Emploi, ou pas


Quel sera l’im­pact sur l’em­ploi, et donc de réduc­tion des défi­cits dont on sait qu’ils sont très large­ment créés par le chômage de masse. On sait que face à une réduc­tion du coût du travail, les entre­prises ont le choix entre en profi­ter pour augmen­ter leurs marges ou pour embau­cher. Mais ce choix s’ef­fec­tue sous de très fortes contraintes dans les petites entre­prises et avec un très fort biais en faveur des effets d’au­baine dans les grandes entre­prises. La réduc­tion sur 5 sala­riés payés au SMIC repré­sente 35% du coût d’une nouvelle embauche. Soit la demande reste atone et l’ef­fet posi­tif sur l’em­ploi sera nul même s’il peut y avoir un effet posi­tif sur la consom­ma­tion, soit la demande est en crois­sance et l’ef­fet d’au­baine sera très impor­tant.

Au total, le pacte de respon­sa­bi­lité va d’abord se traduire par un trans­fert signi­fi­ca­tif des charges vers un système fiscal qui reste très injuste

[source: Pacte d’ir­res­pon­sa­bi­lité]

Il est temps de penser l’em­ploi et le chômage autre­ment. Le plein emploi c’est fini, et ça ne date pas d’aujourd’­hui. La ques­tion est struc­tu­relle et n’a plus rien à voir avec le coût du travail. Le coût du travail entraîne unique­ment des oscil­la­tions sur une courbe qui ne fait que descendre depuis pas loin d’un siècle. Quand il y a remon­tée, c’est juste un arte­fact qui trompe la vision.

On peut – et on doit – penser répar­ti­tion du travail, mais même ça est du court terme. Ce qu’il faut c’est sortir de cette idée de « sauve­gar­der des emplois ». Il faut sauve­gar­der la protec­tion sociale, la vie commune, mais si cela se fait avec moins d’em­plois, ou avec un système de travail très diffé­rent : tant mieux.

Quelle est cette logique imbé­cile qui voudrait que travailler plus soit un objec­tif commun de notre société alors qu’on arrive à auto­ma­ti­ser jour après jour ? Pourquoi conti­nuer à penser en deux caté­go­ries : Ceux qui ont un emploi et ceux qui n’en ont pas ? Le revenu d’exis­tence est une piste. Ce n’est pas la seule mais il est temps de s’y mettre car on ne chan­gera pas de société en un an. Si on tarde trop on sera au pied du mur et ça passera par une révo­lu­tion, le sang, et le pire.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.