Une initia­tive avor­tée pour réduire l’at­tente des étran­gers en préfec­ture

Pour qu’ils évitent d’at­tendre des heures dans le froid ou la nuit, un ingé­nieur à la retraite a distri­bué lundi des tickets numé­ro­tés aux étran­gers venus renou­ve­ler leur titre de séjour à la préfec­ture du Rhône, ce qui lui a valu de passer une heure au commis­sa­riat.

Le service n’ouvre qu’à 8h30 mais à 4h du matin, ils font déjà la queue devant la préfec­ture, certains avec des chaises. Ils atten­dront parfois huit heures sur le trot­toir pour obte­nir un ticket qui leur permet­tra d’en­trer.

Il faut dire qu’à la préfec­ture du Rhône c’est une situa­tion quasi idylique même avant ça. Dans d’autres préfec­tures il faut faire la queue depuis la veille au soir, quel que soit le temps ou la tempé­ra­ture, pour avoir une chance (non garan­tie) d’avoir accès au guichet… où on vous dira peut être qu’il manque un papier.

Bref, le retraité a pris sur lui de consi­dé­rer ça comme inhu­main et a orga­nisé les choses, de lui-même, sans causer le moindre trouble.

Lors d’une confé­rence de presse dans l’après-midi, le préfet Jean-François Carenco l’a traité d’ »hurlu­berlu » qui « veut faire le boulot du préfet ». « Chacun chez soi et les vaches seront bien gardées« , a-t-il ironisé en menaçant : « s’il veut le faire, il le fera en taule« .[…]

« Nous ne sommes pas au super­mar­ché du titre de séjour« , « est-ce que faire la queue pour être en France c’est un drame ? La réponse est non« , a conclu le préfet.

Comprendre : Au mieux l’hu­mi­lia­tion et les condi­tions inhu­maines arrangent bien l’idéo­lo­gie de la faute aux migrants. Au pire c’est ainsi à dessein.

— via France Info mais la situa­tion des étran­gers aux préfec­tures est décrite régu­liè­re­ment un peu partout

Rejoindre la conversation

2 commentaires

  1. Il faut comprendre que la démarche de cet ingénieur est en fait de la provocation à la tricherie, puisque faire la queue debout pendant des heures quelque soit les conditions météorologiques et avec le stress de se prendre une carotte au final pour une raison ou pour une autre est la première étape indispensable à franchir pour pouvoir se réclamer de nationalité Française (les faibles et les malades sont ainsi naturellement éliminés, l’idée a germé dans la tête du préfet après qu’il ai regardé le film « 300 »). Permettre aux candidats de franchir cette étape plus facilement et confortablement est donc de l’incitation à la tricherie. CQFD.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos de ce site, du contenu, de l'auteur
Je poste parfois ici des humeurs ou des pensées. Parfois je change, parfois je me trompe, parfois j'apprends, et souvent le contexte lui-même évolue avec le temps. Les contenus ne sont représentatifs que de l'instant où ils ont été écrits. J'efface peu les contenus de ce site, merci de prendre du recul quand les textes sont anciens. Merci

À toutes fins utiles, ce site est hébergé par Scaleway, ONLINE SAS, joignable par téléphone au +33 (0)1 84 13 00 00 et joignable par courrier à l'adresse BP 438 - 75366 Paris Cedex 08.