Blogs et EPUB

L’EPUB c’est finalement juste un site web encapsulé dans un conteneur, avec quelques métadonnées pour le circuit de lecture. Certains voient une convergence entre l’EPUB et les sites web dans le futur, et pourquoi pas des sites web diffusés en tant qu’EPUB.

David cite Thierry Crouzet :

Faire des livres, quelle que soit leur forme, me paraît soudain plus moderne que tenir un blog, simple officine dans la rue des boutiques obscures. Ce qui compte, c’est publier, partager, pas d’être maître chez soi.

Un format et un outil doivent toujours être mis en regard d’usages et d’objectifs. Il est rare qu’un soit plus simple qu’un autre en soi, de façon universelle.

Je vois deux visions à celle du « abandonnons le blog pour l’epub » : soit un EPUB unique pour l’intégralité des contenus, soit un EPUB par billet avec éventuellement des pages web pour l’index des archives et un flux RSS tiers.

Dans la première vision j’ai un blog figé, qui ne bouge plus. Je ne suis pas alerté des mises à jour, je ne suis pas capable de ne télécharger qu’un contenu isolément du reste, et surtout je ne suis même plus capable de faire un lien vers un contenu particulier de l’ensemble. Ce dernier point est presque le plus grave : On sort le contenu du web en rendant impossible les liens entrants. C’est viable pour une archive, pas pour un blog, dont la nature même est de vivre : d’avoir un ajout régulier de nouveau contenu et des échanges (donc les liens).

Dans la seconde vision on revient quasiment à ce qu’on a actuellement sauf qu’on a remplacé les pages HTML des contenus unitaires par des fichiers EPUB, qui ne contiennent que la page HTML qu’on vient de remplacer. C’est un changement purement technique, dont j’ai du mal à voir la valeur ajoutée. Sans compter que si tout ce qui sait lire un EPUB sait aussi lire un fichier HTML directement, l’inverse n’est pas vrai.

Au final il ne faut pas perdre de vue les usages et les objectifs. Le blog cherche à communiquer. David parle de partage. En étant plus terre à terre je parlerai de mise à jour, d’ajout régulier de contenu, de liens et de commentaires. Qu’apporte un passage à l’EPUB pour ce type d’usage ?

Si l’EPUB a toutes les raisons de s’étendre hors du livre, il faut bien voir que ce livre a un usage bien particulier : contenu relativement figé dans le temps, lu généralement séquentiellement, formant le plus souvent un contenu unique bien défini. Ces attributs peuvent adresser bien des objets du web, mais probablement pas les blogs, justement.

Pour améliorer les blogs parlons plutôt simplicité de diffusion, facilité d’écriture, amélioration des discussions, mais tout ceci est rarement une question de format ou de technique.

Rejoindre la conversation

8 commentaires

    1. Peut être que j’ai pensé un peu trop radical, mais mon retour d’expérience c’est qu’on a beaucoup trop tendance à voir le salut sant les outils, protocoles et formats alors que l’essentiel est dans l’interaction avec les humains. La forme de l’écrit, son enchainement, la façon dont on répond ou non, me paraissent finalement infiniment plus importants.
      Ici je ne vois simplement pas le gain de l’epub sur la forme actuelle, si ce n’est aborder une autre forme, par contre je vois bien ce que j’y perdrais vis à vis de ce que j’attends des blogs. Peut être que votre chemin d’écrits migre bien ailleurs que les blogs et peu s’envisager sur un epub délimité, mais c’est pour moi alors une démarche bien différente de celle de blogs, et j’ai du mal à voir en quoi elle pourrait rendre ces derniers dépassés. Elle ne réponds simplement plus à la démarche des blogs, qu’ils soient anciens ou récents.

      1. La forme de l’écrit dépend beaucoup de l’outil que tu utilises… J’en ai fait l’expérience en écrivant beaucoup, dans beaucoup de cadres différents en ligne et hors ligne.

        L’interaction, fait partie de la forme, et a bien sûr une grande importance.

        écrire est politique pour moi. Que n’importe qui ou presque puisse censurer un blog est un problème pour moi, par exemple. Et c’est une grosse limitation… Je vais pas réécrire les deux billets sur le sujet. J’ai posé les limitations avant de dire que je voulais les dépasser. Si tu ne perçois pas ces limitations, c’est sûr que le blog est parfaits…

        Et j’ai pas dit que j’arrêtais de bloguer. Mais je vois aucune limitation à avoir des blogs sous formes d’objets libres dans le cyberespace. L’attachement à un ip est une limitation terrible à ce que nous faisons. Autre limitation.

      2. « Que n’importe qui ou presque puisse censurer un blog est un problème pour moi, par exemple. »

        Plus de détails ? De quel type de censure ?

      3. Tout type de censure : à partir du moment où une page web est supprimée, elle n’existe plus pour personne ; alors qu’avec un fichier téléchargé (ePub ou autre), on a beau en supprimer un, il en existe (théoriquement) de nombreuses autres copies.

  1. l’epub est un format de livre. Il permet par rapport au blog d’ajouter une couche supplémentaire de charte éditoriale : sélectionner et ordonner du contenu, comme un condensé, un Best of sur un laps de temps limité, de créer des volumes, d’archiver, garder une trace. Et puis un livre c’est un titre, une couverture, un concept… tout cela en plus du blog. C’est en tous cas dans cette optique que nous avons lancé blookup.com pour transformer son blog en livre. Bien sur, l’idée ne s’applique pas à tous les blogs mais quelle valeur ajoutée pour les blogs de voyage, de maman, de littérature…. C’est aussi donner une autre dimension à ses idées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos de ce site, du contenu, de l'auteur
Je poste parfois ici des humeurs ou des pensées. Parfois je change, parfois je me trompe, parfois j'apprends, et souvent le contexte lui-même évolue avec le temps. Les contenus ne sont représentatifs que de l'instant où ils ont été écrits. J'efface peu les contenus de ce site, merci de prendre du recul quand les textes sont anciens. Merci

À toutes fins utiles, ce site est hébergé par OVH SAS, joignable par téléphone au +33 (0)9 72 10 10 07 et dont le siège social est au 2 rue Kellermann, 59100 Roubaix, France.