[Poli­tique] Je sais pour qui voter

Je pense que l’im­por­tant est dans l’hu­main, ses condi­tions de vie, à la démo­cra­tie, aux liber­tés civiles et à l’ou­ver­ture à l’autre plus que dans l’en­tre­prise, l’éco­no­mie, l’iden­tité natio­nale, l’ordre et la sécu­rité. Je crois qu’au­trui est aussi impor­tant que soi-même, et donc à l’im­por­tance du collec­tif. Je crois que l’éco­lo­gie est une urgence aujourd’­hui pour ne pas être un désastre demain.

Il parait que ça s’ap­pelle être de gauche mais c’est plus complexe que ça.

Même s’il est de droite côté écono­mique, j’ai des affi­ni­tés avec François Bayrou en ce qu’il a toujours placé l’hu­main au centre.

Inver­se­ment je n’ai pas d’adhé­sion avec Manuel Valls et Emma­nuel Macron. Le premier fait passer l’ordre et la police avant les liber­tés civiles, le second l’ef­fi­ca­cité et l’éco­no­mie avant tout le reste en plus d’avoir une vision presque roya­liste des insti­tu­tions.

 

* * *

J’ai des affi­ni­tés fortes avec l’es­sen­tiel des points mis en avant dans le programme de Benoit Hamon. Je le vois avec les même prio­ri­tés que moi.

Il ne semble y avoir aucune chance pour que Benoit Hamon soit élu mais au moins je vais voter pour ce que je crois, et montrer qu’il y a des gens qui veulent ce trip­tyque huma­nisme, écolo­gie et Europe.

On se moque mais même s’il ne faisait que 7 ou 8%, c’est plus qu’é­nor­mé­ment de candi­dats de prési­den­tielles dans le passé, Jean-Luc Mélen­chon compris. Bref, moi ça ne me semble pas vain.

J’ai hésité à voter utile. Pas contre Marine Le Pen – tous gagne­ront contre elle au second tour – mais juste­ment pour parti­ci­per à choi­sir qui sera éven­tuel­le­ment contre elle, et donc indi­rec­te­ment qui sera élu.

J’ai hésité à voter utile avec Jean-Luc Mélen­chon. Ses chances ne sont pas nulles et ses prio­ri­tés corres­pondent assez bien à celles de mon premier para­graphes. Il est plus cultivé et intel­li­gent que ses discours parfois radi­caux ne le laissent voir. J’ai plein de points de diver­gences, par exemple son protec­tion­nisme, mais surtout je tiens trop à l’Eu­rope et à la paix qu’elle apporte. Ajouté à mon manque de confiance dans la personne elle-même et ce qu’il pour­rait faire… ça ne colle pas.

Rejoindre la conversation

6 commentaires

  1. Ce n’est pas l’Europe qui a apporté la paix.
    C’est l’arme nucléaire (dissuasion) et le fait de rester neutre entre les USA et la Russie (ne pas provoquer inutilement).
    Sinon pour info, JLM en 2012 = 11 %, Hamon va faire le pire score du PS depuis… je ne sais plus.
    Je respecte ceci dit le fait de voter POUR et non CONTRE.
    Bon vote :)

    1. L’arme nucléaire ne garantit pas l’absence de guerre ou de risque de guerre. Il y a peu de nations avec l’arme atomique, mais déjà des contre-exemples. Une alliance durable avec des structures communes, par contre… ça aide beaucoup.

      Oui, l’arme atomique a probablement empêché une guerre USA / URSS. Côté Europe c’est plutôt d’avoir créé une alliance et structure commune. Peut-être que l’OTAN aurait suffit pour l’Europe occidentale, mais c’est bien de faire des choses en commun qui amène de la stabilité.

      Quant à être neutre… On a juste créé et adhéré à l’OTAN justement pour s’opposer à l’ex-URSS. L’Europe (via la CEE) a même vécu deux Allemagnes séparées, une proche des russes et une proche de l’OTAN. Franchement, côté neutralité entre les USA et la Russie… j’ai vu mieux.

      Après, comme on ne peut pas faire de test A/B… ce n’est évidemment que mon opinion :-)

      1. Et ça a permis la création d’un autre mouvement, qui lui a réussi à gagner les élections 10 ans après alors que la sfio n’avait jamais réussi.
        Il y a trop de choses qui n’ont rien à voir pour oser comparer à la fin du sfio, mais ce n’est pas forcément une mauvaise chose dans l’histoire de la gauche sociale

  2. Malheureusement, la situation et le fonctionnement du système démocratique actuel impose un vote stratégique (et donc l’exploitation paradoxale d’un défaut que nous dénonçons du système).

    Comme beaucoup de monde, j’ai du mal pour savoir pour qui voter. Cela me fait penser que le choix se résume désormais entre une espérance à faire progresser dès maintenant et dans le bon sens le système démocratique au bénéfice d’une meilleure représentativité de l’ensemble des opinions et d’une élévation de la qualité des débats à terme ou alors… continuer comme avant. Cette possibilité n’a jamais été aussi proche. Encore une fois, c’est malheureux mais en tant qu’étape, cela transcende dans une certaine mesure (et pour la dernière fois j’espère) certains points majeurs des programmes qui seront de toute manière soumis à un débat et à un contrôle démocratique ultérieur.

    Au final, pour ce qui me semble être l’intérêt général, entre un vote d’adhésion vain et potentiellement contre-productif par ses effets sur le résultat des élections ou un vote stratégique suscitant un espoir, j’ai choisi. C’est peut-être utopique et naïf mais au moins j’y aurai cru et j’aurai essayé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos de ce site, du contenu, de l'auteur
Je poste parfois ici des humeurs ou des pensées. Parfois je change, parfois je me trompe, parfois j'apprends, et souvent le contexte lui-même évolue avec le temps. Les contenus ne sont représentatifs que de l'instant où ils ont été écrits. J'efface peu les contenus de ce site, merci de prendre du recul quand les textes sont anciens. Merci

À toutes fins utiles, ce site est hébergé par Scaleway, ONLINE SAS, joignable par téléphone au +33 (0)1 84 13 00 00 et joignable par courrier à l'adresse BP 438 - 75366 Paris Cedex 08.