L’éco­no­mie mondiale fait le bonheur des 1%


En 2015, 62 personnes possé­daient à elles seules les mêmes richesses que 3,5 milliards de personnes (soit la moitié la plus pauvre de l’hu­ma­nité), contre 388 personnes en 2010

— Media­part, qui se fait écho d’un rapport d’Ox­fam

On peut critiquer à loisir les méthodes de calcul et les partis pris pour obte­nir ce chiffres. Pour­tant, même en admet­tant toutes les critiques asso­ciées, j’échoue à ne pas voir ici plus qu’un gigan­tesque échec : une réelle inhu­ma­nité.

Quant à ceux qui ne peuvent accep­ter de se voir dépeindre en riches dans le monde parce qu’ils ont parfois du mal à joindre les deux bouts – si vous me lisez, vous êtes riches par rapport à la popu­la­tion mondiale. Pensez que si votre fille joue avec une pièce de 50 cents, c’est ce qu’ont des millions de personnes pour vivre aujourd’­hui : se loger, se laver, se nour­rir, s’ha­biller, se soigner, se chauf­fer.

Remet­tons les choses à leur place. La réalité ce n’est pas la diffi­culté pour joindre les deux bouts, c’est le soma­lien qui meurt de faim dans le désert humain le plus total, ou même simple­ment le SDF en dessous de chez nous qui ne va pas tarder à mourir de froid.

L’objec­tif n’est pas de faire du misé­ra­bi­lisme, mais d’ac­cep­ter de réflé­chir à autre chose que nous-même.

Et pour ceux qui voudraient trou­ver plein d’ex­pli­ca­tions tout en reje­tant l’idée d’un accrois­se­ment drama­tique des inéga­li­tés entre le 1% et les 99% restants, ce graphique montre tout :

capture-d-e-cran-2016-01-18-a-07-30-38

,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.