[Lecture] Mento­ring a New Hire


Extraits de The Mana­­­­­­ger’s Path

I didn’t know how to ask for help, and I was afraid that I would be seen as a fool if I did.

Le message que je trans­mets aux nouveaux c’est « Pose toutes les ques­tions main­te­nant, même celles qui te paraissent honteuses, parce que plus tu tardes plus tu auras honte de ne toujours pas savoir. L’in­té­gra­tion dans l’équipe t’offre l’op­por­tu­nité de le faire. » Le reste de l’on­boar­ding autour s’as­sure juste­ment qu’on fait le plus de choses dans les premières semaines pour savoir faire et que juste­ment, si ques­tion il y a, elle appa­rait le plus tôt possible. C’est gênant pour tout le monde si un ingé­nieur là depuis un an pose une ques­tion sur un outil d’usage quoti­dien (mise en prod, lecture des logs, etc.)

C’est ce que j’ai trouvé pour encou­ra­ger les ques­tions les premières semaines. En réalité je ne suis pas satis­fait de se message parce qu’il renforce l’idée qu’il y a des ques­tions qu’on ne devrait pas poser après un certain temps, et parce que je joue sur les complexes pour encou­ra­ger le compor­te­ment souhaité.

C’est ce qui me fait réagir sur cette cita­tion : Mettez en place un envi­ron­ne­ment où chacun se sent en toute sécu­rité à poser une ques­tion sur quelque chose qu’il ne sait pas. Ça implique de couper toute critique de la ques­tion, et remettre à leur place tous ceux qui répon­dront par « tu devrais le savoir » ou autre « quel noob ».

Poser une ques­tion c’est faire preuve d’hu­mi­lité, et ça sera toujours mieux que de faire semblant ou que de rester dans l’igno­rance.

A more subtle unspo­ken rule dictates approxi­ma­tely how long you are expec­ted to struggle with some­thing by your­self before asking someone else to help you.

C’est la règle impli­cite que j’ai vu partout, avec un « commence par cher­cher » dédai­gneux. Je la trouve toxique et contre-produc­tive.

Je fais confiance à la personne pour se rendre compte du temps qu’elle prend aux autres et de savoir si elle peut obte­nir sa réponse seule plus effi­ca­ce­ment. Je n’ai pas besoin de la forcer à tour­ner en rond pendant deux heures avant de poser sa ques­tion.

À l’op­po­ser, je n’ai pas envie de lui inculquer qu’on doit poser la ques­tion au bout de deux seules heures si ça coûte moins cher de cher­cher seul.

Infor­mez des coûts et faites confiance aux personnes qui ont des ques­tions. Le coût éven­tuel de poser des ques­tions trop faci­le­ment est insi­gni­fiant par rapport au risque d’une culture de défiance vis à vis du fait de poser des ques­tions.

Your job as a new hire mentor consists of onboar­ding, helping this person adjust to life in the company effec­ti­vely, and buil­ding your and her network of contacts in the company.

Le mentor peut-être un pallia­tif effi­cace. Il a du temps dédié et c’est son rôle. On fait sauter un peu de réti­cences et on ne peut pas répondre que la ques­tion génère de pertur­ba­tions : Le mentor est là pour ça.

Adopt the mind­set that network buil­ding is a worthw­hile invest­ment of your time and energy.

Et c’est vrai qu’on soit intro­verti ou extra­verti. Le rela­tion­nel interne a une valeur extra­or­di­naire, à la fois pour la société, pour son propre déve­lop­pe­ment et pour celui des autres.

Ce n’est pas une option pour ceux qui veulent faire du mana­ge­ment. C’est une étape indis­pen­sable pour deve­nir quelqu’un de meilleur, même si on choisi une orien­ta­tion d’ex­per­tise tech­nique.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.