Catégories
Discriminations Terrorisme

Il prie à l’hô­pi­tal et se fait inter­dire l’en­trée : instant de vie d’un musul­man ordi­naire

[S]a maman, âgée de 74 ans, fait en octobre de cette année-là une rupture d’ané­vrisme.

Dans le coma, elle est prise en charge au centre hospi­ta­lier Sainte-Anne. Depuis le premier jour, Momo Roots force mon admi­ra­tion. Il ne quitte jamais sa mère. Il dort dans sa voiture garée sur le parking de l’hô­pi­tal et passe toutes ses jour­nées auprès d’elle. Des membres du person­nel sont touchés par son compor­te­ment exem­plaire. Mais Momo Roots agace aussi. Il s’inquiète pour la santé de sa maman, inter­roge beau­coup, inter­pelle parfois sur les trai­te­ments admi­nis­trés ou des prises en charge théra­peu­tique qui, à ses yeux, semblent tarder à se mettre en place.

Assez vite, il a le senti­ment que la psal­mo­die du Coran à mi-voix qu’il dispense à sa maman la soulage. À l’is­sue de deux mois de coma, elle reprend connais­sance.

Une histoire heureuse, racon­tée par le Nouvel Obs, mais dans l’em­bal­le­ment actuel un musul­man qui prie c’est forcé­ment grave. Email interne à l’hô­pi­tal :

« Je pense qu’il faut inter­ve­nir de façon urgente et inter­dire l’ac­cès à l’hô­pi­tal à cet indi­vidu. D’ailleurs, je l’ai vu dimanche soir prier à haute voix dans la chambre de sa mère à 21 h !!!!! Pas de lais­ser aller avec les terro­ristes qui qu’ils soient ! Courage pour l’équipe. »

Simple racisme et assi­mi­la­tion, mais il n’en faut pas plus :

Quelques jours avant Noël 2015, la sanc­tion tombe : il n’est plus le bien­venu dans l’éta­blis­se­ment. Ses visites sont limi­tées à deux heures par jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *