Quand le peuple veut hacker sa consti­tu­tion…


C’est vrai qu’on n’en­ten­dait plus beau­coup parler de l’Is­lande et de sa nouvelle consti­tu­tion. L’oc­ca­sion de recom­men­cer de zéro est rare. Il y a eu là bas un élec­tro­choc qui aurait pu permettre de casser les résis­tances et de réfor­mer le système. De loin on y a un peu cru.

[…] en réunis­sant une Assem­blée consti­tuante, formée de 25 citoyens « ordi­naires » char­gés de réécrire la Cons­ti­tu­tion islan­daise. Mieux encore, chacun était invité à parti­ci­per à cette réécri­ture colla­bo­ra­tive sur le site web dédié. Cela ressemble fort à un conte de fées démo­cra­tique […]

C’était sous-esti­mer la résis­tance du corps poli­tique pour éviter sa propre remise en cause. Si nous imagi­nons très bien qu’il puisse y avoir résis­tance, l’his­toire nous donne un ensei­gne­ment majeur :

Au contraire, le Parle­ment a décidé de bafouer ses propres décla­ra­tions publiques ainsi que la volonté du peuple expri­mée par le réfé­ren­dum natio­nal, en gelant le projet de loi. De plus, pour couron­ner le tout, le Parle­ment a imposé à la hâte la néces­sité pour tout chan­ge­ment consti­tu­tion­nel sous la prochaine légis­la­ture d’être approuvé par les deux tiers du parle­ment et 40% du vote popu­laire. Un taux de parti­ci­pa­tion mini­mal de 80% sera néces­saire pour qu’une réforme consti­tu­tion­nelle soit accep­tée à la prochaine session du parle­ment.

Le problème n’est pas tant que le projet ait pu être rejeté, c’est qu’il a été simple­ment mis de côté, et que le corps poli­tique au pouvoir a vite mis en place des gardes fous immenses pour empê­cher toute remise en cause si jamais ils devaient être obli­gés d’en venir au vote.

Il faut dire que la pres­sion popu­laire était forte, et que le besoin de créer autre chose était clai­re­ment incon­tes­table vu le résul­tat du premier réfé­ren­dum :

le réfé­ren­dum natio­nal du 20 octobre 2012 sur cette loi, au cours duquel 67% de l’élec­to­rat a exprimé son soutien à ce projet de loi ainsi qu’à ses prin­ci­pales dispo­si­tions spéci­fiques, y compris la natio­na­li­sa­tion des ressources natu­relles (83% de Oui), la démo­cra­tie directe (73% de Oui), et « Une personne, un vote » (67% de Oui).

À ce niveau là il y a un tel mouve­ment que voter des lois pour frei­ner le chan­ge­ment ça ressemble ni plus ni moins à de l’obs­truc­tion.

Quand nous ne sommes plus capables de remettre en cause notre propre système poli­tique, alors nous ne sommes plus en démo­cra­tie. Il semble que malgré une quasi révo­lu­tion dans les esprits du peuple Islan­dais, ils n’en soient pas capables.

Parti de cette expé­rience, j’ai bien du mal à imagi­ner que notre système est plus démo­cra­tique que le leur. Il nous faudrait bien plus que leur propre élan pour renver­ser notre propre struc­ture.

Alors, que fait-on ?


Une réponse à “Quand le peuple veut hacker sa consti­tu­tion…”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.