La prochaine guerre numé­rique pour se passer de l’État


L’ar­ticle de contre­points fait la part belle à la logique d’op­po­si­tion mais il mérite d’être lu. Dans la prochaine guerre numé­rique pour se passer de l’État, ce qui risque d’ar­ri­ver, c’est effec­ti­ve­ment la prise de contrôle des outils et du réseau par des groupes civils non gouver­ne­men­taux.

Sans parler de lancer ses propres satel­lites (ce qui l’air de rien n’est pas du tout irréa­li­sable), monter des sous réseaux chif­frés à l’in­té­rieur des réseaux actuels est quelque chose qui risque d’ar­ri­ver très vite.

Les outils sont fina­le­ment déjà acces­sible, il ne manque qu’un peu de volonté, un peu de ras le bol. Soit les états poussent la logique jusqu’au bout en assu­mant un contrôle géné­ra­lisé et l’in­ter­dic­tion des outils crypto, soit on finira vite par reve­nir à du chif­frage ou de la signa­ture de bout en bout et des inter­ac­tions de pair à pair (non, je ne parle pas de contre­façon, mais bien des usages courants).

Nous n’en sommes pas si loin, et ce ne serait pas forcé­ment un mal.


2 réponses à “La prochaine guerre numé­rique pour se passer de l’État”

  1. Le chiffrage de bout en bout est déjà courant sur le p2p.
    Je pense que l’état ne pourra jamais interdire de chiffrer des paquets, contrôler le réseau oui, mais jamais empêcher le chiffrement du contenu.
    Il se peut également que certaine grosse sociétés de l’internet se mettent à breveter tout ou partie de l’internet… et elles auraient donc l’autorisation et la possibilité de contrôler et de connaitre le contenu des données qui y circulent.

  2. C’est sans doute trop binaire de dire que la situation sera soit un contrôle de l’état, soit des réseaux parallèles ou du cryptage. Surtout que si on avait à définir les choses de façon binaires, je mettrait ces deux fait ensemble.
    En effet, c’est si le contrôle étatique se renforce que les réseaux parallèles et cryptés apparaîtront, que l’Internet se segmentera à moins que des groupes tels que le CCC créent un nouveau réseau mondial.
    A l’opposé, si les peuples reprennent le contrôle des états, les faisant reculer sur leurs lois liberticides, Internet pourra rester un réseau libre où l’information (et le porn XD) est reine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.