Faire table rase, et cacher le passé


C’est malheu­reu­se­ment habi­tuel, mais je ne peux m’em­pê­cher de secouer la tête à chaque fois.

Le gouver­ne­ment ou l’élu change, la première action publique juste après la confé­rence de presse est toujours suppri­mer très très vite le site web précé­dent pour mettre quelque chose de neuf, quasi­ment vide au départ.

La première. C’est urgent.  Pas juste mettre une nouvelle version, chan­ger les noms, biogra­phies et attri­bu­tions, mais suppri­mer le contenu du précé­dent. Qu’on fasse semblant de ne pas savoir qu’il y avait un précé­dent. Qu’on retire toute réfé­rence à ce qu’il a fait.

Vous voulez réfé­ren­cez un contenu publié par l’an­cien président, l’an­cien gouver­ne­ment ? oubliez, il a été supprimé. Dans le meilleur des cas il sera remis en ligne ailleurs, bien caché dans des archives et sans redi­rec­tion à partir de l’an­cienne adresse.

Il est hors de ques­tion que le site puisse parler d’autre chose que LE nouveau président ou LE nouveau gouver­ne­ment et faire de l’ombre à leur personne. Vous devriez avoir honte d’y avoir pensé.

Même si on n’a aucun contenu à y mettre et juste un PDF à lier en page d’ac­cueil, même quand il y a conti­nuité dans le gouver­ne­ment avec la même couleur poli­tique et nombre d’in­chan­gés, même les pages d’aides, même les pages sur les insti­tu­tions elles-mêmes, non, on supprime tout.

On peut rigo­ler, expliquer, justi­fier, person­nel­le­ment je n’y vois qu’une person­ni­fi­ca­tion désas­treuse des élus. Ils n’en­dossent pas un rôle ou ne prennent pas une charge, ils deviennent le nouveau roi. Il est temps d’ar­rê­ter tout ça. Le SIG joue le jeu, et c’est bien dommage (désolé, je ne peux pas faire de lien vers la page web du SIG, elle a été suppri­mée avec tout le reste, elle était sur l’an­cien site du gouver­ne­ment…).

,

4 réponses à “Faire table rase, et cacher le passé”

  1. OK, donc une partie du problème était temporaire pour ce changement de gouvernement (mais je me méfie si la majorité change, ce site a déjà une mémoire limitée au gouvernement précédent, il ne semble rien inclure sur les années avant 2011.

    Mais même là, les communiqués, les dossiers, les interventions semblent avoir disparu au profit de billets qui insiquent que les archives seront bientôt mises en ligne. On met au archives, ce qui est bien, mais ça reste un site très personnel visiblement, au lieu d’avoir une continuité de la fonction.

  2. Cela vaudrait presque le coût de travailler à créer un site parallèle qui systématiquement réarchitecte les URLs afin de les rendre permanentes et deviennent la référence historique du site.

  3. Je trouve qu’une rubrique retraçant l’historique des présidents ou des gouvernements précédents devrait être présente sur les sites de nos gouvernants. Comment fait-on donc si l’on veut faire des recherches sur les gouvernants précédents et qu’on veut avoir une source sûre? En effet, le site officiel est censé être, en théorie, je ne sais pas si cela se vérifie en pratique, la source la plus sûre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.