Media Can Avoid NYPD Arrest By Getting Press Pass They Can’t Get


Outre la petite histoire de la police qui demande des passes presse qu’elle ne propose pas de donner, il y a là un problème de fond avec cette crois­sante habi­tude de deman­der des cartes de presse pour auto­ri­ser quelqu’un à filmer ou à se trou­ver sur un lieu pour rappor­ter un événe­ment.

C’est pour moi tota­le­ment contraire au prin­cipe même de liberté d’ex­pres­sion, liberté d’in­for­ma­tion, et capa­cité du citoyen à contrô­ler ce qu’il se passe. Le jour­na­liste est un profes­sion­nel qui fait de l’in­for­ma­tion son métier. Forcé­ment, on lui donne des accré­di­ta­tions parce que parfois il faut contrô­ler des entrées, gérer des rela­tions avec les jour­naux, etc. Main­te­nant rien ne doit rendre néces­saire un statut spécial avant de rappor­ter, enre­gis­trer ou être témoin d’évé­ne­ment.

C’est ainsi qu’on dérobe au citoyen son droit à l’in­for­ma­tion. Ce droit n’est pas une délé­ga­tion ni réservé à une profes­sion, c’est un droit person­nel de chacun. C’est d’ailleurs quand l’État veut restreindre la portée ou la diffu­sion d’un événe­ment public qu’on commence à deman­der des accré­di­ta­tions, ce qui marque bien que l’objec­tif est d’al­ler contre l’in­for­ma­tion et le témoi­gnage.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.