[Lecture] Colo­nies et nazisme


[C]e formi­dable déve­lop­pe­ment techno-scien­ti­fique a produit une puis­sance jusque-là incon­nue qui a permis le déchaî­ne­ment de la colo­ni­sa­tion grâce aux armes à feu, et cette domi­na­tion sur le monde s’est faite non au nom de la problé­ma­ti­sa­tion mais de la néga­tion de la culture d’au­trui, au nom de la supé­rio­rité de la race blanche euro­péenne, supé­rio­rité qui a dominé toute l’his­toire de l’Eu­rope.

L’ur­gence et l’es­sen­tiel, Edgar Morin

À médi­ter, à l’heure où on a trop vite l’im­pres­sion que le nazisme de la seconde guerre mondiale est une atro­cité ponc­tuelle alors que c’est un mode de fonc­tion­ne­ment continu de notre conti­nent (au moins de celui-ci) depuis bien bien long­temps.

Je n’avais jamais envi­sagé les choses sous cet angle. Et si le capi­ta­lisme n’était qu’une suite de cette « néga­tion de la culture d’au­trui » au nom de la supé­rio­rité de la race riche ?

Colo­nies et nazisme, David Larlet

Réflexion avec beau­coup d’écho chez moi quand je vois le trai­te­ment de l’im­mi­gra­tion actuelle mais aussi la consi­dé­ra­tion qu’ont ces gouver­ne­ments élitistes pro-écono­mie pour les gens qui n’ap­par­tiennent pas à leur caste, et l’op­pres­sion quoti­dienne qui en découle.

,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.