Catégories
Réseaux et Internet Vie personnelle

Free ADSL ou Orange Fibre

J’em­mé­nage bien­tôt. On me propose une connexion fibrée avec Orange, ou de l’ADSL en condi­tions presque idéales (et dans ce cas mon choix se porte sur Free).

Je place ici mes notes. Vous êtes invi­tés à discu­ter de ce que je dis, à contes­ter ou complé­ter mais n’ou­bliez pas : Ces notes n’ont pas préten­tion à être objec­tives ou à dépas­ser le contexte de mon propre cas, avec mes propres besoins et aspi­ra­tions.

Débit

J’uti­lise Inter­net inten­si­ve­ment. Il s’agit majo­ri­tai­re­ment de surf mais je mani­pule aussi de gros volumes de photos, quelques télé­char­ge­ments de code source, un peu de skype (audio seule­ment) et des trans­ferts de backup.

Je pour­rai me conten­ter de ma connexion ADSL actuelle de 12ou 15 Mb/s pour les télé­char­ge­ments. Si cela ne m’ar­rive pas tous les jours, j’ai par contre des grandes frus­tra­tions dès qu’il s’agit d’en­voyer quelque chose vers Inter­net. Le débit montant est pour moi un critère de choix, celui de la fibre me fait envie.

  Fibre Orange ADSL Free
Débit descen­dant 100 Mb/s théo­rique envi­ron 20 Mb/s
Débit montant 10 Mb/s théo­rique envi­ron 1 Mb/s

ADSL : 700 mètres du central, atté­nua­tion 10dB, les débits indiqués prennent en compte cette atté­nua­tion.

Connexion inter­net

La box qui connecte à Inter­net a aussi son impact. La Live­box 2 d’Orange est connue pour être fran­che­ment impar­faite. Elle aurait des fuites de mémoire (source interne) et un redé­mar­rage de temps en temps peut amélio­rer la connec­ti­vité. J’ai vu aussi des rapports sur des problèmes quand il y a beau­coup de connexions simul­ta­nées vers l’ex­té­rieur ou des ralen­tis­se­ments notables si le fire­wall est activé.

Il semble de plus y avoir consen­sus sur le fait que le WiFi de la Live­box 2 est globa­le­ment fonc­tion­nel mais mauvais (débit perfec­tible et ne tient pas dès qu’il y a plus de quelques appa­reils connec­tés). Ce qui est certain c’est que le wifi N est simple bande, la bande des 5 Ghz n’était pas acces­sible.

Orange ne me propose pas non plus d’adresse IP fixe par défaut (et l’op­tion semble hors de prix à plus de 17 € par mois) et réalise une décon­nexion quoti­dienne. Je suis preneur de vos retours sur la durée et l’heure de cette décon­nexion, ainsi que sur la fréquence de chan­ge­ment d’adresse IP.

Même s’il est diffi­cile de quan­ti­fier l’im­por­tance des problèmes, il s’agit d’un vrai point néga­tif parce que ça peut vite tour­ner en agace­ment quoti­dien irrai­sonné ou en suspi­cion perma­nente.

  Fibre Orange ADSL Free
*box Live­box avec bugs
Un réde­mar­rage améliore souvent la connec­ti­vité
R.A.S.
WiFi Débit moyen
Wifi N simple bande
Limité en nombre de connecté
Débit OK
Adresse IP Dyna­mique
Recon­nexion quoti­dienne
IP Fixe

Services TV

Je n’uti­lise les flux TV de mon FAI que dans le cadre de l’en­re­gis­tre­ment des programmes, essen­tiel­le­ment sur des chaînes « stan­dard » présentes partout. La taille du disque sur lequel enre­gis­trer pour­rait être un critère mais fina­le­ment les 40 Go que j’ai actuel­le­ment n’ont pas été vrai­ment limi­ta­tifs.

L’er­go­no­mie je l’ai souf­fert sur la Free­box v5 : menus lents, aucune cohé­rence sur le rôle des diffé­rents boutons suivant les menus, listes d’items présen­tés avec un mode page à page fran­che­ment inadapté au lieu d’un défi­le­ment, etc. Le must est sur le replay de M6 : lent, et une navi­ga­tion anti-ergo­no­mique qui me retient parfois d’y aller.

Il semble qu’une majo­rité de ces problèmes soient réglés dans la v6, mais je suis preneur de vos retours. Je n’ai aucune infor­ma­tion sur le replay de M6 par exemple : a-t-il changé ?

Inver­se­ment un utili­sa­teur m’a décrit un problème de qualité sur l’en­tre­la­ce­ment propre à la v6, avec preuve à l’ap­pui, mais les autres n’ont pas confirmé. On me dit aussi que l’ac­cès aux programmes et quelques menus du même genre sont toujours très peu acces­sibles. Qu’en est-il ?

Enfin, si c’est mieux qu’a­vec la v5, les retours sur la télé­com­mande v6 sont mauvais. Les boutons sont mal placés, trop de fonc­tions de base sont encore en seconde posi­tion sur certains boutons, et Free a utilisé un système de commu­ni­ca­tion non stan­dard qui empêche de passer par une télé­com­mande univer­selle pour mutua­li­ser les diffé­rents appa­reils.

Côté Orange on me décrit une inter­face pous­sive et des limi­ta­tions assez agaçantes. Par exemple si j’ai déclen­ché un enre­gis­tre­ment sur la 6 je peux regar­der la 1 mais si je veux zapper sur la 2 il faut que je repasse sur la 6 (enre­gis­tre­ment en cours) avant de repas­ser sur la 2. Les retours sont globa­le­ment néga­tifs mais sans rien poin­ter de spéci­fique à part ces deux points.

La qualité semble être la même chez Free et chez Orange. On utilise pour les deux les flux ADSL de 6 Mb/s pour le HD.  J’ai vu des expé­ri­men­ta­tions Orange pour des flux 12 Mb/s mais je ne compte pas vrai­ment dessus.

  Fibre Orange ADSL Free
Qualité TV Sans plus, 6 Mb/s Sans plus, 6 Mb/s
Problème d’en­tre­la­ce­ment ?
Enre­gis­tre­ment 40 Go par défaut 250 Go
parta­gés avec le NAS
Ergo­no­mie Mauvaise réac­ti­vité
Mauvais zapping en enre­gis­tre­ment
(ergo M6 replay incon­nue)
Ergo moyenne du logi­ciel
Pas de télé­com­mande univer­selle
Ergo de la télé­com­mande perfec­tible
(ergo M6 replay incon­nue)
Plus Films en VOD gratuit
(vieux mais nombreux)
 

Je ne note pas les chaînes dispo ou non, la VOD payante ou les packs addi­tion­nels, simple­ment parce qu’ils ne m’in­té­ressent pas.

Le prix

Le prix n’est pas mon premier critère, mais ça reste forcé­ment impor­tant. Nos FAI empruntent un peu trop aux opéra­teurs mobiles sur ce côté.

Free est à 29,99 € mais il faut rajou­ter 5,99 € pour l’offre v6 et oh surprise, encore 1,99€ pour la TV (bien que ce ne soit pas expli­cite à la prise de commande). Au final on en est à 37,97 € par mois. Il faut ajou­ter 49 € de frais de rési­lia­tion.

La fibre Star Orange lui montre 39,90€ mais la loca­tion de la Live­box est obli­ga­toire, à 3 € par mois, ce qui donne 42,90 € par mois. S’il n’y a pas de frais d’ins­tal­la­tion ou de rési­lia­tion, il y a un enga­ge­ment d’un an. J’au­rai par contre le droit à 160 € de rembour­se­ment en arri­vant (100 parce que je suis client mobile, 60 parce que je suis engagé ailleurs).

L’en­ga­ge­ment est une vraie ques­tion pour moi, c’est proba­ble­ment ce qui me bloque le plus, d’au­tant que Free risque de venir pertur­ber le jeu côté mobile et que mon enga­ge­ment à ce niveau prend fin. Je risque donc d’avoir envie d’être chez Free à ce moment .

  Fibre Orange ADSL Free
Prix fixe – 160 € (rembour­sés) 49 €
Abon­ne­ment 42,99 € 37,97 €
Enga­ge­ment 1 an aucun

 

Le reste

Sur le reste, les deux offrent les appels vers les télé­phones mobiles.

Je ne compte pas le bluray et le NAS vu qu’ils font doublon chez moi. Ce peut être un bonus inté­res­sant mais ça ne sera pas un critère de choix.

Reste tout de même les adap­ta­teurs CPL qui sont payants chez Orange (mais partiel­le­ment rembour­sés, il reste 10 € à charge), et Free qui fait plus de mises à jour (donc laisse l’es­poir que les problèmes peuvent être réso­lus).

  Fibre Orange ADSL Free
CPL 10 € Fourni par défaut
Mises à jour Rares Fréquentes
blog de déve­lop­pe­ment
Catégories
Réseaux et Internet

Ce que j’at­tends comme chan­ge­ment dans les offres mobiles

Ça buzz en ce moment sur des « révo­lu­tions » dans les offres mobiles. On parle d’illi­mité acces­sible, dans les 40 € par mois. Il faut dire que quand on regarde chez certains de nos voisins on a l’im­pres­sion de payer la minute de commu­ni­ca­tion à prix d’or. Mais en même temps je ne connais personne qui télé­phone en illi­mité. Un gros forfait pas cher, voilà simple­ment ce qui arrive.

J’at­tends de voir l’offre pour juger mais entre temps voilà ce qui selon moi consti­tue­rait une réelle révo­lu­tion dans le milieu :

J’achète un forfait, pas un mobile

Ne plus inté­grer le prix d’un nouvel appa­reil dans les forfaits télé­pho­niques. Cela n’em­pêche pas l’opé­ra­teur de propo­ser d’ai­der au finan­ce­ment d’un nouveau mobile en en lissant le prix sur une année, mais en tant qu’op­tion, clai­re­ment distincte du forfait.

Je m’en­gage sur un à trois mois seule­ment

Le second effet Kiss-Cool de la sépa­ra­tion du forfait et du mobile c’est que du coup il n’y a plus de justi­fi­ca­tion à deman­der un enga­ge­ment de plus de 3 mois. Fini le boulet au pied pendant un à deux ans, main­te­nant je veux pouvoir partir quand je veux.

J’uti­lise mon accès comme je le veux

Je paye un forfait avec de la voix, des données. Je veux pouvoir utili­ser cette voix et ces données comme je le souhaite : sur mon télé­phone, sur une tablette, ou même via un micro-ordi­na­teur. Je ne veux pas de bridage de débit, de bridage de port. Je ne veux pas une factu­ra­tion hors forfait pour un usage en mode modem.

À dire vrai je n’ai pas toujours été de ce dernier avis mais ce mode de factu­ra­tion est jugé illé­gi­time et anor­mal par tous les clients visés. Il doit être changé en consé­quence.

J’ai un télé­phone non bidouillé

Enfin, pour ceux qui utilisent des smart­phones, je veux un télé­phone non bidouillé, sans surcouche opéra­teur, sans person­na­li­sa­tion, sans logi­ciel en version démo. Si l’opé­ra­teur veut four­nir des appli­ca­tions, des thèmes, des fonds d’écrans, qu’il le fasse, mais par les canaux prévus pour, pas via des surcharges non désins­tal­lables qui en plus empêchent d’ins­tal­ler les mises à jour du construc­teur.

Voilà ma révo­lu­tion mobile, le prix dans tout ça c’est juste une variable, qui finira toute seule par descendre quand les utili­sa­teurs auront plus de liberté et plus de clarté sur ce qu’ils achètent.

Catégories
Réseaux et Internet

La factu­ra­tion est une science complexe

Choi­sir comment factu­rer un service est une chose complexe et vous avez inté­rêt à y réflé­chir deux fois. Trois ou quatre serait même une bonne idée.

Au restau­rant on paye le plat

Imagi­nons que vous lanciez un restau­rant. Vous pouvez faire comme tout le monde et factu­rer les mets à la carte. Pour­tant ce qui vous coûte cher c’est aussi le restau­rant lui-même, le service et le couvert. En factu­rant au plat vous répar­tis­sez tous ces coûts annexes sur chaque plat. C’est ce qui fait qu’un simple plat semble toujours couter cher quand il est pris indé­pen­dam­ment.

Pour peu que votre cuisine soit une réus­site c’est la place qui devien­dra votre ressource la plus limi­tée. Le couple de jeunes qui prend juste une salade et fait des mamours pendant long­temps devien­dra votre bête noire. S’ils partagent une salade ou un dessert, c’est la misère : Vous écono­mi­sez le coût de quelques feuilles de salade mais en échange vous n’en factu­rez qu’une et ils bloque­ront la table en vous empê­chant de faire un second ou un troi­sième service avec des gens qui pren­dront deux bons gros plats.

Il faut dire que c’est un peu de votre faute : En répar­tis­sant les coûts ainsi ceux qui prennent entrée – plat – dessert payent une partie des coûts annexes de ceux qui ne prennent qu’une salade. Vous deve­nez attrac­tif pour ce qui est votre pire clien­tèle et peu inté­res­sant pour ceux qui vous rapportent le plus. Pas très malin.

Sur Inter­net on paye l’ac­cès au réseau interne

Cette problé­ma­tique se retrouve bien évidem­ment dans notre petit monde de Inter­net :

Votre four­nis­seur d’ac­cès Inter­net paye deux choses : Un coût à peu près fixe pour vous connec­ter à son réseau, et un coût dépen­dant des usages (ou de leur augmen­ta­tion) pour connec­ter son propre réseau à tous les sites que vous visi­tez.

Nos FAI français ont choi­sit le modèle inverse des restau­ra­teurs français : Ils proposent des forfaits, faisant donc payer prin­ci­pa­le­ment l’ac­cès à leur réseau interne. Les autres coûts sont réin­té­grés sur ce forfait en faisant une moyenne des usages prévus.

Comme un gros utili­sa­teur conti­nue à coûter plus cher qu’un autre, on entre dans la quatrième dimen­sion : Votre FAI a donc inté­rêt à ce que vous utili­siez le moins possible ce pour quoi vous faites appel à lui : accé­der à Inter­net.

Le modèle de factu­ra­tion va à l’en­contre des inté­rêts du four­nis­seur de service. Il n’est perti­nent que pour des raisons marke­ting.

La stra­té­gie du pour­ris­se­ment

Le résul­tat premier c’est que forcé­ment les FAI sont plus inté­res­sés à offrir des services addi­tion­nels (TV, VOD, lecteurs bluray et autres bonus liés aux « box ») qu’à corri­ger vos problèmes d’ac­cès ou vous offrir de bons accès Inter­net. Regar­dez la commu­ni­ca­tion : On vous parle plus de télé­phone, télé­vi­sion, et box que d’ac­cès Inter­net. Vous savez désor­mais pourquoi. Si vous cher­chez une expli­ca­tion à une majo­rité de vos problèmes ou de leur non réso­lu­tion, vous l’avez aussi main­te­nant. Ce n’est pas qu’ils ne s’en (pré)occupent pas, c’est juste que leurs prio­ri­tés sont ailleurs.

Le résul­tat second c’est que nos FAI qui doivent quand même faire face aux usages gran­dis­sants. L’en­nemi appa­raît vite : Les éditeurs de site web ont un modèle écono­mique opposé à celui des FAI. Ces méchants éditeurs ont inté­rêt et encou­rage à utili­ser de plus en plus le réseau (et ça ce n’est pas bon pour nos FAI qui facturent au forfait). Il faut les faire payer, soit par une taxe (ça parle à quelqu’un la « taxe Google » ?) soit par la force dans les quelques projets que les deux ont en commun (héber­ge­ment des serveurs de cache, liens de peering, etc.)

Au lieu de parte­na­riats gagnants-gagnants, le modèle de nos FAI impose de gérer une rela­tion d’en­ne­mis avec les éditeurs et de faire de l’uti­li­sa­teur la cinquième roue du carrosse.  Main­te­nant vous pouvez relire le billet de Korben, ou vous souve­nir des fameuses « QoS » mises en place sur certains ports par vos FAI.  Si bien entendu la situa­tion est plus complexe et plus complète que ce que vous avez lu ici ou chez lui, cela vous donne déjà une bonne base d’ana­lyse.

Factu­rer au volume

Note: Je vois que les commen­taires se fixent sur cette section. Je voulais poser un problème, je me suis aven­turé un peu sur une solu­tion. Peut-être n’au­rais-je pas du le faire avant d’avoir une réflexion plus complète, peut être aurais-je du faire un billet dédié séparé. Je ne sais pas. Ne vous foca­li­sez pas sur la ques­tion de la factu­ra­tion au volume. Le coeur de mon propos est plus d’ex­pliquer le problème, pas d’af­fir­mer avoir « la » solu­tion. Gardez-le juste à l’es­prit dans vos réac­tions.

Côté Inter­net on dépeint une factu­ra­tion au volume consommé comme la pire des évolu­tions possibles. Pour­tant cela résou­drait pas mal de problé­ma­tiques :

  • Les éditeurs de sites web seraient désor­mais des parte­naires, puisqu’ils encou­ragent l’usage du service
  • Les éditeurs auraient une pres­sion des utili­sa­teurs pour ne pas encom­brer inuti­le­ment le réseau, puisque cela leur coute­rait plus cher
  • On peut propo­ser un accès mini­mal peu cher car les petits utili­sa­teurs ne payent pas pour les gros
  • Les offres de contenu légales devien­draient de fait (un peu) plus atti­rantes vu que le télé­char­ge­ment Inter­net ne serait plus gratuit
  • On favo­ri­se­rait enfin l’émer­gence de plate­formes décen­tra­li­sées (les services locaux au FAI ou au pays coûtent peu par rapport aux sites distants)

Bien entendu si certains finissent par payer moins cher, d’autres paie­ront plus cher mais n’est-ce pas légi­time au final ?

Les craintes viennent d’an­ciens modèles écono­miques qui fonc­tion­naient au quota, avec éven­tuel­le­ment une factu­ra­tion du hors forfait à des tarifs dispro­por­tion­nés, mais ce n’est pas du tout un passage obligé. Ce que change la factu­ra­tion au volume c’est la façon de factu­rer, pas forcé­ment le montant de la facture moyenne.

De toutes façons on y vien­dra. Malgré la mauvaise volonté de nos FAI les usages augmentent régu­liè­re­ment. Il y a un moment où le diffé­ren­tiel entre les petits usagers et les gros ne sera plus tenable. Plus tôt on y passera plus tôt on aura enfin un réseau que tout le monde aura inté­rêt à gérer et à amélio­rer au lieu de traî­ner les pieds.

Réflé­chir à sa factu­ra­tion

Ces ques­tions ne sont pas retreintes aux restau­rants et aux four­nis­seurs d’ac­cès Inter­net. Si l’ac­tua­lité est un bon prétexte pour abor­der le sujet, c’est à propos de plusieurs projets en élabo­ra­tion que j’ai eu cette discus­sion récem­ment :

Faites atten­tion à ce que vous factu­rez. Votre factu­ra­tion doit inci­ter vos clients et vos parte­naires à augmen­ter leur usage de vos services et établir une évolu­tion gagnant-gagnant.

Deux signes néga­tifs qui ne trompent pas :

  • Si vous aviez un bouton magique qui amélio­re­rait votre service, vous n’au­riez pas inté­rêt à appuyer dessus
  • Vous atti­rez prin­ci­pa­le­ment les clients qui vous inté­ressent le moins, et inver­se­ment.

Les restau­rants n’ont qu’un seul de ces signes néga­tifs. Les FAI français cumulent malheu­reu­se­ment les deux et ça finira forcé­ment par écla­ter.