Veille et liens

[…] Le partage d’un simple lien à peine accom­pa­gné d’un titre est remplacé par des dispo­si­tifs décen­tra­li­sés, souvent en paral­lèle de carnets en ligne. Des partages augmen­tés d’une recon­tex­tua­li­sa­tion, d’un commen­taire et de rebonds. Des veilles distri­buées.

— Quater­num, Quatre partages de veille : des liens et des ressources distri­bués

[…] Les gens que je lis le plus souvent sont ceux qui se sont déjà éloi­gnés des réseaux. Karl a quitté Flickr bien avant les scan­dales sur le droit d’au­teur par exemple ; Éric et David partagent leur lecture sur des billets courts.

— Chez Stéphane, Veille et liens

Ce qu’il manque c’est de reprendre les noti­fi­ca­tions et tissages de discus­sion. Je ne sais que tu reprends une de mes lecture que parce que je te suis. Vous êtes au moins 5 à faire la suite sur vos propres blogs (Toi, David, Karl, Clément, le Hollan­dais Vollant). Il y en a certai­ne­ment d’autres – je ne peux que l’es­pé­rer.

Je manque certai­ne­ment des suites inté­res­santes faute de noti­fi­ca­tion même la plus élémen­taires. Ça fait long­temps que j’ai­me­rais déve­lop­per un petit robot à partir des entêtes de `Refe­rer` mais non seule­ment c’est amené à ne plus fonc­tion­ner avec HTTPS, mais en plus j’ai toujours mieux à faire.

Entre temps je lance des noti­fi­ca­tions sur Twit­ter – mais c’est quand même le contraire de l’objec­tif annoncé – et je manque certai­ne­ment beau­coup de choses.

En atten­dant mieux, j’ai ping­back d’ac­tivé, mais je suis visi­ble­ment le seul des cinq et vous ne les rece­vez ni envoyez. Ça serait bien d’avan­cer.

Rejoindre la conversation

14 commentaires

    1. Pourquoi pas :)
      Je n’ai pas bien compris ce que ça apportait par rapport aux trackback/pingback si ce n’est dire « on va faire autre chose », mais peu importe : j’utiliserai ce que les autres utilisent (même si je préfère un truc qui m’évite de nécessiter du code à la main)

  1. Je m’appuie sur les referers pour savoir qu’on parle d’un truc qui est chez moi[1], mais c’est effectivement très rudimentaire, mais les pingbacks et les trackbacks ont la réputation d’avoir été des nids à linkspam et n’ont pas été implémentés dans mon CMS[2].

    Au final je n’ai pas étudié les webmentions et je me demande si ce n’est pas un peu pareil que les pingbacks. Que reste-t-il pour faire une conversation, à part Disqus et consorts ?

    [1] Je découvre ici même que ça ne marchera pas avec HTTPS, j’aurais dû y penser, sot que je suis.
    [2] Oui ça fait deux « mais » à la suite, c’est voulu, c’est pour empiler les solutions et dire que je n’en ai pas, à part de l’empirique.

    1. Pas de secret, si c’est automatisable et ouvert à tous, les spammeurs y joueront aussi. D’ailleurs ils jouent aussi sur les Referer (ou le faisaient il y a quelques années). L’alternative c’est le centralisé (à la disqus ou à la twitter) ou le réseau (tu créé un réseau de confiance, mais ce n’est pas simple et tu n’es plus ouvert aux gens en dehors de ton réseau, ce qui est dommage)

      Je préfère rester sur un truc ouvert et mettre des listes grises ou systèmes antispam. C’est finalement déjà ce qu’il se passe sur mes commentaires, alors pourquoi pas sur les ping ?

      1. Sur les pingbacks/trackbacks : oui je dis comme toi, mais s’ils ont été abandonnés à plein d’endroits je me demande si c’est un souci technique ou un souci de « autre chose à faire ailleurs » ou manque de temps.

        Je demanderai chez les spipeurs, à l’occasion.

  2. En fait, je trouve les 4 billets de blogs plutôt très bien. Pour l’instant et cela serait certainement moins enrichissant sans ces 4 billets.

    Question de clarification pour Eric.
    >Ce qu’il manque c’est de reprendre les notifications et tissages de discussion.

    Qu’est-ce que tu appelles les notifications ? Ou plus exactement sous quelle forme les reçois-tu ?

    1. Je prends notification au sens large : un moyen d’être averti que quelqu’un continue la discussion quelque part, et où.

      Sur Disqus je peux être alerté par email. Sur Twitter j’ai une page spécifique pour les gens qui répondent et me font une référence. Si tu commentes ici, je retrouve facilement les contributions dans un espace dédié et ne risque pas d’en manquer. Ça c’est le confort des solutions centralisées.

      J’apprécie beaucoup le décentralisé. Sauf que si tu continues la discussion chez toi et non ici, comment le sais-je ? À un moment, si tu veux effectivement que l’échange continue et s’enrichisse, il faut bien que je sois averti. Ce peut être par email manuellement, ou ça peut être – de préférence – via un système plus automatique et transparent.

      Pingback, trackback, webmention, le protocole Salmon… ce ne sont finalement pas les solutions techniques qui manquent. Juste qu’aucune n’est réellement massivement utilisée aujourd’hui (en tout cas par aucun de vous quatre :)

      Aujourd’hui je n’en reçois pas (sauf parfois par email). Je tombe souvent sur les billets par chance.

      Ça fonctionne si je lis systématiquement tous tes billets chez toi, mais c’est assez limité. Je ne vais pas pouvoir échanger avec quelqu’un qui est hors de ma petite sphère pré-existante. Même sur cette petite sphère, je ne lis pas forcément tout (surtout chez toi parce que souvent je ne connais pas le sujet de tes billets avant de les lires entièrement, avec le prologue). Ne pas tout voir n’est pas grave, mais ça peut être sympa d’avoir le choix.

    1. Tirons les liens et descendons en 2006 chez Karl : http://www.la-grange.net/2006/04/14

      > Tout cela ne réclame pas un développement compliqué, toutes les briques sont déjà disponibles. Il y a surement des écueils et des améliorations possibles.

      Karl, pourquoi ce système qui me semble bête comme choux sur ton graphique n’a t-il jamais été développé nulle part à ce jour ?

  3. C’est un sujet qui m’a souvent interpellé ( http://niko.bokay.io/categories/ego/posts/2015/07/14/echangeons ).
    J’avais pensé pour ma part à un service centralisé avec un robot qui crawlerait les sites (tout en respectant les robots.txt) et qui présenterait une page ou un flux RSS par domaine, montrant les liens pointant vers ce domaine.
    Contrairement à un système de notification, c’est une solution qui reste non intrusive.

    J’ai finalement abandonné l’idée du fait que crawler le web entier n’est pas viable économiquement, mais je pense que l’idée est viable si on part d’une démarche volontaire de vouloir faire partie d’un « réseau ».

    Qu’en pensez-vous ?

    C’est sur cette idée que j’ai commencé à bricoler ceci avec Elixir/Erlang :
    https://github.com/bokay/sentinelle

  4. J’ai découvert il y a quelques année le mouvement « indieweb » (http://indiewebcamp.com/)
    Je m’y suis pas mal intéressé, et j’en ai profité pour refaire mon site et créer des plugins pour wordpress.

    A l’époque les webmentions en étaient encore au début (sur wordpress), je sais que ça a évolué depuis, mais je n’ai toujours pas remis les doigts dedans, manque de temps.

    L’idée derrière mon site était : je publie depuis mon site, et j’envoie sur facebook et twitter en même temps (POSSE). Ca fonctionne très bien.
    Je voulais aussi pouvoir récupérer les RT, les likes et les commentaires de Facebook, j’ai utilisé un plugin pour ça, et ça fonctionne très bien.
    Ce qui fait au final qu’une personne qui n’a ni twitter ni facebook (ou juste l’un des deux) venir sur mon site et retrouver tous les commentaires, like et RT.
    Bref, je centralise sur mon site.

    J’utilise aussi un peu shaarli, surtout en perso, je ne communique absolument pas dessus, par contre, je suis quelques personnes qui l’utilisent, et oui, le problème est bien la notification.
    Des fois je voudrais répondre, mais bon, je sais d’avance que je ne serai pas lu, donc je ne le fait pas…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos de ce site, du contenu, de l'auteur
Je poste parfois ici des humeurs ou des pensées. Parfois je change, parfois je me trompe, parfois j'apprends, et souvent le contexte lui-même évolue avec le temps. Les contenus ne sont représentatifs que de l'instant où ils ont été écrits. J'efface peu les contenus de ce site, merci de prendre du recul quand les textes sont anciens. Merci

À toutes fins utiles, ce site est hébergé par Scaleway, ONLINE SAS, joignable par téléphone au +33 (0)1 84 13 00 00 et joignable par courrier à l'adresse BP 438 - 75366 Paris Cedex 08.