Et si les banques centrales versaient de l’argent aux ménages ?


« en pous­sant à la hausse le prix de certains actifs, les rachats d’ac­tifs par la banque centrale ont boosté la richesse finan­cière des ménages (hors pensions), mais seuls 5% des ménages possèdent 40% de ces actifs ».

En résumé : le QE béné­fi­cie aux riches qui possèdent majo­ri­tai­re­ment des actifs finan­ciers, et très peu aux pauvres.

— Cita­tion de la banque d’An­gle­terre, via reve­nu­de­base

Il faut dire que les subven­tions en argent gratuit aux banques qui fina­le­ment ne font qu’a­li­men­ter les bulles finan­cières, ça commence à agacer un peu. On en est à faire des taux d’in­té­rêts néga­tifs, donc donner de l’argent pour que les banques veuillent bien s’en servir pour alimen­ter leurs spécu­la­tions. On touche les limites et l’ef­fet posi­tif tarde à montrer son ombre.

Nous affir­mons que les banques centrales doivent cesser d’es­sayer d’in­fluen­cer la dépense au travers de programmes d’as­sou­plis­se­ment quan­ti­ta­tifs. Ces derniers s’ap­puient sur des distor­sions de la valeur des actifs afin de rehaus­ser le niveau des prix. De tels programmes, quand ils n’échouent pas – comme c’est le cas dans la zone euro avec les Programmes de refi­nan­ce­ment à long terme (PRLT) du président Draghi – opèrent comme des méca­nismes de camou­flage ou entraînent des risques d’ins­ta­bi­lité via les bulles finan­cières. Il est temps aussi d’en finir avec les querelles sur les mérites des réformes struc­tu­relles, dépenses en infra­struc­tures et autres réformes fiscales.

Plus concrè­te­ment, nous propo­sons d’ac­cor­der aux banques centrales le pouvoir de trans­fé­rer des espèces direc­te­ment aux ménages. Cela repré­sen­te­rait pour elles un outil aussi nouveau que puis­sant.

— écono­mistes, via Libé­ra­tion

Le plus éton­nant dans l’his­toire c’est qu’il semble y avoir consen­sus pour dire que c’est jouable, et que l’ef­fet serait posi­tif. Il manque peut être un peu de courage pour passer de la théo­rie à la pratique, même si je ne sous-estime pas tous les problèmes qu’il y a à résoudre pour la réali­sa­tion pratique.

For hundreds of years central banks have injec­ted money in the economy through either banks and/or markets. That is what we know, and so we will certainly consi­der these ideas that are being discus­sed; they are being discus­sed everyw­here and the ECB is part of these discus­sions in acade­mic fora and in other circum­stances.

We should also not unde­res­ti­mate the legal aspects that would apply to the euro area and to the ECB, so one should ask the ques­tion whether this heli­cop­ter money is consistent with the Trea­ties and so on.

I saying this not as a way to prejudge deci­sion-making one way or another, but the gravity of the chal­lenges right now basi­cally would demand that we use all avai­lable instru­ments within our common know­ledge, and that is what we know now.

— Mario Draghi, via Posi­tive Money

Peu de chances que ça arrive ainsi, mais plutôt qu’en­core envi­sa­ger une usine à gaz de dossiers de prêts à monter, peut-être autant direc­te­ment essayer le prin­cipe du revenu de base, et faire confiance aux gens pour s’em­pa­rer des côtés posi­tifs. Le seul vrai risque c’est d’y aller à recu­lons et par demie mesure.

,

Une réponse à “Et si les banques centrales versaient de l’argent aux ménages ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.