Mon problème avec Mastodon

Certains ont très bien expliqué ce que c’est. Bref, c’est décentralisé. Youpi !

Sauf que bon, je réserve mon jugement définitif pour plus tard mais à vue de nez c’est encore une réponse purement technique qui passe à côté des enjeux.

* * *

Si je veux jouer avec Mastodon il y a toutes les chances que je me retrouve sur mastodon.social et que je créé un compte là bas. Je me retrouve avec un outil similaire à Twitter, quelques bonnes idées en plus, la stabilité et les 150 clients et robots compatibles en moins mais surtout… sans tous les gens qui me suivent ni ceux que je suis.

Comment est-ce que je transitionne si je ne peux pas forcer mes camarades de jeu ? Jabber a échoué face à MSN pour ça. Status.net a échoué face à Twitter pour ça. Je pourrais parler aussi de Google+ et 50 autres.

Status.net avait tenté la synchronisation avec Twitter. Les clients pouvaient se connecter aux deux réseaux, y publier la même chose et interagir avec les résidents des deux côtés. Jabber avait le soutien de poids lourds comme Google, Facebook et des acteurs locaux comme Orange. Google+ a tenté de se rendre essentiel dans l’incontournable Google.

Rien de tout cela ici et je ne vois aucune stratégie qui me permette d’y croire : pas de marketing agressif (on parlerait en dizaines de millions d’euros pour envisager battre twitter), aucun acteur de poids, pas de partenariat important avec des sources incontournables, pas de fonctionnalité importante au point de me faire abandonner le réseau existant… rien.

* * *

Mais « c’est décentralisé ! » vous allez me dire. Outre que c’est un argument qui ne convaincra que les geeks, ma réponse sera surtout « ah bon ? ».

90% des utilisateurs ont créé un compte sur l’instance principale mastodon.social. Autant dire que côté décentralisation… Le pire c’est que leur identifiant est lié à la plateforme donc ils devront abandonner tous leurs contacts et leur historique si d’aventure ils devaient changer d’instance.

Vous pouvez aller voir ailleurs, mais déjà que le réseau est petit, il est bien difficile de se dire qu’une petite instance sera là dans la durée. Si pour migrer je dois tout perdre, même moi je risque d’aller sur l’instance principale et jeter l’idée de décentralisation.

Pour jouer à ce jeu, il faut non seulement un système de délégation ou d’indirection au niveau des identifiants mais aussi aider les 90% des utilisateurs à effectivement l’utiliser (non, implémenter webfinger ne suffit pas).

À défaut il faut prévoir dans le protocole un moyen d’annoncer aux clients qu’un utilisateur a changé d’instance, que les clients se mettent à jour à partir de là et que les serveurs sachent réimporter l’historique d’un utilisateur en migration. C’est toujours possible de l’ajouter après coup mais qu’ils n’y aient pas pensé ne me rend pas optimiste sur la compréhension des enjeux.

* * *

Bref, pour que j’y crois il aurait fallu une stratégie pour faire migrer une masse critique d’utilisateurs, plus une mise en œuvre autrement que théorique de la décentralisation.

Je n’ai aucun des deux aujourd’hui et ce n’est pas faute de l’espérer mais je ne crois pas une seconde que les quelques petites fonctionnalités techniques fassent la différence vis à vis d’un réseau qui est quasiment passé dans le langage courant, soutenu par une entreprise qui peut mettre des dizaines millions sur la table du jour au lendemain.

Il est temps d’arrêter de croire que tous les problèmes sont techniques et peuvent se résoudre avec des lignes de code. Faire un système de publication décentralisé c’est (relativement) simple. D’autres l’ont déjà fait et ce n’est pas ça qui bloque. L’enjeu pour sortir de la centralisation de Twitter se situe ailleurs.

18 réponses sur “Mon problème avec Mastodon”

  1. Il n’est plus possible de s’inscrire sur l’instance première mastodon.social. Il va falloir en choisir une autre pour jouer. Pour y croire c’est une autre histoire…

  2. Enfin ! Ça devenait lassant de lire partout que la révolution était en marche, sans réflexion un peu objective. Il faut savoir raison garder. Je ne doute pas que Mastodon soit une belle pièce logicielle mais encore faudrait-il que ça ne devienne pas un sujet que l’on évoquera de loin en loin dans quelques années. Au fait, comment se porte Diaspora* ?

    1. Bonjour,
      J’utilise Diaspora tous les jours, ça fonctionne sans problème et il y a du contenu intéressant comme sur les autres réseaux.
      Pour le côté décentralisé, 326 instances sont référencées sur le site the-federation.info, soit une centaine de plus que Mastodon.
      Il y a environ 65 000 utilisateurs actifs sur Diaspora, donc contrairement aux très gros réseaux (Facebook pour ne pas le citer) on n’y retrouve pas tous ses contacts. C’est dommage mais ça ne retire rien aux qualités du réseau.
      La fonctionnalité de migration de compte (une des critiques de cet article) est en cours de développement chez Diaspora.
      En espérant que ça réponde à la question !

  3. Je n’ai pas non plus l’impression (mais j’ai peut-être raté un truc) qu’on puisse lire un contenu public sans être soi-même connecté au réseau. C’est gênant pour repartager un contenu sur d’autres réseaux.

  4. Effectivement la question de la décentralisation ne parle qu’aux geeks… Après deux jours d’usage et une fois retrouvé les mêmes contatcs que sur Twitter, so what? On fait quoi? Ce me rappelle Ello… une fois passé l’engouement d’une niche geek, tout le monde est retourné tranquillement sur Facebook…

  5. Je ne vois pas de contre argument et cet article qui continuellement relayé, ça m’agace un peu.

    J’hésite toujours à réagir ici. Voilà je me lance:

    Avant tout, j’aimerai savoir si tu as créé un compte sur une instance ?

    J’avais à peu près la même opinion ou plutôt intuition. Je reste à l’écoute, je ne vais pas défendre jusqu’à la mort cet outil. Des réseaux sociaux on en a vu plein mourir dans l’œuf et alors… au pire c’est le développeur / porteur de projet qui part dépression parce qu’il s’est investi cœur et âme.

    Ce que je veux dire c’est que ton article est paradoxal. Tu montres que c’est grâce à la communauté qu’un réseau va fonctionner et non la technique.
    Et ton jugement sur mastodon montre que c’est la faute à la technique si la communauté ne va pas « fonctionner ».

    À mon avis, il faut juste attendre que cette phase de pur nombrilisme s’estompe (« bla maston caytropb1en bla ») et voir l’évolution de l’activité et des communauté qui l’a compose.

    https://mastodon.xyz/@dey/19951

    J’espère que « ton problème » est une opinion et qu’elle n’est pas définitive.

    PS: ne comparez pas diaspora et mastodon. Il n’y a que la technique qui les fait se ressembler (et je me répète il est question de gens)

    1. Je vais répondre au point qui me semble important : Oui ce n’est qu’une opinion. Oui ça évoluera forcément en fonction de ce que je verrai. Et à vrai dire je ne demande qu’à voir mes interlocuteurs passer suffisamment en masse là bas pour y aller aussi.

      En fait ce n’est même pas un « ça ne fonctionnera pas ». On est sur des réseaux sociaux et il est très difficile de prévoir s’il y a un truc qui fera boule de neige dans un sens ou dans l’autre. Je n’aurais certainement pas prévu ce que Twitter est devenu par exemple.

      Comme d’autres l’ont dit, que tout le monde ne migre pas de twitter à mastodon n’empêchera pas certains d’y être, longtemps, et avec satisfaction (et c’est très bien ainsi).

      Mon problème c’est que je ne vais pas utiliser deux réseau doubler tout ce que je dis, et jongler avec un outil de plus. J’irai là où sont les gens que je veux lire et les gens à qui je veux écrire. Aujourd’hui ils sont sur Twitter. J’ai cherché ce qui pourrait faire que ça change… et je ne vois pas de raison suffisante, aujourd’hui.

      Peut-être qu’il y en aura une plus tard. Peut-être que je n’ai pas vu et que personne ne m’a pointé celle qui existe déjà. Peut-être n’y en a-t-il pas mais qu’il y aura un mouvement qui fonctionnera quand même. On verra.

  6. Salut Mister,

    C’est très vrai, tout ça ! Combien de nouvelles technos ont été hypées par la sphère informatique comme « une révolution en marche » pendant quelques mois avant de sombrer dans l’indifférence, ayant été incapables de se rendre attirantes pour le public !

    Et je ne trouve rien dans Mastodon qui n’existe pas déjà dans Diaspora* (comme suggéré par MV).

    Bref, c’est un problème humain. Et à ce sujet, connaissez-vous le bon Aral Balkan, son site ind.ie et son super « Ethical Design Manifesto » (https://ind.ie/ethical-design/) ? C’est grosso modo ce que défendent ces bons apôtres : le design éthique est constitué d’abord du respect des Droits de l’Homme (et de la Femme) (vie privée, logiciel libre…), ensuite du respect de l’Effort (une interface claire qui ne demande pas un Bac+5 en Informatique pour s’y retrouver), et enfin l’Expérience Utilisateur (que ça soit joli, agréable, plaisant…).

    La Silicon Valley s’en sort très bien sur les 2e et 3e points : « it just works » (ça marche tout seul), et c’est souvent méga beau et bien foutu (material desiiiign, owi owi). Par contre les Droits Humains ils s’assoient dessus.
    À l’inverse, si les projets libristes se plantant souvent autant, c’est qu’ils s’intéressent certes principalement aux Droits Humains (et encore, quand l’aspect « décentralisé » n’est pas mis à mal par un serveur monopole), mais qu’ils oublient (au moins) le respect de l’Effort (Diaspora, il faut y passer du temps pour comprendre le fonctionnement des nodes. Puis c’est assez moche, mais ça c’est mon avis).

    Bref, ce n’est que quand on sortira une technologie qui, en plus de respecter des Droits Humains, aura une vraie plus-value en termes d’expérience utilisateur (de fonctionnalités stylées etc.) et d’esthétique que les libristes pourront espérer grapiller du marché aux GAFAM.

    Bisous ! (Et allez écouter Aral Balkan, il parle super bien !)
    Adrien

  7. Bonsoir,

    Je trouve fort dommageable de lire « Il est temps d’arrêter de croire que tous les problèmes sont techniques et peuvent se résoudre avec des lignes de code » quand une partie non négligeable de l’argumentaire repose sur un manque de fonctionnalité (même si factuellement la décentralisation n’est pas parfaite, ce n’est pas un argument dans le contexte cité).

    Du reste, l’histoire à démontré que la faculté de faire migrer une masse importante d’utilisateur n’est pas fondamental à la réussite d’un réseau social. Avant facebook on a eu beaucoup de réseau sociaux, rien n’a été prévu pour faire une migration d’ancienne plateforme vers la nouvelle de l’époque (que du contraire le réseau était relativement fermé).

    Il s’agit d’un fork qui a mis en avant ses valeurs avant le reste et même s’il ne survit que quelques mois, c’est une expérience enrichissante pour ceux qui y participe.

    Tu sembles te battre contre l’existant, hors pour remplacer l’existant il ne faut pas le combattre, juste proposer quelques choses de différent que les gens apprécient d’avantages.

    1. Il y a plusieurs choses alors je sépare mes réponses.

      > quand une partie non négligeable de l’argumentaire repose sur un manque de fonctionnalité

      Sur l’aspect décentralisation mon argument parle technique mais le sujet ne l’est pas. Il s’agit de savoir de quoi je suis dépendant, comment et pourquoi. La question me parait d’autant plus pertinente que c’est la raison d’être de Mastodon si j’ai bien compris.

      Bref, savoir si tout ce que je fais c’est aller sur un autre espace fermé ou si j’aurais la liberté de ne pas recommencer le même problème, ça n’est pas une question technique, même si derrière je parle d’une fonctionnalité technique comme solution.

      Moi ça me parait justement un argument central dans le contexte. Ce n’est que mon opinion, tu es libre de ne pas la partager, mais c’est bien le sujet de mon billet.

      > Du reste, l’histoire à démontré que la faculté de faire migrer une masse importante d’utilisateur n’est pas fondamental à la réussite d’un réseau social

      Je ne sais pas comment interprété ta phrase alors je vais répondre de deux façons :

      – La capacité de faire venir une masse importante d’utilisateur *est* fondamentale et l’histoire l’a justement prouvé. On peut certes avoir des réseaux de niche spécifiques à une communauté, mais dans l’ensemble beaucoup de gens sont sur Facebook ou Twitter parce que les autres y sont. Si la masse était ailleurs, alors ils seraient ailleurs aussi. Qu’ils aiment twitter ou facebook est presque insignifiant dans l’équation.

      Des réseaux qui ont échoué à cause de ça il y en a plus d’un. On peut parler de G+ sur le social mais, même si le domaine est un peu différent, le plus éclatant là dessus c’est l’histoire de Jabber. Technique ok, logiciels ok, UX ok, soutiens de l’industrie ok, tout est au vert mais la masse étant sur MSN, personne n’a abandonné MSN et ça a fait flop (je résume une histoire plus complexe que ça, je sais).

      Bref, des fois ça fonctionne, il y a quelque chose qui fait boule de neige et ça entraine jusqu’à la masse critique. Peut-être que ça le fera ici. Je dis juste que je ne vois aucun élément qui donne à penser que ça fonctionnera. Depuis il y a eu de la presse. Ca peut aider, même si je ne pense pas que ça suffise.

      – L’histoire n’a pas montré qu’il y a besoin d’une fonctionnalité de migration. C’est vrai. Mais l’histoire a surtout des exemples centralisés. Je me suis arrêté sur l’aspect de décentralisation qui est un de mes dadas. Probablement d’ailleurs que sinon je n’aurais même pas jeté un œil à Mastodon.

      Par contre, si la migration n’a pas dans l’histoire été au centre des débats, ça bouge. Il y a des projets de loi sur les migrations de compte email chez les FAI français. Les réseaux commencent sous la pression à proposer des archives à télécharger pour récupérer l’historique, etc.

      Après des réseaux sociaux décentralisés qui ont fonctionné ça ne court pas les rues, donc forcément les exemples pour savoir si une fonctionnalité de migration est essentielle ou pas… on est dans l’opinion. Je dis juste que sans ça l’intérêt de la décentralisation pour ce type d’usage me parait assez gênant.

      > c’est une expérience enrichissante pour ceux qui y participe.

      Probablement. Je ne dis pas le contraire. Je n’y ai mis aucune critique.

      > juste proposer quelques choses de différent que les gens apprécient davantage

      Justement. Il faut du différent, et que ce différent soit assez important pour que la première moitié de ceux qui vont migrer trouvent l’effort et le risque suffisamment intéressants. Ces gens là vont soit tout faire en double, soit abandonner leurs relations sociales précédentes. Ce n’est pas rien.

      Aujourd’hui je ne vois que des petits changements de surface et le côté décentralisation. Le côté décentralisation ne me convainc pas faute de pouvoir réellement en profiter (pas de migration)… j’ai un problème. Mon billet ne dit que ça.

  8. En ce qui me concerne, je ne suis pas certain du tout que ce qui s’est passé ces derniers jous sur Mastodon ait quelque chose à voir avec sa décentralisation ou son côté technique, même si effectivement un paquet de nerd libriste a débarqué aussi, mais pas que, loin de là.

    Mastodon ne fait jamais qu’implémenter des protocoles existant et déjà éprouvés ailleurs (ce qui fait râler les utilisateurs de GNU social en mode : c’est nul ce truc, c’est mal fait et d’abord GNU Social existait avant, etc.) Alors pourquoi Mastodon plutôt que d’autres ?

    J’y vois l’espoir d’y retrouver un entre-soi qui n’existe plus sur twitter, et quelques petits tricks dans l’UX : timeline chronologique, absence de pub…

    Mais surtout, la possibilité de voir tous les posts passer sur une timeline : si Mastodon prend, la raison tiens à mon au simple fait de l’existence de ces fils (timelines globales et locales). Parce qu’il y a toujours de l’activité, et donc possibilité d’interaction, même si nos contacts sont muets et inactifs.

  9. Le but d’un nouveau réseau ne devrait pas être forcément de détruire le précédent, ni nécessairement d’embrasser les autres. Tentons une analogie idiote. Je crée un nouveau sport, mais il faut qu’il soit compatible avec le $SPORT_POPULAIRE_DANS_CE_PAYS parce que sinon tous mes copains avec qui je joue ne seront pas dans ce nouveau sport.

    Je pense que l’effort de Mastodon est intéressant. Et si le réseau vit 10 ans avec 10 utilisateurs pourquoi pas. C’est même en quelque sorte une meilleure garantie de longue vie qu’un réseau de millions qui attirera les requins.

    Ce que je trouve dommage à Mastodon pour l’instant, c’est comme nombre de ces initiatives, c’est que c’est bien trop compliqué à installer et gérer même pour un geek. Et probablement l’une des raisons est comme d’habitude l’assymétrie du réseau (avoir une machine chez soi avec une ip fixe pour installer un serveur). Pourquoi ? Parce que si nous avions des machines facilement présentes sur le réseau, nous pourrions avoir des applications prêtes à cliquer avec des UIs simples. (Se souvenir des macs dans les universités avec Macjordomo et MacMail Server) ou encore ce que fait maintenant MacOS server (avec postfix par exemple)
    https://www.apple.com/macos/server/features/#communications

    Car au final une UI simple et belle sur un serveur, cela démocratise énormément, mais sans avoir accès à une machine serveur, c’est la plaie.

  10. Remplacez tout les « instances Mastodon » par « fournisseur mail » dans l’article, puis relisez.

    Si on te suis, ben les mails n’existent pas. Et pourtant…

    1. Sauf que tu n’as pas suivi. Bien sûr qu’un réseau décentralisé peut fonctionner. Il n’y a pas que les emails d’ailleurs.

      Mais les e-mails existent. C’est justement ça la différence. Je n’ai pas besoin de changer de système et donc de raison pour le faire.

      Tu n’as jamais envoyé un e-mail dans le vide parce qu’il n’est pas arrivé ou parce que le destinataire utilise désormais une autre adresse parce qu’il a changé de fournisseur d’accès ? Jamais pesté contre le spam ou les abus difficiles à contrôler à cause de la décentralisation ?

      Je ne critique pas l’email, le système est top quelque part.

      Le problème c’est qu’utiliser un système avec ces défauts est une chose. Migrer vers un nouveau système qui a ces défauts en est une autre.

      Pour migrer, surtout si je vais jongler un moment à cause de l’incompatibilité, il va falloir que j’ai significativement mieux.

      Une des différences majeures est là. Une autre est que l’email tu envoies des messages à des destinataires. Celui qui fait l’action va faire attention à avoir les bonnes adresses, ou s’assurera qu’il a des réponses.

      Sur twitter / mastodon c’est le contraire. Je publie et les gens s’abonnent. Si tu t’abonnes à la mauvaise adresse tu ne reçois rien mais personne ne te préviendra de quoi que ce soit.

      La sauce Mastodon commence à prendre. Je serai heureux de me tromper sur l’avenir de Mastodon, mais si tu crois que l’existence de l’email contredit le problème, c’est que tu n’as embrassé que la vision technique (oui c’est décentralisé) et pas le côté usage.

  11. Bon on est en 2018 et Mastodon existe toujours et il est trés actif et je ne suis pas sur l’instance princiapal et je ne me sens pas isolé.
    Et en plus il y a hubzilla et son identité nomade. Tu migres et tu gardes tous tes contacts et ton contenu ça c’est l’avenir-

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J'utilise encore les commentaires mais je ne garantis pas qu'ils seront en ligne de façon permanente.

Vous êtes incités à lier et commenter ce billet depuis votre propre espace. Si votre outil gère les Web mentions votre publication sera automatiquement référencée ici au bout d'un moment. À défaut, vous pouvez poser le lien ci-dessous.