Systeme anti copie de merde, où l’art de tuer la poule aux oeufs d’or


Rupture de stock sur le DVD, mais cela ne l’ar­rêta pas, même face au prix exor­bi­tant de la chose, le petit cochon ayant été brisé en consé­quence, elle se rabat sur la version Bluray

[…]

Nous avons, dans notre logis, accès à 2 lecteurs Bluray: un clas­sique lecteur de salon qui fait home cinéma et l’autre sur la Free­box. Le premier est de marque Samsung (HT-C5500) qui est supposé se mettre à jour par inter­net pour béné­fi­cier des toutes dernières avan­cées de la tech­no­lo­gie. Sauf que bien sûr, le fabriquant a décidé qu’il était main­te­nant trop vieux (5 ans) donc plus de mise à jour. L’autre lecteur est celui de la Free­box qui est tout le temps à jour à chaque allu­mage. Ni l’un ni l’autre n’a pu lire ne serait-ce que le menu d’ac­cueil du Bluray.

[…]

Par contre pour le film The mortal instru­ments, non seule­ment on ne peut pas le mettre sur le télé­phone, histoire de regar­der en boucle les scènes préfé­rées avec les copines au collège, mais pire que ça, elle ne peut même pas le voir. Et tout ça pourquoi ? Pour éviter le télé­char­ge­ment illé­gal ?

MOUUUUUUAAAAAAAAA je me gausse, je me bidonne de rire, je me gondole d’hi­la­rité. Le film est dispo­nible au télé­char­ge­ment sur n’im­porte quelle plate-forme de torrent ou de strea­ming le lende­main de sa sortie en DVD ou en Bluray, quelque soit le système de protec­tion anti copie.

[…]

Et au final, vous croyez que ma fille va recas­ser sa tire­lire pour prendre le risque d’ache­ter un film la prochaine fois ? Sérieu­se­ment ? Elle était une consom­ma­trice en puis­sance, qui adore possé­der les objets, les livres, les DVD, les photos. Là, elle va être un peu vacci­née.

— Cédric Augus­tin

Connu, vu et revu, mais on s’en­fonce jour après jour. On n’en est même plus à dégoû­ter ceux qui veulent ache­ter : On en est à les forcer à utili­ser le circuit de contre­façon. Ceux qui n’ont jamais eu aucune envie d’ache­ter, eux, n’ont jamais été gênés. Allez compren­dre…

Prix adéquat, retrait des protec­tions qui ne gênent que les honnêtes gens, ça serait un mini­mum pour permettre à la machine de fonc­tion­ner… s’il n’est pas trop tard parce que c’est plus d’une géné­ra­tion qu’on a ainsi perdu.

,

2 réponses à “Systeme anti copie de merde, où l’art de tuer la poule aux oeufs d’or”

  1. Je ne comprends pas non plus cette logique de castration, de frustration du consommateur « qui joue les règles » en achetant des DVD ou des Blu-Ray : Est-ce volontaire ? Est-ce de l’incompétence ?

    Si c’est volontaire, quel est le but inavoué ? Promouvoir l’achat en VOD (qui coûte très/trop cher) tout en entretenant le discours « bouh on perd de l’argent à cause des pirates, il faut continuer à taxer les supports d’enregistrement » ?

    Si c’est de l’incompétence alors… non je ne peux pas y croire en fait, c’est trop énorme, c’est trop « con » pour être de la simple incompétence…

    • Quelqu’un de l’industrie culturelle m’a dit un jour que les coups de bâtons étaient bel et bien destinés aux consommateurs « honnêtes ». Les autres on les a déjà perdu et tenter la répression n’a que peu d’effet. Ces utilisateurs honnêtes, on cherche deux choses (là c’est moi qui parle) :

      * le lavage de cerveau pour que tout le monde ait la rengaine « ça tue la culture et les artistes, il faut des compensations, le piratage c’est mal, c’est un crime horrible, etc. » – ça peut paraitre idiot mais visiblement ça fonctionne

      * ça dissuade ces gens de passer à l’acte, et particulièrement de le faire naivement sans y voir le mal (genre partager une oeuvre à un tiers ou sur le réseau) : là il sait que c’est très mal – là aussi ça peut paraitre idiot mais c’est faute de cette « éducation » que beaucoup partageaient initialement

      Initialement on parlait DRM (les DRM sont là contre les gens honnêtes, pas contre les « pirates »), mais ça s’adapte très bien à toute la logique autour

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.