Le mythe du modèle alle­mand


À force de se servir du modèle alle­mand comme excuse pour lancer toutes les réformes qui posent un problème social, on oublie que l’Al­le­magne n’est pas un modèle, juste­ment.

Il y a certai­ne­ment des choses bien, mais qui ne sont pas répli­cables telles quelles chez nous car tout ce qu’il y a autour n’est pas iden­tique, popu­la­tion comprise. Mais il y a aussi plein de défauts qu’on oublie, dont une partie de la popu­la­tion pauvre, au chômage, ou bloquée dans des emplois sous-payés qui est plus forte que chez nous.

Ne croyez pas Jean-Luc Mélan­chon : véri­fiez, faites même des recherches complé­men­taires. Mais je cous préviens, vous risquez d’être un peu tendu la prochaine fois qu’on vous parlera de copier le modèle alle­mand.

Même s’il n’est pas parfait non plus, et si nous copions plutôt les modèles des pays nordiques, qui eux ont une qualité de vie indé­nia­ble­ment meilleure ? Bon, les solu­tions à appliquées seraient un peu à l’op­posé de celles que nous envi­sa­geons actuel­le­ment.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.