Vous avez aimé la crise finan­cière de 2008, vous allez adorer la prochaine


[…] L’idée même du risque semble avoir disparu de la tête des inves­tis­seurs. Comme s’ils avaient sous­crit une assu­rance tous risques auprès des banques centrales […]

[…] Au total, le bilan des banques centrales a doublé, passant d’un peu moins de 3,5 % à quasi­ment 6,5 % du PIB mondial. […]

[…] Où est passé alors cet argent ? Dans les marchés finan­ciers. Le cours des actions a doublé en cinq ans à Wall Street, en deux ans à Tokyo, et les bourses euro­péennes leur emboîtent le pas […]

[…] “On a confondu créa­tion moné­taire et créa­tion de richesses” tranche l’éco­no­miste Charles Gave. […]

[…] Selon le prix Nobel Robert Shil­ler, grand expert de la forma­tion des bulles spécu­la­tives, le PER (price earning ratio) ajusté du cycle écono­mique s’élève, à Wall Street, à 27, un niveau jamais atteint sauf en… 1929, 2000 et 2007. […]

[…] Selon le régu­la­teur britan­nique, plus d’un hedge fund sur dix utilise actuel­le­ment un effet de levier supé­rieur à 50, ce qui veut dire qu’ils gèrent des posi­tions de marché corres­pon­dant à 50 fois le montant des fonds qu’ils ont en gestion ! […]

— Le Nouvel Écono­miste

Fran­che­ment à lire.

Notre seule solu­tion depuis quelques années, c’est prêter de l’argent gratui­te­ment en quan­tité illi­mi­tée (voire parfois à taux néga­tif, si si)… à des enti­tés qui l’uti­lisent pour alimen­ter la machine à spécu­ler sur les marchés, augmen­tant le risque sans amélio­rer le fond de l’éco­no­mie.

Sura­bon­dance de liqui­di­tés, écra­se­ment des taux d’in­té­rêt, sophis­ti­ca­tion des outils finan­ciers, garde-fous illu­soires. Autant d’élé­ments qui poussent, à nouveau, “au crime”

,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.