Pauvreté en Alle­magne: un rapport embar­ras­sant pour le gouver­ne­ment


Je ne saurai trop me battre contre l’idée moderne de prendre exemple sur l’Al­le­magne concer­nant tout ce qui a trait à l’éco­no­mie. Il y a de très bonnes choses à reprendre, mais c’est loin d’être un modèle à reco­pier.

Les 10% d’Al­le­mands les plus fortu­nés se partagent 53% de la richesse natio­nale. Les 50% les plus pauvres ne possèdent que 1% de la richesse du pays,

[…]

L’Al­le­magne se porte bien, le chômage recule, insiste ainsi le ministre accusé d’avoir cher­ché à enjo­li­ver les pages du rapport consa­crées à la pauvreté. Pour l’as­so­cia­tion Cari­tas, les chiffres présen­tés mercredi sont alar­mants, du fait notam­ment de l’ab­sence d’as­cen­seur social dans le pays.

Bref, juste ne pas oublier que l’objec­tif c’est les gens, pas l’éco­no­mie. Si pour l’éco­no­mie il faut augmen­ter la pauvreté, des jobs à 1 € et une répar­ti­tion des richesses défaillantes, peut être se four­voie-t-on quelque part en chemin.

,

Une réponse à “Pauvreté en Alle­magne: un rapport embar­ras­sant pour le gouver­ne­ment”

  1. Ben oui, « Bref, juste ne pas oublier que l’objectif c’est les gens, pas l’économie » . Ça ne devrait pas être plus compliqué que ça, mais je trouve que cet objectif est bien trop souvent oublié, même par ceux qui devrait pourtant le défendre…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.