Député pour l’in­té­rêt géné­ral ?


Ce gouver­ne­ment a des idées que je ne partage pas. Je critique, je milite, j’ex­plique. C’est le fonc­tion­ne­ment d’une démo­cra­tie, où tous les avis s’ex­priment et où le mien ne l’em­porte pas toujours.

Ce que je n’ac­cepte pas c’est quand un député démis­sionne de son rôle et trahit son mandat.

Ça n’a l’air de rien mais ils sont au moins trois dépu­tés à avoir envoyé la même chose cette même soirée. Au moins deux membres du bureau natio­nal du PS.

Ils déclament trou­ver ça inac­cep­table mais ils l’ac­cep­te­ront quand même. Aucun d’eux n’aura utilisé l’arme en leur pouvoir pour bloquer l’inac­cep­table. Aucun d’eux n’a signé la motion de censure, pour­tant parfai­te­ment adap­tée quand un gouver­ne­ment n’a plus la confiance des dépu­tés.

On perçoit mieux la trahi­son quand on sait qu’il n’aura manqué que de deux signa­tures pour procé­der au vote de cette motion de censure.

Le débat se fera aux primaires ? mais… la loi sera passée. Nos dépu­tés ont préféré lâcher le pays pour sauve­gar­der et corri­ger le PS plutôt que l’in­verse.

Ils ont simple­ment violé les deux premiers articles de leur code de déon­to­lo­gie. Le parti – et leur carrière – sont passés avant l’in­té­rêt géné­ral et leur rôle de député. Je pleure quand certains de mes inter­lo­cu­teurs sont rési­gnés au point de trou­ver ça normal et accep­table.

La droite ne fait pas mieux. La motion n’est pas dépo­sée parce qu’elle obli­ge­rait les dépu­tés à rester jusqu’à 19h le jeudi soir au lieu d’être dans les fan zone de leur circons­crip­tion pour le match de foot… En pleine réforme sur le droit du travail je trouve l’image magni­fique.

On arrive à un niveau de trahi­son fantas­tique où personne ne fait même plus semblant de travailler pour l’in­té­rêt géné­ral, de prendre les respon­sa­bi­li­tés allant avec son mandat.

Même en cas de duel avec N. Sarkozy, il faudra argu­men­ter très dur pour me revoir voter PS. Le gouver­ne­ment Valls aura tout fait pour me dégou­ter mais c’est fina­le­ment acces­soire.

Ce n’est même plus une ques­tion d’opi­nion poli­tique. C’est une ques­tion de valeurs et de confiance. Je vois que des dépu­tés PS cadres et membres du bureau natio­nal font passer le parti avant la nation, en dépit de ce qu’ils pensent, trahis­sant par là leur mandat natio­nal de repré­sen­tant du peuple. C’est l’or­ga­ni­sa­tion même qui est corrom­pue.

Malheu­reu­se­ment je n’ai pas mieux en réserve. Ce n’est pas faute d’avoir essayé de m’im­pliquer ailleurs.

Oui, je ne crois pas à l’homme ou la femme provi­den­tiels mais c’est un·e des seul·es que je vois droit·e dans ses bottes à toujours privi­lé­gier l’in­té­rêt géné­ral et respec­ter des valeurs huma­nistes. Je n’en demande pas beau­coup plus.


Une réponse à “Député pour l’in­té­rêt géné­ral ?”

  1. Merci pour cet article, moi aussi j’aimerai voir plus d’Isabelle Attard parmi nos députés, c’est une des rares personnes qui agagné mon respect en politique .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.