Catégories
Développement informatique

S’oc­cu­per de l’ave­nir et pas du passé

Pour faci­li­ter les esti­ma­tions l’état de l’art est de travailler par compa­rai­son. On prend la tâche la plus simi­laire réali­sée par le passé et on estime si la nouvelle va rele­ver du même effort, un peu plus ou un peu moins, en fonc­tion des diffi­cul­tés atten­dues.

Les esti­ma­tions s’amé­liorent vrai­sem­bla­ble­ment avec l’ex­pé­rience, tant parce qu’on a plus de chances d’avoir une réfé­rence simi­laire, que parce qu’on a déjà traversé beau­coup de problé­ma­tiques et qu’on risque moins d’en oublier une.

Pour que cela fonc­tionne au mieux il faut savoir reve­nir sur ce qui a été réalisé : Iden­ti­fier les diffi­cul­tés, les faci­li­tés, les impré­vus passés. Cher­cher comment on pourra les résoudre mieux ou les iden­ti­fier plus tôt.

Le dernier verbe conju­gué est au futur.

Je cherche comment on pourra résoudre les diffi­cul­tés ou impré­vus, pas comment on aurait pu les résoudre. La diffé­rence est de taille. Le passé ne m’in­té­resse pas en soi, c’est trop tard. C’est le futur qui m’in­té­resse.

Ça peut semble une ques­tion de voca­bu­laire mais ça ne l’est pas. Parfois la réponse est la même, mais pas toujours :

Imagi­nons qu’une tâche a tota­le­ment dérapé à cause d’une problé­ma­tique majeure qui n’avait pas été prévue. Pour finir la tâche on a du résoudre la problé­ma­tique, elle ne bloquera donc plus jamais. Une démarche qui aurait pu permettre d’iden­ti­fier ce problème en amont ne m’in­té­resse pas, vu que juste­ment ce problème n’exis­tera plus à l’ave­nir. Je suis poten­tiel­le­ment inté­ressé par une démarche qui permet­trait d’iden­ti­fier les autres futurs problèmes qui ne ressemblent pas à celui passé et qui nous sont incon­nus aujourd’­hui. Si on trouve cette perle rare trouve alors on l’adopte, mais sinon on s’épargne du temps et on passe à autre chose.

Une prévi­sion passée n’est qu’une vision d’un autre présent, peu utile pour prépa­rer l’ave­nir

Dans la boucle d’ap­pren­tis­sage, je m’in­té­resse au temps passé, aux diffi­cul­tés rencon­trées, aux faci­li­tés que je pour­rais avoir, et aux impré­vus qui sont surve­nus. Je m’y inté­resse car ils sont sources d’amé­lio­ra­tion, que l’es­ti­ma­tion de la tâche passée ait été juste ou ait été fausse.

En fait savoir quelle était l’es­ti­ma­tion passée et si elle a été respec­tée ne m’est d’au­cune utilité pour m’amé­lio­rer. Si j’ai eu un imprévu, alors que l’ana­ly­se­rai, même si fina­le­ment j’ai eu assez de temps pour le gérer. En fait je l’ana­ly­se­rai même surtout si j’ai eu assez de temps pour le gérer, parce que ça veut dire que j’ai eu une faci­lité par ailleurs qui mérite elle aussi d’être analy­sée.

Inver­se­ment, si je n’ai eu aucune diffi­culté signi­fi­ca­tive, aucun imprévu ni aucune spéci­fi­cité remarquable, il est probable que je me serve du temps passé sur ma tâche comme réfé­rence pour la suivante simi­laire. Avais-je réussi ou échoué à mon esti­ma­tion la dernière fois ? Peu importe : Main­te­nant j’ai appris et je peux me servir d’un cas concret comme base de réfé­rence. L’es­ti­ma­tion passée n’entre pas en ligne de compte, et encore moins si elle était mauvaise.

L’es­ti­ma­tion ne sert qu’à déci­der de l’ave­nir. Une fois qu’elle est passée, elle est aussi inté­res­sante qu’un bulle­tin d’ho­ro­scope de l’an­née dernière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *