HSBC joue l’arme de la publi­cité face aux « articles hostiles »


[Le direc­teur géné­ral de HSBC] a docte­ment expliqué que sa banque avait « recours à la publi­cité pour vendre plus de produits bancaires », et qu’en consé­quence, « ça ne fait aucun sens de placer une publi­cité à côté d’une couver­ture jour­na­lis­tique hostile ».

[…]

Ces décla­ra­tions font suite à la démis­sion spec­ta­cu­laire de Peter Oborne, édito­ria­liste au Daily Tele­graph. Mardi 17 février, celui-ci a accusé le quoti­dien d’avoir sous-couvert les révé­la­tions « SwissLeaks » pour proté­ger son chiffre d’af­faires publi­ci­taire. La banque avait déjà privé le quoti­dien britan­nique de budgets publi­ci­taires en 2012–2013 après une enquête sur la filiale HSBC de Jersey, avait révélé M. Oborne.

[…]

Ces pratiques ne sont pas rares dans les rela­tions entre médias et annon­ceurs.

— Le Monde

La banque a beau se parer d’un prag­ma­tisme et d’une logique à tout épreuve, et affir­mer – proba­ble­ment avec raison – que l’objec­tif n’est pas d’in­fluen­cer la couver­ture édito­ria­le… Vous avez une bonne raison pour payer les conte­nus que vous utili­sez, et parti­cu­liè­re­ment la presse.

Les modèles basés sur la publi­cité, même partiel­le­ment, ne seront jamais suffi­sam­ment libres pour servir de base à la culture, à la poli­tique, à l’in­for­ma­tion ou à la liberté d’ex­pres­sion.

Il y a très peu de jour­naux qui ne sont pas signi­fi­ca­ti­ve­ment basé sur la publi­cité. Abon­nez-vous à l’un deux. Je vous recom­mande Media­part, mais choi­sis­sez celui qui vous convient.

,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.