“Fadettes” : Orange veut attaquer l’Etat en justice


Je termine une petite série sur la télé­pho­nie mobile et la sécu­rité qu’on y porte avec l’af­faire des fadettes. Rien de neuf pour ceux qui suivent l’ac­tua­lité. L’État s’est affran­chit des règles en récla­mant trop faci­le­ment aux opéra­teurs des dizaines de milliers de demandes d’in­for­ma­tion.

Ces demandes permettent de connaitre l’iden­tité des titu­laires, leur compte en banque, leur adresse, la liste de leurs posi­tions géogra­phiques dans le temps, les numé­ros appe­lés ou reçus. Bref, une intru­sion magni­fique dans la société de surveillance que 1984 abor­dait tout juste.

Bien évidem­ment on s’en sert vite pour gérer le pouvoir et espion­ner les jour­na­listes ou les juges. Bien évidem­ment tout ceci est illé­gal. Bien évidem­ment, ceux qui en sont à l’ori­gine ne sont même pas suspen­dus de leurs fonc­tions.

L’ac­tua­lité est toujours une source d’hu­mour noir. “Fadettes” : Orange veut attaquer l’Etat en justice. Ils répondent à 10 à 15 000 demandes par mois (multi­pliez par 3 pour obte­nir les chiffres tous opéra­teurs confon­dus). Ça coûte cher et l’État aurait un arriéré de 50 millions d’eu­ros à payer. Dans sa grande magna­ni­mité, il propose de n’en régler que la moitié, ce que bien évidem­ment Orange ne peut accep­ter.

Mais outre le chiffre de 15 000 demandes par mois rien que pour Orange ou le montant fara­mi­neux de la dette pour payer ces demandes, il est inté­res­sant de noter un chiffre : Ce sont 160 personnes qui travaillent à temps plein chez Orange unique­ment pour inter­cep­ter factures détaillées, dont au moins une partie est réali­sée hors contexte légal au profit du pouvoir en place.

Ne comp­tons pas sur les opéra­teurs mobiles pour signa­ler le scan­dale d’eux même. Dans notre société l’éthique a peu d’im­por­tance. Par contre, dès qu’on parle de sous… Il faut dire qu’une société de surveillance à la 1984, ça coûte cher.


Une réponse à ““Fadettes” : Orange veut attaquer l’Etat en justice”

  1. « (L’État) propose de n’en régler que la moitié, ce que bien évidemment Orange ne peut accepter »
    Mais Bouygues et SFR auraient accepté de n’être payés qu’à moitié. Ça soulève quelques interrogations …

    Concernant un autre poste de dépense, les jurés en correctionnelle, voulus et obtenus par N. Sarkozy, vont coûter 20 M€/an à la justice …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.