pas envie de bais­ser le prix numé­rique alors que l’édi­tion grand format papier est toujours en vente. Le lecteur ne compren­drait pas (si, si, un éditeur m’a dit ça).

… parfois le livre numé­rique conti­nue à se vendre à son prix initial. Comme les ventes numé­riques sont faibles, on veut amor­tir les inves­tis­se­ments le plus long­temps possible, quitte à ce que le papier soit moitié moins cher. Le prix chan­gera quand les ventes chute­ront, pour donner là aussi une seconde vie.

… parfois l’édi­teur du grand format ne s’en préoc­cupe simple­ment pas. Les ventes numé­riques sont faibles par rapport au papier, personne ne cherche à y mener une poli­tique tari­faire cohé­rente.

… parfois l’édi­teur grand format ne veut pas concur­ren­cer le livre de poche. La revente des droits poche est un vrai busi­ness très rentable et on ne veut pas mécon­ten­ter l’édi­teur poche (celui qui achète les droits) en marchant sur ses plate-bandes du livre peu cher. On ne me l’a pas dit expli­ci­te­ment mais je crois même avoir compris que parfois il y avait un enga­ge­ment contrac­tuel de l’édi­teur grand format de ne pas vendre au-dessous d’un certain prix… et malheu­reu­se­ment ça vaut alors aussi pour le numé­rique.

Petite astuce

Les couver­tures des deux éditions sont géné­ra­le­ment diffé­rentes. Si votre livre numé­rique a la même illus­tra­tion de couver­ture que l’édi­tion initiale grand format, il y a toutes les chances qu’un prix élevé vienne de cet héri­tage lié aux éditions papier.

Il y a eu une prise de conscience et les grandes maisons d’édi­tion ne se laissent plus toutes avoir. Il reste que les habi­tudes et les contrats ne se changent pas d’un coup.

Petite astuce quand même : parfois l’édi­teur grand format et l’édi­teur poche ont tous deux une version numé­rique… à des prix diffé­rents. Si le prix vous semble déli­rant, regar­dez si le même titre n’existe pas aussi en paral­lèle à un prix plus abor­dable. Ça arrive.


3 réponses à “Le prix du livre numé­rique : 1 – Le format poche”

  1. Et c’est pourquoi le piratage de livres numériques est aussi pratiqué :)
    CQFD

    Par connaissances pro, je confirme que les éditeurs ne veulent pas tuer la poule aux œufs d’or que constituent les livres de poche.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.