Do Not Track (enfin pas moi, les autres on peut)


DNT c’est le nom d’une petite entête qui peut être envoyée par votre navi­ga­teur pour deman­der aux éditeurs de sites et services web de ne pas vous tracer et stocker vos données person­nelles. L’idée est sédui­sante, surtout si les éditeurs en ques­tion acceptent de respec­ter cette demande, et c’est bien toute la problé­ma­tique.

L’im­po­ser à ceux qui n’en veulent pas

Les éditeurs n’ont bien entendu aucune envie de se passer d’au­tant de données et de possi­bi­li­tés. En même temps ils savent que s’ils ne font rien, un jour le raz le bol pour­rait deve­nir suffi­sant pour qu’on leur mette des bâtons dans les roues de manière durable et plus stricte. Du coup ils acceptent géné­ra­le­ment des chartes ou des méca­nismes d’opt-out, comme autant de soupapes pour satis­faire les plus radi­caux et comme preuves de bonne foi vis à vis des poli­tiques.

L’enjeu de DNT est là : Tant que le méca­nisme est confi­den­tiel, il sera accepté par certains éditeurs, comme une bonne soupape. Si le méca­nisme devient utilisé massi­ve­ment alors il sera vite mis au rebut car il tuerait toute l’ac­ti­vité. N’im­porte quel prétexte suffi­rait mais il n’y aura même pas besoin d’an­non­cer quoi que ce soit, il suffira de ne pas le respec­ter.

Mozilla : opt-out

Mozilla a choisi d’im­plé­men­ter DNT en le lais­sant désac­tivé par défaut pour ne pas déclen­cher cette bombe atomique et tout casser. Charge à chacun d’al­ler dans les préfé­rences pour l’ac­ti­ver manuel­le­ment. Seuls « ceux qui savent » (geeks et utili­sa­teurs avan­cés) iront modi­fier les confi­gu­ra­tions. Mozilla pourra dire que son navi­ga­teur implé­mente DNT alors que celui de Google ne le fait pas, les éditeurs de services auront leur soupape-prétexte pour éviter des risques plus impor­tants, et les geeks très au fait des ques­tions de vie privée auront leur option.

Ce qui me gêne dans l’équa­tion de Mozilla c’est qu’elle est très bien pour les commu­niqués de presse de tout le monde, mais qu’elle laisse pour compte 95% des utili­sa­teurs du navi­ga­teur dont proba­ble­ment l’es­sen­tiel auraient demandé à ne pas être tracés si on leur avait posé la ques­tion (vous en connais­sez beau­coup qui souhaitent être tracés ?).

Objec­tif à long terme

Il y a paraît-il un scéna­rio long terme avec une mise en œuvre progres­sive, et peut être un support de la loi. Fran­che­ment je n’y crois pas une seconde. Les socié­tés de data mining sont un lobby suffi­sam­ment puis­sant et bien orga­nisé pour ne pas se lais­ser prendre dans une telle souri­cière, surtout si elle est publique. Il y aura une fronde dès que ça devien­dra trop poli­tique, et un arrêt du support s’il y a risque d’uti­li­sa­tion plus massive.

Entre temps Mozilla aura simple­ment joué le jeu de ces socié­tés contre ses propres utili­sa­teurs, leur donnant simple­ment du temps avant le conflit ouvert qui ne pourra qu’ar­ri­ver si on conti­nue la pres­sion.

Micro­soft : opt-in

L’al­ter­na­tive n’est pas forcé­ment plus enga­geante. On peut poser la ques­tion à l’uti­li­sa­teur mais ce procédé atteint vite ses limites. C’est très désa­gréable pour l’uti­li­sa­teur et une fois qu’on commence on finit vite par lui deman­der de remplir un vrai formu­laire de police.

Il ne reste donc qu’à acti­ver DNT par défaut (et lais­ser ceux qui le veulent vrai­ment le désac­ti­ver, mais personne ne le fera), déclen­cher une utili­sa­tion massive, et mettre les éditeurs de service au pied du mur. Il y a toutes les chances que ça signe la mort de DNT mais au moins les choses auront été claires.

Mais alors ?

Je serai plutôt parti­san d’échouer vite et bien, pour lais­ser la place à d’autres initia­tives. Ça ne chan­gera peut être rien au final par rapport à la situa­tion de Mozilla, mais nous n’au­rons pas donné aux éditeurs de quoi faire semblant et obte­nir des délais pendant encore deux ans.

Je ne prétends pas que cette option est forcé­ment meilleure. Je trouve un peu hypo­crite le choix de Mozilla mais même si je n’y crois pas, je respecte leur choix d’es­sayer d’avan­cer par petits pas avec l’es­poir de mettre en place un plan sur le long terme, mais au moins elle a le mérite d’être honnête et d’avoir du sens. Par contre je me refuse à critiquer Micro­soft pour avoir eu le courage de choi­sir la voie directe.


14 réponses à “Do Not Track (enfin pas moi, les autres on peut)”

  1. Ah moins que Microsoft n’ait un autre agenda en tête, celui de pousser le « tout DNT » pour provoquer la levée de boucliers de son écosystème et finir par le place en opt-out comme Mozilla. Plus rien de m’étonnerait de ce côté-là.
    Ceci étant dit, je suis d’accord avec toi sur la conclusion : je ne trouve pas la proposition de Mozilla courageuse et intègre. Quitte à le laisser en opt-out, rien n’empêche d’éduquer les utilisateurs au premier lancement par exemple, pour leur laisser l’opportunité de choisir d’activer DNT en connaissance de cause.

  2. A moins que Microsoft n’ait un autre agenda en tête, celui de pousser le « tout DNT » pour provoquer la levée de boucliers de son écosystème et finir par le place en opt-out comme Mozilla. Plus rien de m’étonnerait de ce côté-là.
    Ceci étant dit, je suis d’accord avec toi sur la conclusion : je ne trouve pas la proposition de Mozilla courageuse et intègre. Quitte à laisser DNT en opt-out, rien n’empêche d’éduquer les utilisateurs au premier lancement du navigateur pour leur laisser l’opportunité de choisir de l’activer en connaissance de cause.

  3. C’est bien beau de ne pas vouloir se faire tracker, mais quelle alternative viable propose-t-on pour faire vivre le milieu de la publicité et donc la majorité des gros sites gratuits, dont google et donc youtube ?

    • J’ai fait un peu trop lapidaire.
      Je veux rajouter le fait que le tracking dans les entreprises dignes de ce nom est quand même encadré et contrôlé et qu’il n’est pas très grave, en ce sens que souvent, il n’y a aucune donnée personnelle de stockée.
      Il faut combattre le tracking abusif, c’est sûr et il existe souvent.
      Mais l’interdire en bloc, je trouve ça nul (cf mon post d’avant).
      C’est peu comme adblock. Quelques sites ont des pubs dérangeantes, du coup on bloque tout partout, ce n’est pas acceptable.

    • Un enjeu d’équilibre qui ne se fait pas totalement à armes ou impact égal. Le modèle d’affaires fonctionne car une majorité n’est pas dérangée par la traque, et une minorité de personnes sont informées des conséquences sur leurs vies.

      L’indépendance a un coût que peu de gens sont prêts à payer, même informés (Combien de nous utilisons Google Maps, Google Search, Google Mail, etc au quotidien ?).

      L’autre enjeu qui ne favorise pas l’émergence d’autres modèles est souvent le manque de choix. Il est très rare d’avoir ce choix suivant :

      * pas de frais mais traqué
      * abonnement mais non traqué

      à noter qu’il y a également abonnement ET traqué. Tout bloquer, c’est pratiquement la seule réponse possible avec l’organisation de l’écosystème des publicitaires. Ne pas oublier que Google Analytics est placé sur presque tous les sites y compris sur ce site.

    • Pas acceptable ? au nom de quoi ?
      Je me fais l’avocat du diable mais je fais ce que je veux sur mon navigateur, et je vais au toilettes lors des coupures publicité TV si je veux.
      C’est m’interdire (même moralement) de filtrer les publicités ou le tracking qui est inacceptable.

    • Pourquoi est-ce que le tracking est inacceptable ? C’est le tracking abusif lié aux informations personnelles qui l’est.
      Je ne sais pas si tu connais bien le milieu de la publicité en ligne, mais je ne suis pas sûr qu’il existe beaucoup de publicités affichées sans tracking derrière.
      Quand je dis que ce n’est pas acceptable c’est que le site que tu visites est financé grâce à la publicité. Bloquer les pubs, c’est lui couper les vivres. Cela ne marche que parce que les utilisateurs d’ad blocks sont une exception (donc à mon sens bien égoïstes).

      Oui tu soutiens les autres modes de financement alternatifs comme les abonnements, c’est tout à ton honneur et je le fais aussi. Le problème c’est qu’il faudrait faire un gros gros changement dans les mentalités pour que ça devienne un financement viable… Je n’ai aucune idée de comment ça pourrait marcher à l’échelle d’un youtube par exemple.

    • > Pourquoi est-ce que le tracking est inacceptable ?

      Il ne l’est pas, ou pas forcément.
      Je ne le souhaite pas, et du coup je serai de ceux qui cocheraient le DNT.

      Le « inacceptable » de mon message est lié au fait de m’interdire, même moralement, de le filtrer.

      > je ne suis pas sûr qu’il existe beaucoup de publicités affichées sans tracking derrière

      Ce n’est pas mon problème. Tout simplement. Je ne suis pas responsable du modèle économique des agences de publicité.

      > Bloquer les pubs, c’est lui couper les vivres.

      C’est pour moi du même niveau qu’aller aux toilettes pendant les pubs ou passer les pubs à vitesse rapide sur le magnétoscope : Je fais ce que je souhaites chez moi.
      Je ne suis pas responsable du modèle économique de ces fournisseurs de contenu mais suis quand même cohérent dans le fait que j’accepte des modèles qui sont financés autrement (et ne me repose donc pas que sur le fait que les autres voient la pub).

      > Je n’ai aucune idée de comment ça pourrait marcher à l’échelle d’un youtube par exemple.

      Très mauvais exemple, Youtube ne « marche » déjà pas. Ca perd de l’argent depuis le début et ça ne semble pas vraiment s’inverser.

      À l’inverse il existe des services type Netflix (sur un autre type de vidéo, il est vrai) qui sont en modèle payant et qui fonctionnent très bien.

    • (je ne peux pas cascader les commentaires plus que ça ? :o)
      Là où ce n’est pas pareil qu’aller aux toilettes pendant la pub, c’est que quand tu installes ad block, la pub ne s’affiche pas, donc ça ne fait pas d’impression et donc le site est moins payé.
      Si un site a 100% de visiteurs avec adblocks, 0 affichage de pub, 0 rémunération.
      Si tous les visiteurs d’une émission vont aux toilettes pendant la pub, ça change rien :p (en tout cas pas que je sache)

      Je ne savais pas que Youtube n’était pas rentable, effectivement. J’aurais pu prendre l’exemple de google en général ou de tout gros site d’information.
      Je serais curieux de voir combien de sites seraient encore en ligne si l’intégralité des internautes bloquaient le tracking et / ou la publicité.

      Cela dit, je comprends et respecte ta position, surtout le fait que tu va dans le sens de modèles de financement alternatif.
      Malheureusement, c’est sûrement loin d’être le cas de tous les adblockers..

    • (non, il n’y a que moi qui peut :)

      Il ne faut pas prendre les publicitaires pour des imbéciles. Si personne ne regarde la pub à la TV, sa valeur va vite baisser d’autant. Inversement, s’il y a peu de pub affichée, celle qui l’est est d’autant plus mieux payée.

      Mais oui, ça va faire changer de modèle pas mal de monde.

      si j’osais je dirai « et ce n’est pas plus mal ».

      – Modèle publicitaire : Le prix des produits est plus cher (il faut payer la pub) et les gens sont incités à acheter des trucs inutiles. La marge dégagée est prise répartie entre l’industrie qui fait de la publicité, l’agence de publicité, et le site qui affiche la pub. Ce dernier étant probablement celui qui est le moins payé.

      – Modèle par abonnement : On prend l’intégralité de la marge qui aurait été dégagée par la pub et on en reverse une bonne partie à l’afficheur, une partie à l’utilisateur qui achètera autre chose avec.

      Au final tu noteras que l’afficheur gagne beaucoup plus dans un modèle où la publicité ne fonctionne pas. Il n’a d’intérêt à privilégier le modèle publicitaire que dans le contexte où ses concurrents font de même, mais ce n’est clairement pas à son avantage.

    • @Mutokenji

      les impressions ne rapportent pratiquement rien. Cela ne fait pas vivre les sites.

      « Couper les vivres » oui je n’y vois aucun enjeu. Dans tout marché et domaine, l’usage est la chose la plus importante. Si la publicité est bloquée par les utilisateurs car ressenties agressives par ceux ci, les modèles d’affaires changeront. Cela fait partie des évolutions de tout marché qui s’adapte à ces utilisateurs. Ceux qui ne sauront pas développer ce nouveau modèle, d’autres arriveront. On a vu cela avec le monde du disque, le cinéma et le livre en suivent le chemin.

      Rien de bien neuf.

    • Proposition : Tendre à faire payer les services et baisser le poids de la pub nous donnerait une société un peu plus saine; non ?
      => La gratuité, ça n’existe pas. Du moins dans le commerce
      =>La publicité n’est qu’un moyen d’augmenter la consommation par la frustration

    • Attention, on parle de tracking, pas de publicité ou de modèle économique

      Ceci dit je n’ai aucun problème à penser que certains services doivent changer de modèle économique. J’y participe, vu que je paye plusieurs abonnements à des services en ligne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.