Is Crea­tive Commons harm­ful ?


Je ne suis pas loin de rédi­ger un texte « Crea­tive Commons is harm­ful ».

Je voyais d’un bon œil tout ça au début : On incite les gens à libé­rer un peu leur créa­tions au lieu de les lais­ser en « tous droits réser­vés » par défaut. Le mouve­ment a pris de l’am­pleur et a fait connaitre l’idée de diffu­sions large des œuvres.

D’une certaine manière c’est une réus­site : Les gens savent qu’il existe une possi­bi­lité de diffu­ser des oeuvres sous licence ouverte. Ils savent que ça a du sens, et il y a un vrai mouve­ment derrière qui ne se résume plus à quelques geeks radi­caux du libre.

Main­te­nant il est temps de vite chan­ger le fusil d’épaule : Les Crea­tive Commons deviennent une licence par défaut pour… restreindre l’usage. Je parle là de l’ap­pli­ca­tion par défaut d’une licence CC pour des œuvres du domaine public ou des repro­duc­tions tech­niques de ces œuvres (numé­ri­sa­tion des livres, photo des œuvres) et plus géné­ra­le­ment pour des objets imma­té­riels qui ne sont norma­le­ment pas couverts par le droit d’au­teur.

La licence CC devient une façon de marquer sa propriété (même quand elle n’existe pas léga­le­ment). Le « BY » se fait telle­ment fort qu’il n’est plus possible d’ex­pri­mer quoi que ce soit sans avoir une horde de « quelqu’un l’a dit avant toi » ou « cette demi-phrase est inspi­rée de … tu dois suivre la licence ».

Bref, au lieu d’ou­vrir l’es­pace, on est en train de le refer­mer. Il y a bien un léger mouve­ment vers une CC0 mais il est loin de compen­ser le reste.


2 réponses à “Is Crea­tive Commons harm­ful ?”

  1. Oui, en effet, c’est un usage dévoyé des licences Creative Commons et qui correspond en réalité à une forme de copyfraud. On rencontre de tels usages fautifs des CC chez certains établissements culturels français.

    Ex : http://numelyo.bm-lyon.fr/f_view/BML:BML_02EST01000A16DUR000714

    Ex: http://www.numerama.com/magazine/25562-des-manuscrits-medievaux-places-sous-droits-d-auteur.html

    Néanmoins, je trouve le titre de ton billet un peu excessif. Il y a des centaines de millions d’oeuvres sous Creative Commons sur la Toile. Les usages fautifs représentent sans doute une petite proportion seulement.

    Ensuite, les licences CC utilisées ainsi sur des oeuvres numérisées du domaine public n’ont strictement aucune valeur, faute de fondement valide. Le mieux est de ne pas les respecter du tout, ou, encore mieux, de reposter les images sur des sites comme Wikimedia Commons pour les « libérer » vraiment.

    Enfin, si l’on veut être vraiment rigoureux, il vaut mieux utiliser la Public Domain Mark plutôt que la CC0, lorsque l’on diffuse du domaine public numérisé.

    J’avais fait un billet de synthèse à ce sujet : http://scinfolex.com/2012/11/11/bibliotheques-musees-exemples-de-bonnes-pratiques-en-matiere-de-diffusion-du-domaine-public/

  2. C’est normal. Il y a un contexte historique à tout développement. Les licences CC ont été développées dans un contexte où le partage et l’utilisation commerciales étaient très hostiles.

    Tu devrais lire le blog de Mike Linksvayer en général mais en particulier Upgrade to CC0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.