Les inéga­li­tés de salaires dimi­nuent-elles vrai­ment ?


Données brutes : Le ratio entre les 10% les mieux payés et les 10% les moins bien payés a tendance à se réduire. Il était de 3,4 en 1950, presque 4,2 en 1966, et tombe main­te­nant en dessous des 3.

L’idée va plutôt contre les préju­gés. Les classes aisées ne le sont pas tant que ça, et on bascule vite dans les déciles les plus haut.

Cette évolu­tion s’ac­com­pagne toute­fois d’une montée forte des dépenses obli­ga­toires comme le loge­ment ou le chauf­fage. Il serait inté­res­sant de regar­der si le ratio évolue dans le même sens si on ne prend en consi­dé­ra­tion que le revenu après dépenses obli­ga­toires. J’en suis moins convaincu mais je manque de chiffres.

Par contre là où l’ana­lyse est inté­res­sante, c’est que si ça s’écrase entre le premier et dernier décile, c’est surtout au béné­fice des derniers centiles. Les reve­nus et le poids des 1 à 3% les mieux payés s’en­volent.

En dix ans les moins riches ont évolué un peu plus vite que les classes moyennes. La répar­ti­tion est même éton­nam­ment homo­gène aux alen­tours de 6%. Seuls les trois premiers déciles béné­fi­cient d’un léger coup de pouce avec un gain montant jusqu’à 10%.

Là où c’est éton­nant (ou pas), c’est que le gain se fait légè­re­ment plus fort à partir des 95%, puis encore plus à partir des 98%, pour culmi­ner à 11% pour le dernier centile. Les 2 à 3% les plus riches font une échap­pée diffi­cile à justi­fier. Mais quand on regarde encore plus en détail, le dernier millième (les 0,1% les plus riches) augmentent eux de 28%.

Bref, l’apla­tis­se­ment du ratio entre le premier et le dernier décile n’est pas forcé­ment un bon signe, c’est juste le symp­tôme qu’une très faible mino­rité des plus riches est en train de lâcher tous les autres, qui se retrouvent dans le même bain que les classes moyennes. En regar­dant de loin la société semble plus égali­taire, en regar­dant de près c’est tout l’in­verse.

1996 2006 Gain en euros Gain en %
10 % touchent un salaire infé­rieur à : 1 251 1 382 131 10,5%
20 %… 1 418 1 551 133 9,4%
30 %… 1 572 1 702 130 8,3%
40 %… 1756 1865 108 6,2%
50 %… 1 931 2 050 119 6,2%
60 %… 2 149 2 282 133 6,2%
70 %… 2 448 2 599 151 6,2%
80 %… 2 921 3 102 180 6,2%
90 %…* 3 905 4 146 241 6,2%
95 % … 5 102 5 471 369 7,2%
98 %… 7 133 7 725 592 8,3%
99 %… 8959 9 995 1 036 11,6%
99,9 %… 19 374 24 800 5 426 28,0%
,

Une réponse à “Les inéga­li­tés de salaires dimi­nuent-elles vrai­ment ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.