Visi­ble­ment, il gêne toujours


Vous le savez déjà et personne ne chan­gera d’avis mais ça me fait telle­ment hurler que j’ai besoin de l’écrire.

Un adulte en posi­tion d’au­to­rité qui sodo­mise une fille de 13 ans après l’avoir fait boire et avoir mis de la drogue dans son verre, on peut tour­ner ça comme on veut mais ça n’est pas une ques­tion mineure.

Je ne suis pas pour des pour­suites à vie. Quelle que soit l’hor­reur, on peut envi­sa­ger de lais­ser dans le passé des faits regret­tés vieux de 40 ans. Peut-être devrait-on quand même éviter de mettre en avant l’au­teur qui est toujours offi­ciel­le­ment en fuite.

Je rage par contre quand je lis Alain Finkel­raut mino­rer les faits en consi­dé­rant qu’à 13 ans ce n’est pas une enfant, ou que les faits puissent être moins grave parce que la victime a posé partiel­le­ment dénu­dée sur des photos pour Vogue. Lui n’a à priori pas changé d’opi­nion depuis les faits. Oui, ça date de 2009 mais que cet homme soit encore invité sur tous les plateaux TV unique­ment pour mettre en avant ses opinions… ça me dépasse.

Quand le direc­teur adjoint de la rédac­tion de l’Ex­press publie hier un texte où il critique « les pudi­bonds, les popu­listes et quelques fémi­nistes [qui] se trompent de combat » pour finir sur « En 1977, Polanski gênait. Holly­wood, l’Amé­rique des Trump et des fake news d’alors, les pisse-froid, les médiocres, les aigris. Visi­ble­ment, il gêne toujours » … je m’inquiète pour ce que certains peuvent dire sans honte et exclu­sion sociale.

Argu­men­ter le droit de chan­ger et celui de lais­ser de côté des fautes du passé est une chose, les mino­rer ou les défendre en est une autre, et c’est inac­cep­table de le lais­ser dire sans honte dans l’es­pace public.

(wiki­pe­dia)

,

Une réponse à “Visi­ble­ment, il gêne toujours”

  1. Et à lire http://www.crepegeorgette.com/2017/01/20/trompe-combat/ pour quand on lit « ce n’est pas un viol quand même » :

    Une jeune fille de 13 ans face à un homme de 43 ans est-elle apte à donner un consentement sexuel valable : la réponse est non.
    Une jeune fille de 13 ans face à un homme mondialement connu, célébré et admiré, qui est donc en position d’autorité, est-elle apte à donner un consentement sexuel valable : la réponse est non.
    Une jeune fille de 13 ans (et cela vaut aussi pour n’importe qui) qu’on drogue au qaalude est-elle apte à donner un consentement sexuel valable : la réponse est non.
    Une jeune fille de 13 ans à qui on fait consommer de l’alcool est-elle apte à donner un consentement sexuel valable : la réponse est non.

    Pour toutes ces raisons, il y a bien eu viol

    et

    Il a plaidé coupable pour « Unlawful Sexual Intercourse » et l’article nous explique que c’est un synonyme de « statutory rape » (rape signifie viol en anglais). Cela veut dire qu’il a plaidé coupable pour avoir eu des relations sexuelles avec quelqu’un qu’il savait être en âge de ne pas consentir. Un viol donc.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.