Quels crédits ?

Je crédite peu. Je ne nomme généralement pas la personne par qui j’ai obtenu une information. Je nomme pas l’auteur d’une photographie qui n’a aucune originalité artistique (*). Je ne souhaite pas nommer la personne qui a numérisé une œuvre.

Je n’aime simplement pas la maximisation du droit d’auteur qui s’infiltre depuis des années. Je ne souhaite pas contribuer à l’idée qu’une information appartient à celui qui la diffuse. Je ne cautionne pas l’idée d’une paternité attribuée à celui qui transmet, tel un second droit d’auteur s’additionnant au premier.

Je n’apprécie pas plus la monnaie de célébrité avec une course au nombre de like et de suivis sur les réseaux sociaux. Si c’est humain, et je m’y laisse parfois prendre aussi, je ne souhaite pas l’encourager.


Si quelqu’un mérite d’être mentionné, c’est par ce qu’il réalise, pour la valeur qu’il peut apporter à des tiers par le futur, pas parce que j’ai trouvé telle ou telle donnée chez lui.

Parfois je remercie, souvent ou parallèle ou par un autre canal, mais je ne crédite pas. La forme, l’intention et les destinataires sont différents.

Si je mentionne un intermédiaire ou un auteur qui n’est pas source d’originalité, c’est souvent que cette mention a du sens en elle-même. Ce peut être pour que cette personne puisse accéder aux discussions qui s’en suivent, pour inciter les lecteurs à aller chercher un complément d’information ou d’autres informations similaires à la source, ou encore pour laisser le lecteur juger de la crédibilité de ce que je diffuse.


Petite note de fin de billet pour rappeler que si la paternité est une composante essentielle du droit d’auteur, le droit d’auteur lui-même ne s’applique ni aux informations ni aux créations sans originalité, et ce peu importe le travail qui a été nécessaire ou la rareté de ce dont on parle.

(*) J’entends la notion d’originalité artistique au sens du droit d’auteur. Il ne s’agit pas de juger de la valeur ou de la réussite de l’image, ni de si elle ressemble à une autre. Il s’agit de grosso modo de savoir si c’est un œuvre intellectuelle qui dénote une intention et une personnalité de l’auteur, si elle a une particularité créative recherchée.

Rejoindre la conversation

2 commentaires

  1. Plutôt en désaccord, citer la source m’a offert de belles découvertes : quand qqn balance une information et spécifie le « via Bidule », il m’arrive souvent d’aller voir le blog (ou le compte, le flux, etc.) de Bidule, et de me mettre parfois à suivre Bidule, avec qui j’ai des centres d’intérêts communs.

  2. Et peut-être que je me sens très concernée par : « Si quelqu’un mérite d’être mentionné, c’est par ce qu’il réalise, pour la valeur qu’il peut apporter à des tiers par le futur, pas parce que j’ai trouvé telle ou telle donnée chez lui. » car je produis peu de choses, par contre, je partage énormément de contenu que je n’ai pas créé. Je fais de la curation (je déteste ce mot) de contenu, car j’en vois un intérêt pour moi, en premier, et je le partage me disant que ça pourrait intéresser d’autres personnes. Mon apport est ce filtrage de contenu par rapport à la masse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos de ce site, du contenu, de l'auteur
Je poste parfois ici des humeurs ou des pensées. Parfois je change, parfois je me trompe, parfois j'apprends, et souvent le contexte lui-même évolue avec le temps. Les contenus ne sont représentatifs que de l'instant où ils ont été écrits. J'efface peu les contenus de ce site, merci de prendre du recul quand les textes sont anciens. Merci

À toutes fins utiles, ce site est hébergé par OVH SAS, joignable par téléphone au +33 (0)9 72 10 10 07 et dont le siège social est au 2 rue Kellermann, 59100 Roubaix, France.