Catégories
Droit d'auteur

Une presse sans copy­right : utopie, dysto­pie… slovaquie ?

Le droit d’au­teur s’ap­plique-t-il aux articles de presse ? aux dépêches des agences de presse ? Peut-on proté­ger un fait divers ? sa forma­li­sa­tion dans un texte ? Où se situe la limite ?

La ques­tion en est fait loin d’être évidente. Elle me fait d’ailleurs penser à une étude que j’ai vu sur les photo­gra­phies qui abor­dait la même ques­tion : Une oeuvre banale qui ne fait que repré­sen­ter le point de vue « stan­dard » sans travail élaboré, a-t-elle l’ori­gi­na­lité requise pour être proté­gée ? Dans l’étude, la plupart de vos photos de vacance sont présen­tées comme n’étant pas vrai­ment couvertes par le droit d’au­teur, et donc comme pouvant être réuti­li­sées par tout un chacun sans limites.

La Slovaquie a visi­ble­ment pris une posi­tion nette­ment plus avant-gardiste (ou rétro­grade, suivant le point de vue) que la plupart des autres pays. Une presse sans copy­right : utopie, dysto­pie… slovaquie ?

Et vous, où tracez-vous la limite entre l’œuvre origi­nale à proté­ger et l’idée, l’in­for­ma­tion ou la réalité brute qui doit être de libre accès ?

2 réponses sur « Une presse sans copy­right : utopie, dysto­pie… slovaquie ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *