Catégories
Inclassable Vie personnelle

Le choix de la liberté

C’est un prin­cipe que j’ai du mal à faire passer mais Stéphane le dit très bien : la liberté a un prix. Nico­las exprime l’autre moitié de la réflexion : Vous avez et vous aurez toujours le choix.

Je croise régu­liè­re­ment des commen­taires à quelques billets très enga­gés allant du « pas réaliste » au « into­lé­rant ». Il s’agit juste de faire ses choix, en fonc­tion de ses valeurs et de la direc­tion qu’on s’at­tri­bue.

Parfois il faut cher­cher le prag­ma­tisme et l’amé­lio­ra­tion conti­nue mais dans l’en­semble il ne fait jamais oublier que nous faisons nos choix et qu’ils n’ap­par­tiennent qu’à nous. Je seconde Nico­las : Nous avons *toujours* le choix. Il ne tient qu’à nous de pour­suivre le chemin qui est le notre en fonc­tion de nos valeurs profondes. Parfois faire ce choix est diffi­cile. Il peut y avoir des consé­quences radi­cales, il peut ne pas être gratuit, mais nous avons ce choix.

Pour para­phra­ser Nico­las une seconde fois : Réali­ser que nous avons le choix est ce qui nous rend libre. Je ne suis pas prêt à sacri­fier cette liberté, alors je fais mes choix, même quand ils semblent inen­vi­sa­geables. Et vous savez quoi ? On n’en vit pas plus mal, au contraire. Vivre en désac­cord avec soi-même me parait en fait bien plus complexe, mais vous faites comme vous voulez.

5 réponses sur « Le choix de la liberté »

Je ne suis pas du tout d’accord : non, il s’agit *juste* de faire ses choix ! Comme le rappelle Stéphane, cela a *aussi un coût*, notamment en temps : « je paye en temps ». On ne peut se permettre d’expérimenter ainsi (Ubuntu dans l’exemple) que si l’on a les moyens d’avoir du temps libre : « mise à jour sérieuse du système […] ? Comptez un jour et demie. » Mais pas seulement. Tout le monde n’a pas la compétence nécessaire pour installer les alternatives (encore faut-il savoir lesquelles) qui préservent nos libertés. Certaines sont simples, comme Firefox, d’autres terriblement complexes à mettre en œuvre. Non, ce n’est pas qu’une question de choix. Il faut aussi être au courant, avoir le savoir-faire et le temps.

@tetue: le choix et le coût sont deux notions orthogonales.

« si l’on a les moyens d’avoir du temps libre »

C’est encore une décision au départ. Nous pouvons en effet nous questionner sur la notion de choix, de liberté, de contraintes de la société, etc. Mais on va très vite se mordre la queue. Par exemple, « avoir du temps libre » c’est aussi une question de choix. Depuis 11 ans, je n’ai pas de télévision, je me suis dégagé énormément de « temps » pour d’autres choses.

Bien sûr le choix peut être extrêmement difficile à faire ou avec des conséquences telles qu’on CHOISIT justement de ne pas prendre cette voie. Par exemple, un boulot très intéressant et bien payé mais situé très loin de chez soi qui exigerait de passer 3 heures dans la voiture chaque jour et empêcherait d’avoir une vie familiale que l’on privilégie. Autre choix. Et pour une autre personne le choix sera complètement inverse.

Je crois que souvent il y a confusion entre choix et idéal de vie. Pas la même chose. Un choix est une action en fonction de ce que l’on décide est acceptable pour soi. Et c’est pour cela que j’ai écrit le billet sur le choix et le sens critique à propos de ses propres choix.

C’est un peu le sens du billet : Les décisions qui nous semblent contraintes relèvent toutes en fait du choix. Nous choisissons notre vie, notre organisation, etc. S’en rendre compte permet d’aborder la vie très différemment.

J’ajouterai, te connaissant, nous avons tous les trois (toi, Karl, moi), des choix beaucoup plus simples et beaucoup moins contraints que la plupart des gens. Ne pas en profiter c’est un peu dommage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *