Il faut augmen­ter (très vite) notre produc­tion élec­trique


J’en ai un peu marre de voir l’op­tion « sobriété éner­gé­tique » sortie rapi­de­ment pour propo­ser d’évi­ter d’aug­men­ter notre produc­tion élec­trique.

L’éner­gie élec­trique repré­sente grosso modo 25% de notre consom­ma­tion éner­gé­tique. Le reste est essen­tiel­le­ment de la combus­tion d’éner­gie fossile et c’est ça qu’il faut élimi­ner le plus rapi­de­ment possible.

Alors je vous propose un petit calcul :

  • On prend l’hy­po­thèse d’une poli­tique de sobriété excep­tion­nelle et on arrive à divi­ser par deux notre consom­ma­tion éner­gé­tique. Je n’y crois pas une seconde, vous non plus, mais faisons semblant d’ar­ri­ver à cet exploit. On divise par deux la consom­ma­tion d’élec­tri­cité, et par deux la consom­ma­tion non élec­trique.
  • Il reste encore beau­coup de combus­tion d’éner­gie fossile. On peut profi­ter d’un mix élec­trique très peu produc­teur de CO2 et utili­ser de l’élec­tri­cité à la place. Mettons qu’on arrive à rempla­cer la moitié de la combus­tion d’éner­gie fossile restante par de la consom­ma­tion d’éner­gie élec­trique. C’est là aussi une hypo­thèse assez peu réaliste mais imagi­nons, pour l’exer­cice.

Même avec ces deux hypo­thèses très peu attei­gnables, nous voilà avec un besoin d’aug­men­ter notre produc­tion élec­trique de 25%.

Je vous laisse imagi­ner un scéna­rio avec des hypo­thèses plus réalistes et refaire le calcul. La réalité c’est qu’il faudrait doubler notre produc­tion élec­trique, et que même avec ce double­ment, ça deman­de­rait aussi d’énormes efforts de sobrié­tés. Les deux ne s’op­posent pas.

Ne comp­ter que sur la sobriété c’est déjà échouer.

https://twit­ter.com/AEffon­dre­ment/status/1507664997748547585
,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.