Alors les Français cesse­ront de chan­ter ce refrain terrible


Enfants, que l’Hon­neur, la Patrie
Fassent l’objet de tous nos vœux !
Ayons toujours l’âme nour­rie
Des feux qu’ils inspirent tous deux !
Soyons unis ! Tout est possible ;
Nos vils enne­mis tombe­ront,
Alors les Français cesse­ront
De chan­ter ce refrain terrible.

Quin­zième et dernier couplet de la Marseillaise

Je ne connais­sais pas ce dernier refrain, n’ayant je pense appris que les six premiers à l’école. Je n’ar­rive pas bien à savoir à quelle date il a été ajouté et par qui mais je le trouve inté­res­sant.

Il donne un espoir de fin, et en même temps cette même marche est sacra­li­sée comme hymne intem­po­rel, comme si l’his­toire de France se devait de faire perdu­rer son côté guer­rier et qu’on n’était pas capables de se recons­truire sur d’autres valeurs.

Je n’ima­gine personne aujourd’­hui avec le courage poli­tique de dire que, sans nier le passer, il serait temps de cesser de chan­ter ce refrain terrible et de lier notre nation à d’autres aspi­ra­tions.

,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.